Le néolibéralisme et la question démocratique

« L’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert. »

Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944

Dans les dernières années du XXème siècle, le concept de «néolibéralisme» s’est considérablement déployé dans l’espace académique, faisant de celui-ci un objet d’étude désormais légitime.

Il n’existe pourtant pas encore de consensus quant au contenu prêté au néolibéralisme, quant au sens donné à son histoire et quant à son impact sur le monde contemporain.

Les travaux portant sur le concept insistent tantôt sur l’impossibilité qu’il y aurait à le rapporter à une définition unique, tantôt sur la très grande cohérence du projet de transformation sociale dont il serait le fondement (1).

A titre d’exemple, le néolibéralisme est appréhendé soit comme une quasi-conspiration mondiale qui se déploie dans l’ombre d’une stratégie hégémonique, soit comme un mouvement sans unité, à la fois éclaté dans des contextes nationaux fortement différenciés et pluriel dans ses orientations politiques et économiques.

Sans oublier les études portant sur l’impact du néolibéralisme concernant la Grande Crise de 2008 : certains ont pu expliquer que notre époque se caractérisait par un recours insuffisant au néolibéralisme, pendant que d’autres insistaient sur sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la crise dite des « Subprimes », soulignant les conséquences sociales extrêmement lourdes que les populations ont dû supporter.

On peut regrouper la pensée critique du néolibéralisme en trois branches : la première trouve sa source dans la philosophie de Karl Marx, la deuxième s’inscrit dans le sillage de la sociologie de Pierre Bourdieu, la troisième trouve son inspiration dans la démarche archéo-généalogique proposée par Michel Foucault.

A. L’approche Marxiste

Celle-ci envisage le néolibéralisme comme la nouvelle idéologie dominante qui recouvre de son voile trompeur la forme contemporaine prise par le capitalisme (2). Sur le plan de l’analyse économique, les récents travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy illustrent parfaitement bien cet angle d’attaque (3). Sur le plan philosophique, les travaux de Stéphane Haber envisagent le néolibéralisme comme un « néocapitalisme », reposant sur une ontologie sociale spécifique qui, tout en donnant l’impression de concourir à la libération des individus, met de facto en place de nouvelles formes d’aliénation toujours plus subtiles (4). Il nous faut également mentionner les travaux du géographe britannique David Harvey qui font du néolibéralisme un « projet de classe » au service d’une domination accrue permise par le « capitalisme global » (5).

B. L’approche Bourdieusienne

Si celle-ci apparaît certes très soucieuse de se distinguer de l’approche marxiste (Pallotta, 2015), elle partage néanmoins avec elle cette conception du néolibéralisme comme idéologie du temps présent. Dans un célèbre texte publié à la fin des années 1990 sous le titre « l’essence du néolibéralisme » (6), Pierre Bourdieu décrivait le néolibéralisme comme « l’utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limites », comme « un programme de destruction méthodique des collectifs », mais aussi comme « une nouvelle croyance » se présentant « comme la forme suprême de l’accomplissement humain », ce que d’autres ont pu appeler, un demi-siècle auparavant : une religion séculière. Dans son sillage, les travaux de Loïc Wacquant ou de Keith Dixon ont cherché à mettre en évidence les conséquences politiques et sociales néfastes de cette religion de l’économie qui aurait réussi à conquérir une hégémonie culturelle (Wacquant, 1998 et 2009 ; Dixon, 2000 et 2008).

C. L’approche Foucaldienne

Il s’agit ici d’envisager le néolibéralisme sous un autre jour : celui d’une « gouvernementalité » d’un nouveau genre. En France, Pierre Dardot et Christian Laval décrivent le néolibéralisme comme « La nouvelle Raison du monde » ayant réussi à imposer un gouvernement des vivants qui passe par une transformation complète des rapports de pouvoir : le néolibéralisme reposerait ainsi tout entier sur le figure inédite de « l’individu-entrepreneur » (7). Contrairement à l’approche bourdieusienne, Michel Foucault propose non pas d’appréhender les mutations contemporaines sous l’angle d’une « démission de l’État », mais plutôt comme une reconfiguration de celui-ci qui devient ainsi « l’agent le plus efficace de la mutation néolibérale des sociétés » (Laval, 2014).

Pourquoi poser la question des liens pour le moins ambigus entre néolibéralisme et démocratie ?

C’est que, paradoxalement, beaucoup de néolibéraux défendent une même conception négative de la liberté.

