L’idéologie des néoconservateurs américains face aux réalités géopolitiques

« Dieu fait de nous les maîtres organisateurs du monde, afin d’instituer l’ordre là où règne le chaos ; il nous a donné l’esprit de progrès pour vaincre les forces de réaction dans le monde entier. Il a placé en nous le don de gouverner afin que nous donnions un gouvernement aux peuples sauvages et séniles. Sans une telle force, le monde retournerait dans la barbarie et dans la nuit […] Il a désigné le peuple américain comme sa Nation élue pour commencer la régénération du monde ».

Albert J. BEVERIDGE, Discours du Middlesex Club de Boston, 27 avril 1898

Albert Beveridge, un impérialiste enthousiaste, faisait campagne pour le siège de sénateur de l’Indiana en 1898 lorsqu’il prononça le discours dit de « La Marche du drapeau ». Sa proclamation visait à promouvoir l’impérialisme américain à la fois en tant que mission nationale et divine, telle que définie par Thomas Jefferson. Dans son discours, il a utilisé une rhétorique religieuse en invoquant Dieu à onze reprises : à l’époque, les électeurs attendaient des politiciens qu’ils connaissent les Saintes Écritures et considèrent la Providence divine comme une destinée manifeste.

Ce qui se joue ici, c’est l’idée traditionnelle puritaine d’intendance, renouvelée par l’Évangile de la richesse au cours de l’âge d’or. L’intendance visait, en même temps, à civiliser les peuples et à les convertir au christianisme. L’appel à l’intendance s’est accompagnée du besoin d’étendre la démocratie et les droits de l’homme à toutes celles et à tous ceux qui sont perçus comme « opprimés ». Les puissances dites « civilisées » ont le droit, ou plutôt l’ardente obligation, d’employer la force pour apporter les « bienfaits » de la civilisation occidentale aux peuples de la Terre qui n’ont pas encore été illuminés par les Lumières. En 1898, le président McKinley proclame « le devoir des États-Unis » de substituer dans leur empire colonial naissant « le droit et la justice à l’arbitraire » (1).

Fort de cette mission à vocation universelle, plutôt que de chercher à bâtir dans ces pays d’authentiques gouvernements démocratiques, les puissances coloniales ont préférées imposer leur imperium sur les terres colonisées. C’est en 1945 que l’on vit la mise en œuvre d’un concept promis à un bel avenir : celui de « state building » (2). Sur les ruines de pays vaincus, l’Allemagne et le Japon, les vainqueurs américains mirent en place des proconsuls militaires. En Allemagne, ils appliquèrent ce que l’on a appelé « les 3 D » : démilitarisation, dénazification et démocratisation.

Pour tenter de comprendre ce qui a pu mener au désastre Afghan, il nous semble important d’analyser les idées, les mythes et les représentations qui ont, au cours des trois derniers siècles, construit une « exception » américaine qui combine l’affirmation d’une identité nationale tout à fait particulière et un messianisme moralisateur à prétention universelle. La communauté de destin qui semblait unir l’Amérique et l’Europe – sur fond d’adhésion à la démocratie représentative, de prospérité matérielle garantie par le progrès technique et la libre entreprise, de défense durant toute la guerre froide contre la menace soviétique – n’apparaît plus aujourd’hui aussi évidente qu’hier, alors que sont désormais mis en cause nombre d’éléments majeurs du « modèle » des États-Unis d’Amérique.

Dès le XIX ème siècle, la nation américaine s’est vue comme investie d’une mission providentielle, porteuse de valeurs de paix et de liberté. Mais ce messianisme moral ne peut faire oublier les intérêts de puissance qu’il dissimule.

La « destinée manifeste » de l’Amérique : une vision propre au Nouveau Monde

Le terme est utilisé pour la première fois en août 1845 par le journaliste John O’Sullivan aux fins de légitimer la guerre que les États-Unis se préparent à livrer au Mexique. Les termes employés sont on ne peut plus révélateurs : « Notre destinée manifeste consiste à nous étendre sur tout le continent que nous a alloué la Providence, pour le libre développement de nos millions d’habitants qui se multiplient chaque année ». Quarante plus tard, en 1885, le même O’Sullivan prophétise pour les États-Unis et la « race anglaise », une « nouvelle destinée manifeste », une future domination mondiale sur les pays barbares. La même année, l’historien John Fiske intitule un ouvrage développant des thèmes analogues, Manifest Destiny (3). Nous sommes alors à la veille de l’expansion impérialiste qui débute avec la guerre contre l’Espagne de 1895-1898, juste avant les théories de l’amiral Mahan (4) qui constituent la première grande vision géopolitique cohérente de l’avenir de puissance que s’attribuent les États-Unis.

Mêlant messianisme puritain et optimisme des Lumières, les Américains ont, dès l’origine, considéré leurs institutions comme indépassables, destinées à servir de modèle au reste de l’humanité. C’est une des raisons qui expliquent qu’elles aient si peu évolué au cours des siècles ; c’est ce que l’on pourrait appeler un « fondamentalisme politique ». Le « crédo » américain peut-être défini ainsi : « L’égalité, entendue en termes d’égalité des chances, et non de résultat ; la liberté conçue comme une mise à distance de l’État ; l’individualisme ; le populisme ; et enfin le laisser faire dans le champ économique » (5). A cette liste, il faudrait peut-être ajouter la liberté religieuse, définie comme la possibilité pour chacun de pratiquer sans restriction le culte de son choix.

L’histoire des États-Unis est marquée par la persistance d’un sentiment isolationniste puissant. Si le « village sur la colline » entend être un modèle et un guide, il n’a en revanche aucune ambition impériale. Bien au contraire, il se défie d’un monde extérieur perçu comme immoral et irrémédiablement corrompu. Il a fallu attendre les premières décennies du XXème siècle pour voir une rupture de paradigme.

C’est à partir d’un courant idéaliste progressiste, incarné par Woodrow Wilson et F.D. Roosevelt, que Washington est invité à mener une action plus énergique sur la scène internationale. Les États-Unis doivent, selon eux, assumer leur rôle « civilisateur » en contribuant activement à mettre sur pied un « nouvel ordre mondial » d’inspiration libérale.

Ce sentiment s’enracine dans le substrat puritain de l’identité américaine ; toutefois, il a fallu attendre que les américains prennent conscience qu’ils sont devenus la cible d’une agression extérieure (1917 et 1941) pour qu’ils consentent à s’engager dans les affaires du monde. En réalité, ce n’est qu’avec le début de la guerre froide et l’apparition d’un ennemi facilement assimilable à une incarnation du Mal, que l’Amérique va finir par accepter l’idée qu’elle est une puissance comme les autres. Pour contenir le communisme, les États-Unis mettent en place un vaste réseau d’alliances et lorsque qu’en 1991 disparaît l’URSS, l’Amérique se retrouve de-facto dans une position d’hyperpuissance (6).

L’attaque du World Trade Center du 11 septembre 2001 va constituer un véritable traumatisme pour les Américains, comparable à l’attaque de Pearl Harbor en décembre 1941. L’onde de choc change complètement la donne à la Maison-Blanche et au Département d’État. Tout au long des années 1990, c’est la doctrine de l’interventionnisme libéral qui avait prévalu : l’idéal réaffirmé par George Bush père d’un « nouvel ordre mondial » et la théorisation par l’administration Clinton d’un « devoir d’ingérence » (7), mêlant intervention militaire et action humanitaire. Certes, les États-Unis se considèrent comme la « nation indispensable » (Madeleine Albright), mais c’est dans une perspective qui reste fondamentalement multilatéraliste. C’est au lendemain du 11 septembre que l’on assiste avec l’arrivée des néoconservateurs à un véritable changement de cap.

Pour ces héritiers des « faucons » de la guerre froide, proches du complexe militaro-industriel, c’est l’occasion d’imposer leurs vues : les États-Unis, martèlent-ils, ne seront en sécurité que s’ils assument pleinement les responsabilités liées à leur statut d’hyperpuissance – en maintenant à grands frais leur suprématie militaire, en frappant leurs adversaires de manière préventive et en n’hésitant pas à renverser des régimes malfaisants, totalement incompatibles avec les valeurs « éclairées » en vigueur à Washington. On connaît la suite …

Les néoconservateurs américains et le mythe de la fin de l’histoire

Le néoconservatisme américain est passé de la gauche à la droite de l’échiquier politique. Les neocons sont les représentants de la dernière version d’un courant de pensée complexe apparu à partir de la fin des années 1960 aux États-Unis, en réaction à l’évolution vers la gauche du libéralisme américain (5). Les pionniers du néoconservatisme – Irving Kristol, Nathan Glazer, Daniel Patrick Moynihan, Norman Podhoretz ou encore Midge Decter – sont avant tout des intellectuels libéraux qui ne supportent pas, à l’époque, l’influence de la Nouvelle Gauche et de la contre-culture sur leur propre camp. Attachés à certaines valeurs qu’ils refusent de voir bafouées sur le plan national comme international, ils se considèrent comme « les gardiens d’une tradition, celle du « centre vital » : progrès social et libertés à l’intérieur, anticommunisme à l’extérieur ».

C’est donc très naturellement que celles et ceux qui sont à présent dénoncés comme des néoconservateurs (neocons), basculent progressivement vers la droite du champ politique. Au début des années 1980, plusieurs d’entre eux rejoignent l’administration d’un Ronald Reagan qui a su les séduire, notamment grâce à sa vision de la politique étrangère américaine et au primat qu’il accorde à l’installation de la démocratie dans le monde (9).

Durant les années 1970-1980, les néoconservateurs sont de farouches opposants au bloc soviétique : ils défendent une politique de « clarté morale », notamment contre toute forme de « détente » avec l’URSS. La fin de la Guerre Froide – et par conséquent, la dissolution de leur ennemi de longue date – entraîne un passage à vide pour le mouvement qui doit se réinventer. Une nouvelle génération émerge (William Kristol, David Brooks, Robert Kagan, etc.) : ils défendent une promotion « agressive » de la démocratie dans le monde et connaissent leur consécration sous la présidence de George W. Bush au début des années 2000 (10).

En France, euphorisés par cette ambiance de « fin de l’histoire », Mario Bettati et Serge Telle croient que l’heure du droit international a enfin sonné. Sur la base de la résolution 43/131 de l’Assemblée générale de l’ONU et par référence à la situation désastreuse des populations kurdes du nord de l’Irak, ils travaillent à un projet de résolution qui sera soumis au Conseil de sécurité. Celui-ci adopte le texte le 6 avril 1991. La résolution 688 condamne le régime de Saddam Hussein et légalise, pour la toute première fois dans la longue histoire des relations internationales, la mise en oeuvre opérationnelle du principe d’ingérence humanitaire dans le cadre d’un conflit.

Se dessine ainsi une nouvelle vision du monde (weltanschauung) qui permet de schématiser la réalité à l’extrême : un monde facile à décrypter puisqu’il suffit de départager bons et méchants, bien et mal, civilisation et barbarie, et, finalement, victimes et bourreaux. On entre alors en « humanitaire » comme on entre en religion : la « morale » doit toujours l’emporter sur les considérations politiques. De l’émotion, beaucoup d’émotions ! La trajectoire allant de l’ingérence humanitaire à l’idéologie néoconservatrice apparaît de fait on ne peut plus cohérente. Dès lors que les victimes légitiment la guerre, rien n’empêche plus d’en inventer de nouvelles aux fins de justifier une agression. Pour Régis Debray, l’action humanitaire, ranimée par un vieux fond évangélisateur, est devenue le point de mire de nos sociétés pourtant fort peu portées sur l’épopée :

« Le néo-conservateur est tout le contraire d’un cynique : un idéaliste, et même un platonicien. Il va de l’idée au fait. Il juge l’existant, lamentable, à l’aune de la cité idéale, ouverte et concurrentielle, où les consciences, les Églises et les capitaux ont toute liberté d’agir et d’interagir. Ne supportant pas la distance entre ce qui devrait être et ce qui est, ce généreux comminatoire, mi-prophète, mi-urgentiste, entend la combler au plus vite et rendre le monde réel conforme à l’idée » (11).

