Cybernétique et gouvernance : la restructuration néolibérale des rapports sociaux

La formule de Saint-Simon est connue : L’administration des choses remplacera le gouvernement des hommes.

La vérité du politique se trouve dans l’économique : pour Pierre Musso, « l’idéologie du réseau porte en elle la suppression du politique et de tout ce qui gêne la fluidité et la circulation sociale ».1.

La gouvernance cherche à inverser le rapport entre pouvoir et gestion : alors que le système féodal se caractérisait par un rapport de domination politique au service de l’intérêt particulier des gouvernements, le système industriel vise à dominer la nature au moyen de l’économie, à travers la construction de vastes réseaux de communication.

La conception technocratique du néolibéralisme peut s’appuyer sur le « fétichisme » du réseau technique qui va fonder l’idéologie de la gouvernance en réseau.

Avec l’apparition de la cybernétique, la gouvernance va se donner les outils conceptuels qui lui permettront de nier la subjectivité humaine au profit d’une conception purement informationnelle de l’existence. 2.

La spécificité de la gouvernance néolibérale repose sur le fait que la normativité perd son caractère vertical. Ecoutons Alain Supiot décrire cette révolution silencieuse :  » Issue de la cybernétique, le concept de gouvenance porte à considérer le chiffre non comme un cadre, mais comme un but de l’action, ou plus exactement, comme un moteur de la réaction puisque chaque acteur privé ou public est censé, non plus agir, mais rétroagir aux signaux chiffrés qui lui parviennent afin d’améliorer sa performance ». 3.

Pour comprendre le lien entre gouvernance, cybernétique et néolibéralisme, il nous faut retourner aux fondements de la doctrine libérale. L’économiste autrichien Friedrich Hayek s’est intéressé à la cybernétique en participant à une conférence organisée par un des principaux théoricien de cette nouvelle science, Hans von Foerster, ainsi qu’au symposium Beyond Reductionnism de 1968 qui a réuni les grands noms du systémisme. 4.

En réaction au positivisme logique qui domine en Autriche à son époque, il va élaborer une théorie de l’auto-régulation fondée sur une épistémologie constructiviste radicale. Son système conceptuel accorde au « savoir tacite », une prééminence sur la raison qui était traditionnellement comprise comme la capacité de compréhension des phénomènes sociaux. A la manière des théoriciens de la cybernétique, Hayek va définir le rapport du sujet au monde en termes d’informations. Parce que les marchés sont en déséquilibre perpétuel, les individus doivent constamment adapter leurs actions en fonction des flux d’informations fournies par le marché afin de créer un équilibre temporaire. 5.

La marchandisation qui caractérise le néolibéralisme transforme le savoir en information stockable, en fonction des critères de l’efficience technique et de l’opérativité, ce que Jean-François Lyotard a nommé : la « performativité ». 6.

Ces critères fonctionnent selon la règle de l’input/output, qui confère une légitimité au savoir. La raison, en tant que métarécit, n’est plus le critère transcendantal qui oriente la pratique des acteurs sociaux ; dans le néolibéralisme, ce sont les règles immanentes de l’efficience technique qui orientent la pratique des acteurs.

On peut, à partir de cette courte analyse, proposer la définition suivante :  le néolibéralisme repose sur un constructivisme social qui vise à produire politiquement un type de société, d’institution et de sujet, à travers une conception du pouvoir caractérisée par Michel Foucault sous le terme de gouvernementalité.7.

Dans la mesure où la tension propre à la modernité entre politique et économie semble se dissoudre tendanciellement, ou pour le dire autrement, que le politique se subsume dans l’économique à travers le processus de gouvernance, il nous apparaît urgent de rompre  avec l’imaginaire social libéral et de renouer avec l’idéal du Bien commun.

  1. P. Musso, Critique des réseaux, Paris, Presses Universitaires de France, 2003, p. 195.
  2. N. Wiener, Cybernetics ; or Control and communication in the animal and the machine, New York, 1961, M.I.T Press.
  3. A. Supiot, L’esprit de Philadelphie : la justice sociale face au marché total, Paris, Seuil, 2010, p. 84.
  4. C. Lafontaine, L’Empire cybernétique : des machines à penser à la pensée machine,Paris, Seuil, 2004, p. 137.
  5. Il est intéressant ici de faire référence à la notion de « savoir tacite » (Know How) qui consiste en l’ensemble des connaissances personnelles, des préférences individuelles et des modèles mentaux qui relèvent du domaine de l’instinct. Comme son nom l’indique, ce savoir n’est jamais explicitement exprimé : il demeure toujours sous-entendu.
  6. J. F Lyotard, La condition postmodene : rapport sur le savoir, Paris, 1979, Editions de minuit.
  7.  M. Foucault, Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Seuil/Gallimard, 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.