L’intégration des critères d’efficacité et de rentabilité par le citoyen-entrepreneur

La rationalité politique néolibérale produit une organisation spécifique du sujet et de l’État (1). Ce n’est pas un simple débordement de l’économique sur le politique ; c’est une forme spécifique de raison normative qui organise la sphère publique, les pratiques de gouvernance ainsi que la citoyenneté (2).

Le néolibéralisme a une façon particulière d’articuler la nature et le sens même du politique, du social et du sujet. Il dévoile ainsi sa mainmise sur d’autres rationalités qui sont de nature plus démocratiques.

Quels sont les traits de caractère de la rationalité politique néolibérale ? Il convient de bien distinguer néolibéralisme et libéralisme économique classique.

Tout d’abord, le néolibéralisme ne se cantonne pas à une sphère exclusivement économique, pas plus qu’il ne présente le marché comme étant « naturel » et « auto-régulateur » (3).

Compris ainsi, le préfixe « néo » tient en partie à ce que les marchés libres, le libre-échange et la rationalité d’entreprise y sont envisagées comme choses normatives accomplies, mises en oeuvre par des politiques publiques. Le néolibéralisme n’est pas une simple production de la nature (4).

Ensuite, l’État n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques qui conduisent les citoyens à se considérer eux-mêmes comme des acteurs économiques, rationnels dans toutes les sphères de l’existence.

On reconnaît ici les nombreux programmes de privatisation et de sous-traitance de l’éducation, de l’assistance sociale, des prisons, des forces de sécurité, etc. Pour les tenants du néolibéralisme, les citoyens doivent se « transformer » en entrepreneurs d’eux-mêmes (3), capables de pourvoir à leurs propres besoins, de poursuivre leurs propres ambitions, que ce soit en qualité de bénéficiaires d’aides sociales, d’étudiants ou encore, de travailleurs occupés à des emplois temporaires.

Enfin, le politique est remplacé par la gouvernance qui impose ses critères de productivité et de rentabilité. Le discours de la gouvernance devient ainsi de plus en plus un discours de marché, les normes du monde de l’entreprise se substituant aux principes juridiques.

Le discours « corporate » présente une conscience inversée du monde de l’entreprise. Les discours du management sur lui-même vantent à longueur de journée les bienfaits de la        « discipline entrepreneuriale » (5). Ces processus d’ « innovation », d’ « autonomisation » et de « développement stratégique » renvoient en réalité à un nouvel ensemble de contraintes techniques, pratiques et hiérarchiques qui ont pour particularité non pas d’inciter à l’adoption d’attitudes entrepreneuriales à l’égard de soi-même, mais d’empêcher le contrôle que les salariés pourraient avoir sur leur activité.

L’évaluation individuelle, tout au long de la carrière, permet d’enfermer les salariés dans cette discipline productive : il faut s’assurer de la loyauté des travailleurs vis-à-vis des flux autour desquels s’organise la production. Dans un contexte général de menace sur l’emploi et de compétition interne généralisée dans l’entreprise, ces dispositifs de surveillance permanente permettent d’articuler contrôle social des activités et motivations des travailleurs par l’organisation managériale du travail.

La subjectivité des salariés est mobilisée à travers la notion d’ « implication contrainte » (6), qui constitue « la principale manifestation des formes actuelles de l’aliénation du travail dans le capitalisme contemporain » (7). Il devient impossible de participer à la production sans suivre à la lettre le fonctionnement managérial, sur fond de régulation psycho-sociale ; il devient impossible de participer à la production sans disposer des compétences, motivations et dispositions requises par l’entreprise.

Dès lors, il ne s’agit plus de techniques de domination classiques, mais bien d’une forme d’aliénation : le régime post-fordiste implique de nouvelles expressions de la fabrique du consentement qui s’inscrivent aujourd’hui dans un encadrement disciplinaire de la production, lié notamment aux dispositifs informatiques d’organisation de l’activité (8).

Grâce à l’idéologie de la gouvernance, il n’existe plus de culture politique d’engagement pour une transformation vers davantage de justice sociale. A mesure que sont radicalement dépolitisés les rapports de classe et tout autre obstacle à l’ « esprit d’entreprise », ce que les néolibéraux appellent « le droit égal à l’inégalité » commence à devenir légitime, supprimant du même coup l’engagement formel de la démocratie pour une véritable égalité des citoyens (9).

Les principes civiques et légaux qui assurent l’autonomie politique des citoyens (par opposition à leur autonomie privée), n’ont pas de place dans le schéma néolibéral : la rationalité néolibérale de contient aucun engagement pour la liberté politique (10).

On comprend mieux ainsi la différence de nature entre démocratie et système néolibéral. Par exemple, le caractère pleinement démocratique de la constitution des États-Unis d’Amérique apparaît dès les origines. La déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 est avant tout un réquisitoire contre le roi George III, et c’est la constitution de 1787 qui va établir le système politique américain qui définit les droits des citoyens de cette nouvelle nation. En 1941, F.O Matthiessen, professeur d’histoire et de littérature à Harvard, publie un ouvrage qui va faire date : « American Renaissance ». Il entreprend de montrer en quoi cinq auteurs ont posés les bases de ce que l’on appelle : « L’âge  d’or de la littérature américaine » : Emerson, Thoreau, Hawthorne, Melville et Whitman. Il révèle comment certains traits propres à ces écrivains peuvent être liés à l’imaginaire américain : on peut faire référence à leur rapport à l’autorité ( le “je” de Whitman ) ou encore au sacré ( Moby Dick, tellement emblématique ), par exemple. Selon Mitchell Meltzer, « Pour les écrivains de la Renaissance Américaine, tout comme pour les Pères fondateurs avant eux, la tendance à la prophétie reflétait leur réponse à une destinée commune : ils étaient tous au début d’une tradition – situation paradoxale, puisque la tradition n’est rien d’autre que la transmission de ce que l’on a déjà reçu » (11).

Les transformations de l’organisation du travail ne se réduisent pas uniquement à la mise en place d’un « taylorisme assisté par ordinateur ». Selon Daniele Linhart, l’organisation néomanagériale du travail peut se définir comme « un modèle hybride où se mêlent logiques tayloriennes et implication des salariés » (12).

L’attitude la mieux valorisée est la capacité de s’imposer aux autres. La certitude d’avoir raison est une marque de fabrique de l’idéologie managériale qui se décline dans toutes les joyeuses Bibles du management, multipliant les recettes pour aider les individus à renforcer leur ascendant sur les autres (13). Pour arriver à convaincre, il faut «sélectionner» une pensée qui «accroche» et «interpelle» les autres ; l’utilisation d’un langage qui surprend, rebondit, accélère ou ralentit selon les réactions que l’on perçoit autour de soi, permet de ne jamais perdre de vue les objectifs fixés (14).

Le citoyen-entrepreneur vit désormais dans un monde de concurrence généralisée qui pousse les individus à se mobiliser en permanence pour  «gagner» dans la course à la performance (15). Le discours managérial, qui a envahit le champ politique, privilégie la face séductrice et strictement rhétorique des nouveaux modes de pouvoir : il s’agit tout simplement d’une vaste entreprise de fabrication des désirs de l’individu.