Le désastre Afghan marque un tournant historique, comparable au fiasco de l’expédition de Suez qui mit fin à l’autonomie stratégique des Européens en 1956 ou à la chute de l’Amérique impériale à Saïgon en 1975. C’est un signal très clair pour les Européens : les États-Unis entendent, à juste titre, donner la priorité au « containment » de Pékin. Mais leur puissance est déclinante et leur nation minée par ses divisions. Les Européens doivent plus que jamais progresser vers l’autonomie stratégique, en créant une Union pour la sécurité, dont les missions, entre autres, comprendraient la lutte contre le terrorisme et le contrôle des frontières extérieures du continent.

  1. Henri Nouailhat, Les États-Unis et le Monde au XXème siècle, Paris, Armand Colin, 2000.
  2. Sur le sujet, voir Marina d’Ottaway, « L’édification de la nation », in Foreign Policy, septembre/octobre 2002.
  3. Selon John Fiske (1842-1901), la Providence a spécialement désignée les Américains pour répandre leurs valeurs et leurs institutions à travers la surface de la terre.
  4. L’Amiral Alfred Thayer Mahan (1840-1914) est considéré comme l’un des « inventeurs » de la stratégie navale et des choix de politique étrangère des USA. Toute sa doctrine repose sur l’idée du Sea Power : les États-Unis doivent exercer une puissance impériale conditionnée par la puissance navale. C’est la ligne de force de sa pensée matérialisée dans ses écrits, une véritable idéologie qui influencera toutes les décisions géostratégiques et militaires américaines du 1er conflit mondial jusqu’à aujourd’hui. Professeur au Naval War College de Newport, puis Directeur de cet établissement, il développa son concept de guerre navale auprès de ses élèves, officiers de l’US Navy. Pour comprendre les conséquences de cette doctrine sur les engagements des États-Unis tout au long du XXème siècle et encore aujourd’hui, on peut utilement consulter l’important ouvrage de Jean-José Ségéric, L’Amiral Mahan & et la puissance impériale américaine, Paris, Marines Éditions, 2010.
  5. Cf., Seymour Martin Lipset, American Exceptionalism : A Double-Edged Sword, W.W. Norton & Company ; New e. édition, 1997. Nés de la révolution, les États-Unis se sont toujours considérés comme un pays exceptionnel, unis par une allégeance à un ensemble commun d’idéaux (individualisme, anti-étatisme, égalitarisme…). Une analyse profonde qui permet de comprendre pourquoi le socialisme n’a jamais pu véritablement prendre racine.
  6. Cf., Hubert Védrine, « L’hyperpuissance américaine », in Les Notes de la Fondation Jean-Jaurès, n° 17, septembre 2000. Voir aussi, du même auteur, Face à l’hyperpuissance, Textes et discours 1995-2003, Paris, Fayard, 2003. Les États-Unis jouent sur toute la palette des pouvoirs, du plus hard au plus soft, des missiles nucléaires jusqu’à Hollywood et les séries américaines.
  7. La notion d’ingérence humanitaire est apparue durant la Guerre du Biafra (1967-1970). Le conflit a entraîné une épouvantable famine, largement couverte par les médias occidentaux, mais totalement ignorée par les chefs d’État et de gouvernement au nom de la neutralité et de la non-ingérence. Le dit « droit d’ingérence » vient de très loin, de la doctrine chrétienne médiévale et renaissante : elle s’enracine directement, pour commencer, dans l’universalisme chrétien. L’idée est que les référents que nous défendons ici valent pour les humains en général, et lorsqu’ils sont gravement récusés quelque part, nous avons le droit d’intervenir chez les autres afin de les faire changer de comportement. Au cours de notre histoire, les théoriciens du droit d’ingérence, comme Grotius au XVII ème siècle, réservent ce droit aux cas graves, symbolisés généralement par la domination d’un tyran sanguinaire. Sur ce sujet à l’époque contemporaine et ses déclinaisons opérationnelles, voir Denis Duez, Barbara Delcourt, Éric Remacle, « Le changement de régime : nouveauté ou constante de la politique étrangère des États-Unis ? », in La guerre d’Irak : prélude d’un nouvel ordre international ?, Bruxelles, collection « regards sur l’international », 2004.
  8. Cf., Alain Frachon et Daniel Vernet, L’Amérique des néo-conservateurs. L’illusion messianique [2004], éd. revue et augmentée, Paris, Perrin, 2010.
  9. On pense ici à Jeane Kirkpatrick, Eugene Rostow, Max Kampelman, Richard Perle ou encore, à Paul Wolfowitz. Sur cette montée en puissance des néoconservateurs au sein du Parti Républicain, voir Sidney Blumenthal, The Rise of the Counter-Establishment : From Conservative Ideology to Political Power, New York, Times Books, 1986.
  10. Voir par exemple James Mann, Rise of the Vulcans : The History of Bush’s War Cabinet, New York, Viking, 2004.
  11. Régis Debray, « Zoé et Zorro, le néo-bon et le néo-con », in Le Monde, 24 novembre 2007.

Du complexe agro-industriel et de ses conséquences sur le monde paysan

« Notre PIB prend en compte, dans ses calculs, la pollution de l’air, la publicité pour le tabac et les courses des ambulances qui ramassent les blessés sur nos routes. Il comptabilise les systèmes de sécurité que nous installons pour protéger nos habitations et le coût des prisons où nous enfermons ceux qui réussissent à les forcer. Il intègre la destruction de nos forêts de séquoias ainsi que leur remplacement par un urbanisme tentaculaire et chaotique. Il comprend la production du napalm, des armes nucléaires et des voitures blindées de la police destinées à réprimer des émeutes dans nos villes. Il comptabilise la fabrication du fusil Whitman et du couteau Speck, ainsi que les programmes de télévision qui glorifient la violence dans le but de vendre les jouets correspondants à nos enfants.

En revanche, le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaité de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou l’intégrité de nos représentants. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. Il ne dit rien de notre sens de la compassion ou du dévouement envers notre pays. En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. »

Robert Kennedy, Université du Kansas, 18 mars 1968.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en France, l’heure est à la reconstruction et à la montée en puissance de l’appareil de production industriel. La petite paysannerie est sommée d’en finir avec ses méthodes ancestrales et les traditions perpétuées depuis des millénaires. Une nouvelle manière de cultiver et de produire est inaugurée par les pouvoirs publics. Son mot d’ordre sonne comme un mantra : « L’innovation ! » (1). Dès cette époque, l’administration française va chercher (déjà) à adapter le pays aux exigences de la nouvelle Grande Guerre économique mondiale qui se profile à l’horizon.

Avec le plan Marshall et l’arrivée des tracteurs, c’est l’âpreté du travail agricole d’autrefois qui disparaît : le temps de labeur dans les champs est divisé par quatre, bouleversant ainsi de façon irrémédiable le rapport des paysans à la terre. C’est tout un imaginaire réclamant du temps, de la patience et de l’expérience qui se voit balayé par des directives saturées d’un vocabulaire nouveau : rendement, production, productivité, retour sur investissement, etc. La rationalité économique du capitalisme commence à imposer ses normes et ses règles implacables (2). Une véritable colonisation des esprits entame son parcours meurtrier,  déployant ses effets sur l’ensemble d’un monde sommé de s’adapter ou bien de disparaître.

Installation d’un imaginaire du progrès technique et règne du productivisme

En 1962, se met en place sur le territoire européen une « politique agricole commune » (PAC) (3) : à cette époque, les agriculteurs français encensent les décisions du gouvernement, sans réaliser encore que leur situation allait être à ce point conditionnée par des décisions prises loin de chez eux, à Bruxelles. Sous l’effet d’une croissance spectaculaire des rendements, les stocks de produits agricoles ne cessent de croître. Les agriculteurs européens sont mis en concurrence les uns avec les autres, les obligeant à toujours plus s’endetter pour acquérir le superbe « dernier tracteur » ou la « dernière technologie » (4) qui vont leur permettre d’effectuer un meilleur labour ainsi que l’achat de tonnes d’engrais chimiques aux fins d’optimiser encore d’avantage les récoltes.

Mais en produisant toujours plus et toujours plus vite, on en vient à produire trop : très logiquement, le problème des surplus agricoles n’a pas d’autre effet que celui de la baisse des prix payés aux producteurs. Le productivisme déchaîné montre rapidement ses limites. Un nouveau monde se dessine : sous l’effet des Trente Glorieuses et de ses prolongements civilisationnels, nous partageons à présent tous la même culture urbaine. La campagne a perdu sa dominante agricole tandis que la ville se dilue dans le périurbain. Cette recherche du confort consumériste affecte gravement le champ culturel. Dans un article daté du 24 juin 1974, Pasolini définit la culture d’une nation comme ce qui s’enracine précisément dans le vécu et dans l’existence des hommes (5). Selon Lewis Mumford, théoricien de l’urbanisme américain, on forme « un peuple unifié, homogène, standardisé, composé d’individus conformes au prototype métropolitain et habitué à consommer exclusivement les marchandises que leur fournissent les maîtres de l’appareil, dans le meilleur intérêt d’une économie en perpétuelle expansion » (6). Qu’en est-il aujourd’hui ?

Pourquoi les sociétés modernes éliminent-elles leurs paysans ?

La question paysanne est un analyseur de la modernité, de ses impensés anthropologiques et de ses logiques de domination. C’est également un formidable révélateur des impasses de plus en plus évidentes dans lesquelles nous nous débattons, à l’image du problème écologique, qu’il soit proche ou bien planétaire (7).

Lorsqu’aujourd’hui on évoque le monde agricole, c’est souvent pour en relever les dysfonctionnements : les agriculteurs sont responsables de la pollution chimique, de la maltraitance animale, de la prolifération des algues vertes en Bretagne, etc. Sans oublier de souligner les transferts faramineux qui sont organisés sous forme de subventions. Pourtant, ne serait-il pas plus judicieux de pointer les politiques nationales qui ont choisi de bâtir une politique agricole et alimentaire uniquement guidée par les impératifs de compétitivité sur les marchés internationaux, le tout sous contrôle du FMI et de la Banque mondiale ?

Comprendre que même l’agriculture la plus industrialisée et rationalisée possible ne pourra jamais concurrencer les prix toujours plus bas des productions venues du Brésil et d’autres pays émergents ne nous semble pourtant pas hors de portée. Et que dire de nos modes de production et de stockage qui dégradent la qualité des aliments, de leur transformation excessive et des circuits de distribution qui s’étirent toujours plus loin ?

Deux mondes se font face : d’un côté, un milliard d’individus se trouvent en état de sous-alimentation, et de l’autre, des centaines de millions d’individus sont en état d’obésité sévère. Il est très hypocrite de faire croire que les problèmes d’alimentation dans nos pays occidentaux pourraient se résoudre très facilement par une sorte de réingéniérie des individus, en leur inculquant les fameuses « bonnes habitudes alimentaires » (cinq fruits et légumes par jour, consommation des produits laitiers, etc.). Comment ne pas reconnaître que les problèmes alimentaires que les pays rencontrent (malnutrition, obésité) sont tributaires des comportements de certaines firmes transnationales de l’agroalimentaire qui ne sont regardantes ni sur la qualité de leur production, ni sur le respect des diverses législations aux fins d’assurer de lucratifs retours sur investissements (8) ?

En même temps que les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30 % de l’alimentation disponible (9), les pays pauvres vendent leurs meilleures terres aux pays développés ou aux émergents. Ce sont aujourd’hui près de 50 millions d’hectares de terres cédées, dont 30 millions en Afrique, qui sont destinés non pas à l’agriculture vivrière pour les populations locales, mais à alimenter de grandes cultures destinées aux agrocarburants ou à la chimie verte qui profiteront exclusivement aux pays riches (9). En réalité, le marché agricole mondial est entre les mains d’une dizaine de sociétés transcontinentales (10).

Contrairement au modèle uniformisateur de la société urbaine, industrielle puis de services, dont la mondialisation néolibérale accélère l’installation aux quatre coins de la planète, le paysan (et non l’agriculteur) est devenu l’antithèse parfaite de la modernité, véritable bouc-émissaire au sens de René Girard. Celui qui, pour de multiples raisons individuelles ou collective, résiste à « la marmite d’alchimiste du capital » qu’évoquait Karl Marx et dans laquelle nous sommes toutes et tous, de façon contrainte ou volontaire, de plus en plus immergés. Il ne faut jamais l’oublier : le sacrifice des paysans, c’est celui de tous les autres…. ou presque !