Comme l’a très clairement énoncé Isaiah Berlin, ce choix découle de la priorité donnée à la question : « Jusqu’où le gouvernement s’ingère-t-il dans mes affaires ? » (Röpke, 1939 et Hayek, 1960), sur celle consistant à se demander « Qui me gouverne ?», à laquelle s’attachent plus volontiers ceux qui défendent une conception positive de la liberté (Berlin,1969).

Or, cette distinction conduit à considérer que la démocratie et le libéralisme constituent des réponses à deux questions bien distinctes : celle relative aux modalités d’exercice et aux limites du pouvoir d’un côté et à sa dévolution de l’autre.

La démocratie entend ainsi remettre au peuple un pouvoir que le libéralisme vise seulement à borner : comme le souligne très nettement Hayek, le vis-à-vis de la démocratie serait donc l’autoritarisme et celui du libéralisme, le totalitarisme (8).

Les penseurs néolibéraux s’accordent pour adopter une définition procédurale et non substantielle de la démocratie : ils la considèrent alors uniquement comme une manière de prendre des décisions aux fins d’assurer une gestion pacifique des conflits. Le véritable enjeu est de sélectionner des dirigeants en s’assurant la possibilité d’alternances sans violence.

Cette distance entretenue avec la démocratie ouvre ainsi un large spectre d’attitudes possibles : on passe d’un rejet pur et simple (Murray Rothbard, Hans-Hermann Hoppe, Alexander Rüstow et Robert Nozick) à une adhésion très poussée (Raymond Aron), en passant par une acceptation qui ne s’opère que sous conditions (Friedrich Hayek, Wilhelm Röpke et Milton Friedman).

Ce constat invite à appréhender différemment les rapports du néolibéralisme à la démocratie. On découvre alors que, si la plupart des néolibéraux insistent sur la nécessité de borner le processus démocratique, le registre des griefs qu’ils lui adressent et la nature des limites qu’ils lui opposent présentent des différences significatives.

On peut observer trois attitudes quant à la méfiance que le néolibéralisme entretient avec la démocratie. C’est ainsi qu’on retrouve les critiques émises par les principales écoles néolibérales du XXème siècle : celle de Fribourg, celle de Chicago et celle de Vienne.

  • L’attitude « conservatrice » déplore l’irruption des masses indisciplinées dans l’espace public et propose, pour conjurer ce qu’elle perçoit comme le signe d’une dégénérescence culturelle, de confier l’exercice du pouvoir à une élite vertueuse. S’inspirant du diagnostic sévère dressé par José Ortega y Gasset dans La révolte des masses (1929), cette critique, notamment portée par les ordolibéraux allemands, commence par dénoncer les effets délétères de la démocratie, coupable d’exacerber un pluralisme nocif (9), de conforter les masses dans un matérialisme étriqué et d’affaiblir les dispositions vertueuses des individus.
  • L’attitude « technocratique » consiste à dénoncer l’inefficacité de la « démocratie illimitée » et envisage de soustraire à la délibération collective un grand nombre de questions que seule une  « élite savante » devrait pouvoir trancher. On retrouve cette critique chez Walter Lippmann dans sa controverse avec John Dewey (10), mais aussi chez  certains libéraux français comme Jacques Rueff, sans oublier les économistes de l’école de Chicago bien représentés sur ce point par Milton Friedman. Ici, les néolibéraux s’emploient à faire que les individus agissent conformément à une norme et deviennent, selon la formule consacrée, des « entrepreneurs d’eux-mêmes ». L’ambition sous-jacente est de faire en sorte que les individus, devenant le plus utiles à eux-mêmes, soient en même temps utiles à la société. On peut dire que, conformément à une épistémologie résolument positiviste, le néolibéralisme entend réduire le politique à une simple technique consistant à optimiser scientifiquement les flux et les comportements.
  • Enfin, l’attitude « pluraliste » repose sur la dénonciation d’un risque – celui d’une asphyxie des minorités – qui conduit à circonscrire le domaine d’application de la règle majoritaire. Cette critique, notamment adressée par l’école autrichienne, ne croit pas en la possibilité de régler scientifiquement les problèmes politiques, mais aux bienfaits que les minorités innovantes sont susceptibles de lui apporter. C’est pourquoi il est nécessaire, explique Hayek que « des hommes porteurs d’idées divergentes ou des goûts différents, aient la faculté de soutenir par leurs moyens et leurs énergies des idéaux que la majorité ne partage pas encore » (11).

Si aucun des penseurs néolibéraux n’envisage de laisser simplement la démocratie livrée à elle-même, ceux qui en acceptent une forme plus ou moins limitée lui opposent des freins élitaires de nature bien différente, puisque la charge de contrebalancer le pouvoir de la majorité est tour à tour confié aux plus vertueux, aux plus savants et aux plus dissidents.