  1. « Neoliberalism and the End of Liberal Democracy », in Theory and Event, vol. 7, automne 2003.
  2. M. Foucault, « Politics and Reason » in Lawrence D. Kritzman (dir.), Michel Foucault : Politics, Philosophy, Culture. Interviews and Other Writings, 1977-1984, New York, Routledge, 1988.
  3. Dans Naissance de la biopolitique, Michel Foucault analyse les transformations de la     « raison gouvernementale » à l’oeuvre dans le néolibéralisme : « Le problème du néolibéralisme, c’est, au contraire du libéralisme du XVIII ème siècle, de savoir comment on peut régler l’exercice global du pouvoir politique sur les principes d’une économie de marché ». M. Foucault, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard, 2004, p. 137.
  4. « Dans la conception ordo-libérale, le marché n’est pas une réalité économique naturelle, dotée de lois propres, qu’un bon gouvernement devrait respecter sans jamais les oublier. Bien au contraire, il ne peut être constitué et pérennisé qu’à force d’interventions politiques (…). La concurrence n’est pas davantage un fait naturel (…). Ce mécanisme économique fondamental ne peut fonctionner que si toute une série de conditions sont assurées ; seules des mesures légales peuvent donc permettre qu’on s’y rallie ». Thomas Lemke, « The Birth of Bio-Politics ; Michel Foucault’s Lecture at the College de France on Neo-Liberal Governmentality », in Economy and Society, May 2001, p. 193.
  5. P. Corsi et N. Erwann, Les dynamiques de l’innovation. Modèles, méthodes et outils. Paris, Hermes Science Publications, 2011, p. 37. L’exemple des profondes mutations sociétales qui frappent la grande distribution est emblématique de ces techniques d’optimisation. Dans ce secteur, la chasse aux temps morts est permanente, et ce tout particulièrement en caisses. Si la lecture optique a permis d’accroître la productivité des caissières par le biais d’une standardisation des tâches, elle a conduit également au contrôle de leurs « performances » : évaluer le nombre d’articles passés à la minute, le niveau de productivité étant l’un des critères essentiels à l’évaluation des caissières.  Depuis l’introduction des caisses automatiques, elles sont dorénavant chargées de superviser plusieurs caisses, les clients effectuant eux-mêmes la transaction. Ceux-ci seraient, en quelque sorte « mis au travail » (Dujarier, 2008 ; Tiffon, 2011), les caissières étant chargées de les former et de les encadrer. Elles endossent, par là-même, le rôle du contremaître.
  6. J. P. Durand, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui, flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil, 2004, p. 20.
  7. J. P. Durand, « Les outils contemporains de l’aliénation », in Actuel Marx, n° 36, 2009, p. 118.
  8. Cf. D. Courpasson, L’action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses Universitaires de France, 2000. Du même auteur, voir également plus spécifiquement au sujet du management : « Régulation et gouvernement des organisations. Pour une sociologie de l’action managériale », in Sociologie du travail, n° 1, 1997.
  9. Cf. Jürgen Habermas, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard, 2000.
  10. J. Habermas, « Learning from Catastrophe ? » in Postnational Constellations, Cambridge, The MIT Press, 2001, p. 94. « Of course, the democratic process protects equal private liberties, but for neoliberalism it does not add political autonomy as a further dimension of freedom ».
  11. Mitchell Meltzer, Secular Revelations. The Constitution of the United States and Classic American Literature, Cambridge, Harvard University Press, 2005, p.136.
  12. D. Linhart, Travailler sans les autres, Paris, Seuil, 2009, p. 55.
  13. Voir par exemple, Le Guide pratique du management, Paris, ESF Éditeur, 2007. Page 13, on peut lire : « Rien ne doit plus nous arrêter lorsque nous avons une idée ou un projet dans la tête : ni les contradicteurs, ni les oppositions ». La Députée LaRem, Aurore Bergé, est une adepte de cette pensée magique : « … On était déjà très déterminés à remporter les prochaines municipales. Alors avec ce résultat, nous le sommes encore plus » in L’Écho Républicain, 27 mai 2019. Plus, encore plus de plus.
  14. Cf. R. Jackall et M. Mazes, The World of Corporate Managers, New York, Oxford University Press, 1988, pp. 46-48. L’idée de faire de la France une « start-up nation », conduit à vouloir imposer les techniques managériales dans le champ politique.             « disruptif », « teambuilding », « en même temps », « co-working », « business unit »,     « helpers », etc. devaient permettre au groupe parlementaire majoritaire de « construire  une culture commune, partager des méthodes de travail et continuer à innover », selon les termes de son président, Richard Ferrand ( séminaire LARM, Seine-Saint-Denis, septembre 2017 ). Depuis la crise dite des  « Gilets jaunes », il semblerait que l’ardente obligation de transformer la France se soit quelque peu émoussée.
  15.  A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calman-Lévy, 1991. Chaque individu est invité à conduire sa vie comme un véritable professionnel de la performance. L’entreprise serait devenue la voie royale pour conquérir son autonomie, se repérer dans l’existence et définir son identité sociale. Le discours dominant nous enjoint de devenir les  « entrepreneurs de nos propres vies » ; il n’existe plus de projet politique collectif, juste une course sans fin pour la « réussite individuelle ».

« Au nom du client » : la cybernétique au service des magasins automatiques

Le principe d’un magasin sans caissière, voire sans caisse du tout, ne cesse de se répandre ces dernières années. Selon une étude récente de l’Institut Nielsen, de plus en plus de magasins font appel à des caisses automatiques (1).

Les caissiers et caissières sont-ils en voie de disparition ? Il semblerait que cette pratique séduit de plus en plus de Français, grâce aux avantages qu’elle permet. Selon Laurent Jamin, expert Distribution chez Nielsen, « Avec ces caisses, le principal objectif des distributeurs est de faire gagner du temps à leurs clients ». Une dynamique qui risque de se poursuivre grâce aux nouvelles technologies comme le paiement par smartphone ou les chariots connectés.

Mais au-delà de la propagande marketing, il existe une autre réalité, beaucoup, beaucoup moins « glamour » : celle du profit. De fortes améliorations de la productivité sont également attendues par les actionnaires.

Avec les magasins sans caisses, une profonde mutation du commerce s’opère sous nos yeux. Amazon, JD. com, Walmart, etc : tous ces grands groupes ont décidé de relever le défi de l’automatisation des magasins. Le concept est on ne peut plus simple : le client entre dans la boutique pour y faire ses courses, puis ressort avec ses achats sans même débourser un centime sur place.

L’époque de la consommation de masse des années 1960 a cédé progressivement le pas à une consommation d’abord éthique dans les années 2000, avant que les consommateurs ne découvrent leur pouvoir sur les entreprises transnationales à travers la multiplication des boycotts (Lavoratora, 2016). Le consommateur d’aujourd’hui cherche à devenir maître de ses choix : il arbitre entre les produits, mais aussi entre les distributeurs (2).

D’ici à 2030, l’essentiel du pouvoir d’achat se concentrera sur les côtes atlantiques et méditerranéenne, et dans les 22 métropoles. C’est le « Tous à la mer, tous à la ville, tous solo et tous à vélo » (3). Les groupes Carrefour, Casino et Auchan incarnent l’époque révolue de la toute puissance de l’hypermarché : le basculement d’un modèle économique, très dépendant aux grandes surfaces de périphérie, à un modèle centré sur la proximité est lent. Il entraîne de la perte en ligne.

Rien pourtant ne laissait présager un avenir aussi incertain. Le concept d’hypermarché, inventé par Carrefour, visant à regrouper tous les produits sous un même toit, paraissait miraculeux dans les années 1970-1980. Avec ses prix bas et son large choix, le nouveau temple du commerce a permis à la classe moyenne d’avoir accès à la consommation. Une période prodigieuse qui a duré un peu plus de trente ans. Selon Serge Papin, « Le modèle correspondait à la société d’après-guerre, avide de consommer ».

Enivrée par le succès, la grande distribution n’a cessé d’agrandir la taille de ses magasins et d’inciter les familles à remplir leurs chariots de victuailles bon marché et de télévisions à prix cassés. Un seul objectif : ouvrir le plus d’espaces de vente possible. La France est ainsi passée de 284 hypermarchés en 1975 à plus de 2000 en 2017. Jusqu’à saturer le marché.

Mais aujourd’hui, comment rivaliser avec les 300 millions de produits proposés par Amazon ? Et comment faire face à la montée en puissance des hard-discounters ( les allemands Lidl et Aldi vont approcher les 10% de part de marché en 2020). Sans parler du succès de magasins comme Grand Frais, Naturalia, Biocoop, et tous les circuits courts.

La transformation des modalités de satisfaction des consommateurs, induite par la mutation de l’environnement socio-politique en cours, semble si profonde qu’elle justifie de re-penser une nouvelle révolution commerciale. Si le fordisme et la société « moderne » ont accouché de la grande distribution, la société « post-moderne » et le capitalisme déterritorialisé contemporain (4) dessinent une nouvelle architecture des marchés de consommation.

A mesure que les grands systèmes de croyance ont reculé, les valeurs matérialistes, hédonistes que véhiculent la société de consommation ont pris le pas. C’est une conquête que de pouvoir choisir sa vie et s’affranchir en partie du conditionnement social : mais c’est également un exercice bien difficile dans un monde qui évolue très vite et que les Grands Récits ne nous permettent plus de comprendre. Car le peu que l’on perçoit est devenu inquiétant : la mondialisation et la technique sont à présent perçues par les populations comme des menaces (5).

Malgré cette profonde incertitude, nous devons pourtant nous construire une identité. Or, l’hyperconsommation ne peut pas nous procurer les ressources nécessaires pour le faire. Au contraire : la société du spectacle nous offre des modèles factices. Nous baignons dans un flot d’images de jeunes femmes fantasmées et de jeunes hommes virils, prêts à en découdre avec un environnement hostile. Tout cela forme une sorte de catalogue dans lequel les individus choisiraient leur identité. Mais ce ne sont là que des modèles illusoires. Et quand on échoue à devenir ce que l’on voudrait être, les effets sont dévastateurs sur les constructions psychiques.

Pour tenter de survivre dans ce tourbillon et faire face à la concurrence d’Internet, les enseignes de retail se ruent sur les nouvelles technologies. Le nerf de la guerre, c’est le passage en caisse.