Comment remettre en cause l’hégémonie du complexe agro-industriel et enrayer sa logique productiviste ? Il est urgent d’échapper à notre enfermement dans les niches d’un marché alimentaire réservé aux classes aisées et de reprendre entièrement la terre aux machines (11).

Sortir de la fonction-support assignée au secteur agricole

Ce sont les politiques françaises et européennes, agricoles mais pas seulement, qui dessinent les réalités agricoles et alimentaires. On peut dégager deux objectifs principaux : d’une part, paix sociale et bonne marche des affaires oblige, elles visent à procurer une alimentation « bon marché », accessible aux nombreuses populations précarisées par les politiques de dérégulation économique et sociale, mises en œuvre par l’État lui-même et ses gouvernements successifs depuis les années 1980, et d’autre part, maintenir le secteur agricole dans la fonction-support qui est la sienne depuis l’après-guerre, c’est-à-dire comme débouché pour un ensemble d’industries qu’il s’agit de soutenir : l’industrie du machinisme agricole, de la chimie, et plus récemment, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des nanotechnologies. C’est à l’aune de ces objectifs qu’il nous faut comprendre les éléments de langage déployés par le storytelling de la gouvernance européenne : « transition écologique », « agriculture biologique », « souveraineté alimentaire », etc.

Aujourd’hui, l’industrialisation agricole prend un virage transhumaniste : la promesse d’une agriculture « managée » par l’intelligence artificielle (cybernétique) à travers les robots, les drones et les capteurs. L’élevage moderne, c’est un élevage sans éleveurs et sans bétail, avec les fameux ersatz de viande dite « cellulaire » (12). Nous assistons ici au parachèvement du processus d’industrialisation : les paysans ne sont pas délivrés du travail, mais éliminés !

La nouvelle servitude paysanne, c’est l’obligation pour les agriculteurs d’entrer dans ce que l’on peut appeler : « l’engrenage capitaliste », mécanique implacable induite par une mécanisation à forte intensité. Toutes ces machines, nécessaires pour rester « compétitifs », ont un coût. Les pouvoirs publics encouragent l’investissement en matériel agricole en mobilisant une large panoplies d’aides ou de dispositifs fiscaux comme le suramortissement. Les paysans sont poussés à s’endetter toujours plus, à remplacer leur matériel plus fréquemment. Cette course en avant implique une spécialisation des exploitations agricoles et conditionne l’ensemble du processus de production

Un tracteur puissant induit de plus grands champs : il faut abattre les haies et remembrer les parcelles. Et des champs plus grands appellent naturellement la monoculture, ce qui démultiplie les risques phytosanitaires et réclame l’emploi de pesticides. L’exemple de l’élevage laitier est à cet égard frappant : l’achat d’un robot de traite modifie en profondeur la forme et le sens du travail. S’il libère de l’astreinte à la traite, il implique un autre type de servitude ; celle de veiller nuit et jour au bon fonctionnement du robot. La détresse des paysans est le produit de cette propagande dégradante (le toujours plus), de la perte de sens d’un métier de plus en plus déconnecté de sa finalité alimentaire, et des conditions économiques intenables dans lesquelles il s’exerce.

Début 2019, Michel Houellebecq publie Sérotonine. Le livre est écrit à la première personne ; il raconte l’histoire de Florent-Claude Labrouste, quarante-six ans, ingénieur agronome. Il a travaillé pour de grands groupes agricoles et agroalimentaires. Selon le narrateur, la suppression des quotas laitiers a plongé des milliers d’éleveurs français dans la misère, les réduisant à la faillite. La puissante agro-industrie dont « je connais parfaitement les dérives » pèse aussi dans leur sort, tout comme « la situation insupportable que la grande distribution fait peser sur les producteurs ». L’ingénieur agronome s’en prend aussi à Monsanto pour qui il a travaillé quelques années plus tôt : « mes supérieurs au sein de la firme étaient tout simplement des menteurs pathologiques », « la vérité était qu’on ne savait rien, ou à peu près rien, sur les conséquences à long terme des manipulations génétiques végétales ». Pourtant, là n’est pas le problème principal. Le conseiller agricole poursuit sa méditation : « Les semenciers, les producteurs d’engrais et de pesticides jouaient par leur existence même sur le plan agricole, un risque destructeur et létal. » Et plus loin encore : « Cette agriculture intensive […], basée sur des exploitations gigantesques et sur la maximisation du rendement à l’hectare, cette agro-industrie entièrement basée sur l’exportation, sur la séparation de l’agriculture et de l’élevage, était à mes yeux l’exact contraire de ce qu’il fallait faire si l’on voulait aboutir à un développement durable ».

Avec Sérotonine, Michel Houellebecq signe sans doute le grand roman de la fin de ce qu’un Alain Minc a pu appeler : « la mondialisation heureuse ». Il nous donne à voir la peinture glaçante d’un monde paysan en perdition, la fin d’un patrimoine humain venu du fonds des âges, sacrifié sur l’autel du cash-flow :

« Ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus grand plan social à l’oeuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan secret, invisible, où les gens disparaissant individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM » (13).

  1. L’innovation, telle que définie par l’OCDE en 2005 (Cf., Oslo Manual. Guidelines for collecting and interpreting innovation data, OECD, Eurostat publication, 2005), correspond à l’adoption d’un produit nouveau ou significativement amélioré, d’un process nouveau, d’une nouvelle méthode de marketing ou une nouvelle méthode d’organisation.
  2. D’une agriculture de subsistance dont on vendait le superflu, on passe à son exact contraire : la subsistance du paysan dépendra dorénavant du superflu, c’est-à-dire de sa capacité à produire plus que ne l’exigent ses besoins.
  3. Crée par le traité de Rome en 1957, la politique agricole commune (PAC) a pour objectif d’accroître la productivité de l’agriculture, de stabiliser les marchés, de garantir la sécurité des approvisionnements et d’assurer des prix raisonnables aux consommateurs. Parallèlement à ces objectifs, la PAC est également encadrée par des principes qui lui sont propres : unicité du marché, solidarité financière et préférence communautaire. Cf., Daniele Bianchi, La politique agricole commune (PAC) : précis de droit agricole européen, Bruxelles, Bruylant, 2012, pp. 62-80.
  4. Si l’on veut comprendre ce processus, il suffit de regarder le site John Deere France. On nous explique avec force conviction la façon d’améliorer encore les rendements, en « activant la connectivité JDLink »… Ou comment rendre les paysans encore plus addicts à la cybernétique.
  5. Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires, Paris, Flammarion, 2009. L’auteur de Théorème (1968) examine la consommation de masse qui conduit à une déshumanisation de la société et à la destruction de l’identité italienne.
  6. Lewis Mumford, La cité à travers l’histoire, Paris, Agone, 2011. Il s’agit ici de la critique d’une organisation économique qui sacrifie le progrès de l’humanité au perfectionnement des machines. L’auteur revient au souci du bien public, à la recherche d’un équilibre écologique et à la coopération sociale comme base de notre milieu de vie.
  7. Le lundi 9 août 2021, le GIEC a rendu public le premier volet de son sixième rapport. La tonalité est très alarmiste face à un réchauffement bien plus rapide que ce qui avait été anticipé.
  8. Cf., « Le scandale alimentaire, scénario à répétition du secteur agroalimentaire et de la grande distribution », in Le Monde, 11 août 2017. Du lait aux salmonelles en passant par les lasagnes à la viande de cheval, les crises sanitaires, aux conséquences plus ou moins dramatiques, illustrent les complexités du circuit alimentaire telles que le néolibéralisme l’a définit.
  9. Cf., OCDE, Biocarburants pour les transports : politiques et possibilités, Synthèse, Paris, 2007.
  10. Foued Cheriet, Pasquale Lubello, « Concentration des grandes firmes et nouvelle division multinationale du travail : la révolution du système agroalimentaire mondial », in Systèmes agroalimentaires en transition, Éditions Quæ, collection Upadte Sciences & Technologies, 2017, pp. 115-158.
  11. L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris, Le Seuil, 2021.
  12. Cf., Éric Muraille, « La viande cultivée en laboratoire pose plus de problèmes qu’elle n’en résout », in The Conversation, 2 juillet 2021. La viande « cultivée », ou viande in vitro, aussi nommée clean meat (viande propre) par ses partisans, est une viande produite en laboratoire à l’aide de techniques de bio-engénierie. C’est en 2013 que Mark Post, professeur à l’université de Maastricht, a présenté le premier burger de viande cultivée. Depuis, l’utopie d’une consommation de viande sans exploitation animale, issue d’une « agriculture cellulaire », a fait de nombreux adeptes chez les défenseurs des animaux, mais aussi dans l’industrie agroalimentaire.
  13. Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 248.

 

L’image comme processus de consolidation d’une volonté collective

« Les hommes qui participent aux grands mouvements sociaux se représentent leur action prochaine sous forme d’images de batailles assurant le triomphe de leur cause. Je proposais de nommer mythes ces constructions dont la connaissance offre tant d’importance pour l’historien : la grève générale des syndicats et la révolution catastrophique de Marx sont des mythes. J’ai donné comme exemples remarquables de mythes ceux qui furent construits par le christianisme primitif, par la réforme, par la révolution, par les mazziniens ; je voulais montrer qu’il ne faut pas chercher à analyser de tels systèmes d’images, comme on décompose une chose en ses éléments, qu’il faut surtout se garder de comparer les faits accomplis avec les représentations qui avaient été acceptées avant l’action. »

Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Paris, Librairie des « Pages libres », 1908, pp. 32-33.

Notre époque est celle qui consacre l’avènement des réseaux sociaux et le règne des conseillers en communication. À l’ère d’internet, là où s’affolent les rumeurs plus ou moins manipulées, une évidence s’impose : loin de toujours s’ancrer dans le réel, le domaine politique est constitué d’un immense réservoir d’images. Ce qui naguère caractérisait l’idéologie fasciste ou l’utopie bolchevique n’apparaît alors pas vraiment différent pour nos sociétés prétendument rationnelles et individualistes.

Démarquer le politique de la fiction est devenu une tâche irréalisable : les sociétés occidentales sont traversées par une pléthore de représentations symboliques qui réveillent et provoquent des désirs, des pensées et des actions aussi réels que virtuels. Une des caractéristiques de la modernité est d’avoir su utiliser les images symboliques ou emblématiques, souvent sous la forme de personnifications, aux fins de pouvoir littéralement structurer la mentalité collective en offrant un moyen idéal de fusionner la conception de la communauté et sa réalisation territoriale, culturelle ou religieuse (1).

Une série de questions se pose : comment naissent les représentations collectives ? Que reste-t-il du mythe dans la création de l’utopie collective ? Et comment s’orchestre le passage ou la conversion des mythes aux idéologies politiques ? (2). Les phénomènes de transfert de sacré, notamment des sphères du religieux au politique, permettent de montrer comment la pensée mythique reste une dimension nécessaire à la construction des identités. Les phénomènes qui se rattachent au concept de « religion politique » amènent à redéfinir les propriétés de l’identité individuelle et collective : plus précisément, la notion méthodologique de « mythème », ou de trace mythique, est une voie féconde pour approcher les potentiels de croyances.

Le transfert de la sacralité du religieux à la sphère du politique

Le concept de « religion politique » ou même de « religion civile ou civique » est déjà ancien en sciences humaines : il demeure associé à cette idée de « potentiel mythologique » contenu dans les idéologies, y compris celles qui se prétendent rationnelles (3). C’est Éric Voegelin qui, le premier en 1938, a considéré ainsi des phénomènes récents comme le national-socialisme, le fascisme italien, le bolchevisme (4). Avec l’État-nation moderne, dès la monarchie absolue, les collectivités politiques se sont coupées de tout ce qui les rattachait à une quelconque transcendance : elles se sont littéralement « décapitées ». Mais elles gardent comme une trace de l’ancien ordre religieux : c’est cette place vide que les nouvelles autorités se sont efforcées de remplir pour pouvoir bénéficier d’une forme de sacralité.

