Le néolibéralisme : expression savante de l’imaginaire marchand

Penser le néolibéralisme reviendrait à le définir comme un ultralibéralisme, c’est-à-dire une doctrine qui promeut la réduction drastique de l’État dans la vie économique et sociale, au bénéfice du secteur privé et des forces du marché, le tout sur fond d’une conception viscéralement individualiste.

Une des figures emblématique de cette conception est l’économiste d’origine autrichienne Friedrich A. von Hayek. Celui-ci se positionne en rupture totale avec le dirigisme et le welfare state, analysant le marché comme un « mécanisme naturel » qui, laissé à lui-même sans intervention politique, « engendre spontanément équilibre, stabilité et croissance » (1). De sorte que les interventions des pouvoirs publics ne peuvent que perturber cet ordre fluide et harmonieux.

Ainsi compris, le néolibéralisme ne serait, au fond, qu’une réhabilitation extrémiste du bon vieux « laissez faire, laissez passer » (Vincent de Gournay, 1752), une nouvelle doxa customisée sous de séduisants habits pseudo « scientifiques ».

Cette représentation a été contestée par Michel Foucault qui, dans ses cours au Collège de France (2), a défini le néolibéralisme comme mise en oeuvre d’une société concurrentielle, fondée sur une nouvelle anthropologie, celle de « l’individu-entreprise » (3).

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le néolibéralisme ne correspond pas au retrait de l’État, mais bien plutôt à une nouvelle modalité de l’action sociale et politique visant à promouvoir partout – y compris dans son propre fonctionnement – une société de concurrence généralisée (4).

Michel Foucault a évoqué le fameux colloque Walter Lippmann de 1938 au cours duquel, à l’initiative du philosophe Louis Rougier, certains intellectuels, hauts fonctionnaires et patrons se sont réunis pour défendre le libéralisme, alors plus contesté que jamais depuis la crise de 1929. Lors de ce colloque, il a été ouvertement question de redéfinir le libéralisme en insistant sur le nécessaire interventionnisme de l’État  : une sorte de « libéralisme social », en rupture avec la tradition du « laisser faire ».

Walter Lippmann accorde une place centrale à la loi, et partant à l’État, garant de son application. La loi doit non seulement permettre de fixer les droits et obligations individuels, mais plus encore, instituer le marché et les règles de son fonctionnement. Aux yeux de Lippmann, le marché, le capitalisme ou la propriété privée sont tout sauf des produits de la nature. Ce sont des constructions historiques qui n’existent que parce qu’un cadre institutionnel le permet. 

L’État libéral est donc investit d’une mission fondamentale : déterminer, par les lois sur la propriété, les contrats, les groupements, les brevets ou la monnaie, le cadre légal qui garantit la libre entreprise. La doctrine de Lippmann réhabilite ainsi l’action étatique sous la forme d’un interventionnisme juridique et d’une politique de la concurrence.

Pour Louis Rougier, « Être néolibéral, ce n’est pas laisser les voitures circuler dans tous les sens, suivant leur bon plaisir, d’où résulteraient des encombrements et des accidents incessants ; ce n’est pas, comme le planiste, fixer à chaque voiture son heure de sortie et son itinéraire. C’est imposer un Code de la route tout en admettant qu’il n’est pas forcément le même au temps des transports accélérés qu’au temps des diligences ». (5).

Une vision du monde qui est lourde de sens : elle présuppose l’insertion de l’ordre marchand dans les structures institutionnelles. Elle définit le type d’intervention qui correspond à une politique économique libérale pour qui l’État fixe le cadre juridique au sein duquel la concurrence se déploie et l’adapte en fonction des transformations économiques et sociales. 

La nature de l’Etat néolibéral est parfaitement définie : c’est un régulateur de conflits, abstentionniste dans la sphère de la production et des échanges, mais prêt à sanctionner les écarts de conduite par le droit et la justice.

Cette manière de penser le gouvernement libéral est indissociable d’une phobie de l’État expansionniste. Le planisme, que Lippmann tient à la suite des économistes autrichiens Friedrich Hayek et Ludwig von Mises pour une impossibilité scientifique (auquel sont assimilés socialisme, communisme et fascisme), engendrerait nécessairement le développement d’une bureaucratie politisée, la centralisation étatique, l’accroissement des inégalités et finalement, la guerre. 

Le néolibéralisme, en tant que mode de gouvernement, suppose de dissocier masses et individus, de substituer aux « inégalités extrinsèques dues aux privilèges et aux prérogatives », les « supériorités intrinsèques » (6), seul fondement juste d’un ordre social durable.

Frappées de plein fouet par la crise de 2008, les classes moyennes et populaires ont exprimés leur colère dans les urnes – avec le Brexit, l’élection de Donald Trump en 2016, l’affaiblissement des partis traditionnels, l’affermissement des conservateurs en Europe centrale – bien plus que dans la rue comme en France avec le mouvement des « gilets jaunes ». Pour la première fois depuis la chute du mur de Berlin, le social-libéralisme se voit opposer, au sein même de l’univers capitaliste, un contre-modèle : libéral sur le plan économique mais conservateur sur les questions de société. Plus autoritaire, il se prétend aussi plus proche du peuple. Mais de quel peuple s’agit-il ?

Yascha Mounk, chargé de cours en Sciences Politiques à Harvard et directeur jusqu’en 2018 du programme « Rénover le centre » de l’institut Tony Blair pour le changement global (cela ne s’invente pas…), ne dit pas autre chose. A force de négliger le suffrage populaire, admet-il, les dirigeants modérés ont permis qu’« un système de liberté sans démocratie prenne le dessus ». Pour éviter « le basculement dramatique du libéralisme antidémocratique dans la démocratie antilibérale », il importe de reformuler le discours dominant par un langage intelligible par les masses. 

On parlera peut-être de patriotisme, mais « inclusif » cette fois, et on dénoncera les excès les plus criants du système.

  1. G. Dostaler, Le Libéralisme de Hayek, Paris, La Découverte, 2001, p. 107.
  2. M. Foucault, Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard, 2004. Sur les enjeux de ce cours, voir Jean Terrel, Politiques de Foucault, Paris, PUF, 2010, pp. 103-126.
  3. W. Brown, « Le cauchemar américain », in Les Habits neufs de la politique mondiale : néolibéralisme et néo-conservatisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007. Voir également Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle Raison du monde : essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009.
  4. Le mardi 17 avril 2018, l’eurodéputé belge Philippe Lamberts a profité de la présence du président Emmanuel Macron dans l’hémicycle du Parlement européen pour lui remettre une corde d’escalade. Le « symbole de la cordée à laquelle vous semblez tellement tenir », a expliqué l’élu européen. On peut raisonnablement penser, au vu des dossiers qui l’attendent, qu’ Emmanuel Macron est plutôt à présent sur la corde raide.
  5. Louis Rougier, « L’offensive du néolibéralisme », conférence faite devant la Société d’économie politique de Lyon, 1939.
  6. Walter Lippmann, La Cité libre, Paris, Médicis, 1938, p. 422.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.