Rien n’est négligé et toute « innovation » est immédiatement testée : le « Scan and go » permet d’encaisser par un vendeur n’importe où dans le magasin, grâce à des terminaux mobiles. Il suffit d’un smartphone, d’une carte de fidélité et d’une carte de crédit. Une autre méthode consiste à intégrer des puces dans l’étiquetage de tous les produits. C’est la technologie RFID (6).

Le temps gagné à tous les échelons permet de réduire l’emploi. Dans certains cas, la technologie peut même permettre aux enseignes de se passer de quasiment tous leurs employés. Par exemple, depuis 2018, Casino et Franprix proposent des points de vente ouverts 24 heures sur 24 (7).

Dans la lignée des magasins sans employés, l’une des expérimentations les plus spectaculaires est celle d’Amazon Go. Le géant du commerce en ligne s’attaque aux commerces de proximité en testant un magasin bardé de technologies. Le client n’a qu’à scanner son téléphone relié à un moyen de paiement en entrant dans la supérette, mettre les produits qui l’intéressent dans son sac, puis partir librement. Le secret ? Des caméras et des capteurs qui repèrent le client et les produits qu’il prend dans les rayons, les ajoutent à sa liste de courses virtuelles, validée et payée au moment où il quitte les lieux (8).

Ces stratégies commerciales n’ont rien d’étonnant : elles sont la conséquence logique d’une conception cybernétique du travail qui réduit l’homme à un pur coût économique. A force de vouloir rationaliser à tout prix la chaîne de production, le productivisme a bien souvent vidé le travail de son contenu, et donc de son sens (9). Aux fins d’optimiser les ressources humaines, le travail est relégué dans la catégorie des contraintes à éliminer. Lorsque la caissière est réduite à sa caisse, soumise aux cadences d’une machine, faut-il s’étonner qu’elle finisse par disparaître ? (10).

Les salariés doivent s’adapter aux contraintes du marché global : il s’agit d’automatiser pour accroître les profits. Car si le caissière disparaît, l’actionnaire, lui, reste. La désocialisation de la relation marchande est une étape logique de la financiarisation de l’économie : le  « magasin  automatique » est le pur produit du Trading à Haute Fréquence (HTF pour High Frequency Trading, c’est-à-dire un type de transactions financières à grande vitesse, effectuées par des logiciels qui se basent sur des algorithmes mathématiques).

Les citoyens désireux de résister à ces évolutions peuvent cultiver leurs jardins, déserter les grandes surfaces au profit des marchés et des circuits courts, en privilégiant une alimentation locale, saisonnière et si possible, biologique. Sans oublier les produits artisanaux qui durent, plutôt que la camelote venue d’ailleurs. En d’autres termes, choisir une économie qui assume la matérialité et la socialité du travail humain, plutôt que de tenter d’en masquer le coût réel par des artefacts technico-commerciaux.

  1. Voir : « Les Français passent à la caisse… sans caissier ni caissière » in The Nielsen Company, 12 Juillet 2019. L’étude montre qu’au sein des magasins équipés de caisses automatiques, ce sont 14% des passages en caisses qui sont réalisés aux caisses sans caissières. Cela représente 10% du chiffre d’affaires des Produits Grande Consommation, Frais LS. Si les hypermarchés sont presque tous pourvus de ce type de caisse (95% des Hyper U, 99% des Auchan…), c’est moins le cas en supermarchés (69% des Casinos et 74% des Monoprix, par exemple).
  2. Cf. Étude du Crédoc, septembre 2013. 23% des consommateurs déclarent fréquenter au moins six circuits de distribution.
  3. Cf, Serge Papin, « Les évolutions de la société annoncent la mort de l’hypermarché » in Le Figaro, 29 octobre 2018.
  4. Cf. Gilles Deleuze et Félix Guattari, L’Anti-Œdipe. Capitalisme et Schizophrénie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972.
  5. Le professeur de sociologie à Stanford, Larry Diamond, vient de publier un livre intitulé : Ill Winds. Saving democracy from russian rage, chinese ambition and american complacency, Penguin Press, juin 2019. Vents mauvais. L’auteur est atterré : « Après trois décennies durant lesquelles la démocratie s’est propagée, et une autre où on l’a vue stagner et lentement s’éroder, nous assistons en ce moment à un recul mondial de la liberté. » Déjà, à Londres, dans la Revue de la France Libre, Raymond Aron posait la question : « La démocratie n’aura-t-elle été qu’une parenthèse enchantée dans l’histoire des institutions politiques ? » Dans « Vents mauvais », Larry Diamond invite les démocraties a resserrer leurs alliances face à la menace que la Chine fait peser sur elles. Car celle-ci incarne dorénavant un contre-modèle, autoritaire et performant.
  6. La technologie RFID (radio frequency identification) est une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance, en utilisant des marqueurs appelés « RFID tag » ou encore « RFID transponder ». Pour la Supply Chain, les avantages sont nombreux : visibilité des flux logistiques, amélioration du pilotage de l’entrepôt, réduction des coûts d’inventaires, traçabilité, amélioration de la productivité par optimisation des tâches à faible valeur ajoutée, réduction des risques d’erreurs.
  7. Cf, « A Paris, un magasin Franprix ouvert toute la nuit » in Le Point économie, 26 mars 2018. Pour la porte parole du groupe Casino, « Ce dispositif est une réponse adéquate à la clientèle urbaine d’aujourd’hui, avec notamment des consommateurs aux horaires décalés, dans des zones “où il y a un besoin”. »
  8. Le premier Amazon Go a été ouvert au public en 2017 à Seattle. La promesse est celle d’un magasin sans caisses, ni bornes de paiement. Mais pour répondre aux demandes de certains clients qui estimaient le paiement par smartphone discriminatoire ( tout le monde n’a pas un smartphone performant ou même un compte en banque), l’entreprise accepte à présent les paiements en liquide. Toujours sans caissières.
  9. A l’occasion de la Fête du Travail de 2019, une étude sur le sens au travail réalisée par Kantar TNS pour Randstad révèle que 18% des Français ont le sentiment d’occuper un « bullshit job ». Ce terme que l’on peut traduire par « job à la con » a été popularisé par l’anthropologue américain David Graeber. Il désigne un emploi inutile, dont on ne perçoit pas le sens. David Graeber, Bullshit Jobs, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2018. Que penser d’une société où 1% de la population contrôle la majeure partie des richesses produites ? Ce sont eux qui définissent les tâches “utiles” et “importantes”. Ce paradoxe conduit au mépris et à la sous-valorisation des infirmières, chauffeurs de bus, musiciens ou jardiniers, autant de professions authentiquement créatrices de valeur, alors que toute une classe d’avocats d’affaires, d’actuaires, de managers intermédiaires et autres gratte-papier surpayés pour accomplir des tâches inutiles, voire nuisibles est soigneusement entretenue par le système.
  10. Une comédie sociale de Louis-Julien Petit, Discount, sorti en 2015, met bien en lumière cet engrenage : la mise en concurrence des caisses automatiques et des caissières prépare l’éviction des humains jugés moins compétitifs que les machines.

L’Agriculture Paysanne : un enjeu politique au service de l’émancipation des hommes

« Chacun a le droit de comprendre pleinement la nature du système dont il fait partie comme producteur, consommateur, et surtout comme l’un des milliards d’habitants de la planète. Il a le droit de savoir qui tire les bénéfices de son travail, qui tire les bénéfices de ce qu’il achète et vend, et la façon dont cela enrichit ou dégrade l’héritage planétaire. »

Déclaration de Cocoyoc (Mexique, État de Morelos), 23 octobre 1974 (1).

Lorsque les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30% de l’alimentation disponible (2), les pays du sud vendent leurs meilleures terres aux firmes transnationales.

Comment interpréter cette marchandisation du foncier au sein du capitalisme mondialisé ? Et comment concilier d’une part l’idéologie du marché et de l’investissement libre, et d’autre part, la réduction de la pauvreté qui passe par un soutien aux agricultures familiales ? L’appel de la Banque mondiale, de la FAO et de la Cnuced à investir de manière plus « responsable » ne suffit manifestement pas (3).

Depuis plus de vingt ans, on assiste à un envol des investissements internationaux dans le foncier agricole. Ce phénomène témoigne d’une mutation profonde de la mondialisation, qui interpelle le politique sur plusieurs registres. La terre, par le truchement des investissements étrangers, est devenue un facteur de production pouvant faire l’objet d’une forme de délocalisation.

En s’intéressant aux motivations des opérateurs, nous pouvons dégager trois grandes explications pour caractériser cette « marchandisation » du foncier :

  • D’où vient cette demande pour les terres cultivables ?