Au XX ème siècle, de véritables religions politiques se sont substituées aux anciens cultes. Elles ont élu un « être le plus réel » à leurs yeux et se sont mises à lui vouer un culte. Cela peut être la nation pour les nationalistes, ou bien l’État pour le fascisme mussolinien, la race pour les hitlériens, la classe sociale pour les marxistes-léninistes. Peu importe : cette « réalité la plus réelle » leur cache tout le reste. Leurs partis ressemblent à des Églises : ils ont des textes sacrés, des grands prêtres qui célèbrent des rites et excommunient les déviants. Ils dispensent de pseudo-certitudes, totalement imperméables aux démentis du réel (5).

En assimilant les religions séculières aux sectes gnostiques, les totalitarismes de tous genres croient posséder le moyen d’atteindre le salut. Ils croient pouvoir accomplir le paradis sur terre… et ils y installent leurs enfers. Heidegger considère la philosophie cartésienne comme le coup d’envoi de l’époque moderne. Il dresse une comparaison, terme à terme, des positions fondamentales de Protagoras et de Descartes afin de mettre en exergue le hiatus qui sépare les Modernes des Anciens de la Grèce classique. Partant du devenir axiologique de l’être qui culmine dans la volonté de puissance comme instance immanente d’évaluation, Heidegger entreprend une remontée vers une question plus originelle, celle de la métaphysique des Temps Modernes dont la philosophie nietzschéenne serait l’éclatant aboutissement : « Au début de la philosophie moderne se trouve la proposition de Descartes : Cogito, ergo sum («Je pense, donc je suis»). Toute conscience des choses et de l’étant dans sa totalité se voit ramenée à la conscience de soi-même du sujet humain en tant que fondement inébranlable de toute certitude » (6).

Eric Voegelin montre le potentiel religieux des idéologies politiques, leur lien avec le processus qui caractérise la sécularisation, le développement de l’individualisme et du subjectivisme : il appelle « révolte égophanique de l’Occident » ce repli de l’homme sur son égo, désormais seule expérience fondamentale de l’humain (7). En ce début de XXI ème siècle, le terme de religion séculière désigne les multiples formes de la dissémination du religieux, travesti et invisible, dans la culture contemporaine : la politique, le sport, la science, l’école, la musique rock, le show-business, le cinéma, l’art, la médecine, les techniques de développement mental et corporel… (8).

L’identité des peuples s’est construit progressivement à travers des récits collectifs structurés en sorte de « mille-feuilles » qui s’imprègnent et se superposent mutuellement : ce sont les mythes successifs de fondation, les légendes, sans oublier l’histoire mythologisée qui, en Occident surtout depuis le Moyen Âge, contribue à former la conscience collective des peuples. La nation moderne a réussi à regrouper des ethnies, des langues, des groupes sociaux multiples, qu’elle a unifiés dans une communauté politique se représentant leur origine à travers un seul récit fondateur. Pour illustrer le potentiel mythique de l’idéologie politique, et sa fonction d’identification collective, nous avons choisi d’analyser l’exemple de la période jacobine de la Révolution française.

Le mythe fondateur de la Révolution française

Comme l’avait bien entrevu Jean-Jacques Rousseau, la religion civile ou politique conserve des « dogmes », ou une théorie équivalente dans sa forme d’adhésion, fondée sur des croyances nécessitant des pratiques rituelles, et donc l’invention d’un culte politique (9). Un texte de François-Antoine de Boissy d’Anglas (1756-1826) souligne combien la république se doit d’avoir sa propre religion, ses cérémonies, ses fêtes, ses prières, ses chants, son livre, son catéchisme, son calendrier (10).

Au niveau du contenu du dogme, la nouvelle « religion naturelle » est comme un culte rendu non plus à Dieu, mais à l’Être suprême, défini tour à tour comme l’Humanité, l’immortalité de l’âme, ou la Nature elle-même. Pour Robespierre, la religion universelle est sans conteste un culte de la Nature, légitimé par le décret du 18 floréal, an II. Ce culte patriotique prévoit de grandes fêtes grandioses et verdoyantes, comme dans les représentations du peintre David, allant jusqu’à donner lieu à un mouvement appelé « Théophilantropie » (11).

Nous avons là un merveilleux exemple de l’application du mécanisme appelé : « transfert du sacré » qui part du religieux pour aller au politique. Durkheim repère un processus identique pour toutes les périodes d’effervescence sociale, comme une sorte « d’aptitude de la société à s’ériger en dieu ou à créer des dieux » (12). Ainsi, « sous l’influence de l’enthousiasme général, des choses, purement laïques par nature, furent transformées par l’opinion publique en choses sacrées : c’est la Patrie, la Liberté, la Raison » (13). Des dogmes qui ont été transfigurés par la philosophie des Lumières et par les Jacobins en des valeurs et principes universels et sacrés.

C’est aussi l’hypothèse centrale de l’historien François Furet ; le jacobinisme est la configuration achevée d’un type de pensée qui s’expérimente en une forme d’organisation politique et sociale, qui s’est répandue en France dans la deuxième moitié du XVIII ème siècle, et qu’il appelle « société de pensée » (14). Les sociétés de pensée viennent combler un manque, une désagrégation de l’ancienne société traditionnelle « holiste », l’effritement et la décadence des anciennes solidarités corporatives et de l’autorité traditionnelle. La société de pensée n’a pas pour but d’agir ou de représenter, mais de dégager entre ses membres et par la discussion, une opinion commune, un consensus. Elle est un instrument à fabriquer de l’opinion unanime, une opinion consensuelle, une philosophie et une volonté d’agir commune : c’est « la volonté générale ». Comment maintenir dans la durée l’unité de ces complexes assemblages que sont les sociétés humaines ? L’oeuvre de Pierre Legendre n’aura de cesse de mettre en exergue les multiples « colles » qui, en dépit de la donne initiale et langagière de la séparation (15), assurent un équilibre général à l’édifice.

« La Référence » : il n’est point de société sans fiction fondatrice

Si la boussole est l’instrument de navigation qui, grâce au phénomène magnétique, indique le Nord, le scénario fondateur, quant à lui, se donne à voir en vertu de la méditation de symboles et d’images mis en scène dans des rituels, dans des cérémonies, dans des liturgies, dans des chorégraphies. C’est la raison pour laquelle le pouvoir, en son fond, n’est point rationnel : imposer un système normatif et des institutions requiert bien plutôt de manier, plus que les arguments d’experts et les éléments de langage des conseillers, la dramaturgie et la théâtralisation en ne laissant pas de se référer à une source de légitimité extérieure à l’immanence sociale.

Le politique mêle aujourd’hui les deux dimensions indissociables de la Vérité et de l’ornement de la Vérité, du discours de l’Absolu et de la mise en scène de l’Absolu. C’est ainsi que les Princes qui nous gouvernent utilisent jusqu’à plus soif les mythes fondateurs de la République auxquels cérémonies, liturgies et mise en scène confèrent la parole. Pierre Legendre formule cette idée de façon synthétique en livrant les incontournables mots de passe qui contribuèrent à l’édification de sa pensée : « trois concepts solidaires soutiennent [son] entreprise : anthropos, logos, dogma » (16).

  1. On pense ici à la figure du Christ, notamment dans De imitatione Christi de Thomas Kempis dont s’inspire saint Ignace de Loyola lorsqu’il fonde la Société de Jésus (1539). Le personnage de Jeanne d’Arc est quant-à-lui devenu l’incarnation du rassembleur par excellence de la France. Sans oublier des images ou des notions plus abstraites, comme celle de « progrès » qui sous-tend la plupart des récits historiques occidentaux depuis le XVIII ème siècle. Dans ce sens, les images jouent un rôle fondamental de catalyseur dans la représentation du monde « réel », d’un monde meilleur avec ses rêves de transformation : une façon de rendre possibles de potentiels projets visant à métamorphoser le domaine politique.
  2. Jean-Pierre Sironneau, Métamorphoses du mythe et de la croyance, Paris, L’Harmattan, 2000.
  3. Max Weber insiste sur les Ersatz-Religionen, ou religions de remplacement, tandis que Raymond Aron définit « les religions séculières » comme « les doctrines qui prennent dans les âmes de nos contemporains la place de la foi évanouie » (R. Aron, L’Âge des empires et l’Avenir de la France, éditions de la Défense de la France, Paris,1946). Tel le socialisme, à la fois religion et antireligion, puisqu’il ramène concrètement sur terre une forme de l’espérance religieuse.
  4. Éric Voegelin, Les Religions politiques, Paris, Cerf, 1994.
  5. Depuis cinquante ans, les principaux responsables économiques et politiques de la planète se retrouvent fin janvier en Suisse, à Davos, pour la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF selon l’acronyme anglais en vigueur). Le pouvoir incarné par cette célébration informelle du capitalisme mondialisé exprime les grandes orientations que les gouvernements occidentaux sont priés de mettre en oeuvre. Cf., Klaus Schwab et Thierry Malleret, Covid-19 : La Grande Réinitialisation, Forum Publisching, septembre 2020.
  6. Martin Heidegger, Nietzche II, Paris, Gallimard, 1971, p. 105.
  7. C’est chez Joachim de Flore (1130-1202) qu’Éric Voegelin va chercher les sources de ce qu’il nomme « La Gnose » (qu’il ne faut pas confondre avec l’ancienne gnose de l’Antiquité, qui prend racine dans les courants hermétiques du néo-platonisme). Ce terme désigne les idéologies politiques traduites en religions séculières qui vont culminer chez Hegel. La Gnose se transforme alors en philosophie de l’histoire : l’homme perd tout contact avec la réalité et, pour détourner une formule aristotélicienne, il « s’enfuit dans les mots ». La crise de la modernité est une crise des idées, mais c’est surtout une crise du langage (idée que l’on retrouve chez Nietzsche).
  8. Cf., Albert Piette, Les Religiosités séculières, Paris, PUF, 1993.
  9. Jean-Jacques Rousseau, Le Contrat social, « De la religion civile », Paris, Garnier, 1943, pp. 334-335.
  10. Quelques idées sur la liberté, la révolution, le gouvernement républicain et la constitution française (1792), in Hervé Leuwers, La Révolution et l’Empire, Paris, PUF, 2011. « Et le temps rendra religieux et sacrés nos institutions et nos usages nouveaux ».
  11. Albert Mathiez, La Théophilantropie et le Culte décadaire. Essai sur l’histoire religieuse de la Révolution : 1796-1801, Genève, Slatkine-Megariotis, 1975. Voir aussi du même auteur, Études sur Robespierre, Paris, Éditions Sociales, 1958.
  12. Émile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, 1979, pp. 305-306.
  13. Jean-Pierre Sironneau, op. cit., p. 36.
  14. François Furet, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard, 1978, p. 224.
  15. Nous faisons référence ici à l’anthropologie structurale de Claude Lévi-Strauss et à la psychanalyse de Jacques Lacan. L’homme est un animal qui parle ; il est l’animal doué de langage, propriété singulière qui l’installe de facto dans un rapport distancié au réel, comme si la nomination des choses par les mots, c’est-à-dire la résurrection du monde dans le verbe, lui interdisait le luxe d’une adaptation immédiate à ses conditions de vie. En lieu et place du monde quasi-symbiotique qui caractérise l’être-dans-son-milieu de l’animal, l’homme expérimente bien plutôt le régime de la césure généralisée : déchirure d’avec le monde, coupure d’avec les autres et division d’avec soi-même, car le langage introduit également une scission à l’intérieur du sujet.
  16. Pierre Legendre, Le visage de la main, Paris, Belles-Lettres, 2019, p. 13.

 

Bretagne : un imaginaire aux frontières du monde visible et du monde invisible

« Que serait un individu sans déterminations ? Nous naissons au milieu d’elles, d’emblée héritiers d’une nation, d’une région, d’une famille, d’une race, d’une langue, d’une culture. Ce sont elles qui constituent et nourrissent notre individualité. »

Mona OZOUF, Composition française. Retour sur une enfance bretonne, Paris, Gallimard, 2009.

Les rapports entre le réel et l’imaginaire dévoilent la complexité de la condition humaine. Des souvenirs de l’enfance aux souhaits de l’âge mûr, des angoisses refoulées aux projections dans le futur, ils révèlent une donnée essentielle : les conditions physiologiques et matérielles à partir desquelles la vie se déploie restent lacunaires pour comprendre les formes de l’expérience vécue. L’activité onirique de l’individu témoigne ainsi des liens qui unissent les mécanismes de l’inconscient à sa personnalité.

