Le projet cybernétique : une dimension de la postmodernité

S’intéresser à la cybernétique, c’est essayer de comprendre un paradigme fondé sur une toute nouvelle conception de l’humain et de la société en rupture avec l’héritage humaniste de la modernité.

C’est vrai que la remise en cause de l’humanisme n’est pas le seul fait de la cybernétique. La philosophie à travers Nietzsche, Heidegger, sans oublier Freud, s’est livrée à la critique de la représentation moderne du sujet, soulignant les illusions et les contradictions de la notion d’autonomie subjective.

La cybernétique a pour ambition de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnels. Un monde peuplé de créatures hybrides, les cyborgs étant censés faire reculer chaque jour un peu plus les limites imposées par notre nature.

L’efficacité remplace la légitimité. La gestion remplace le politique, les décisions étant aujourd’hui prises sur des bases informationnelles. La postmodernité peut ainsi être comprise comme « Un mode de reproduction sociale d’ensemble, régulée de manière décisionnelle et opérationnelle plutôt que de manière politico-institutionnelle. » 1.

Pour la cybernétique, la société apparaît comme le fruit d’un processus d’évolution et de complexification. La cybernétique est porteuse d’un ensemble de discours normatifs, se donnant ainsi comme objet d’étude pour appréhender une nouvelle façon de concevoir le monde et la subjectivité de l’homme.

La tradition humaniste fait de l’homme un sujet historiquement construit, fragile et sensible, qui se caractérise par sa capacité réflexive d’agir politiquement sur le monde.

Hors, les représentations naturalisantes issues du paradigme cybernétique, percutent de plein front notre conception de l’être humain défini comme une totalité synthétique inaliénable et indécomposable en unités informationnelles.

Il nous faut donc partir à la recherche des fondements métaphysiques de la cybernétique pour tenter de comprendre la postmodernité, car l’Empire avance sous le masque de l’inéluctabilité. « La gestion scientifique a destitué le mythe politique du Travailleur. Les fondamentalistes du progrès technologique annoncent aux masses rationalisées d’aujourd’hui l’avenir des sociétés ultra-modernes : le chômage est un mal provisoire, en attendant l’abolition du travail. » 2.

I. Les origines.

Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’Amérique incarne la promesse d’un monde nouveau en rupture avec le lourd héritage Européen. Un flux important d’artistes et de scientifiques en provenance du vieux continent a permis aux Etats-Unis de bénéficier d’un foisonnement d’innovations qui vont s’incarner, en particulier, dans la mise en oeuvre du Projet Manhattan qui débouchera sur la bombe A.

C’est au coeur du complexe techno-scientifique que la cybernétique a vu le jour. Les scientifiques américains ont permis aux Etats-Unis de dominer le monde par la puissance militaro-industrielle. Norbert Wiener, le père de la cybernétique, a participé activement à la recherche militaire, ce qui lui permet de proposer une nouvelle science bâtie sur des éléments de savoir qui viennent à la fois des télécommunications, de l’informatique, de la théorie du contrôle et des servomécanismes.

Son nom de baptême : Cybernétique.

Le terme vient du grec « Kubernetes » qui signifie le pilote ou le timonier. L’action du pilote qui corrige la course du navire en fonction des informations dont il dispose offre le paradigme d’une nouvelle science unifiée des communications et du contrôle.

Norbert Wiener a une ambition : dépasser la spécialisation et le cloisonnement des disciplines scientifiques qui est un fléau alors que les domaines à conquérir se situent au croisement des différents types de savoirs et demandent des équipes interdisciplinaires.

C’est pourquoi la cybernétique vise à réorganiser le savoir à partir d’une communauté scientifique d’avant-garde, conjuguant une exigence d’autonomie de la science qui, seule, est en capacité de définir ses objectifs de recherches.

« Rosenblueth a toujours insisté sur le fait qu’une exploration correcte des espaces vides sur la carte des sciences ne pouvait être réalisée que par une équipe de savants, chacun spécialisé dans son domaine, mais possédant aussi une familiarité éprouvée et fiable avec les domaines de ses voisins ; tous rompus à travailler ensemble, chacun connaissant les habitudes intellectuelles des autres, et saisissant la signification de toute suggestion nouvelle émise par un collègue avant même qu’elle n’ait trouvé sa pleine expression formelle (…) Nous avions rêvé pendant des années d’une institution de scientifiques indépendants, travaillant de concert dans l’un de ces recoins de la science, non comme sous-fifres de tel grand directeur, mais unis par le désir, par la nécessité intellectuelle de comprendre cette région comme un tout, et de s’en donner mutuellement les moyens. » 3.

Si les sciences « dures » font l’objet d’une grande admiration, les spécialistes des sciences humaines vont également bénéficier d’une reconnaissance accrue due à leur participation à l’effort de guerre. Psychologues, sociologues, économistes affichent un pragmatisme technocratique qui, répondant aux voeux de Norbert Wiener, dépassera les clôtures entre technique, politique et sciences humaines.

La méthode Cartésienne et les sciences positives ont eu pour ambition de réduire la complexité à ses composants élémentaires. Fabuleuse méthode, puisqu’elle est à l’origine des grands progrès de la science moderne.

Mais si cette méthode est parfaitement adaptée à l’étude des systèmes stables, elle se révèle en revanche inadaptée pour appréhender la complexité telle que nous la connaissons dans les grands systèmes biologiques, économiques et sociaux. Les fondateurs de la cybernétique conçoivent, eux, leur nouvelle science en intégrant les notions d’instabilité, de fluctuation, de chaos, désordre, flou, créativité, contradiction, ambiguïté et paradoxe.

Pour Albert Einstein, il faut considérer ces aspects naguère perçus dénués de tout fondement scientifique comme des préalables pour comprendre la complexité du réel. « Si nous ne changeons pas notre façon de penser, affirme-t-il, nous ne serons pas capables de résoudre les problèmes que nous créons avec nos modes actuels de pensée. »

Cette interdisciplinarité naissante se matérialisera au sein de ce qu’on appelle aujourd’hui « Les Conférences Macy » qui se tinrent à New-York à intervalles réguliers de 1942 à 1953. Ce sera l’objet de notre prochain travail.

 

  1. Michel Freitag, L’Oubli de la société. Pour une théorie critique de la postmodernité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002
  2. Pierre Legendre, Dominium Mundi, l’Empire du Management, Paris, Mille et une nuits, 2007, p. 45.
  3. Norbert Wiener, La Cybernétique, Paris, Editions du Seuil, 2014, p. 58.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.