Du néolibéralisme comme représentation du monde

L’objectif de cet article est de démontrer la nature profondément idéologique du néolibéralisme, et plus précisément, sa profonde cohérence en tant que représentation du monde dans son ensemble.

La pierre angulaire du néolibéralisme, c’est sa conception particulière de l’individualité conçu comme une sorte d’atome de l’organisation sociale, une réalité à la fois première et dernière, à partir de laquelle se construit tout l’édifice social.

Il s’agit d’un véritable assujettissement des individus par le capitalisme : une injonction faite aux individus, dans le cadre des rapports de production et des institutions qui en dérivent, de se comporter en toutes circonstances comme des sujets au sens d’êtres autonomes, capables de penser, de décider et d’agir par eux-mêmes, en fonction de leurs seules déterminations, de leurs seuls intérêts propres.

L’individu est ainsi représenté par le néolibéralisme à la fois comme sujet économique (propriétaire privé de sa personne et de ses biens), comme sujet juridique (titulaire de droits personnels inaliénables sur la base desquels il noue des rapports contractuels avec les autres individus et la société dans son ensemble), comme sujet éthique (doté d’une dignité qui doit être respectée par les autres, de même qu’il se doit de respecter la dignité des autres), comme sujet politique (citoyen disposant du droit de concourir à la formation de la loi commune et tenu à l’obligation de s’y soumettre) et enfin, comme sujet philosophique, c’est-à-dire être rationnel, selon Emmanuel Kant.

A partir de cette pierre angulaire, va se greffer une première triade de notions qui vont servir de socle fondamental au discours de légitimation du néolibéralisme. Il lui a fallu bâtir des concepts autour desquels vont pouvoir s’ordonner les textes canoniques qui vont venir coloniser les imaginaires. Cette triade articule des notions de propriété (privée), de liberté (individuelle) et d‘égalité (formelle).

Pour le néolibéralisme, la seule forme d’appropriation légitime est celle de la propriété privée individuelle, fût-elle appropriation d’un travail socialisé, conjuguant les efforts de millions d’individus à travers le vaste cycle des générations qui se succèdent.

De même, la seule liberté qui vaille est celle de l’individu, réduite à l’expression et au respect de son autonomie. Les libertés collectives, par exemple les libertés publiques, ne sont comprises que comme limitation à l’extension infinie des droits individuels. Ce qui est tout-à-fait insupportable, parfaitement illégitime pour les sectateurs de Bernard de Mandeville.

Quant à l’égalité, la seule qui puisse être pensée, c’est l’égalité juridique et civique, l’égalité de l’individu face au droit et à la loi, parfaitement compatible avec les plus extrêmes inégalités de condition sociale: inégalités en termes de savoir, de pouvoir et d’avoir.

Le néolibéralisme va définir un cadre sociopolitique à l’intérieur duquel les précédents attributs de l’individu assujetti sont censés pouvoir se déployer. 

Des catégories fondamentales sont définies lui permettant de penser la société comme une entité globale. 

Selon la conception utilitariste du néolibéralisme, la société est d’abord et avant tout un marché, une zone d’échanges au sein de laquelle les individus peuvent et doivent valoriser leur capital (d’où le succès jamais démenti dans les manuels de management du concept de « capital humain »), en exigeant de chacun qu’il se transforme en entrepreneur de soi-même.

Ensuite, la société globale est conçue comme une société civile, résultant de la contractualisation de l’ensemble des rapports sociaux, y compris des rapports de d’exploitation, de domination et de dépendance, présupposant l’autonomie et la volonté de l’individu en toutes circonstances, même lorsque celle-ci est manifestement annihilée par les conditions d’existence de ce dernier (1).

Enfin, la société globale est pensée à partir de la catégorie d’État de droit, un État réduit aux seules fonctions régaliennes aptes à garantir la fluidité de la circulation des marchandises et l’exécution des contrats, sans prétendre pouvoir réguler leur mouvement d’ensemble censé produire par lui-même les conditions de son homéostasie (2).

La cohérence de l’architecture conceptuelle du discours néolibéral est renforcé par ses procédures rhétoriques issues de la Novlangue, telle que décrite par Georges Orwell dans son roman de politique-fiction, 1984.

  • d’une part, l’inversion du sens ordinaire des termes utilisés : la substitution à leur sens propre du sens de leur contraire, de leur antonyme. Orwell lui-même en a imaginé dans son roman quelques exemples demeurés célèbres. Les trois principaux slogans utilisés par le parti unique au pouvoir en Océania reposent ainsi sur une pareille inversion de sens : « La guerre, c’est la paix », « La liberté, c’est l’esclavage », « L’ignorance, c’est la force ». (3).
  • d’autre part, l’oblitération du sens, procédé à la fois opposé et complémentaire du précédent. Il ne s’agit plus d’imposer la pensée selon certains termes, mais au contraire, d’empêcher de penser, de bannir certains mots, et à travers eux, certains concepts. Finalement, on ne peut plus appréhender certaines analyses théoriques dont ces concepts sont les instruments. Ainsi est-il fait usage de la notion de  « capital humain » pour qu’on ne puisse plus raisonner en termes de force de travail, mais en valorisation de soit. Ce tour de passe-passe a pour objectif de soigneusement dissimuler une bien triste réalité : la vie, l’existence même des salariés n’a qu’une seule utilité : la marchandisation du vivant.

Le néolibéralisme satisfait à toutes les conditions constitutives d’une idéologie. Il n’a pas de rival au sein du champ politique : il est cette  « pensée unique » qui impose son hégémonie sous le couvert de la fin des idéologies, si souvent annoncée.

  1. « Chômeurs et déconneurs : quand Emmanuel Macron s’inspire de Ken Loach », in Le Monde Diplomatique, 18 janvier 2019. Avec le sens de la formule choc et du mépris de classe assumé qu’on lui connaît, M. Emmanuel Macron a encore frappé lors de sa rencontre avec des maires réunis dans l’Eure, le mardi 15 janvier 2019 : « Les gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent. »
  2. La définition ” canonique” de  l’homéostasie a été formulée à la fin des années 1920 par le physiologiste Walter Cannon :  « L’ensemble des processus organiques qui agissent pour maintenir l’état stationnaire de l’organisme, dans sa morphologie et dans ses conditions intérieures, en dépit des perturbations extérieures ». Norbert Wiener reprendra cette idée en faisant de la société un tout : sa spécificité réside dans la notion de communication comprise comme échange d’information. Tout organisme est maintenu en cohésion par la possession des moyens d’acquisition, de rétention et de transmission d’information. (Wiener, 1961, p. 161.)
  3. Cf., Barbara Stiegler, « Il faut s’adapter », Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, 2019. Professeur de philosophie politique à l’université Bordeaux-Montaigne, l’auteur analyse la vision du monde qui sous-tend cette injonction. Le néolibéralisme proclame : « Il faut s’adapter » dans un monde en perpétuelle « évolution », un environnement en pleine « mutation », où la « compétition » fait rage. C’est le signe d’une colonisation du champ politique par le vocabulaire de la biologie. Le néolibéralisme a un agenda de réformes et une conception de la révolution qui entend imposer ses propres fins à toute l’espèce humaine, au nom du sens de l’évolution de la vie. L’horizon eschatologique du néolibéralisme, c’est un monde entièrement mondialisé dans lequel la division du travail sera parfaitement répartie, où l’explosion des échanges et l’accélération des flux seront optimisés et la concurrence parfaitement « loyale » et « transparente »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.