L’aptitude et la volonté d’agir dans le monde social obéissent assez souvent à de lointaines et obscures motivations. Si l’on élargit le point de vue, force est de constater qu’un peuple, une nation cherche toujours à fonder son équilibre et sa stabilité en affrontant les contraintes naturelles. De sorte que la définition d’un intérêt commun suppose une économie générale au sein de laquelle s’accordent les besoins individuels et des représentations encore bien plus vastes, là où se mêlent les idées à la fois de destin commun et d’attachement au passé.

Parce qu’elles véhiculent des visions de l’univers, des croyances et des désirs enfouis dans la psyché, le degré d’objectivité de ces productions de l’esprit est discutable ; si l’on s’en tient aux principes de la connaissance expérimentale, leur origine et leur nature constituent d’emblée un obstacle épistémologique de première importance. L’imaginaire n’est-il pas d’abord une faculté qui nous est offerte de s’extraire d’un flux temporel irréversible qui achèverait inlassablement le sens de notre présence au monde, aux êtres et aux choses dans une bien monotone immédiateté ? (1).

Une identité opprimée par la République et pourtant, un peuple lié à l’histoire de France

La mémoire de la Bretagne est à la fois multiple et contradictoire. Sa langue, ses origines la rattachent à un monde celte tourné vers l’Atlantique et dispersé entre le pays de Galles, l’Irlande et les Cornouailles. La Bretagne est cette terre qui a fournit à la France, en la personne de Bertrand Du Guesclin, un connétable illustre et un défenseur intrépide lors de la guerre de Cent Ans (2) ; elle est également cette nation qui a brandit l’étendard de la révolte contre Louis XIV et contre le Régent (3).

Sa fidélité à Dieu et au roi a conduit la Bretagne à lever, contre la République et contre Bonaparte, les plus irrésistibles et les plus endurants de leurs adversaires : les derniers chouans (4). Elle est aussi ce territoire dont les fils s’illustrèrent plus qu’aucun autre lors de la Grande Guerre pour la défense des frontières d’un pays dont on a peine à croire qu’il n’était pas le leur (5).

C’est dire que l’histoire de la Bretagne peut être lue alternativement à fronts renversés. L’histoire d’un royaume indépendant, indûment annexé par l’expansionnisme français, un espace géopolitique doté d’une langue et d’une culture irréductibles ; la chronique d’un peuple condamné à l’humiliation par la prétention jacobine à un universalisme abstrait.

Ce qui rend la méditation de Mona Ozouf si belle et singulière, c’est la lucidité avec laquelle une grande intellectuelle censée être ralliée à la diffusion d’un universalisme intransigeant, affronte et analyse en elle cette part irréductible d’une identité non choisie, d’une appartenance héritée, trouvée dans son berceau. De façon instinctive, elle comprend qu’en y renonçant, elle tournerait alors le dos à son identité même : « Cette part non choisie appelle des devoirs. Il nous revient d’approfondir nos appartenances, de les cultiver, de les rendre visibles. Et si le regard d’autrui s’avise de transformer ce cadeau original en tare, alors il nous faut choisir ce que nous avons subi, et retourner la honte en fierté » (6).

La Bretagne du roi Arthur est pleine de mystères, de forêts et de sources, de diableries et de métamorphoses…

Les images ont une histoire. Elles se déroulent sur des étendues affranchies des tracés biographiques d’innombrables orbites personnelles. Poreuses aux ruissellements de significations, dispersées dans les archives d’outre-tombe de la nature humaine, en germe des audaces du moment, ou convoquées par cette « nostalgie de l’avenir » (Rainer-Maria Rilke) dont les utopies de l’Âge Moderne ont endommagé la généreuse hospitalité, les représentations agissent dans les arcanes et les ressacs des entreprises collectives.

Dans ses Souvenirs (7), Alexis de Tocqueville a essayé de saisir « les traits confus qui forment la physionomie indécise de son temps ». À peu près à la même date où Marx rédige Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (et en des termes presque identiques), il observe une résurgence fantomatique du passé où se sont abreuvés l’idéal et les images du soulèvement de 1848. Il constate que la terrible originalité des évènements n’a pas empêché une trop visible imitation qui a réussi à en diminuer la portée : « Toutes les imaginations étaient barbouillées par les grosses couleurs que Lamartine venait répandre sur ses Girondins. Les hommes de la Révolution étaient vivants dans tous les esprits, leurs actes et leurs mots présents à toutes les mémoires » (8). L’empreinte de cette réminiscence était si forte qu’il lui semblait qu’on était toujours occupé à mimer la Révolution française plus encore qu’à la continuer.

Pour Tocqueville, ce phénomène tient à une vision littéraire de la politique propre à ses compatriotes. Elle véhicule des sentiments et des récits qui invitent à succomber à la nouveauté et à l’aventure plus qu’à affronter la réalité : « […] à aimer un tableau intéressant plus que ce qui sert, à se montrer sensible au bien jouer des acteurs, indépendamment des conséquences de la pièce, et à se décider enfin par des impressions plus que par des raisons » (9).

Cette mentalité ne découle cependant pas de la fascination que réveille, chez certains lecteurs, une beauté romanesque illustrant une cause supérieure autour de laquelle gravitent les héros tourmentés de l’univers de Dostoïevski, de Hugo et de Zola, puis plus tard, celui de Paul Nizan et d’Arthur Koestler. De notre point de vue, le matériau littéraire est un fonds dans lequel « la vieille histoire de l’humanité » puise par analogie la signification de faits qui paraissent inédits ou imprévus au sujet. Les champs du possible sont vastes parce qu’alimentés par l’inquiétude (très naturelle à nos yeux) de l’esprit du peuple, inévitablement agité par les désirs, les besoins, les idées et les instincts de la foule (10).

L’action collective est ainsi animée par l’incomparable énergie accumulée dans les émotions partagées et les croyances qui baignent dans une sensibilité diffuse et sans contrôle. Dans les périodes de crise, tous ces éléments se combinent et installent une atmosphère volcanique, les passions particulières s’échauffant et s’extériorisant d’une manière colérique, éruptive et désordonnée.

Le roi Arthur est ce héros qui se tient aux frontières du réel et de l’imaginaire. Si son existence dans l’Histoire est bien attestée, la légende et la chanson de geste vont forger autour de lui un mythe qui alimente à la fois des enjeux politiques et le rêve d’une société harmonieuse. Seigneur médiéval et chef de guerre, il rassemble les peuples qu’il gouverne à travers le symbole du Graal. N’oublions pas qu’Arthur se traduit par « ours » qui se prononce ursus en latin, arz en celte et arktos en grec ancien. Cet animal est emblématique de la force et de la connexion des êtres vivants avec l’énergie de la Terre et les cycles de la Nature. Vénéré dans de nombreuses traditions comme un puissant totem (11), il symbolise l’esprit guerrier : il inspire celles et ceux qui ont le courage de se battre contre l’adversité.

De la même façon, le Graal est une représentation qui traverse le temps depuis les origines des civilisations indo-européennes. Il est associé au chaudron d’immortalité du Dieu druidique Dagda ou à la corne d’abondance. Gardé par le Roi et sorti pour les banquets, il promet que la nourriture sera en abondance d’année en année. Plus tard, quand l’Europe entre dans la chrétienté, le Graal se métamorphose. Il devient le saint calice qui recueille le sang du Christ : il représente alors le passage d’un monde païen vers un monde chrétien. Dès lors, il apparaît comme le symbole de ce qui survit quand le monde change, c’est-à-dire la permanence de la tradition.

Résumons : face aux ravages de l’idéologie du progrès et la folie destructrice du capitalisme de prédation (12), nous savons à présent que nul ne peut vivre de seules normes abstraites. Avec sa langue, sa géographie, ses moeurs, sa religiosité, ses traditions, la Bretagne nous offre un monde à contempler, à connaître et à comprendre. Il s’agit là d’un véritable trésor fait de sensations, de souvenirs, de paysages, d’amitiés et de liens d’affection. Parce que la Bretagne nous a donnée à aimer à travers des visages, des lieux, des personnes, elle nous a permis de vivre une existence liée par mille et un attachements. La Bretagne, en suscitant en nous un amour instinctif et charnel pour cette Terre et ses habitants, nous a permis de sublimer une adhésion réfléchie à des principes de valeur universelle.

Là est la source vive, le souvenir et le secret qui donnent chair et âme à notre vie intérieure.

  1. Gaston Bachelard parle de rêveries pour décrire les multiples facettes de ce moyen de libération à l’égard des trois mondes : le monde personnel, le monde inter-humain et le monde environnant. Il évoque les instances psychiques en correspondance avec leurs limites : le cosmodrame, le sociodrame et le psychodrame. Cf., Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Paris, Corti, 1948, p.77.
  2. « Le courage donne ce que la beauté refuse ». Telle était la devise de cet indomptable guerrier qui prit la tête des armées royales et chassa les Anglais de France pendant la seconde moitié du XIV ème siècle. Bertrand Du Guesclin était un homme d’action : par sa bravoure, son flair et sa ténacité, il gagna le respect du roi Charles V et participa à la reconstruction de l’État. Il fut « L’Aigle de l’Occident », le gardien d’un royaume empêtré dans les conflits de succession, affamé par les mauvaises récoltes, touché de plein fouet par la peste. Son héritage est celui d’un chevalier, le combattant des légendes et des remparts démantelés. Voir Yves Jacob, Bertrand Du Guesclin, Connétable de France, Paris, Tallandier, 1992.
  3. Cf., L’Arrestation du marquis de Pontcallec, par Théophile Busnel, 1884, Rennes, Bibliothèque des Champs libres.
  4. Roger Dupuy, Les chouans, Paris, Hachette, 1998. La véritable chouannerie commence lorsque L’Armée Catholique et Royale est battue en janvier 1794. Elle prend le relais de la Vendée militaire et connaît, entre 1794 et 1800, trois étapes. La première correspond à celle des violences paysannes à la suite des ravages causés par ceux que l’on appelle : « Les bleus » (1794-1795). La seconde débute après l’échec de Quiberon (1795-1796). La troisième chouannerie est postérieure à la pacification de Hoche. Elle est marquée par l’illusion des royalistes, particulièrement de Cadoudal, de transformer les paysans en armée régulière. Celui-ci dépose les armes le 12 février 1800.
  5. Sur l’inégalité républicaine devant la mort, voir Didier Guyvarc’h et Yann Lagadec, Les Bretons et la Grande Guerre. Images et histoire, Presses Universitaires de Rennes, 2013 ; voir également Jean-Pascal Soudagne, Les Bretons dans la guerre 14-18, éd. Ouest-France, 2014.
  6. Mona Ozouf, op. cit., p. 98.
  7. Alexis de Tocqueville, Souvenirs [1851], Paris, Gallimard, 1999, p. 11.
  8. Ibid., p. 72.
  9. Ibid., p. 90.
  10. Ceci compose le terreau à partir duquel les novateurs font fructifier « tant de figures monstrueuses ou grotesques » (Ibid., p. 102).
  11. Cf., Les Fêtes de l’ours en Vallespir (Pays Catalan).
  12. Voir par exemple le combat mené par l’association « Berder Ensemble » pour préserver un espace (L’Île Berder) menacé par de potentielles violations des règles d’urbanisme et de la loi littoral.

 

L’après Covid-19 : pourra-t-on encore rêver New York ?

« Nous étions arrivés balancés par des filins d’acier. Du haut de nos chevaux, nous regardions les fumées. De l’asphalte, des morceaux de pneus, de la gomme et des souliers. J’ai dit : nous détacherons les ponts de cette cité pour qu’elle puisse s’envoler. Pour qu’il n’y ait plus de sang, de sueur ni de larmes. Seulement le silence, coincé entre mon rêve et deux océans. »

Yves Simon, J’ai rêvé New York,1974.

