Réflexions pour tenter de comprendre la fragmentation de la société française

Dans L’archipel français (1), Jérôme Fourquet met en lumière les différents processus qui aboutissent à une fragmentation sans précédent de la société française : dislocation de la matrice catho-républicaine, montée en puissance de l’individualisme, sécession des élites, flux migratoires, etc.

Plus particulièrement, le concept de « sécession des élites » a été analysé dès la fin du XXème siècle par Christopher Lasch (2). Ce phénomène montre que ce n’est plus « la révolte des masses » qui menace désormais la vie démocratique, mais la coupure de plus en plus prononcée entre le peuple et les « élites ». Une coupure tant économique et matérielle qu’éducative et intellectuelle qui conduit au repli sur eux-mêmes des privilégiés.

Cette sécession n’est pas le résultat d’un plan voulu ou caché. Elle est d’abord et avant tout la conséquence de la démocratisation de l’accès aux études supérieures qui a entraîné un élargissement des élites : alors que celles-ci représentaient environ 5% de la population jusqu’aux années 1970, elles pèsent aujourd’hui entre 15 et 20%.

Dès lors, ces élites peuvent vivre en vase clos. On peut, par exemple, observer le processus qui frappe Paris. Historiquement, il y a toujours eu des beaux quartiers et des quartiers populaires. Mais aujourd’hui, c’est quasiment toute la ville et une partie de la banlieue qui sont homogénéisés. Le mouvement dit des Gilets Jaunes montre bien le gouffre doublé d’une totale incompréhension qui s’est aujourd’hui installé entre les deux mondes. C’est ce que constate assez lucidement Raphaël Glucksmann : « Je me sens plus chez moi à Berlin qu’en Picardie ».

A l’époque, l’étroitesse de cette base sociale faisait qu’elle était davantage consciente de l’interaction nécessaire avec le reste de la société. De nos jours, ces élites peuvent avoir l’impression que toute la société est à leur image. Ce qui explique, en partie, les colères qui partout se manifestent : les classes populaires, et à présent les classes moyennes, ont le sentiment d’être littéralement sorties du film écrit par et pour les classes les plus intégrées.

Parmi les élites, beaucoup et notamment dans les jeunes générations ont développé un habitus postnational. Leur univers n’est pas la France, mais l’Europe, véritable espace mondialisé. Sans parler de celles et ceux qui, très naturellement, se définissent comme  « Citoyens du monde » (3)… C’est à cette échelle que raisonnent à présent nos élites.

Certains ont plus de points de convergence avec leurs semblables étrangers qu’avec leurs concitoyens d’une autre classe sociale. Dans les systèmes traditionnels, les élites ont vocation à entraîner et à prendre soin du reste de la société : « le fort protège le faible » (4). A partir du moment où le lien de convergence est le plus fort, il n’y a plus de cadre national car ces milieux sont soumis à un individualisme affirmé et à un hédonisme assumé et revendiqué en tant que tel.

Le clivage gauche-droite issu de l’histoire de longue durée existe toujours, mais à présent, il n’est plus le critère premier. La ligne d’affrontement passe ailleurs. La redistribution politique de 2017 n’était certainement pas un accident. Un nouveau clivage a vu le jour, celui que David Goodhart appelle les «Somewheres» versus les «Anywheres» (5). La recomposition politique à laquelle on assiste n’est en fait que la mise en conformité du paysage électoral avec le processus d’archipellisation dans lequel la France est engagée depuis ces dernières décennies.

La fracture principale se situe entre les 20 à 25% de la population qui sont bien instruits, mobiles et à l’aise dans la mondialisation. Ils ont tendance à favoriser l’ouverture, l’autonomie et la liberté. Ce sont les Anywheres. En face, il y a environ 50% de la population : ceux qui sont moins bien éduqués, plus enracinés et ancrés dans leurs valeurs. Ils mettent davantage l’accent sur l’attachement à leur culture et à leur communauté. Ce sont les Somewheres.

Emmanuel Todd a également fait ce constat (6). La fracture éducative est devenue un véritable « subconscient inégalitaire » : les éduqués du supérieur ne se mélangent plus guère, étrangement persuadés de ne rien devoir qu’à leur talent. Ils nous font partager leur manière propre d’appréhender la masse des « gens qui ne sont rien », comme dirait le président de la République française. Autrement dit, des gens qui ne sont pas comme eux. Ils dépeignent ces gens comme frileux, réfractaires, hostiles de façon primitive et irrationnelle aux réformes ainsi qu’à tout type de « transformation ».