De façon générale, la croissance de ces dernières décennies a plutôt été fondée sur l’économie immatérielle, la connaissance et la finance. La crise de 2008 a constitué une véritable rupture. D’abord, l’explosion de la bulle financière a conduit les investisseurs à diversifier leurs placements et à investir dans des domaines plus sûrs et plus rentables (4). Ensuite, l’agriculture a pu être présentée comme une des solutions pour résoudre l’équation pétrolière ( on pense ici aux agrocarburants comme l’éthanol ). Enfin, les économies dites      « émergentes » ont finies par émerger, consolidant leur puissance industrielle et bousculant la hiérarchie des nations. Ce processus s’est accompagné d’une forte demande de produits agricoles pour répondre aux besoins de populations qui s’accroissent et s’urbanisent toujours plus (5).

  • Quelle est l’origine des investisseurs, et quels sont les pays-cibles ?

Le rapport analytique de la Land Matrix II (6), montre qu’à l’échelle de la planète, ce sont 26,7 millions d’hectares de terre agricoles qui sont passées dans les mains d’investisseurs étrangers. Le rapport fournit des informations précises sur l’identité des acheteurs de terres agricoles, les régions concernées dans le monde et le mode d’exploitation de ces terres. L’Afrique est le continent le plus concerné par le phénomène avec 422 transactions, représentant une superficie de 10 millions d’hectares. L’Europe de l’Est et l’Asie du Sud-Est sont également concernées. La majorité des investisseurs sont originaires des États-Unis, de Grande-Bretagne, de Malaisie, de Singapour et encore d’Arabie Saoudite.

  • Pourquoi investir dans le foncier : la terre est-elle un actif comme les autres ou bien est-elle un bien commun ?

La terre est quelque chose de spécifique : elle ne peut être considérée comme une marchandise ni comme un capital. Les peuples expriment cette spécificité à travers des expressions telles que Terre Mère, Demeter, Pachamama, tandis que les économistes ont recours au concept de « rente foncière ». Pour l’idéologie néolibérale, seule compte la valeur marchande des biens, puisqu’il s’agit de « piloter » de façon optimale l’allocation de la terre, comme d’ailleurs l’ensemble des autres biens. Les acteurs dominants de la mondialisation affirment que, seuls, les droits de propriété absolus et exclusifs sont susceptibles de sécuriser les investissements. Dans cette logique, il convient donc de privatiser les communaux et les terres publiques et de mettre en place un système de cadastre après avoir distribué les titres de propriété. Pourtant, il existe bien d’autres conceptions du vivre ensemble. L’observation des sociétés de par le monde montre que les ressources naturelles et la terre ont toujours une dimension de bien commun. Les appropriations et la concentration des terres par quelques-uns entraînent la destruction des sociétés paysannes, l’exclusion de millions de petits producteurs, la destruction des écosystèmes et l’accélération du réchauffement climatique. Les producteurs paysans sont le plus souvent les mieux à même de répondre aux intérêts de la société en produisant presque toujours plus de richesses nettes par unité de surface que les grandes entreprises de salariés. Ils intègrent naturellement dans leurs choix les générations futures au lieu de ne rechercher que la maximisation du profit sur le court terme. Enfin, force est de constater que l’agriculture paysanne génère beaucoup plus d’emplois que le productivisme forcené, sans oublier qu’elle limite l’exode rural (7).

En 1996, les conclusions du Sommet mondial de l’alimentation donnent une définition précise de la notion de « sécurité alimentaire » : « La sécurité alimentaire est assurée quand toutes les personnes, en tout temps, ont économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins et leurs préférences alimentaires » (8).

Le système agro-industriel, qui est à présent sérieusement remis en cause, est constitué de grandes structures agricoles intensives, calées sur le modèle industriel. A partir des années 1950, ce modèle a réussi à faire exploser les rendements agricoles et par voie de conséquence, à pouvoir alimenter massivement les chaînes d’approvisionnement des marchés internationaux, avec de grands volumes de nourriture mis à disposition des marchés.

Cependant, cette course à la productivité s’est faite au prix de nombreux effets négatifs sur le plan environnemental : dégradation générale des sols, pollution des eaux et des écosystèmes, émission de gaz à effet de serre, destruction de la biodiversité.

Les études scientifiques montrent qu’une partie de ces problèmes seraient liés spécifiquement au caractère industriel de l’agriculture moderne. L’utilisation de monocultures à hauts rendements et de pesticides a détruit la qualité organique des sols, entraînant un effondrement des écosystèmes (9). Le rapport de l’IPES-Food met en lumière cette soumission du système agricole aux intérêts des acteurs de l’« agro-business »  : fabricants de pesticides et d’intrants chimiques, industriels de la R&D dans la génétique animale, multinationales du commerce international et grande distribution (10).

Face à ce désastre, une conclusion devrait logiquement s’imposer : soutenir les petites et moyennes exploitations, leur accès au crédit, aux marchés locaux, à des recherches fondées sur les principes de l’agro-écologie plutôt que sur ceux des biotechnologies importées, les mettre à l’abri de marchés mondiaux destructeurs et les protéger de ces investissements fonciers non viables économiquement et insoutenable aux niveaux écologique et social.

A défaut, le modèle agricole productiviste continuera à générer des crises devenues systémiques et permanentes : il sera toujours utile alors de pouvoir accuser la fatalité climatique, la démographie des pauvres ou l’irresponsabilité de quelque potentat local.

Dans leur très bel ouvrage, Le sacrifice des paysans (11), Pierre Bitoun et Yves Dupont plaident pour le retour à une ruralité solidaire et non productiviste. Longtemps, les paysans ont résistés au capitalisme, avant d’être éradiqués par le choix de l’agriculture productiviste. Citant Günther Anders, Hannah Arendt et Simone Weil, les auteurs nous invitent à méditer sur les raisons et les conséquences d’un processus que rien ne semble pouvoir arrêter.

La marchandisation du vivant n’a qu’un seul objectif : entretenir une frénésie consumériste anarchique, insoucieuse de l’environnement et qui menace à présent notre intégrité psychique.

Car la question est simple : comment pouvons-nous reconstruire une autonomie des individus dans une société fondée sur l’hyperconsommation, une société qui industrialise les processus pour mieux nous aliéner et nous enchaîner à ses productions ? Comment allons-nous pouvoir résister à  « l’ensauvagement du monde » ?

« Et il faut distinguer le gaspillage individuel ou collectif comme acte symbolique de dépense, comme rituel de fête et forme exaltée de la socialisation, de sa caricature funèbre et bureaucratique dans nos sociétés où la consommation gaspilleuse est devenue une obligation quotidienne, une institution forcée et souvent inconsciente, comme l’impôt indirect, une participation à froid aux contraintes de l’ordre économique. »

Jean Baudrillard, La Société de consommation. Ses mythes, ses structures, Paris, SGPP, « Le point de la question », 1970, p. 83.

  1. Les Nations unies ont organisées, du 8 au 12 octobre 1974, un important colloque dans la ville mexicaine de Cocoyoc. Peu de temps après sa publication, ce texte est l’objet d’une vive critique de la part du Secrétaire d’État Américain, Henry Kissinger. La déclaration de Cocoyoc est un texte fondateur de l’écologie politique qui anticipe les critiques qui seront faites plus tard à la mondialisation. Il est important de préciser que la Déclaration de Cocoyoc, produit d’un colloque d’experts internationaux, n’a pas été votée par l’Assemblée Générales des Nations-Unies, marquant ainsi les clivages naissants face au défi écologique.
  2. Voir Claude Fouquet, « Le gaspillage alimentaire reste un défi majeur pour la planète », in Les Echos, 22 août 2018. Selon un rapport publié le 20 août 2018 par le Boston Consulting Group « Tackling the 1.6-billion-ton food loss and waste crisis », la quantité de denrées alimentaires gaspillées devrait croître de près de 30 % d’ici à 2030. A cette date, le gaspillage atteindrait alors l’équivalent de 2,1 milliards de tonnes par an.
  3. Cf. « Sept principes pour un investissement agricole responsable qui respecte les droits, les moyens d’existence et les ressources », FAO, janvier 2010.
  4. Voir Chris Mayer, « This asset is like gold, only better », in Daily Wealth, Vancouver, 4 octobre 2009.
  5. En 2016, le taux d’urbanisation en Chine a dépassé les 50 %, avec pour objectif à l’horizon 2050, de parvenir à un taux de 70 %.
  6. Voir Land Matrix, Analytical Report of the Land Matrix II. International Land Deals for Agriculture, 11 octobre 2016.
  7. Cf. Michel Merlet, Accaparement foncier à l’échelle mondiale et devenir de la petite paysannerie, Communication à l’Académie d’Agriculture de France. Séance du 13 juin 2012. Publié dans les comptes rendus de l’Académie d’Agriculture, Vol 98, n° 3, Novembre 2012.
  8. Le Sommet Mondial de l’Alimentation s’est tenu à Rome, du 11 au 18 novembre 1996. A cette occasion, Alain Juppé, le Premier Ministre de la France, affirme l’intérêt de traiter le problème de la faim, non par des politiques centralisées, mais aux niveaux où il se pose, « en rapprochant les villes des campagnes » et en « développant les achats locaux d’aide alimentaire ». Il insiste sur « l’accès aux moyens de production, aux droits fonciers et aux réseaux de financements locaux ».
  9. Cf. Lydia et Claude Bourguignon,  « La destruction des sols par l’agriculture intensive », in Passerelle Éco, 5 Juillet 2010. En déversant des engrais chimiques et en abusant du désherbage, l’agriculture productiviste fait disparaître la matière organique des sols qui sert d’alimentation à la faune et aux microbes du sol. En Europe, le taux de matière organique du sol est passé de 4 % à 1,4 % en cinquante ans.
  10. Voir rapport IPES-Food, From Uniformity to Diversity : A paradigme shift from industrial agriculture to diversified agroecological systems, juin 2016.
  11. P. Bitoun, Y. Dupont, Le sacrifice des paysans. Une catastrophe sociale et anthropologique, Paris, L’Échappée belle, 2016. Le productivisme s’est étendu à l’ensemble des activités humaines, avec toujours les mêmes conséquences : déracinement et marchandisation, exploitation du travail et des ressources naturelles, artificialisation et numérisation de la vie. Le sacrifice des paysans est l’un des éléments du processus global de transformation sociale à l’oeuvre.

