Les États-Unis d’Amérique : une conflictualité paroxystique

L’unité d’un peuple et d’une nation repose sur le partage d’un imaginaire qui va structurer les pratiques sociales et politiques. Il faut toujours observer avec soin ce qui se passe aux États-Unis d’Amérique, car cela a de fortes chances d’arriver jusqu’à chez nous. C’est du moins ce qu’observait déjà Alexis de Tocqueville au milieu du XIX ème siècle, et il nous semble que sa leçon ne doive pas être négligée.

Les États-Unis sont le laboratoire de la démocratie occidentale. Les grandes tendances de fond – culturelles, sociales et politiques – généralement exacerbées là-bas, nous arrivent, certes avec un peu de retard, mais elles ne nous épargnent pas.

Une tendance de fond politique est apparue : la polarisation. Bien sûr, avec un personnage aussi provocateur et clivant que Donald Trump à la Maison Blanche, ce n’est pas étonnant. Ceux qui l’aiment l’idolâtrent ; ceux qui ne l’aiment pas le haïssent. On peut dire que c’est dans la nature du personnage. Mais, pour de nombreux politologues, le Donald n’est pas la cause de la polarisation ; son élection en est l’effet manifeste. La polarisation des américains avait commencé bien avant lui. Il suffit de se souvenir des haines irrationnelles qu’avait provoquées le centriste Barack Obama.

Jamais Républicains et Démocrates n’ont été autant éloignés. Mais quelles sont les causes de cet écartèlement idéologique ?

David Blankenhorn, un politologue américain, président du think tank Institute for American Values, dans un article donné à The American Interest paru début décembre 2018, en dénombre quatorze :

Numéro un : la fin de la guerre froide. Tant que les américains avaient un ennemi commun, qu’ils luttaient pour l’hégémonie contre un empire menaçant propageant des valeurs radicalement opposées aux leurs, ils se retrouvaient. A présent, ils ont gagnés cette guerre, et ils divergent sur l’identité de l’ennemi principal.

Numéro deux : la montée des politiques fondées sur l’identité. La célèbre politologue Amy Chua résume le problème d’une phrase : « la gauche croit que le tribalisme de droite – sectarisme, racisme – déchire le tissu social de la nation. La droite croit que le tribalisme de gauche – la politique des identités, le Politiquement Correct – déchire le tissu social de la nation. Et malheureusement, elles ont raison toutes les deux ». Comme le dirait le Professeur Maffesoli  » Il y a dans l’air du temps, un fort parfum de tribalisme ». (1).

Numéro trois : la progression d’une forte divergence face aux questions religieuses. La sécularisation de la société américaine fait que le christianisme, autrefois dominant, est en tain de perdre sa prééminence. D’où, en réaction, des mouvements de réaffirmation identitaires assez puissants. Aujourd’hui, parmi les électeurs du Parti démocrate, ceux qui se déclarent affiliés à aucune religion sont majoritaires, alors que les chrétiens conservateurs votent massivement républicain.

Numéro quatre : l’intensification de la diversité raciale et ethnique contribue au déclin de la confiance sociale. La conviction que l’on peut se comprendre réciproquement est la condition politique à l’acceptation des transferts sociaux. Elle est en baisse aux Etats-Unis.

Numéro cinq : la disparition de ceux qu’on a appelé « la Grande Génération ». Ils avaient subi, dans leur enfance, la Grande Dépression et ont su en sortir le pays ; puis ils ont vaincu les ennemis des Etats-Unis sur les multiples champs de bataille de la Deuxième Guerre mondiale. C’étaient des gens prêts à sacrifier leur vie pour leur pays. C’étaient aussi des gens prêts à sacrifier une partie de leurs revenus pour soutenir l’Etat-providence. Patriotes, ils soutenaient le pouvoir issu des élections. John Wayne, le soir de la victoire de Kennedy : « Je n’ai pas voté pour lui, mais c’est maintenant mon président. Et j’espère qu’il va faire du bon boulot. » Ils n’ont pas été remplacés.

