Peut-on parler de révolte générale contre le libéralisme ?

Le mois jaune que nous venons de traverser a non seulement ébranlé un pouvoir qui se pensait investi d’une mission sacrée, celle d’engager la Grande Transformation d’un vieux pays perclus d’archaïsmes et totalement inadapté aux exigences de la modernité, mais il a surtout redonné confiance à de larges fractions populaires en leur démontrant que les fatalités qu’on voulait leur imposer étaient susceptible d’être repoussées, à la condition de ne plus consentir au discours technocratique.

Dans le sillage de la crise financière de 2008, nous avons assisté à une véritable explosion du nombre des mouvements contestataires dans plus de soixante-dix pays dans le monde. Le mouvement dit des «Gilets Jaunes» en France trouve son origine dans les villes et les villages de province. Ses rangs se composent surtout de membres de la classe moyenne inférieure, et dans les rues, ce sont surtout les manifestants les plus âgés ainsi que les travailleurs indépendants que l’on peut croiser.

Selon notre point de vue, nous n’assistons pas à une révolte contre l’establishment libéral d’hier, mais contre une idéologie qui a pour ambition de représenter le monde progressiste de demain.

Or, la priorité des «Gilets Jaunes» n’est pas l’avenir, mais bel et bien leurs conditions de vie actuelles dans les territoires ruraux. Aujourd’hui, pour de nombreux Européens, le libéralisme est devenu synonyme de mondialisation et d’insécurité culturelle (1). Les gens sont en colère de voir leurs gouvernements prétendre, que dans un environnement mondialisé, personne ne peut réellement contrôler le marché ou l’immigration. Rares sont ceux à encore penser que le libre-échange ou l’ouverture des frontières profite à tous.

La crise de la démocratie libérale s’explique par plusieurs facteurs : la dérive juridique et technocratique de la politique qui reflète de moins en moins les opinions de la majorité ; l’impact des réseaux sociaux qui court-circuitent les médias traditionnels ; l’immigration de masse qui bouscule les cohésions sociales et la stagnation économique qui annihile la promesse du progrès.

Jusqu’à la fin du Moyen-Âge, diffuser de l’information à un grand nombre de personnes était extrêmement cher et compliqué. Pour copier un long texte, un copiste professionnel ou un moine devait retranscrire à la main chaque mot du manuscrit original. C’est pourquoi l’information écrite n’était réservée qu’à une élite choisie. Partager un écrit avec cinquante ou cent personnes constituait une entreprise considérable. Le partager avec des milliers était la prérogative exclusive des rois et des plus hautes figures du clergé. Les limites technologiques à la diffusion de l’information écrite permirent le renforcement de l’orthodoxie politique et religieuse ; dès lors que la dissémination des idées restait aux mains des prêtres et des princes, écraser l’expression du désaccord politique ou de l’hérésie religieuse était facile.

Nous vivons désormais dans un monde où les communications sont multiples. Le statut Facebook d’une personne anonyme peut déclencher une révolte de masse. La distance entre le peuple et les élites s’est considérablement réduit. Cela ne favorise ni ne désavoue la démocratie, mais cela affaiblit les détenteurs actuels du pouvoir et engendre une plus grande instabilité politique. 

Le Système est en train de perdre sa capacité à contrôler la diffusion des idées ou des messages dans l’esprit des gens ordinaires. Les jeunes générations regardent davantage YouTube que la télévision, et ils s’informent certainement plus à travers Facebook et d’autres réseaux qu’avec Le Monde ou Le Figaro. Mais tout cela n’est que la partie visible de l’iceberg. Le changement le plus important est dans la maîtrise de l’agenda. Au début des années 2000, les rédacteurs en chef surveillaient les dépêches des agences de presse, décidaient de ce qui était important et donnaient ainsi le ton au débat national. Maintenant, ils regardent tous ce que les gens disent sur Twitter, puis demandent à leurs journalistes de réaliser des articles ou des reportages qui reflètent ces conversations. Ils sont passés du rôle de créateur d’agenda, de prescripteur d’opinion, à celui de chasseurs de tendances (2).

L’effet combiné du ralentissement de la croissance et de l’augmentation des inégalités a conduit à la stagnation du niveau de vie de la majorité de la population. Le constat est particulièrement frappant en ce qui concerne les Etats-Unis : de 1935 à 1960, le niveau de vie du foyer américain doubla. De 1960 à 1985, il doubla à nouveau. Depuis 1985, il n’a pas bougé pour l’essentiel ; le foyer américain moyen n’est pas plus riche aujourd’hui qu’il ne l’était il y a trente ans. Ce changement est douloureux pour les personnes âgées, qui ont vu l’amélioration de leur situation économique soudain stoppée au milieu de leur vie. Mais il est encore plus perturbant pour les jeunes élevés dans la promesse que leur travail se traduirait par une amélioration de leur position sociale – et qui, à la place, se sont retrouvés dans une situation pire que celle que leurs parents avaient atteinte sans effort à leur âge…

La leçon à méditer est que depuis le début de la révolution industrielle et l’aube de la démocratie moderne, les individus ont bénéficié d’une amélioration considérable de leurs conditions de vie, génération après génération. Depuis un quart de siècle, leurs gains sont presque nuls. Quel sera l’impact de leur colère ?

  1. Laurent Bouvet, L’insécurité culturelle, Paris, Fayard, 2015. Selon l’auteur, la crise économique ne suffit pas à expliquer le malaise français. En analysant les représentations que ce font les citoyens de la mondialisation, de l’Union européenne, de l’immigration, des élites, il montre comment les dimensions culturelles se mêlent étroitement aux conditions matérielles.
  2. Ingrid Riocreux, Les marchands de nouvelles, Paris, L’ Artilleur, 2018. L’auteur analyse avec finesse les ressorts idéologiques de la doxa médiatique et décrit les modes de transmission de l’unanimisme moutonnier, en particulier les centres de formation des journalistes qui préparent avec une rare efficacité cette « convergence spontanée » si bien décrite par le sociologue des médias Alain Accardo. Un puissant et irrésistible fleuve médiatique qui inonde en permanence nos regards et nos cerveaux, détruit en nous les dernières digues qui résistent encore à la propagande effrénée de l’idéologie néolibérale.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.