Urbaine par excellence avec 90 % des cas enregistrés dans les villes (1), la pandémie a mis en évidence la fragilité de la métropolisation. La Covid-19 a massivement accentué les inégalités préexistantes : ce sont les milieux défavorisés qui payent le plus lourd tribut à cette crise. Cela se traduit par des taux de contagion et de mortalité plus élevés, s’expliquant en partie par la promiscuité et le manque d’espace disponible pour isoler les malades dans les logements populaires. À cela s’ajoute le fait que les travailleurs dits « essentiels », c’est-à-dire en première ligne face au virus, sont aussi très souvent les plus précaires : livraison, nettoyage, grande distribution, etc. (2).

Les métropoles sont ainsi face à leurs contradictions : la Covid-19 creuse encore davantage le fossé socioéconomique qui sépare leurs composantes. Les grandes métropoles américaines ont par exemple payé un prix élevé à l’épidémie qui les a durement éprouvées. L’ère qui s’ouvre risque de voir un certain nombre de tendances de fond urbanistiques s’accentuer, ce qui va modifier profondément la géographie des États-Unis. Les évolutions constatées outre-Atlantique étant très souvent répliquées en France, c’est un sujet à suivre de très près…

Un nouveau « Grand Déménagement » ?

Les métropoles ont façonnées une architecture pour la globalisation (3) en formant un réseau de villes-mondes qui concentrent les populations, les richesses, les services à haute valeur ajoutée, les technologies, les connaissances et les pouvoirs.

Leur imaginaire est fondé sur la célébration des flux et de la mobilité ; une sanctification assurée par les systèmes de transports collectifs ainsi que par les réseaux aériens, maritimes et numériques qui gouvernent des chaînes de valeur aujourd’hui démesurément étendues.

Elles impulsent et mettent à profit la polarisation des emplois et des revenus, des talents et des entreprises, des centres de décision et de l’espace avec pour contrepartie, une hausse vertigineuse des prix de l’immobilier.

Richard Florida et Joe Kotkin viennent de signer un article important sur l’avenir des villes américaines au sortir de la crise sanitaire (4). Que prévoient les deux célèbres géographes ? Ils estiment le nombre d’Américains qui vont déménager entre 14 et 23 millions de personnes. Soit un mouvement de population comparable Continuer la lecture

De quoi l’affaire de L’Île Berder est-elle le nom ?

« Fini l’amour du prochain ! Il faut confier le destin du monde aux pires d’entre les hommes, ceux qui veulent toujours plus, quels que soient les moyens à employer. Eux seuls sauront faire en sorte que la richesse s’accroisse et ruisselle ensuite sur le reste des hommes. Et c’est là le véritable plan de Dieu dont il résultera un quasi-paradis sur terre. Pour ce faire, Mandeville (1670-1733) a élaboré un art de gouverner – flatter les uns, stigmatiser les autres – qui se révélera bien plus retors et plus efficace que celui de Machiavel, parce que fondé sur l’instauration d’un nouveau régime : la libération des pulsions. On comprend pourquoi Bernard de Mandeville fut de son vivant surnommé Man Devil (l’homme du Diable) et pourquoi son paradis ressemble à l’enfer. »

Dany-Robert Dufour, Baise ton prochain. Une histoire souterraine du capitalisme, Paris, Actes Sud, 2019.

La question que nous souhaitons aborder ici est celle des contentieux qui opposent les associations locales défendant le libre accès au littoral et les propriétaires des terrains riverains du domaine public maritime. La presse locale se fait régulièrement l’écho de batailles juridiques pour assurer le libre passage des promeneurs en bord de mer : rappelons que celui-ci est protégé par la servitude de passage des piétons sur le littoral (SPPL) institué en 1976 à l’échelle nationale.

Certaines de ces affaires sont couvertes par les médias nationaux et font l’objet d’importantes mobilisations citoyennes. C’est le cas du conflit qui oppose un promoteur immobilier rennais à quatre associations de défense de l’environnement. Celles-ci craignent que ce projet d’un autre temps vienne dénaturer le cadre de L’Île Berder (Golf du Morbihan), sa végétation, ses plages que l’on peut découvrir le long du sentier côtier ainsi que ses bâtiments datant du XIXème siècle (1).

Le promoteur à pour ambition d’installer un complexe hôtelier de luxe comprenant 80 chambres avec piscine et parkings dédiés. À l’origine, ce sont les soeurs de Saint François d’Assise qui ont loué à LVT (Loisirs Vacances Tourisme) pour offrir aux familles, classes scolaires et autres colonies de vacances l’occasion de découvrir le milieu marin. Puis Yves Rocher a souhaité installer une thalasso… Le projet donne immédiatement lieu à de fortes mobilisations qui se traduisent par plus de 15 ans de procédures. Cette résistance de la population a permis de maintenir le bail de LVT jusqu’à la fin. Et c’est en 2016 que le groupe immobilier rennais fait l’acquisition de l’île pour en faire une enclave dédiée aux amateurs de beaux espaces. Des esthètes soigneusement préservés des gens ordinaires…

Le conflit illustre à l’envie cette tension devenue prégnante entre bien commun et propriété privée (2) : une polarisation de plus en plus forte qui se cristallise autour de la destination des espaces naturels. La nature est aujourd’hui considérée comme un bien commun auquel tout un chacun à un droit d’accès libre et égal. Aussi, l’appropriation privative d’espaces considérés comme « naturels » heurte-t-elle cette présomption de libre accès, suscitant différentes formes de réprobation sociale qui vont de Continuer la lecture

Décision contre délibération : une théologie politique

« L’antagonisme politique est le plus fort de tous, il est l’antagonisme suprême, et tout conflit concret est d’autant plus politique qu’il se rapproche davantage de son point extrême, et de la configuration opposant l’ami et l’ennemi. »

Carl Schmitt, La notion de politique. (1).

Les critiques adressées par Carl Schmitt à la République de Weimar peuvent-elles apporter des solutions dans les réflexions actuelles visant à penser certaines limites des principes démocratiques ?

Le fait de se réclamer publiquement des droits de l’homme, de la démocratie ou bien de la République n’a jamais empêché certains régimes d’exercer une domination arbitraire ainsi que les pires violences sur les populations administrées. Comment un régime politique fondé sur des bases constitutionnelles peut-il garantir la stabilité de la société lorsque son autorité est remise en cause et que s’installe l’État d’exception ?

Le livre de Carl Schmitt Die Diktatur, publié en 1921 chez Duncker & Humblot, constitue une des premières réponses de Schmitt à cette question problématique. Il s’agit d’une étude théorique sur la nature de la dictature, depuis l’ancienne Rome jusqu’au régime de Lénine : cette plongée dans l’histoire aboutit à une réflexion sur le rôle que pourrait jouer le président de la République de Weimar à partir de l’article 48 de la Constitution.

Le but de Carl Schmitt est d’essayer de comprendre de quelle manière le recours à un pouvoir dictatorial peut préserver la société des violences qui menacent sa tranquillité. La question n’est pas simple car la dictature peut également être invoquée par des gouvernements révolutionnaires tels que les Jacobins ou bien les bolcheviques (2). Il s’agissait d’un régime transitoire justifié par les circonstances d’une époque donnée, appelant elle-même à la mise en place « d’un droit d’exception » (3).

Le titre La dictature reprend celui donné par Donoso Cortès à son discours de 1849 prononcé à l’Athénée de Madrid (4). Selon Carl Schmitt, les auteurs de la contre-révolution catholique avaient compris, bien avant Marx et Engels, que seul un pouvoir dictatorial pouvait évincer celui qui était en place.

Combattre la méchanceté naturelle de l’homme : critère décisif pour fonder l’absolutisme de l’État

Puisque l’homme est naturellement mauvais, la survie de la société nécessite l’existence d’un pouvoir fort, pouvant revêtir dans les situations d’exception, la forme d’une dictature. Pour Carl Schmitt, le peuple est beaucoup trop imprévisible et irrationnel pour qu’il soit possible de passer un « pacte » ou un « contrat » avec lui. Le seul recours dont le titulaire du pouvoir peut disposer, Continuer la lecture

Crise : une notion polysémique

Pourquoi faut-il parler de « crise », s’interroge la professeur de théorie politique Myriam Revault-d’Allonnes avant de proposer une réponse :

« Précisément parce que la capture initiée par la modernité a touché aux fondements mêmes du savoir et de l’autorité qui a entraîné les questionnements incessants sur sa propre légitimité. La volonté d’émancipation des modernes à l’égard de toutes les significations établies, héritées de la coutume et de la tradition a fait qu’il n’y a plus de sens univoque qui vaille avec une évidence incontestée. La dissolution des repères de la certitude se traduit par une triple rupture ou triple crise : crise des fondements, crise de la normativité, crise de l’identité. De cette rupture déclarée procède pour la modernité la nécessité de trouver sa normativité en elle-même. »

Myriam Revault-d’Allonnes, La crise sans fin. (1).

La notion de crise renvoie initialement au domaine médical : elle décrit une situation d’urgence nécessitant une réponse décisive, voire irréversible. Mais comme bien d’autres notions, elle s’enrichit également au fil du temps au point d’en devenir polysémique. L’historienne du politique Danièle Tartakowsky définit la crise tour à tour ainsi : un état d’ingouvernabilité (crises politiques et/ou révolutionnaires), un symptôme de malaise et/ou de transformation sociaux dont le sens n’est livré qu’a postériori, un évènement qui, en changeant radicalement la donne et les rapports de force, interdit toute réflexion à partir des repères et des subjectivités anciens, ou encore un processus plus ou moins apprivoisé, réactivant graduellement les rationalités ordinaires suspendues par la « crise évènement» (2).

Les répercussions sociales et politiques des pandémies

En 1832, Paris est frappée par la grande épidémie de choléra. En quelques mois, la maladie emporte 20 000 personnes dans une ville qui compte alors 650 000 habitants. La plupart des décès surviennent au coeur de la ville, là où vivent dans des conditions sordides de nombreux travailleurs pauvres attirés dans la capitale par la Révolution industrielle. La progression de la maladie avive les tensions de classe, les riches reprochant aux pauvres de propager la maladie et les pauvres pensant qu’on les empoisonne.

Très vite, l’animosité et la colère se portent sur la figure du roi déjà contesté et impopulaire. C’est à l’occasion des funérailles du général Lamarque, victime de l’épidémie et défenseur des causes populaires, que vont se déclencher d’importantes manifestations contre le gouvernement : ces scènes de rues barricadées sont immortalisées dans Les Misérables (1862) de Victor Hugo. Selon bon nombre d’historiens, la conjonction de l’épidémie avec les tensions sociales et politiques préexistantes est l’une des causes principales de ce que l’on appelle l’Insurrection républicaine de 1832 : elle peut expliquer à son tour la répression mise en place par les autorités et les révoltes populaires qui se sont déroulées à Paris au cours du dix-neuvième siècle (3).

De la peste de Justinien à l’épidémie de grippe de 1918 en passant par la Peste Noire (4), l’histoire regorge d’exemples de flambées infectieuses aux répercussions de long terme pour la société. Celles-ci ont bouleversé l’ordre établi, reconfiguré le politique et dans certains cas, semé des troubles sociaux. Pourquoi ? Il est possible que l’épidémie révèle ou aggrave des lignes de fractures préexistantes dans la société telles que l’insuffisance des dispositifs de protection sociales, le manque de confiance dans les institutions ou le sentiment que la classe dirigeante est indifférente, incompétente voire corrompue.

L’étude des troubles sociaux se heurte à la difficulté d’établir le moment où ils surviennent. Que ce soit pendant ou bien immédiatement après une pandémie, les séquelles sociales qui se manifestent sous la forme de violences n’apparaissent Continuer la lecture

De la république du traçage à la société de surveillance cybernétique

« La nouvelle aristocratie était constituée pour la plus grande part de bureaucrates, de savants, de techniciens, d’organisateurs de syndicats, d’experts en publicité, de sociologues, de professeurs, de journalistes et de politiciens professionnels. Ces gens, qui sortaient de la classe moyenne salariée et des rangs supérieurs de la classe ouvrière, avaient été formés et réunis par le monde stérile du monopole industriel et du gouvernement centralisé. Comparés aux groupes d’opposition des âges passés, ils étaient moins avares, moins tentés par le luxe, plus avides de puissance pure et, surtout, plus conscients de ce qu’ils faisaient, et plus résolus à écraser l’opposition ».