Les habits neufs du protectionnisme

Men walkin’ long the railroad tracks                                                                                        Goin’ someplace there’s no goin’ back                                                                                  Highway patrol choppers comin’ up over the ridge                                                                  Hot soup on a campfire under the bridge                                                                                Schelter line stretchin’ round the corner                                                                                  Welcome to the new world order                                                                                            Families sleepin’ in their cars in the southwest                                                                        No home, no job, no peace, no rest

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995 (1).

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus éclatantes.

Pour les défenseurs du libre-échange, la perception du monde en termes de guerre économique, met en péril la mondialisation libérale, voire même l’ordre politique démocratique. En revanche, pour les tenants de la guerre économique, protectionnisme et mondialisation sont loin de s’exclure.

Le multilatéralisme établi après la Seconde Guerre mondiale avait pour objectif de prévenir les guerres commerciales. La création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et son mécanisme de règlement des différends ont renforcé ce multilatéralisme. Aujourd’hui, le président américain Donald Trump, multiplie les mesures protectionnistes et cherche à réduire l’OMC à l’impuissance.

La géopolitique a d’abord exercé ses contraintes principalement au niveau des États : ceux-ci, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise qui menace leur existence. Aujourd’hui, la géopolitique révèle des logiques continentales : la Mer contre la Terre, c’est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord, contre le bloc continental européen.

De toutes les notions propres à la géopolitique, l’une des plus incontestable est sans nul doute l’opposition de la Mer et de la Terre. Si la Terre est le lieu des territoires différenciés, des distinctions tranchées entre la paix et la guerre, les combattants et les non-combattants, l’action politique et le commerce, la Mer est une étendue uniforme, la négation des différences, des limites et des frontières (2).

Comme hier celle de l’Angleterre, l’hégémonie américaine repose sur la domination mondiale des mers, prolongée par la domination de l’air. N’ayant pas de centre, la Mer ne connaît que des flux ; c’est par là qu’elle s’apparente à la globalisation postmoderne.

Le monde actuel est un monde « liquide », qui tend à abolir tout ce qui est « terrestre », stable, solide, constant et différencié. Le commerce lui-même, comme la logique du capital, est lui aussi fait de flux. L’uniformité que représente la globalisation et le commerce relèvent de la logique « maritime » : ce n’est pas un hasard si le capitalisme s’apparente avant tout à la piraterie (3).

A. La puissance maritime : leçon de géopolitique anglo-saxonne.

Alors que la tradition géopolitique allemande se concentre sur la puissance continentale, les Anglais et les Américains soulignent le caractère déterminant de la puissance maritime dans la quête de la domination mondiale.

La réflexion de l’amiral américain Alfred Mahan (1840-1914), stratège de la mer, va théoriser le concept de Sea Power : la maîtrise des mers (4).

A la fin du XIX ème siècle, les États-Unis sont devenus une grande puissance industrielle sur le territoire national : leur hégémonie ne dépend plus que de la maîtrise des mers (5).

Dès 1897, Alfred Mahan définit la doctrine qu’il entend voir défendue dans son pays :

  • s’associer avec la puissance navale britannique pour le contrôle des mers,
  • contenir l’Allemagne dans son rôle continental,
  • mettre en place une défense coordonnée des Européens et des Américains destinées à juguler les ambitions asiatiques.

D’un point de vue géographique, les États-Unis, protégés en leur Sud par la doctrine Monroe, constituent une île. Ce caractère insulaire leur fournit la sécurité. L’immensité de leur marché intérieur leur donne de surcroît un atout supplémentaire pour constituer une puissante économie, peu dépendante des aléas internationaux.

Officier de marine, Alfred Mahan va livrer une méthode permettant d’atteindre la suprématie. S’il est impératif de s’assurer des points d’appui (ports, bases) et des positions solides sur les détroits et les routes de commerce, il faut surtout disposer d’une marine opérationnelle, capable de se transporter rapidement vers les points stratégiques, voire de pratiquer le blocus maritime autour des pays ennemis (6).

L’exemple à suivre est celui de l’Angleterre qui a toujours poursuivi son objectif de contrôle maritime de la planète, à la différence de la France qui s’est affaiblie en ne cessant d’hésiter entre le continent – l’Europe aujourd’hui – et la mer, ce que l’on appelle : « la politique francophone ». La Grande-Bretagne a ainsi pu disposer de noeuds stratégiques comme Gibraltar, Le Cap, Suez, Aden, Ormuz, Singapour, etc., très utiles au déploiement de son leadership géopolitique.

Les relations commerciales internationales sont dans un état de tension sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale : multiplication des sanctions unilatérales, de représailles et de menaces, sur fond de remise en cause profonde de l’OMC.

B. La reprise en main du politique dans la structuration des échanges

Les objectifs du président américain ont été clairement annoncés : Make America First. C’est un « non » retentissant au multilatéralisme qui trouve son expression dans la priorité donnée à la sécurité et à la souveraineté nationale, à la confrontation assumée avec la Chine, et à la réindustrialisation des États-Unis d’Amérique (7).

La réorientation de la politique commerciale américaine autour de la concurrence stratégique avec la Chine a été réaffirmée dans le rapport « Stratégie nationale de sécurité », publié en décembre 2017. Cet objectif rencontre désormais un large soutien parmi les responsables politiques des deux partis ainsi que par les élites économiques (8).

Le commerce mondial a profondément changé depuis un quart de siècle. Son socle institutionnel est confronté à trois problèmes structurels :

  • le retournement des avantages comparatifs dans un contexte où les accords commerciaux couvrent beaucoup mieux les biens que les services et les investissements. Les accords existants ont été signés à une époque où les pays riches avaient un avantage comparatif prononcé dans la plupart des secteurs manufacturiers hors industrie légère, celui des pays en développement étant généralement concentré dans l’agriculture et le textile-habillement. Les avantages comparatifs des pays riches résident aujourd’hui avant tout dans les services et dans des brevets et des technologies de firmes transnationales qu’elles peuvent valoriser partout dans le monde.
  • le statut de « dernier venu » des grands émergents dans le système commercial, qui crée une asymétrie d’engagement par rapport aux pays qui en sont membres à part entière de longue date. Pour beaucoup d’Occidentaux, le développement de la Chine n’a été possible que grâce à son accession à l’OMC, en 2001. Cela lui a procuré un accès facilité et stable aux marchés des pays riches, tandis qu’elle limitait l’accès de son marché intérieur par la sous-évaluation de sa monnaie dans les années 2000. Le favoritisme dont l’État chinois fait de facto bénéficier ses propres entreprises et, plus largement, la main-mise de l’État sur l’économie chinoise, ne faisant que renforcer les avantages (9).
  • la multipolarité qui prive le système d’une puissance dominante capable de jouer un rôle de leader constructif. Si les États-Unis restent la première puissance mondiale sur beaucoup de plans, notamment financier et militaire, leur poids est nettement moins écrasant que dans les années qui ont suivi la chute du Rideau de fer. La coordination entre États est rendue très difficile, beaucoup d’entre eux étant devenus des acteurs de premier plan, dont les intérêts diffèrent sans qu’ils aient d’incitation à être les premiers à faire des concessions, et sans possibilité de coercition (10). Manifestement, la cadre multilatéral n’est pas adapté pour résoudre le différend sino-américain.

