Les Conférences Macy : pour une approche globale de l’individu et de la société. Partie II

Durant l’été 1946, Norbert Wiener rejoint Arturo Rosenblueth à Mexico afin de travailler sur un problème nerveux directement en lien avec la question du feedback : “Nous choisîmes le chat comme animal d’expérimentation et le femoris quadriceps extenseur comme muscle à étudier”. Le dispositif expérimental met en évidence “un pattern périodique de contraction qu’on appelle Clonus.”

Norbert Wiener et Arturo Rosenblueth présentèrent leurs résultats à la seconde conférence, en Octobre 1946.

  • La deuxième Conférence Macy

Cette deuxième conférence a été intitulée : “Teleological Mechanisms and Circular Causal Systems.” Les chercheurs se sont efforcés de s’accorder sur les idées centrales de l’école Gestaltiste. Kurt Lewin montrait un grand enthousiasme pour la formulation mathématique et la représentation, bien que la physique de Max Planck et la technologie d’ingénierie de la Deuxième Guerre Mondiale n’étaient pas des paradigmes semblables.

Le psychosociologue Kurt Lewin “avait formulé l’idée que l’application de la psychologie du travail allait permettre que le travail aboutisse à une haute productivité et soit psychologiquement bon pour l’ouvrier.” 1. Avant les années 1940, Kurt Lewin introduisit l’étude de la “dynamique de groupe”, utilisant un outil conceptuel de sa théorie des champs pour décrire le comportement des gens par rapport à un groupe.

En 1944, il fonde le Centre de Recherches pour la Dynamique de Groupe associée au M.I.T. A partir de 1946, il découvre les concepts de base de la cybernétique et de la théorie des jeux et cherche aussitôt à les appliquer à ses recherches.

Kurt Lewin est persuadé que des lois de psychologie rigoureuses peuvent être construites, données sous forme mathématiques et évaluées expérimentalement. Il cherche à donner à la psychologie le statut d’une science analogue à la physique.

Kurt Lewin cherche la cause d’un comportement, non dans l’enfance ou la personnalité de celui ou celle qui le produit, mais comme une fonction du “champ” actuel de son “espace de vie” total, un concept qu’il a introduit.

Avec l’exemple d’un prisonnier enfermé dans une cellule de prison, Kurt Lewin, armé du concept d’espace de vie, illustre les perméabilités diverses d’une frontière à la locomotion physique, sociale et mentale.

Mais les comparaisons de Kurt Lewin entre champs ou espaces de vie trouvèrent rapidement leurs limites car le rigoureux espace-temps dynamique de la physique manque aux champs psychologiques. La jeune discipline mathématique appelée “topologie” a pu un instant être en capacité de faire de la psychologie une science réelle. Mais cette direction de recherche l’a obligé à considérer des domaines toujours plus larges de la psychologie et à faire face à des problèmes de plus en plus complexes. La théorie des champs et l’utilisation de la topologie dans la psychologie sociale restèrent sans lendemain.

  • La troisième Conférence Macy

La troisième conférence se tient en Mars 1947 et porte le même intitulé que la précédente. Cette réunion a montré les limites de la participation des sciences humaines au courant cybernétique. Le psychanalyste Erik Erikson est invité ainsi que le psychosociologue Leon Festinger auteur de la théorie dite de la “dissonance cognitive” (1957). Erik Erikson avait fait partie du cercle restreint de la famille de Sigmund Freud à Vienne, où il était parti jeune homme en tant qu’artiste et professeur pour les enfants et où il fut psychanalysé par Anna Freud.

Arrivé aux Etats-Unis en 1933, il se forme auprès de Margaret Mead et de Gregory Bateson à l’anthropologie sociale. Lorsqu’il participe à Macy 3, il enseigne à l’Université de Californie.

Les cybernéticiens jugèrent que l’intervention d’Erikson n’était pas caractérisée par un raisonnement scientifique, logique, mais sur une sensibilité littéraire, artistique, peignant des images des gens et des situations humaines. Leur opposition, en particulier celle de Pitts, fût rédhibitoire.

John von Neumann souhaita la participation d’un généticien : c’est en 1947 qu’il mît au point sa “Théorie des automates auto-reproducteurs.” Le mathématicien parla de Max Delbrück dont il connaissait le travail sur les bactériophages, des organismes auto-reproductifs primitifs commodément accessibles à l’étude expérimentale. Dès 1946, il savait que ce serait un véritable  défi que d’en faire une description rigoureuse.

 

  1. Kurt Lewin, “Die Sozialisierung des Taylor Systems – Eine grundsätscliche Untersuschung zur Arbeit-u. Berufs-Psychologie” Praktischer Sozialismus 4 : 5-34, 1919.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.