Les Lumières : contre la guerre civile, pour la paix sociale

Depuis l’origine, la plus grande hantise des sociétés humaines à été celle de la guerre civile.

A partir de la révolution néolithique, qui a vu apparaître un nouveau mode de vie urbain et agricole, on assiste au passage des anciennes sociétés tribales homogènes, à des formes d’organisation socio-politiques plus complexes, reposant sur la division du travail. Cette mutation implique une différenciation de ses membres selon des critères économiques, politiques ou familiaux.

La Cité se trouve alors exposée au risque de conflits entre sous-groupes de citoyens :  ceux-ci menacent l’unité et la cohésion, et par voie de conséquence, la capacité même de survie face aux contraintes de l’environnement naturel de cette unité politique et de la menace d’ennemis extérieurs.

On retrouve la trace de cette hantise universelle dans le motif anthropologique du fratricide, qui traverse l’ensemble des grands mythes fondateurs : égyptien (Osiris et Seth), mésopotamien (Caïn et Abel), gréco-romain (Étéocle et Polynice, Rémus et Romulus) ou encore celte (Gwyn et Gwythur).

En Mésopotamie, la formation de la religion mosaïque s’inscrit dans le contexte de la rivalité entre tribus juives des maisons de Juda et Israël, de même que le Nouveau Testament dans celui de l’opposition entre Pharisiens et Zélotes  – les deux figures miroir du Roi David et de Jésus remplissant la même fonction réconciliatrice et unificatrice face au risque de la guerre civile -, personnifiée dans l’Apocalypse par le Cheval rouge (1).

Le principe même du monothéisme abrahamique, c’est-à-dire d’un Père unique impliquant que tous les hommes soient des frères, vise en soi à neutraliser toute amorce de conflit interne, dans un premier temps à l’échelle du peuple juif puis, avec le christianisme paulinien, de l’humanité toute entière.

Pour les penseurs politiques athéniens, la stásis (discorde, guerre civile) constituait le plus redoutable des maux, et le choc du Péloponnèse imprégnera en profondeur les philosophies pessimistes de Platon et de Thucydide. De même, les historiens moralistes romain (Plutarque, Cicéron, Tacite) considéraient les multiples bellorum civilium qui jalonnèrent l’histoire de la République comme le plus grand drame que pouvait connaître la Cité.

Dans le Moyen Âge chrétien agité par de nombreuses guerres civiles (anarchie et guerre des Deux-Roses en Angleterre, croisade des Albigeois et conflit des Armagnacs et des Bourguignons en France, conflit des Guelfes et des Gibelins en Italie), la sédition constituait un péché capital, à la différence de la guerre extérieure qui, selon la théologie thomiste, pouvait être « juste » ou « sainte » (2).

Le thème de la guerre civile occupe également une place centrale dans les deux plus importantes oeuvres littéraires médiévales : les Légendes Arthuriennes et la Divine Comédie (3).

A la Renaissance, le traumatisme provoqué par les guerres civiles qui ensanglantèrent l’Europe explique en bonne partie l’émergence du mouvement philosophique de l’humanisme, puis des Lumières : la philosophie de la tolérance de Locke s’inscrit ainsi ouvertement en réaction à la première Révolution anglaise, tandis qu’en France et en Allemagne, les idées de Montesquieu, Voltaire ou encore Kant témoignent de l’espoir de ne plus jamais revivre l’atrocité des guerres de religion entre catholiques et protestants, ce « monstre fratricide » (4) qui poussa à s’entre-tuer de façon absurde des hommes que tout unirait par ailleurs.

La préoccupation principale du XVIII ème siècle fut celle de la « pacification idéologique de la société », les Lumières pouvant s’analyser dans leur globalité comme une « philosophie du plus jamais ça » cherchant une solution politique concrète pour écarter définitivement le spectre de la guerre civile (5).

L’articulation logique de cette philosophie peut être résumée de la façon suivante :

Elle part en premier lieu d’un constat empirique, dressé de façon particulièrement implacable par Hobbes qui, observant les désordres de la guerre, conclut : « L’homme est un loup pour l’homme ». C’est un être naturellement agressif envers ses semblables. Comprise ainsi, la guerre civile qui est « guerre de tous contre tous », constitue non pas une exception, mais l’état naturel de l’humanité (6).

L’origine de cette violence innée se trouve dans le conatus, cet instinct de survie qui pousse chaque homme à agir en fonction de son seul intérêt égoïste, y compris pour s’emparer des biens d’autrui qu’il estimera utiles à sa conservation (territoires, ressources naturelles et, par extension, argent et pouvoir) ou a sa reproduction (dans les mythes, les guerres civiles sont bien souvent déclenchées pour une femme…).

Cette « rivalité mimétique » fratricide, analysée par René Girard (7), fonctionne non seulement à l’échelle de l’individu, mais aussi entre sous-groupes de citoyens se différenciant sur la base de critères identitaires (race, religion, culture…), chacun jalousant et convoitant ce que l’autre possède de plus ou de différent. Il s’en déduit alors que le risque de guerre civile ne pourra être écarté durablement dans une société qu’en coupant le mal à la racine, c’est-à-dire en y abolissant toute différence entre individus.

Nous soutenons l’idée selon laquelle cette nouvelle philosophie, qu’on désignera au XIX ème siècle sous le terme de « libéralisme », est la conclusion logique des penseurs des Lumières. C’est un axiome fondamental qui va servir de grille d’interprétation générale pour le déploiement de la modernité, à la fois dans ses aspects idéologiques, politiques, économiques et sociétaux.

  1. Quelle évocation plus saisissante que ce passage de l’Apocalypse de Jean (VI) où se succèdent les quatre Cavaliers ? En voici la traduction, selon La Bible de Jérusalem :    « Lorsqu’il ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième Vivant crier : Viens !  Alors surgit un autre cheval, rouge feu ; celui qui le montait, on lui donna de bannir la paix hors de la terre, et que l’on s’égorgeât les uns les autres ; on lui donna une grande épée. »
  2. Saint Thomas d’Aquin, Somme théologique,1266-1273.
  3. En Bretagne, Arthur met fin à la guerre civile avant de mourir au cours d’une autre guerre civile, contre son propre fils Mordred, amorcée par l’adultère de Guenièvre avec Lancelot. Cette guerre civile conduira à la fin de l’indépendance bretonne. Dante, quant à lui, place dans le Caina, le dernier des Neuf Cercles de l’Enfer (dont le nom renvoie à Caïn), les « traîtres à la patrie » parmi lesquels apparaissent des figures de la guerre civile italienne.
  4. « Ce monstre arme le fils contre son propre père / Et le frère factieux s’arme contre son propre frère ». Ronsard, Discours des misères de ce temps à la reine mère du roi, 1562.
  5. Jean-Claude Michéa, Le complexe d’Orphée. La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès, Paris, Flammarion, coll. Champs Essais, 2014.
  6. Thomas Hobbes, Léviathan,1651.
  7. René Girard, La violence et le sacré [1972], Paris, Grasset, 2000.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.