Au XIX ème siècle, les Occidentaux ont donné des justifications idéologiques à leurs colonisations : déployer Les Lumières sur toute la surface de la Terre. Ce projet a été reçu favorablement jusqu’à la seconde moitié du XX ème siècle. Depuis le début du III ème millénaire, il rencontre une hostilité nouvelle. Les « valeurs universelles » prônées par l’Occident sont aujourd’hui perçues par beaucoup de nations comme une forme de néo-impérialisme qui doit être combattu avec la plus grande fermeté.

A force de vouloir imposer un modèle si différent des autres, il est possible que l’Occident ait fini par attirer la détestation. Plusieurs cultures et civilisations, très différentes, se rencontrent à présent dans un combat culturel contre lui. Leurs exigences sont pré-modernes. Elles récusent l’individualisme, l’émancipation tous azimuts, le pacifisme. Il y a dans ces cultures une idée : la post-démocratie occidentale suscite un monde faux et invivable, un monde dans lequel les individus sont privés de leurs enracinements (11).

  1. Tom Joad est le héros du livre Les Raisins de la colère de John Steinbeck, 1939.
  2. « Chaque fois qu’une nouvelle percée de forces historiques, qu’une nouvelle explosion d’énergies nouvelles font entrer de nouveaux pays et de nouvelles mers dans le champ visuel de la conscience humaine, les espaces de l’existence historique de déplacent également. De nouveaux critères apparaissent alors, de nouvelles sciences, de nouveaux ordres, des peuples qui naissent ou renaissent à la vie. Ce redéploiement peut être si profond et si subi qu’il modifie non seulement les dimensions et les échelles, l’horizon extérieur de l’home, mais également la structure même de la notion d’espace (…). Or, toute transformation historique importante implique le plus souvent une transformation de l’espace. » in Carl Schmitt, Terre et mer. Un point de vue sur l’histoire mondiale, Paris, Éd. du Labyrinthe, 1985, p. 52.
  3. Voir. J. E. Thomson. Mercenaries, Pirates and Sovereigns : State-Building and Extraterritorial Violence in Early Modern Europe, 1996, Princeton University Press. Le pirate est l’acteur rationnel pur ; il n’est animé que par l’esprit de lucre et puisqu’il est délié de toute loyauté à l’égard d’un drapeau, il n’est assujetti à aucun impôt. Il symbolise en cela l’individu mondialisé, définitivement désaffilié, dont le comportement ne répond plus qu’à l’animus furandi, l’esprit de prédation.
  4. Les deux ouvrages majeurs de Alfred Mahan sont : The Influence of Sea Power Upon History, Boston, 1890 ; The Interest of America in Sea Power, Boston, 1897. Sa contribution spécifique à la science historique fut de mettre en lumière la force déterminante exercée par les puissances maritimes au cours de l’histoire. Diverses distinctions lui furent attribuées par les Universités d’Oxford, Cambridge, Harvard et Yale. Sur l’influence d’Alfred Mahan, voir Edward Mead Earle, Les maîtres de la stratégie, Paris, Berger-Levrault, 1983.
  5. A. Zwang, Les États-Unis dans le monde. Rapports de puissance, 1898-1998, Paris, Ellipses, 2000.
  6. Le porte-avions américain est l’outil par excellence de la suprématie maritime et, dans une certaine mesure, de la supériorité aérienne. Il est devenu progressivement une remarquable plate-forme de projection de puissance. Les porte-avions américains (10 unités), sont organisés en Carrier strike group (appelé en France : Groupe aéronaval). Un groupe est composé d’environ 7 500 marins, répartis entre différents bâtiments : porte-avions, croiseur, escadre de destroyers, un à deux sous-marins, navires attachés à la logistique et au ravitaillement.
  7. Le discours du 28 juin 2016 à Monessen (Pennsylvanie) – sous le titre « Déclarer l’indépendance économique de l’Amérique » – annonçait beaucoup de mesures à venir, notamment le retrait du Partenariat Trans-Pacifique (TPP), la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), les mesures de sauvegarde contre la Chine, les négociations commerciales « dures » et la réforme fiscale.
  8. Même un défenseur emblématique des relations sino-américaines comme Henry Paulson a déclaré en novembre 2018 : « certaines pratiques commerciales chinoises sont tout simplement inacceptables » et « la désintégration est inévitable, et même nécessaire dans certains domaines ». Voir Discours d’ouverture du Bloomberg New Economy Forum, Singapour, 6 novembre 2018, disponible sur : www.paulsoninstitute.org
  9. C’est ce qui fait dire au représentant américain au commerce, Robert Lightizer : « Les États-Unis ont fait une erreur en soutenant l’entrée de la Chine à l’OMC dans des termes qui se sont révélés inefficaces pour assurer l’adoption par la Chine d’un régime commercial ouvert et orienté vers le marché ». Cf. USTR, « 2017, Report to Congress on China’s WTO Compliance », in United States Trade Representative, janvier 2018.
  10. Z. Laïdi, « Comment la multipolarité déconstruit le multilatéralisme » in Le Débat, n° 201, septembre-octobre 2018.
  11. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le général de Gaulle a fait demander à Simone Weil un rapport sur les possibilités de redressement de la France. Ce sera L’Enracinement, prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, rédigé à Londres entre janvier et avril 1943 et publié par Albert Camus en 1949.  Ce merveilleux texte, écrit au coeur de l’effondrement de l’Europe du XX ème siècle, se révèle être le    « testament spirituel et politique » légué par Simone Weil aux générations futures. Une pensée exigeante en temps de crise : « L’enracinement est peut-être le besoin le plus important et la plus méconnu de l’âme humaine ».

La gouvernance de l’Union européenne : une construction cybernétique ?

La gouvernance de l’UE apparaît comme un projet visant, en même temps, à tenter de neutraliser le politique en vidant la démocratie de son contenu, ramenant l’action des gouvernements à des règles et à des pratiques de gestion économique dispensées par une expertise privée (1).

La gouvernance se fonde sur un ensemble de présupposés qui trouvent leurs origines dans la cybernétique et qui vont se déployer à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le père de la cybernétique, Norbert Wiener (1894-1964), a pour projet de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnelle. Traumatisé par les folies collectives qui viennent de déchirer le monde, il veut « Éviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». Cet espoir est fondé sur l’émergence des machines dites « intelligentes » qui nourrissent la promesse d’une société démocratique, transparente et décentralisée (2).

La notion de « société de contrôle » interroge le renouvellement des formes de pouvoir. On sait que depuis la révolution industrielle, la question du modèle d’organisation de l’entreprise a été au coeur des débats sur les modèles de société. Le projet de Saint-Simon, élaboré dès le premier quart du XIXème siècle, vise à la mise en place d’une société réticulaire gérée comme une industrie, grâce à l’alliance des savants et des industriels. Cette société sera façonnée dans l’entre-deux-guerres par l’idéologie du management.

En 1930, Antonio Gramsci observe : « L’hégémonie prend naissance dans l’usine » (3). Pour lui, le fordisme n’est pas seulement une méthode de production Continuer la lecture

Remettre le local au centre et le global à la périphérie

L’Union européenne est un projet technocratique qui a pour résultat de marginaliser le continent. Pour les dirigeants de l’UE, l’Europe est un espace indifférencié, sans identité, sans limites et dont le seul destin autorisé est de se consacrer à la marchandise et au négoce.

L’ Europe s’est précipitée dans des guerres civiles destructrices qui ont eu pour résultat de casser les ressorts de son dynamisme et de sa créativité (1), la faisant plonger dans une vaste dépression. Le vieux continent s’est peu à peu vidé de sa vitalité politique, économique et culturelle au profit de puissances tierces qu’il a contribué à renforcer : les États-Unis d’Amérique et la Chine.

L’État-nation ayant fait preuve, pour l’instant, de son incapacité à faire obstacle à l’uniformisation de la planète (2), le recours au « local » peut être une réponse pertinente et féconde à la globalisation.

La mondialisation, devenue le cadre de notre quotidien, est paradoxale. D’un côté, elle est unidimensionnelle ; elle semble provoquer partout l’extinction de la diversité sous toutes ses formes, et de l’autre, elle entraîne une fragmentation inédite. Ce faisant, cette fragmentation nous offre, paradoxalement, la possibilité de re-définir un mode de vie fondé sur l’auto-organisation à tous les niveaux. Cette ré-appropriation du politique par les populations pourrait devenir une nouvelle forme de pratique démocratique Continuer la lecture

La querelle des universaux : Guillaume d’Ockham et le principe d’individuation des particuliers

S’intéresser à l’idée de nominalisme, c’est interroger la différence entre le général et le particulier, entre l’essentialisme et l’existentialisme, entre l’identité et la différence.