C’est ce que fait remarquer Raymond Aron au sortir de la Seconde Guerre mondiale : « Une élite unifiée signifie la fin de la liberté. Mais quand les groupes de l’élite ne sont pas seulement distincts mais désunis, cela entraîne la fin de l’État. La liberté ne survit que dans ces régions intermédiaires, continuellement menacées, où existe l’unité morale de l’élite, où les hommes et les groupes préservent le secret de la sagesse simple et éternelle et ont appris comment concilier l’autonomie et la coopération » (12).

La Grande Crise financière de 2008 divise aujourd’hui les néolibéraux et rend encore plus problématique l’emploi du terme. Le libre-échange est fait pour intensifier les échanges internationaux, lesquels se révélant être la source d’une gigantesque pollution. Comme est polluant le fait d’aller toujours au moins cher dans les modes de production, ce qui passe nécessairement par peu de contraintes environnementales.

Célébration du libre-échange et lutte contre le dérèglement climatique sont rigoureusement incompatibles (13). L’Union européenne démontre ainsi qu’elle n’est pas la solution à nos difficultés concernant l’environnement et la justice sociale, mais qu’elle fait partie du problème.

  1. Le mot est sur toutes les lèvres. Pas une entreprise qui ne parle de sa «transformation digitale». Pas un ministre ou un éditorialiste qui n’utilise le terme à tout bout de champ. Le mot «  transformation » livre toute sa charge affective ; il dit la volonté de changer, d’aller de l’avant, la passion de faire bouger les choses et les gens. Il est dynamique, conquérant, moderne. Aux âmes agitées par la rage de « transformer » comme les médecins de Molière pratiquant purges et saignées, on pourra faire méditer ces mots de Julien Gracq dans ses Lettrines : « Tant de mains pour transformer ce monde, et si peu de regards pour le contempler ».
  2. On se souvient de la métaphore de la camera obscura utilisée dans l’idéologie allemande (Marx et Engels,1845).
  3. G. Duménil et D. Lévy, A propos de la crise du néolibéralisme, Paris, Actuel Marx n° 46, 2009. On peut également utilement consulter : The Crisis of Neoliberalism, Harvard, Harvard University Press, 2010.
  4. S. Haber, Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation. Paris, Les Prairies ordinaires, 2013.
  5. D. Harvey, Brève histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, 2014.
  6. P. Bourdieu, « L’essence du néolibéralisme » in Le Monde Diplomatique, mars 1998.
  7. P. Dardot et C. Laval, La nouvelle Raison du monde, Paris, La Découverte, 2009. Emmanuel Macron est ce président qui incite chacun d’entre nous à procéder sur terre à son salut. Il est le chantre de « la société des individus », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Norbert Elias. Toute la philosophie politique du macronisme vise à promouvoir l’individu, l’individuel et l’individualisme comme moteur de la cohésion sociale. Nous sommes ici face à une vision trivialement mathématique du social, considérant que la somme des réussites individuelles est ce qui soude et fait sens pour la société…
  8. F. Hayek, La Constitution de la liberté, Paris, Litec, 1994.
  9. W. Röpke, La Crise de notre temps, Paris, Payot, 1962.
  10. B. Stiegler,« Il faut s’adapter ». Sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, 2019. L’auteur montre comment le néolibéralisme a un agenda de réformes et une conception de la révolution qui entend imposer ses propres fins à toute l’espèce humaine, au nom du sens de l’évolution de la vie. Le néolibéralisme insiste sur la nécessité de l’artifice du droit pour établir les règles du jeu du marché. D’où l’idée d’une place centrale de la communication et de la  « pédagogie des réformes » pour faire accepter le « cap ». Il faut entraîner l’opinion publique dans la bonne direction…
  11. F. Hayek, op.cit, p. 124.
  12. R. Aron, « Structure sociale et structure de l’élite » [1949], in Les sociétés modernes, Paris, Presses Universitaires de France, 2006.
  13. Peut-on signer un accord avec le président brésilien, Jair Bolsonaro, si peu soucieux d’environnement ? Les 90 000 tonnes de boeuf qui pourront être importées en Europe sont-elles une menace pour la filière française ? Le président Emmanuel Macron doit faire face à une redoutable alternative : commerce ou écologie. Les populations savent à présent qu’il existe une contradiction de principe entre le libre-échange et la sauvegarde de la planète au motif que le premier favoriserait un modèle productiviste ne pouvant qu’accélérer la destruction de la seconde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.