George Orwell, 1984, Folio, p. 291

Aborder la problématique du biopouvoir (1) consiste à étudier la mise en place au XVIII ème siècle d’une technologie de gouvernement singulière : distincte des mécanismes disciplinaires classiques, elle a pour objet la population et entreprend de la gérer à partir de la connaissance des phénomènes qui lui sont propres (natalité, mortalité, longévité, morbidité, etc.). Alors que la discipline, comme l’a montré Surveiller et punir (1975), s’exerce par un dressage individuel du corps, le biopouvoir – qui ne se substitue pas à la discipline, mais fonctionne à un autre niveau – cherche, par des mécanismes globaux, à réguler les processus de l’homme-espèce : « Fixer un équilibre, maintenir une moyenne, établir une sorte d’homéostasie, assurer des compensations ; bref, installer des mécanismes de sécurité autour de cet aléatoire qui est inhérent à une population d’êtres vivants » (2).

Le sujet qui nous intéresse ici est celui de l’articulation du biopouvoir avec la question du libéralisme. L’émergence du biopouvoir n’est pas seulement décrite par Foucault comme l’évènement d’une importance centrale pour l’essor du capitalisme : elle se trouve replacée à l’intérieur de la mutation plus profonde que constitue la naissance de la raison gouvernementale libérale.

Le libéralisme, « cadre général de la bio-politique » : force est de constater que cette thèse, étonnante en 1978-1979, n’a rien perdu de sa pertinence. Il nous faut d’abord préciser que le libéralisme, tel qu’il est envisagé par Foucault, ne désigne pas tant une théorie économique ou juridique qu’une tentative pour rationaliser la pratique gouvernementale, selon un principe d’économie maximale. C’est ainsi que le libéralisme est lié, dans sa genèse même, au problème du coût du pouvoir. Non pas simplement : comment gouverner mieux au moindre coût (c’est la question que se pose tout pouvoir soucieux de maximiser ses effets), mais comment ne pas trop gouverner, puisque tout un ensemble de choses échappent par nature au contrôle du gouvernement.

De la loi à l’économie politique

En 1977, lors d’une intervention sur le rôle des institutions judiciaires (3), Foucault définit encore le libéralisme de façon classique, le caractérisant comme limitation légale du pouvoir par la loi : « Il me semble que la grande formule qui a été mise au point à la fin du XVIII ème siècle, c’est ce que pourrait appeler la formule du libéralisme-légalisme : liberté-loi. Le système liberté-loi, c’était une certaine manière d’envisager, de définir la façon dont on pourrait exercer le pouvoir : dans un schéma de l’économie rationnel on considère les individus comme sujets de droit détenant un certain nombre de libertés, et liés par un certain pouvoir qui limite lui-même son exercice par la loi ».

En 1979, ce n’est plus en termes de loi, mais d’économie politique qu’est définie Continuer la lecture

La crise est une menace constante qui pèse sur les démocraties

« A l’origine de ce trouble, il y a le sentiment attristant et irritant qu’éprouvent les hommes d’à présent d’être saisis et entraînés par un engrenage économique et social sur lequel ils n’ont point de prise et qui fait d’eux des instruments ».

Vœux du général de Gaulle, président de la République Française, 31 décembre 1968

La France affronte aujourd’hui une convergence de crises sans précédent depuis les années 1930. Cette fois, ce n’est pas en raison de l’instabilité politique née du parlementarisme, mais du fait de la dérive d’un État qui démultiplie les risques qu’il est censé assurer.

Le reconfinement porte un coup très violent à notre économie. En 2020, la récession va dépasser les 11% du PIB et limitera son rebond en 2021 à 5% (1). L’écart n’a cessé de se creuser entre la posture Jupitérienne d’Emmanuel Macron et ses échecs à répétition dans la gestion des crises, du mouvement dit des « Gilets jaunes » à la pandémie liée à la Covid-19 en passant par le terrorisme islamiste.

Au-delà de son désintérêt manifeste pour les missions régaliennes de l’État (c’est logique, puisque pour un néolibéral, ce sont le marché et le droit qui font les sociétés), sa stratégie du « en même temps » s’est révélée délétère. Efficace en période électorale, cette politique du chien crevé au fil de l’eau se révèle être incompatible avec le gouvernement d’une démocratie par gros temps. Celle-ci exige la mise en oeuvre d’une stratégie qui soit claire, cohérente et compréhensible par tous.

Comme très souvent, les mots sont en total décalage avec la réalité. Face à l’épidémie et à la violence, ils n’ont cessé de jurer avec les faits et les actes : les incessants changements de cap sont allés de pair avec la rigidité des mesures. Pire, le mépris affiché envers les citoyens tenus pour irresponsables permet de justifier la dérive autoritaire du régime.

L’État est devenu le problème et le peuple français la solution

A force de s’étendre et de confondre le politique avec les dépenses financées par l’endettement, l’État a perdu de sa légitimité et de son efficacité. L’épidémie de la Covid-19 est un test cruel et impitoyable qui met en lumière le manque d’anticipation et d’adaptation, l’incapacité à coordonner l’action des ministères, des collectivités locales et des entreprises, sans oublier le retard numérique et la faillite opérationnelle des grands appareils publics (2).

Le lundi 9 novembre 2020, nous avons commémoré le 50 ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle. C’est l’occasion de nous rappeler que pour le fondateur de la V ème République, le capitalisme est atteint, selon sa propre expression, d’une « infirmité morale » qui doit être corrigée. Pour lui, affronter les crises, c’est le lot commun de l’homme démocratique : c’est comme ça, il faut qu’il s’y fasse.

La crise, de quelque nature qu’elle soit, comporte toujours trois temps. D’abord, la résistance comme réaction qui acte le refus du renoncement. Ensuite, la faculté de redressement, de rebond, qui est la manière de surmonter le choc. Enfin vient le temps de la reconstruction : c’est très certainement le moment le plus délicat puisqu’il s’agit Continuer la lecture

La littérature contre la prétention des tenants du Néolibéralisme qui rêvent de rendre l’humanité calculable

« La politique dans une œuvre littéraire, c’est un coup de pistolet au milieu d’un concert, quelque chose de grossier et auquel pourtant il n’est pas possible de refuser son attention. Nous allons parler de fort vilaines chose, et que, pour plus d’une raison, nous voudrions taire ; mais nous sommes forcés d’en venir à des évènements qui sont de notre domaine, puisqu’ils ont pour théâtre le cœur des personnages.»

Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839, Livre second, chapitre XXIII.

La fameuse métaphore de Stendhal fait état d’un conflit, d’une tension problématique entre les abondantes réflexions d’ordre politique, économique ou social peuplant ses romans et ce qui serait proprement littéraire : l’économie, au même titre que la politique, se donnerait par rapport à la littérature comme un régime discursif radicalement étranger, ne pouvant intervenir en son sein que sur le mode de l’attentat, de l’irruption ou de la déchirure fondamentale.

Lorsqu’en 1865, depuis Wiesbaden en Allemagne, Dostoïevski débute l’écriture de Crime et châtiment, il vient de perdre sa femme et son frère : il a fui la Russie aux fins d’échapper à la prison pour dettes. Loin de sa terre natale, accablé par le chagrin et les soucis, l’écrivain s’emploie à défier les tenants de la modernité heureuse. Il abhorre le capitalisme, dont il a observé la toute-puissance à Londres et qui est en passe de transformer Saint-Pétersbourg.

Il situe son roman dans les bas-fonds de la capitale de Pierre le Grand : dans la deuxième moitié du XIX ème siècle, la cité est secouée de toutes parts. La révolution industrielle a changé la physionomie de la ville ; en quelques décennies, sa population a triplé. Dostoïevski écrit : « Les maisons closes fort nombreuses, la population d’ouvriers et d’artisans entassés dans ces ruelles et ces impasses du centre de Saint-Pétersbourg ». Il observe la société russe, écartelée entre les théoriciens du chaos et ceux de l’intérêt, qui bascule dans un narcissisme frénétique.

Dostoïevski méprise la bourgeoisie d’argent qui triomphe à Saint-Pétersbourg. Dans son roman, le personnage de Loujine est la caricature de l’arriviste enrichi : se piquant de progressisme, il n’hésite pas à livrer sa propre vision de la théorie de la main invisible d’Adam Smith : « En ne travaillant que pour moi, je travaille, par le fait, pour tout le monde ». C’est vrai que depuis Ricardo, les économistes libéraux anglais tentent de renoncer aux réflexions philosophiques pour se concentrer sur la formalisation mathématique.

Un crime contre l’esprit, selon Dostoïevski. Une aberration parfaitement décrite dans ce passage qui concerne une jeune fille ivre, perdue dans les rues de la ville : le héros du roman, Raskolnikov, lance : « Un certain pourcentage doit finir ainsi chaque année … et disparaître Dieu sait où … au diable sans doute pour garantir le repos des autres. Un pourcentage ! Ils ont de jolis petits mots ! Rassurants, techniques … ».

Avant la révolution industrielle, les paysans russes ont connu de terribles famines ; mais pour Fiodor Dostoïevski, rien n’est plus inhumain que la misère des grandes villes modernes. A un moment du récit, il s’attarde sur le parcours de l’ancien fonctionnaire Marmeladov. Incapable de nourrir sa famille, cet ivrogne impénitent Continuer la lecture

Empêcher le capitalisme de détruire la planète : un véritable projet politique d’émancipation pour les peuples de la Terre

« Tout se passe comme si une partie importante des classes dirigeantes […] était arrivé à la conclusion qu’il n’y aurait plus assez de place sur Terre pour elles et pour le reste de ses habitants. Par conséquent, elles ont décidé qu’il était devenu inutile de faire comme si l’Histoire allait continuer de mener vers un horizon commun où tous les hommes pourraient également prospérer. Depuis les années 1980, les classes dirigeantes ne prétendent plus diriger, mais se mettre à l’abri hors du monde ».

Bruno Latour, Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, La Découverte, 2017.

Manifestement, il n’est plus temps de s’inquiéter des impacts concernant une série d’évènements climatiques qui frappent l’opinion publique : c’est désormais l’intensité même des prélèvements de matières premières et d’énergie qui est devenue excessive, touchant gravement aux limites de la biosphère.

Mais prendre en compte la nécessaire limitation des activités du capitalisme mondialisé, n’est-ce pas toucher au cœur même de nos sociétés ? Si les problématiques liées à l’environnement sont devenues aujourd’hui centrales, les sociétés historiques n’ont pourtant jamais cessé de provoquer des dégradations diverses dans leur milieu naturel, avant de tenter de réparer les dommages provoqués, avec plus ou moins de bonheur.

Les questions de déforestation, de dégradation ou de perte des sols, de qualité de l’air et de l’eau, de pestilence, de bruit, etc., sont récurrentes. On a même vu certaines difficultés prendre un cours tout-à-fait tragique. En 2006, paraît en France un ouvrage important, écrit par Jared Diamond (1). Celui-ci fait un inventaire des civilisations qui se sont effondrées en raison de leur incapacité à répondre aux pressions écologiques de leur environnement : les Mayas, les Pascuans, les Anazis du Chaco Canyon et leurs voisins du Sud-Ouest des États-Unis d’Amérique, les Vikings, particulièrement ceux qui ont colonisé le Groenland.

Au-delà de ces exemples, si l’on veut bien pointer une capacité à détruire sans conséquences pour les populations, on peut aussi remonter en deçà des sociétés historiques. Il semblerait que, tout au long de la saga expansionniste d’Homo sapiens, nos ancêtres se soient régulièrement livrés à des massacres d’animaux relevant de la mégafaune, lorsque ceux-ci pénétraient dans des contrées vierges d’occupation humaine (2).

Le développement durable : un oxymore dévastateur

Les gouvernements représentatifs modernes entretiennent à dessein une confusion savamment distillée dans l’espace public. La vague néolibérale qui a déferlée sur la planète depuis les années 1980 a dû mettre en place une narration pour tenter de justifier les très graves atteintes de l’économie mondialisée sur les écosystèmes. Ce fût le rôle dévolu au concept de « développement durable », véritable tarte à la crème pour bobos-à-vélos. (3).

