L’Italien des XIV et XVème siècles : le fils aîné de l’Europe moderne

Pour l’historien des idées, les notions d’Humanisme, de Républicanisme et de Renaissance fondent une pensée politique centrée sur l’homme. C’est ainsi que l’on peut définir la liberté comme participation au bien commun.

C’est à travers les travaux de Jacob Burkhardt, de Max Weber et de Werner Sombart que l’on peut observer l’apparition de l’idée de modernité européenne et partant, appréhender les origines du capitalisme.

Dans son ouvrage publié en 1860, La Civilisation de la Renaissance en Italie (1), Jacob Burckhardt (1818-1897) cherche à définir l’attitude des hommes devant le monde. Il souhaite isoler un moment particulier de l’esprit humain. C’est ainsi qu’il passe en revue des thématiques telles que l’État considéré comme oeuvre d’art, la redécouverte de l’Antiquité, la sociabilité et les fêtes, les moeurs et la religion.

L’auteur révèle comment la situation politique instable, voire anarchique de la Renaissance, a favorisé l’émergence d’un nouveau type d’individu. L’Italien des XIV et XVème siècles est, selon lui, le premier individu moderne, le fils aîné de l’Europe actuelle : « Dans la configuration de ces États, républiques comme tyrannies, réside non pas l’unique motif mais le plus puissant qui explique la précoce constitution de l’Italien en tant qu’homme moderne. Qu’il fût destiné à devenir l’aîné des enfants de l’Europe actuelle.»

Chez Burckhardt, l’individualisme est la capacité à concentrer son énergie vitale à la réalisation, dans le monde, de projets nouveaux et non pas égoïstes. Ce développement de l’individu se fait à travers une forme de libération singulière, une créativité humaine. Ici, le singulier débouche sur l’universel (2).

Mais quels sont les liens entre la naissance de l’humanisme et la naissance du capitalisme ? Il faut partir de Florence pour traiter cette question, du fait de l’importance de son rayonnement culturel et l’influence de ses banques.

Si Max Weber affirme que le capitalisme naît du protestantisme, Werner Sombart souligne que ce n’est pas un hasard si l’humanisme fleurit à Florence. Les Florentins sont un peuple de marchands qui s’opposent, par là même, aux peuples de guerriers.

En 1975, paraît Le moment machiavélien de John Pocock (3). L’auteur développe la thèse d’une continuité entre les révolutions italienne (Renaissance du XVème siècle), anglaise (1642) et américaine (1776). Il introduit la notion de « néo-républicanisme », établissant une relation entre l’action humaine et l’instabilité de la fortune.

Ce livre reconstitue les étapes d’une compréhension toujours plus claire de l’action humaine qui vise à imposer un ordre politique dans un environnement hostile. Il exalte le règne de la vertu contre la corruption.

On ne peut que constater la proximité de la thèse de Pocock avec la définition de la vie active comme genre de vie supérieure proposée par Hannah Arendt. Il s’agit, pour les gouvernants et les contestataires, de parler une même langue : celle des droits individuels. Mais contrairement à Hannah Arendt, Pocock se concentre uniquement sur la sphère politique.

In fine, le néo-républicanisme est basé sur la vertu contre la corruption morale et la ruine de l’État.

Peut-être pouvons nous y trouver une raison de ne pas totalement désespérer…

  1. J. Burckhardt, La Civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, Bartillat, 2012. L’auteur nous livre ici un portrait : celui de la mentalité d’un peuple et de l’esprit d’un temps. Le voile médiéval est déchiré : « un tissu de foi et de préjugés, d’ignorance et d’illusions » qui l’empêchait de voir le monde tel qu’il est.
  2. Pour Burckhardt, l’humanisme de la Renaissance est une attitude positive face à un monde en crise. La principale qualité de l’Italien est de se former lui-même. L’humanisme est un idéal de formation de soi qui correspond étroitement à l’idéal du bildung, cet idéal de culture et de discipline de l’esprit théorisé par Willem Humboldt (1767-1835).
  3. J.G.A, Pocock, Le moment machiavélien : la pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, Paris, Presses Universitaires de France, 1998. Le moment machiavélien est celui où une société sait se donner le régime politique et les institutions appropriées pour faire face à l’incertitude et au hasard (la fortuna chez Machiavel), grâce à la vertu des dirigeants qui savent stimuler la vertu du Prince.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.