Soit l’on considère que le particulier découle du général, soit l’on estime que le général découle du particulier. Le nominalisme pose en postulat que les différences entre les choses et entre les êtres ne sont pas sommables – et que c’est par pure convention qu’on peut tirer un concept universel, une catégorie générale d’une série d’observations particulières.

Pour le nominalisme, il n’existe pas d’«existence en soi» : toute existence est particulière (1). Il n’existe pas d’«homme» en général, pas d’«humanité» non plus : il n’y a que des hommes particuliers. De même que le concept de chien ne mord pas, la notion d’arbre ne fleurit jamais.

A ce nominalisme s’opposent toutes les doctrines universalistes, à commencer par le réalisme : c’est l’idée selon laquelle, à tout concept qu’il est possible de formuler, d’imaginer ou d’intituler, correspond une réalité objective tirant sa raison d’être de l’existence d’un ordre «naturel», d’un univers reflétant un projet intelligent, que l’on peut appréhender par le truchement d’une raison également présente chez tous les hommes (2).

Pour le nominaliste, la diversité est le fait fondamental du monde : pour l’universaliste, au contraire, il convient de rechercher derrière le jeu des contingences et des attributs particuliers, l’essence qui, parmi les hommes, les rend tous égaux devant Dieu.

Partant de ce constat, on peut dire que la reconnaissance de la diversité génère une certaine forme de tolérance positive, alors que la pensée universaliste tend toujours à réduire cette diversité, ouvrant ainsi la voie à toutes les formes de totalitarisme.

On retrouve cette dichotomie dans l’appréhension du général et du particulier à travers la distinction entre la pensée biblique et la pensée grecque Continuer la lecture

L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets Continuer la lecture

Le protectionnisme : une réponse aux excès du libre-échange ?

« C’était un élevage énorme, plus de trois cent mille poules, qui exportait ses oeufs jusqu’au Canada et en Arabie Saoudite (…) Dans des hangars éclairés en hauteur par de puissants halogènes, des milliers de poules tentaient de survivre, serrées à se toucher (…) Elles étaient déplumées, décharnées, leur épiderme irrité et infesté de poux rouges, elles vivaient au milieu des cadavres en décomposition de leurs congénères, passaient chaque seconde de leur brève existence – au maximum un an – à caqueter de terreur (…) C’était la première chose qui vous frappait, ce caquètement incessant, ce regard de panique permanent que les poules vous jetaient, ce regard de panique et d’incompréhension, elles ne demandaient aucune pitié elles en auraient été incapables mais elles ne comprenaient pas, elles ne comprenaient pas les conditions dans lesquelles elles étaient appelées à vivre. »

Michel HOUELLEBECQ                                                                                       Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 166

Pour un régime qui se veut libéral et pluraliste, il existe une exigence centrale : celui du contrôle démocratique des peuples sur leur avenir.

Or, le quasi-unanimisme de la classe politique en faveur du libre-échange devient véritablement indécent au regard de l’exigence de ce qui doit être dans un contexte démocratique. Le rapport de la classe politique au libre-échange relève de la croyance et de l’incantation : le libre-échange n’est plus un principe d’économie politique, mais un dogme qu’il nous faut accepter dans son entièreté. Il n’y a pas d’alternative !

Pour le néolibéralisme, le libre-échange n’est plus un moyen d’améliorer l’existence des peuples, mais une finalité, un projet « en soi » auquel ces derniers doivent se soumettre.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les nations du monde entier se sont réunies à La Havane pour signer une charte qui aurait pu jeter les bases du système économique mondial (1). La charte de La Havane, qui plaçait l’être humain avant le commerce, est morte suite au refus du Congrès américain de la ratifier. Lui succéda, en 1948, l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce : le GATT. L’objectif était d’établir la libre circulation des marchandises à l’échelle mondiale en fixant comme horizon la disparition des droits de douane.

La charte de La Havane proposait une voie entre libéralisme et interventionnisme, espace pour lequel il ne semble pas y avoir de place aujourd’hui. Pour bien comprendre l’intérêt d’une « troisième voie » médiane, il faut se souvenir qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale le Royaume-Uni et les États-Unis ne se sont tournés vers une politique de libre-échange qu’après une longue période de protectionnisme : ce qui leur a permis de développe Continuer la lecture

Réflexions pour tenter de comprendre la fragmentation de la société française

Dans L’archipel français (1), Jérôme Fourquet met en lumière les différents processus qui aboutissent à une fragmentation sans précédent de la société française : dislocation de la matrice catho-républicaine, montée en puissance de l’individualisme, sécession des élites, flux migratoires, etc.

Plus particulièrement, le concept de « sécession des élites » a été analysé dès la fin du XXème siècle par Christopher Lasch (2). Ce phénomène montre que ce n’est plus « la révolte des masses » qui menace désormais la vie démocratique, mais la coupure de plus en plus prononcée entre le peuple et les « élites ». Une coupure tant économique et matérielle qu’éducative et intellectuelle qui conduit au repli sur eux-mêmes des privilégiés.

Cette sécession n’est pas le résultat d’un plan voulu ou caché. Elle est d’abord et avant tout la conséquence de la démocratisation de l’accès aux études supérieures qui a entraîné un élargissement des élites : alors que celles-ci représentaient environ 5% de la population jusqu’aux années 1970, elles pèsent aujourd’hui entre 15 et 20%.

Dès lors, ces élites peuvent vivre en vase clos. On peut, par exemple, observer le processus qui frappe Paris. Historiquement, il y a toujours eu des beaux quartiers et des quartiers populaires. Mais aujourd’hui, c’est quasiment toute la ville et une partie de la banlieue qui sont homogénéisés. Le mouvement dit des Gilets Jaunes montre bien le gouffre doublé d’une totale incompréhension qui s’est aujourd’hui installé entre les deux mondes. C’est ce que constate assez lucidement Raphaël Glucksmann : « Je me sens plus chez moi à Berlin qu’en Picardie ».

A l’époque, l’étroitesse de cette base sociale faisait qu’elle était davantage consciente de l’interaction nécessaire avec le reste de la société. De nos jours, ces élites peuvent avoir l’impression que toute la société est à leur image. Ce qui explique, en partie, les colères qui partout se manifestent : les classes populaires, et à présent les classes moyennes, ont le sentiment d’être littéralement sorties du film écrit par et pour les classes les plus intégrées.

Parmi les élites, beaucoup et notamment dans les jeunes générations Continuer la lecture

Le néolibéralisme et la question démocratique

« L’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert. »

Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944

Dans les dernières années du XXème siècle, le concept de «néolibéralisme» s’est considérablement déployé dans l’espace académique, faisant de celui-ci un objet d’étude désormais légitime.

Il n’existe pourtant pas encore de consensus quant au contenu prêté au néolibéralisme, quant au sens donné à son histoire et quant à son impact sur le monde contemporain.

Les travaux portant sur le concept insistent tantôt sur l’impossibilité qu’il y aurait à le rapporter à une définition unique, tantôt sur la très grande cohérence du projet de transformation sociale dont il serait le fondement (1).

A titre d’exemple, le néolibéralisme est appréhendé soit comme une quasi-conspiration mondiale qui se déploie dans l’ombre d’une stratégie hégémonique, soit comme un mouvement sans unité, à la fois éclaté dans des contextes nationaux fortement différenciés et pluriel dans ses orientations politiques et économiques.

Sans oublier les études portant sur l’impact du néolibéralisme concernant la Grande Crise de 2008 : certains ont pu expliquer que notre époque se caractérisait par un recours insuffisant au néolibéralisme, pendant que d’autres insistaient sur sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la crise dite des « Subprimes », soulignant les conséquences sociales extrêmement lourdes que les populations ont dû supporter.

On peut regrouper la pensée critique du néolibéralisme en trois branches : la première trouve sa source dans la philosophie de Karl Marx, la deuxième s’inscrit dans le sillage de la sociologie de Pierre Bourdieu, la troisième trouve son inspiration dans la démarche archéo-généalogique proposée par Michel Foucault.

A. L’approche Marxiste

Celle-ci envisage le néolibéralisme comme la nouvelle idéologie dominante qui recouvre de son voile trompeur la forme contemporaine prise par le capitalisme (2). Sur le plan de l’analyse économique, les récents travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy illustrent parfaitement bien cet angle d’attaque (3). Sur le plan philosophique, les travaux de Stéphane Haber envisagent le néolibéralisme comme un « néocapitalisme », reposant sur une ontologie sociale spécifique qui, tout en donnant l’impression de concourir à la libération des individus, met de facto en place de nouvelles formes d’aliénation toujours plus subtiles (4). Il nous faut également mentionner les travaux du géographe britannique David Harvey qui font du néolibéralisme un « projet de classe » au service d’une domination accrue permise par le « capitalisme global » (5).