L’invention et l’utilisation massive des oxymores par le pouvoir en place a aujourd’hui atteint un degré inédit dans l’histoire : croissance verte, marché civilisationnel, financiarisation durable, etc. « Les oxymores ainsi utilisés peuvent alors favoriser la déstructuration des esprits, devenir des facteurs de pathologie et des outils de mensonge » (4). « Utilisé à dose massive, l’oxymore rend fou. […] Transformé en « injonction contradictoire », il devient un poison social. Le langage exprime déjà ces tensions et cette fuite devant le réel. Une novlangue libérale dont la fonction principale est de gommer les réalités qui fâchent, les aspects de la condition humaine qu’il convient de masquer, est en train de prendre la suite de l’ancienne novlangue nazie ou communiste » (5).

D’aucuns pensent que les démocraties ont en elles les ressorts nécessaires Continuer la lecture

De la stricte domination des masses par les mécanismes de la « viralité ».

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair obscur, surgissent les monstres ».

Antonio Gramsci, Les Cahiers de Prison, Cahiers 3, 1929-1935.

Nous vivons des évènements qui resteront sans doute dans les manuels d’histoire comme un moment exceptionnel, un fabuleux spectacle où les dirigeants ont décidé de couper net les activités économiques, de mettre les travailleurs au chômage technique, en même temps qu’ils transformaient nos démocraties en États policiers pour calfeutrer tout le monde à domicile. Il fallait couper le courant des flux humains et des flux économiques pour couper la propagation du virus.

Disons que ce black-out de deux mois est la première grande expérience d’une mondialisation malheureuse, après tant et tant d’années où des prophètes en transe ont chanté les vertus d’une mondialisation forcément heureuse.

Jadis, les virus se diffusaient dans l’ombre, à bas-bruit ; on ne se rendait compte de l’ampleur des épidémies qu’une fois celles-ci terminées. Aujourd’hui, par la grâce de l’information mondialisée, on a pu suivre, en temps réel, la propagation de la Covid-19 et ses conséquences, avec, en point d’orgue chaque soir, un décompte macabre des morts égrené par le directeur général de la santé.

Cette publicité faite au virus de Wuhan a mis entre parenthèses toute autre actualité, réduisant notre horizon de pensée à cette seule pandémie. Une véritable onde de choc systémique a déferlée sur la planète, en provenance de l’épicentre situé dans la province du Hubei, saisissant d’effroi la population mondiale. A la peur d’une contamination, on a vu s’ajouter la peur de la peur. Une sorte de peur au carré, résultat d’une inquiétude savamment entretenue par la technostructure en totale déliquescence, relayée par tous les médias de connivence.

Quand, jour après jour, on distille de la peur à haute dose, par capillarité médiatique, à jet continu pendant plus de deux mois, toutes les barrières de la raison, de l’élémentaire hygiène morale, volent en éclat. Plus rien ne tient. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une assignation à résidence fut décrétée non pas ici ou là, mais pays par pays, continent par continent, au point de concerner plus de quatre milliards d’humains. Du jamais vu !

Les noces incestueuses de la technocratie et du pouvoir médiatique

Ce qui s’est donné à voir ces derniers mois, c’est la confirmation de l’analyse de Guy Debord dans ses Commentaires sur la société du spectacle (1988). Le spectaculaire intégré qu’il décrit, c’est celui du pouvoir médiatique, celui de la technocratie et des divers « experts » leur servant la soupe. Le tout, bien sûr, en s’appuyant sur une science totalement désincarnée, science réduite à n’être plus qu’une industrie destinée à servir ses actionnaires, n’hésitant pas à falsifier les études pour de juteux retours sur investissements (1) …

C’est ainsi qu’une nouvelle Caste est apparue, celle des scientistes qui sont avant tout ce que l’on peut appeler « des savants de commerce », ou représentants de commerce, dont la mission est de légitimer l’oligarchie en lui fournissant, en bons commerciaux, les éléments de langage et autres tartes à la crème destinées à endormir le bon peuple.

Le monde a retenu son souffle, s’est mis à l’ombre, dans ses maisons et ses appartements, pour mieux laisser passer l’orage du coronavirus et tenter d’éviter la contamination. Ce confinement inédit par son ampleur est paradoxal : à la pointe de la modernité, la France a choisie une solution pour le moins archaïque, en partie pour n’avoir pas pu disposer, en quantités suffisantes, des moyens rudimentaires pourtant indispensables (masques, gants, protections pour les soignants …).

Continuer la lecture

Les « communs » : une nouvelle façon d’aborder la propriété

« C’est chose immorale que d’employer la propriété privée à soulager les mots affreux que cause la privation de propriété privée ; c’est à la fois immoral et déloyal […] Le socialisme, le communisme – appelez comme vous voudrez le fait de convertir toute propriété privée en propriété publique, de substituer la coopération à la concurrence – rétablira la société dans son état naturel d’organisme absolument sain, il assurera le bien-être matériel de chaque membre de la société. En fait, il donnera à la vie sa vraie base, le milieu qui lui convient. Mais pour que la vie atteigne son mode le plus élevé de perfection, il faut quelque chose de plus […] Dans un pays comme le nôtre, où la propriété confère des avantages immenses, position sociale, honneurs, respect, titres, et autres agréments de même sorte, l’homme, ambitieux par nature, se donne pour but l’accumulation de cette propriété. Il s’acharne, s’exténue à cet ennuyeux labeur d’accumuler, longtemps après qu’il a acquis bien au-delà de ce qui lui est nécessaire, de ce dont il peut faire quelque usage, tirer quelque plaisir, bien au-delà même de ce qu’il croit avoir. Un homme se surmènera jusqu’à en mourir pour s’assurer la possession, et vraiment quand on considère les avantages énormes que donne la propriété, on ne s’en étonne guère […] On regrette que la société soit construite sur une base telle que l’homme ait été engagé par force dans une rainure et mis ainsi dans l’impossibilité de développer librement ce qui, en lui, est merveilleux, fascinant et exquis, mis par là même hors d’état de sentir le vrai, la joie de vivre. »

Oscar Wilde, L’âme humaine sous le socialisme, 1891

Elle est la toute première femme a avoir reçu le prix Nobel d’économie : la politiste américaine Elinor Ostrom a été récompensée en 2009 pour ses travaux sur les « communs », une notion particulièrement riche que la pandémie de Covid-19 et la crise écologique a remis sur le devant de la scène.

Le premier bien commun, celui qu’il faut protéger de toute urgence, c’est bien sûr notre planète et ses ressources épuisables que sont l’eau, la terre, les forêts ; ce que certains économistes appellent les « communs » (1). Une théorie qui englobe également d’autres biens matériels comme immatériels (2).

Comment repenser notre rapport à ces ressources qui nous sont essentielles ? Faut-il prendre le chemin d’une gestion commune, à rebours de la sacralisation de la propriété privée ? Avec quelles implications ? Et plus largement, quelle nouvelle société se dessine après la tragédie du Covid-19 ? Les communs, concept à la fois politique et économique, nous proposent une nouvelle façon d’envisager la propriété.

Trois modes de conceptualisation de la propriété

Le consensus dogmatique élaboré au XIXe siècle, qui définit la propriété comme un droit absolu d’une personne sur une chose, n’ayant plus cours aujourd’hui, la question de la propriété, de ses fondements, et de ses limites ne peut plus se poser avant que l’on sache précisément ce qu’est la propriété.

L’enquête historique nous indique une piste : la pensée juridique est le véritable lieu pour une production de conceptualisations modernes de la propriété. Celles-ci ne se donnent jamais dans leur cohérence intelligible propre ; elles sont « encapsulées » dans le discours de la science juridique, elle-même soumise à la finalité du bon fonctionnement d’un système de normes positives.

Il nous faut donc tenter de restituer cette cohérence en procédant au démontage analytique des constructions normatives proposées, pour chercher dans un second temps à exposer le principe de leur logique interne, envisagé du point de vue d’un discours proprement philosophique, soumis au seul principe du libre usage de la Raison.

Il existe trois modes de conceptualisation de la propriété : la maîtrise souveraine (droit absolu, c’est-à-dire réel, suprême, perpétuel et exclusif d’un sujet actif et libre sur une chose matérielle ou réifiée) ; l’appartenance patrimoniale (rapport d’identité originaire entre un propriétaire et son patrimoine) ; et la réservation de jouissance (privilège temporaire opérant la réservation privative de certaines jouissances). Ainsi, gouverner des choses, administrer des patrimoines et jouir des biens qu’on exploite sont les trois figures de l’empire propriétaire moderne en Europe occidentale (3).

La santé comme idée supérieure du bien commun

La pandémie que nous affrontons oblige a repenser l’impératif Kantien (4) ; les capacités de l’esprit, animées par l’éthique et la responsabilité, devront nécessairement être orientées vers la réalisation du bien commun. Si nous continuons légitimement à nous penser comme individus singuliers, force est de constater que nous existons de moins en moins comme individus séparés des autres.

D’une certaine façon, le confinement nous a fait découvrir que nous partageons un destin commun : dialoguant entre nous grâce aux réseaux sociaux, nous accomplissons certaines tâches, même les plus banales comme les courses, avec un rituel de gestes et de précautions communes. Le masque obligatoire nous protège : il met également à égalité l’ensemble de nos expressions.

Continuer la lecture

A l’époque postmoderne, les idéologies ne sont plus que des systèmes de signes

« C’est cette mélancolie des systèmes, qui prend aujourd’hui le dessus à travers les formes ironiquement transparentes qui nous entourent. C’est elle qui devient notre passion fondamentale. »

Jean Baudrillard, Simulacres et Simulations, Paris, Galilée,1981.

Après avoir effectué un voyage aux États-Unis d’Amérique en 1986, au coeur de l’hyperréalité, Jean Baudrillard nous a livré à son retour un carnet de route, une description de ce qu’il a perçu et qu’il consigne dans un superbe essai intitulé : Amérique (1).

Comme le titre l’indique, par le choix délibéré de l’indéfinition, l’auteur se place en dehors de toute délimitation, de toute référence trop précise sauf celle du continent et de l’escorte de rêves et de fantasmes que véhicule son nom devenu magique : Amérique (2).

Pour Jean Baudrillard, la société n’est plus que système de signes, où simulacres et simulations font office de réalité et d’expérience. Dans cette perspective, les États-Unis d’Amérique sont très certainement le champ d’exploration qui peut le mieux corroborer cette définition.

Une civilisation adonnée à des « simulacres » de la réalité

Selon Jean Baudrillard, dans les sociétés occidentales modernes, les technologies de l’information ont abouti non pas à l’émergence du « village global » dont parlait Marshall McLuhan (3), mais à un monde où le sens est effacé, où le « réel » est réduit aux seuls signes autoréférentiels de son existence, tandis que la société devient elle-même une structure        « opaque ». La modernité, c’était le temps des explosions, révolutionnaires ou autres. La postmodernité, c’est le temps de l’implosion.

Implosion du sens dans les médias ; « Nous sommes dans un univers où il ya de plus en plus d’information, et de moins en moins de sens ». Les médias sont devenus une « gigantesque force de neutralisation, d’annulation de sens ». Contrairement à ce que l’on peut croire,          « l’information est devenue une sorte de trou noir, une sorte d’absorption de l’événement ».

Les sociétés occidentales sont d’abord passées de la caste à la classe, puis de la classe à la masse. Aujourd’hui, les masses ne sont pas aliénées, mais opaques. En recherchant le spectacle plus que le sens, elles se transforment en « majorités silencieuses » qui capturent l’énergie sociale sans la réfléchir, ni la restituer. Elles avalent tous les signes et les font disparaître elles aussi dans un « trou noir ».

C’est ainsi que l’homme est devenu lui-même un « pur écran » qui absorbe tout ce que distillent les réseaux. Autrefois, la machine aliénait l’homme. Avec l’écran interactif, l’homme n’est plus aliéné ; il devient lui-même partie prenante d’un réseau intégré.

Le projet de la Matrice : asservir les humains

En 1999, paraît sur les écrans un film devenu culte : Matrix. Sur Terre, l’intelligence artificielle (IA) a pris le pouvoir, les machines deviennent capables d’agir de manière autonome. Et pour asservir les humains, ces dernières vont brancher leur cerveau sur une réalité virtuelle qui a pour nom : La Matrice.

La Matrice est un gigantesque programme de simulation du réel, qui reproduit à l’identique le monde tel qu’il était avant l’avènement des machines Continuer la lecture