Numéro six : la géographie sociale. De plus en plus d’Américains vivent dans un environnement choisi pour ne plus fréquenter que des gens qui leur ressemblent et qui pensent comme eux. Ça ne favorise pas la remise en question des préjugés concernant les autres.

Numéro sept : il y avait autrefois des Républicains de gauche et des Démocrates de droite.  Vous pouviez avoir des Démocrates de droite – dans les Etats du Sud en particulier, qui n’avaient pas pardonné les suites de leur victoire de 1865 aux Yankees – et des Républicains de gauche comme le fameux maire de New York des années 1960, John Lindslay ou le vice-président Nelson Rockefeller, dans les années 70. C’est à présent terminé : les Démocrates sont tous de gauche et les Républicains tous de droite.

Numéro huit : les nouvelles règles de fonctionnement progressivement introduites au Congrès. Elles ont minées les anciennes pratiques de courtoisie et de fraternisation, par-dessus les clivages partisans. A présent, Démocrates et Républicains se font la guerre. Et perdent de vue, au passage, l’intérêt supérieur du pays.

Numéro neuf : les nouvelles règles de fonctionnement adoptées par les partis politiques pour la sélection des candidats. Sous prétexte de démocratisation et de pouvoir de la base, on a court-circuité les permanents, les professionnels. Or, ils favorisaient les candidats modérés, plus susceptibles d’emporter les élections.

Numéro dix : le rôle des « généreux donateurs ». Autrefois, ils cherchaient à favoriser leur secteur d’activité économique par le lobbying. A présent, on a affaire à des milliardaires idéologues. Pas sûr que ce soit un progrès.

Numéro onze : le découpage intéressé des circonscriptions électorales. les Républicains ont charcuté ici ou là la carte des comtés, de manière à isoler les électeurs démocrates et à favoriser leurs propres candidats dans les comtés voisins. Mais du coup, dans des circonscriptions gagnées d’avance, tout se joue aux primaires. Et c’est le candidat le plus radical qui l’emporte.

Numéro douze : la ghettoïsation des médias par le numérique. « Parce que je ne suis exposé, sur les réseaux sociaux, qu’à des présentations caricaturales des vues de mes adversaires, je suis amené à les considérer comme des gens dangereux ». Les nouveaux médias favorisent l’audience des plus bruyants, des plus excessifs, des plus provocateurs. Les clowns prennent le pas sur la compétence prouvée et reconnue.

Numéro treize : le déclin du journalisme sérieux et honnête. La tendance à confondre les faits et l’opinion, les fais authentiques et les rumeurs qui font le buzz. L’information et le spectacle.

Numéro quatorze : une révolution générale des mentalités. On favorise la pensée binaire sur la pensée complexe (2) ; on présume que quiconque ne partage pas son point de vue ne peut être motivé que par la mauvaise foi ; le besoin d’être approuvé par son propre groupe ; l’incapacité à se mettre d’accord sur l’existence minimale de faits, ce qui permettrait de réformer ce qui doit l’être.

  1. M. Maffesoli, La transfiguration du politique. La tribalisation du monde, Paris, Grasset, 1992. L’auteur s’interroge sur ce lieu commun du discours savant qui annonce, de façon réitérée : « le monde change ». Une quasi-obsession, un leitmotiv entêtant qui proclame que les sociétés développées implosent, perdent leurs repères traditionnels, répudient leurs idéologies, et liquident leurs valeurs ancestrales.
  2. E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Le Seuil, 2005. L’ambition d’Edgar Morin est de donner au politique « les moyens d’affronter les défis sociaux et de freiner le dépérissement démocratique que suscite, dans tous les champs de la politique, l’expansion de l’autorité des experts et spécialistes de tous ordres, qui rétrécit progressivement la compétence des citoyens ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.