Phénomène amplificateur, la manière dont est organisée l’Union Européenne a pour effet de décorréler les élections (qui ont lieu au niveau national ) et la prise de décision (qui se fait à l’échelon supranational), ce qui conduit à une véritable machinerie d’évitement au service  d’élites politiques en rupture de ban avec leur nation d’origine. C’est vrai que l’UE offre de multiples possibilités d’évitement fiscal grâce à des paradis fiscaux intégrés (Irlande, Luxembourg, etc.). Enfin, la libre circulation du capital et du travail dans le Marché unique contribue à mettre les deux en concurrence au profit du plus mobile et du plus rapide (le capital) et au détriment du plus sédentaire (le travail).

Dès lors, la montée en puissance de ce qu’on appelle « les populismes » correspondrait avant tout à une quête de loyauté. Ces dernières années, s’est fait jour un désir de plus en plus profond de la part des peuples pour « rapatrier » leurs classes dirigeantes afin qu’elles cessent de se défiler. Afin qu’il redevienne possible d’exiger qu’elles assument leurs devoirs autant qu’elles jouissent de leurs droits, et qu’elles rendent à la collectivité ne serait-ce qu’une part de ce qu’elles ont reçu, c’est-à-dire beaucoup : sécurité des biens et des personnes, système de santé, système éducatif, infrastructures, etc…

Il nous faut bien comprendre qu’en même temps que l’on « dépasse » les nations et que l’on détruit l’État, c’est la démocratie elle-même que l’on rend obsolète.

  1. J. Fourquet, L’archipel français, Paris, Le Seuil, 2019. Au-delà de la description topographique imagée, c’est le sous-titre qui frappe : Naissance d’une nation multiple et divisée. L’auteur cherche à se saisir symboliquement de chaque événement heureux ou tragique pour tenter de dresser des ponts ou renforcer les liens entre les multiples îles et îlots qui composent désormais la société française. Le politique est bien conscient de la situation (cf. le phénomène de « partition » pointé par François Hollande) : toutes les occasions sont bonnes pour tenter de « rejointer » les pierres de la Maison France : présence aux obsèques de Johnny Hallyday, discours d’hommage au colonel Beltrame, prise de parole à la suite de l’incendie de Notre-Dame, etc. C’est ainsi qu’il nous faut comprendre le projet de Service National Universel : recréer un lieu permettant, même sur une courte période, un relatif brassage social et culturel au sein des jeunes générations.
  2. C. Lasch, La révolte des élites et la trahison de la démocratie [1995], Paris, Flammarion, coll. Champs Essais, 2010. Les élites ne parlent plus qu’à leurs pareils, c’est-à-dire non seulement à ceux qui bénéficient d’un même niveau de richesses, mais également à ceux qui partagent le même niveau d’instruction. Ils adorent mettre en avant leur pouvoir et le font de mille façons : exhibition des signes extérieurs de richesse bien sûr, mais également – et de plus en plus – de leur patrimoine culturel. Par contre, ils n’assument plus que de mauvaise grâce les charges et responsabilités qui devraient leur incomber, et préfèrent le service de leur intérêt bien compris à celui d’un « intérêt général » dont ils ne conçoivent même plus qu’il puisse exister.
  3. C. Ghosn, Citoyen du monde, Paris, Grasset, 2003. Il semblerait que le héros de la mondialisation se soit coupé des réalités pour entretenir son propre récit d’hyper-PDG, capable de diriger plusieurs multinationales à la fois.
  4. A titre d’exemple, on peut faire référence à la Doctrine sociale de l’Église. Il est permis de se demander si le principe de dignité est parfaitement respecté dans les sociétés occidentales pluralistes. En récusant toute contrainte objective ( j’ai mes valeurs ; tu n’es donc que ce que je veux que tu sois, et non un être s’imposant objectivement à moi), le néolibéralisme définit une nouvelle loi de la jungle. Voir M. Schooyans, La dérive totalitaire du libéralisme, Paris, Éditions universitaires, 1991.
  5. D. Goodhart, The Road to Somewhere. The Populist Revolt and the Future of Politics, Londres, C. Hurst & Co, 2017. La controverse idéologique de ce début du XXIème siècle oppose « Les gens de n’importe où » et « Le peuple de quelque part ». Les premiers sont favorables à la mondialisation dont ils tirent profit tandis que les seconds tentent de résister à l’uniformisation planétaire qui conduit à la disparition de leur mode de vie sous les coups de boutoir du multiculturalisme et du libre-échange.
  6. E. Todd, Où en sommes nous ? Une esquisse de l’histoire humaine, Paris, Le Seuil, 2017. Une plongée dans les profondeurs inconscientes de la vie sociale qui permet de comprendre les récentes métamorphoses du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.