B. L’approche Bourdieusienne

Si celle-ci apparaît certes très soucieuse de se distinguer de l’approche marxiste (Pallotta, 2015), elle partage néanmoins avec elle cette conception du néolibéralisme comme idéologie du temps présent. Dans un célèbre texte publié à la fin des années 1990 sous le titre « l’essence du néolibéralisme » (6), Pierre Bourdieu décrivait le néolibéralisme comme « l’utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limites », comme « un programme de destruction méthodique des collectifs », mais aussi comme « une nouvelle croyance » se présentant « comme la forme suprême de l’accomplissement humain », ce que d’autres ont pu appeler, un demi-siècle auparavant : une religion séculière. Dans son sillage, les travaux de Loïc Wacquant ou de Keith Dixon ont cherché à mettre en évidence les conséquences politiques et sociales néfastes de cette religion de l’économie qui aurait réussi à conquérir une hégémonie culturelle (Wacquant, 1998 et 2009 ; Dixon, 2000 et 2008).

C. L’approche Foucaldienne

Il s’agit ici d’envisager le néolibéralisme sous un autre jour : celui d’une « gouvernementalité » d’un nouveau genre. En France, Pierre Dardot et Christian Laval décrivent le néolibéralisme comme « La nouvelle Raison du monde » ayant réussi à imposer un gouvernement des vivants qui passe par une transformation complète des rapports de pouvoir : le néolibéralisme reposerait ainsi tout entier sur le figure inédite de « l’individu-entrepreneur » (7). Contrairement à l’approche bourdieusienne, Michel Foucault propose non pas d’appréhender les mutations contemporaines sous l’angle d’une « démission de l’État », mais plutôt comme une reconfiguration de celui-ci qui devient ainsi « l’agent le plus efficace de la mutation néolibérale des sociétés » (Laval, 2014).

Pourquoi poser la question des liens pour le moins ambigus entre néolibéralisme et démocratie ?

C’est que, paradoxalement, beaucoup de néolibéraux défendent une même conception négative de la liberté.

Comme l’a très clairement énoncé Isaiah Berlin, ce choix découle de la priorité donnée à la question : « Jusqu’où le gouvernement s’ingère-t-il dans mes affaires ? » (Röpke, 1939 et Hayek, 1960), sur celle consistant à se demander « Qui me gouverne ?», à laquelle s’attachent plus volontiers ceux qui défendent une conception positive de la liberté (Berlin,1969).

Or, cette distinction conduit à considérer que la démocratie et le libéralisme constituent des réponses à deux questions bien distinctes : celle relative aux modalités d’exercice et aux limites du pouvoir d’un côté et à sa dévolution de l’autre.

La démocratie entend ainsi remettre au peuple un pouvoir que le libéralisme vise seulement à borner : comme le souligne très nettement Hayek, le vis-à-vis de la démocratie Continuer la lecture

L’Italien des XIV et XVème siècles : le fils aîné de l’Europe moderne

Pour l’historien des idées, les notions d’Humanisme, de Républicanisme et de Renaissance fondent une pensée politique centrée sur l’homme. C’est ainsi que l’on peut définir la liberté comme participation au bien commun.

C’est à travers les travaux de Jacob Burkhardt, de Max Weber et de Werner Sombart que l’on peut observer l’apparition de l’idée de modernité européenne et partant, appréhender les origines du capitalisme.

Dans son ouvrage publié en 1860, La Civilisation de la Renaissance en Italie (1), Jacob Burckhardt (1818-1897) cherche à définir l’attitude des hommes devant le monde. Il souhaite isoler un moment particulier de l’esprit humain. C’est ainsi qu’il passe en revue des thématiques telles que l’État considéré comme oeuvre d’art, la redécouverte de l’Antiquité, la sociabilité et les fêtes, les moeurs et la religion.

L’auteur révèle comment la situation politique instable, voire anarchique de la Renaissance, a favorisé l’émergence d’un nouveau type d’individu. L’Italien des XIV et XVème siècles est, selon lui, le premier individu moderne, le fils aîné de l’Europe actuelle : « Dans la configuration de ces États, républiques comme tyrannies, réside non pas l’unique motif mais le plus puissant qui explique la précoce constitution de l’Italien en tant qu’homme moderne. Qu’il fût destiné à devenir l’aîné des enfants de l’Europe actuelle.»

Chez Burckhardt, l’individualisme est la capacité à concentrer son énergie vitale à la réalisation, dans le monde, de projets nouveaux et non pas égoïstes. Ce développement de l’individu se fait à travers une forme de libération singulière, une créativité humaine. Ici, le singulier débouche sur l’universel (2).

Mais quels sont les liens entre la naissance de l’humanisme et la naissance du capitalisme ? Il faut partir de Florence pour traiter cette question, du fait de l’importance de son rayonnement culturel et l’influence de ses banques.

Si Max Weber affirme que le capitalisme naît du protestantisme, Werner Sombart souligne que ce n’est pas un hasard si l’humanisme fleurit à Florence. Les Florentins sont un peuple de marchands Continuer la lecture

Les Lumières : contre la guerre civile, pour la paix sociale

Depuis l’origine, la plus grande hantise des sociétés humaines à été celle de la guerre civile.

A partir de la révolution néolithique, qui a vu apparaître un nouveau mode de vie urbain et agricole, on assiste au passage des anciennes sociétés tribales homogènes, à des formes d’organisation socio-politiques plus complexes, reposant sur la division du travail. Cette mutation implique une différenciation de ses membres selon des critères économiques, politiques ou familiaux.

La Cité se trouve alors exposée au risque de conflits entre sous-groupes de citoyens :  ceux-ci menacent l’unité et la cohésion, et par voie de conséquence, la capacité même de survie face aux contraintes de l’environnement naturel de cette unité politique et de la menace d’ennemis extérieurs.

On retrouve la trace de cette hantise universelle dans le motif anthropologique du fratricide, qui traverse l’ensemble des grands mythes fondateurs : égyptien (Osiris et Seth), mésopotamien (Caïn et Abel), gréco-romain (Étéocle et Polynice, Rémus et Romulus) ou encore celte (Gwyn et Gwythur).

En Mésopotamie, la formation de la religion mosaïque Continuer la lecture

Le néolibéralisme : expression savante de l’imaginaire marchand

Penser le néolibéralisme reviendrait à le définir comme un ultralibéralisme, c’est-à-dire une doctrine qui promeut la réduction drastique de l’État dans la vie économique et sociale, au bénéfice du secteur privé et des forces du marché, le tout sur fond d’une conception viscéralement individualiste.

Une des figures emblématique de cette conception est l’économiste d’origine autrichienne Friedrich A. von Hayek. Celui-ci se positionne en rupture totale avec le dirigisme et le welfare state, analysant le marché comme un « mécanisme naturel » qui, laissé à lui-même sans intervention politique, « engendre spontanément équilibre, stabilité et croissance » (1). De sorte que les interventions des pouvoirs publics ne peuvent que perturber cet ordre fluide et harmonieux.

Ainsi compris, le néolibéralisme ne serait, au fond, qu’une réhabilitation extrémiste du bon vieux « laissez faire, laissez passer » (Vincent de Gournay, 1752), une nouvelle doxa customisée sous de séduisants habits pseudo « scientifiques ».

Cette représentation a été contestée par Michel Foucault qui, dans ses cours au Collège de France (2), a défini le néolibéralisme comme mise en oeuvre d’une société concurrentielle, fondée sur une nouvelle anthropologie, celle de « l’individu-entreprise » (3).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le néolibéralisme Continuer la lecture

Écologie et néolibéralisme : une absolue incompatibilité

La gouvernance néolibérale prétend qu’il existerai une compatibilité entre l’économie et l’écologie. Cet oxymore lui permet de contourner, au moins dans les termes, cette « Vérité qui dérange », pour le dire comme l’ex vice-président Al Gore à propos du changement climatique.

L’homme ne peut survivre qu’en étroite symbiose avec l’écosystème terrestre. Pour cela, il doit nécessairement se métaboliser avec son environnement. Les substances dont l’homme se nourrit, qu’il utilise ou qu’il rejette sont le matériel avec lequel il construit sa vie. Toutes les sociétés, toutes les cultures, sauf la nôtre, ont reconnu cette interdépendance d’avec la terre mère et célébré le cycle de la vie.

Seule la modernité a mis en oeuvre un projet prométhéen de reconstruction et d’artificialisation du monde. L’arrogance de l’homme contemporain Continuer la lecture