Une généalogie des colères actuelles

Parmi les théoriciens de la cybernétique, Grégory Bateson est peut-être celui qui peut le mieux nous renseigner sur la nature profonde du mouvement social en cours. Le Président de la République ne cherche-t’il pas, de façon désespérée, à répondre au défi des réseaux sociaux en organisant un improbable  « Grand débat » qui, manifestement, n’a qu’une seule utilité : faire rentrer le « dentifrice de la contestation » dans le « tube de la Constitution » ?

Le pouvoir cherche, par une sorte d’injonction paradoxale, selon les termes de Gregory Bateson, à dominer par la volonté ce qui ressort être de l’ordre du phénomène spontané.

Le mouvement dit des « Gilets Jaunes » a eu l’immense mérite de rendre visible les invisibles, cette partie des citoyens qui se sent exclue ou déconsidérée dans la société française en raison du déclassement professionnel, de l’éloignement des métropoles, d’un accident de la vie ou de toute autre circonstance.

Ce sont les « invisibles de la République » : toutes ces personnes ordinaires dont les institutions ne parviennent plus à satisfaire le besoin de reconnaissance sociale. Ils ont le sentiment que les élites politiques, médiatiques, économiques (qui dira assez la véritable déflagration que représente dans les imaginaires l’affaire Carlos Ghosn, inculpé à ce jour pour deux motifs : dissimulation de revenus et abus de confiance aggravé), les ont abandonnés et ne sont plus en mesure de décider à leur place, car ils ne partagent plus du tout les mêmes préoccupations du quotidien.

De ce triste constat, découle une crise sans précédent pour la démocratie représentative (1). Les citoyens se réfugient alors dans les réseaux sociaux, pour tenter de bricoler une démocratie directe à leur image, plutôt que de participer aux élections (2).

Nous faisons l’hypothèse que la crise des Gilets Jaunes est la manifestation d’un malaise bien plus profond qui affecte notre société, où le bien-être matériel ne peut pas constituer la seule réponse au besoin d’exister.

C’est que ce besoin d’exister est devenu difficile dans une société formatée et de plus en plus déshumanisée comme la notre. Ce phénomène ne touche pas que la France : il est constitutif de la révolte des peuples qui se répand sur toute la surface de la planète.

La modernité est incarnée aujourd’hui par la formalisation de règles de plus en plus complexes, aux fins de standardiser les comportements et pour formater la conscience collective, conférant toujours plus de pouvoirs aux décideurs technocratiques (privés et publics), au risque d’infantiliser la population (3).

On a l’impression que tout nous échappe, que l’on ne peut plus revenir en arrière, et que les leçons de l’histoire ne pourront jamais plus éclairer l’avenir. Ainsi, pour corriger les effets pervers d’une règle bureaucratique, il faut absolument superposer d’autres règles. C’est là une des origines de ce mille-feuille administratif qui non seulement « nous coûte un pognon de dingue », mais rend chaque jour plus insupportable la bureaucratie aux Français.

Nous somme devenus totalement schizophrènes : en appuyant « en même temps » sur l’accélérateur des réformes et sur le frein de la dérogation (voir ce qui va se passer concernant les 80 km/h), la société française s’enlise  dans des débats sans fin sur la manière d’encore mieux réglementer, lorsqu’il faudrait, au contraire, simplifier et supprimer de façon massive les règles inutiles et obsolètes pour libérer les énergies.

Il ne faut pas s’étonner du caractère aliénant de notre société qui crée toujours davantage de distance entre « ceux qui savent » et « ceux qui font », entre ceux qui imposent les règles et ceux qui les subissent.

Paradoxalement, les réseaux sociaux entretiennent d’autres clivages, bâtissant des murailles au lieu de lancer des ponts. Ils enferment ceux qui se ressemblent dans un déni de la réalité vis-à-vis du reste de la population. De ce point de vue, on peut penser le phénomène Gilets Jaunes comme une difficulté à fédérer au delà du rond point, au-delà de la page Facebook, et à accepter, sans violence, la contradiction dans le débat d’idées, y compris au sein du mouvement.

Le besoin d’émancipation est réel pour une grande partie de la population, bien au-delà des Gilets Jaunes. Pour l’atteindre il est contre-productif de vouloir stigmatiser telle catégorie sociale contre telle autre, ou d’ériger de nouvelles barrières réglementaires pour normaliser la quotidien.

Il faut changer de modèle de société et sortir de la déresponsabilisation des citoyens qui confine à l’assistanat, où il est préférable de cultiver des rentes de situation plutôt que d’assumer le risque d’entreprendre. Partant de cette hypothèse, il convient d’abandonner les postures idéologiques sur l’égalitarisme qui prive les citoyens de leur liberté, seule en mesure de bâtir une société plus fraternelle. 

Le rôle bienfaisant de l’Etat providence, qui corrige sans cesse les inégalités du marché par la redistribution, nécessite d’être repensé toutes affaires cessantes, à partir du moment où les richesses sont davantage crées et partagées dans des réseaux ( la Net-économie).

Le contrat de confiance doit dorénavant l’emporter sur la « prison de verre » bureaucratique (4), pour enfin faire entrer la France dans le XXI ème siècle.

  1. Luc Rouban, La démocratie représentative est-elle en crise ? Paris, La documentation française, janvier 2018.
  2. C’est ce que constate le Professeur Michel Maffesoli : « Le contrat social réunissait des individus contractant librement et choisissant leurs représentants sur la base de programmes essentiellement économiques et sociaux ; ce contrat ne fonctionne plus parce que c’est la démocratie représentative elle-même qui vacille, tenue debout par la seule force d’inertie des institutions. Ce que disent à leur façon, souvent maladroite, parfois violente, mais aussi festive et solidaire les divers mouvements sociétaux qui agitent et agiteront nos sociétés, c’est bien le passage de l’idéal démocratique à l’idéal communautaire », in Valeurs Actuelles : Nouvelle année ? Oui, mais surtout nouvelle époque, 10 janvier 2019.
  3.  Nos gouvernants veulent nous faire de la « pédagogie »… On ne peut trouver mot plus malheureux que celui-ci. La pédagogie est en effet, selon le Littré « l’éducation morale des enfants ». En prenant les citoyens français pour des enfants, nos politiques sont doublement désobligeants. Tout d’abord, on peut penser qu’ils veulent sans doute parler d’explication, voire de didactisme. Ensuite, en nous prenant pour des imbéciles : postuler que telle ou telle mesure est excellente, revient à dire que si elle est mal perçue, c’est qu’elle n’est pas comprise !  Leur permettant dans un mouvement on ne peut plus naturel, à en déduire que les Français sont des demeurés.  C’est ainsi que plus l’électeur regimbe, plus il faut lui répéter que ce qu’il ne voit et ne comprend pas encore, à force de pédagogie, il finira bien par le discerner après avoir été touché par la grâce. Cela s’appelle :  une « Révélation »…
  4. Pierre Rosanvallon alerte sur les risques de cette décomposition qu’il observe : le renforcement de la France de la peur et du rejet, la montée des populismes et la progression d’une démocratie de défiance nécessite un renouveau politique qui passera obligatoirement par une meilleure participation des citoyens aux procédures démocratiques, et la sanction des fautes commises par les gouvernants. La refondation démocratique est la clé du quinquennat, in La Croix, 9 mai 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.