L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets auxquels le public aurait tort de s’habituer. Et en même temps, les innovations trop importantes menacent les rentes des firmes transnationales, qui les récupèrent pour les exploiter et expulser leurs promoteurs. En réalité, il n’y a que les économistes et les éditorialistes de plateaux pour croire à la « vraie » concurrence, à la concurrence « libre et non faussée » (4).

Houellebecq, comme Balzac, décrit un changement de monde : dans La Carte et le Territoire (2010), il montre une France postmoderne bouleversée par la mondialisation, la révolution techno-scientifique et leurs corollaires : la désindustrialisation et la paupérisation des couches intermédiaires (5).

Les évolutions techniques laissent place aux bouleversements géographiques liés à la globalisation. On découvre une France des parkings et des chambres d’hôtes, une France désindustrialisée et muséifiée où les usines et les commerces de proximité ont laissé place aux galeries marchandes et aux grandes surfaces, où 80 % des cafés ont disparus et où les métiers traditionnels n’existent plus qu’à travers des tableaux dans des expositions (6).

Michel Houellebecq fait rentrer les classes moyennes urbaines dans la littérature : il analyse avec une précision chirurgicale leur mode de vie déshumanisée, rythmée par les cérémonies commerciales, et montre l’aliénation économique et sociale qui résulte de la libération des moeurs : « Les hommes de Cro-Magon chassaient le mammouth et le renne : ceux d’aujourd’hui avaient le choix entre un Auchan et un Leclerc. » (7).

La destruction créatrice, c’est le fouet et la peur. Cette notion cache la terreur que le changement perpétuel fait vivre aux subordonnés, en même temps qu’il révèle l’existence de cette cage de fer qui leur est imposée.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, la notion de guerre économique est longtemps restée taboue. Elle renvoyait au protectionnisme des années 1930 : on lui imputait la responsabilité de la durée de la crise et elle était soupçonnée d’avoir contribué à l’éclatement du conflit.

En fait, l’idée de guerre économique s’inscrit en faux contre les idées libérales qui se sont imposées dans le monde. Depuis l’élaboration de la théorie des « avantages comparatifs », le libéralisme prétend que c’est l’échange qui permet à chaque pays de se procurer au mieux ce dont il a besoin. C’est la théorie du « doux commerce » (8) qui rendrait la guerre inutile puisqu’il permettrait à chaque pays d’atteindre les seuils de prospérité les plus élevés possibles.

La réalité est bien différente. Les États-Unis, qui étaient naguère présentés comme un exemple et qui prétendaient incarner le libéralisme dans le monde, se conduisent à présent de la même façon que les plus guerriers des États. Car tout l’édifice de la doxa libre-échangiste repose sur un postulat parfaitement erroné : le commerce mondial s’appuierait sur un système de règles garantissant des échanges équitables et qui profitent à tous. Or ceci relève de la pure chimère : le libre-échange ne profite en fait… qu’à ceux qui n’y croient pas.

Les pays qui réussissent dans la mondialisation sont généralement les plus protectionnistes, à commencer par la Chine qui protège son marché de mille manières, en utilisant l’arme monétaire, par exemple… Ou bien encore par le biais de « normes » qui permettent d’exclure nombre d’entreprises étrangères du marché chinois. Les Américains eux-mêmes ont toujours défendu avec la plus grande vigueur leurs entreprises et leurs emplois, ne serait-ce, entre autres dispositifs, que par le biais du « Buy American Act » adopté en 1933.

Dès mai 2015, le président Xi Jinping a choisi de lancer son pays dans une stratégie assumée de protectionnisme avec le lancement du programme « China 2025 ». Un plan dont l’objectif est de parvenir à une quasi-autosuffisance dans les domaines technologiques, aérien, de la voiture électrique, etc… Les moyens pour y parvenir sont multiples : restrictions sur les importations, obligations imposées aux firmes occidentales de transférer leurs technologies, subventions internes etc. L’intention de la Chine n’est pas tant d’intégrer les rangs des économies de pointe, telles que l’Allemagne, les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon, mais bien de les remplacer (9).

Cette crise travaille principalement les démocraties occidentales dans leurs profondeurs. La guerre économique que se livrent la Chine et les États-Unis révèle les failles des démocraties libérales de ces dernières décennies. C’est la question de la progression des inégalités au sein des pays occidentaux imposée par l’idéologie du libre-échange qui est à présent posée. Si les études économiques ont démontrées que la mondialisation a effectivement pu contribuer à soutenir la croissance, il n’en demeure pas moins que la question de la répartition de ses fruits est aujourd’hui au coeur de la question sociale, avec toutes les conséquences politiques qui en découlent.

La résolution des inégalités est devenue centrale dans le débat public car elle sape les démocratie libérales de l’intérieur. Elle fait perdre au libéralisme son meilleur argument : celui d’un développement désirable pour tout le monde (10). Il s’agit pour nos élites de redéfinir, de toute urgence, un capitalisme qui soit au service des populations en le soumettant à la stratégie de nations démocratiques dans un objectif de prospérité de l’ensemble de leurs membres. L’inverse d’un libéralisme désincarné qui ne serait qu’une fin en soi.

C’est en 1983 que s’est imposé en France le thème de la « rigueur », avec tous les effets que nous pouvons constater. Peut-être faut-il redéfinir une stratégie macroéconomique de soutien à la demande intérieure par les Banques centrales, en redonnant à l’objectif de plein-emploi un rôle central au sein de l’UE. Le contraire de cette « compétitivité par les coûts » qui s’est imposée dans la dernière ère de la mondialisation.

Les mouvements populistes semblent témoigner d’un besoin de communauté, de liens organiques et d’objectifs communs. L’idée de marché fait de nous un être calculant et solitaire. Tous les rapprochements, toutes les interactions sociales sont aujourd’hui arbitrées par le marché, par le jeu de l’offre et de la demande. Cela conduit à un sentiment de solitude très profond, qui n’est pas seulement physique, mais aussi philosophique et politique. Les régimes populistes, au-delà de leur diversité, ont tous un point commun : ils entendent mettre des limites au libre jeu du marché et récusent l’idée d’une société où l’homme est seul face au capital.

On ne peut pas parler du populisme sans parler des élites. Au fond, la demande politique a changé de manière subreptice et les élites ne s’en sont pas rendu compte, car l’ordre actuel leur convient très bien. Mais tandis que monte la demande de protection, les seuls qui répondent à cette demande sont les populistes. Très logiquement, ces forces vont encore progresser davantage et faire bouger le jeu politique traditionnel.

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus criantes. On peut y voir un affrontement entre une logique universelle, le libre-échange, et une logique nationale, la souveraineté. On peut également se demander si la mondialisation est vraiment ce facteur de paix que tous les adorateurs du libre-échange prétendent (11). Contrairement à l’idée qu’en avaient les Classiques, le multilatéralisme, avec la multiplication des partenaires économiques qu’il suppose, permet plus facilement les affrontements économiques là où le bilatéralisme entraîne des liens plus étroits entre partenaires.

Car nul État ne saurait sacrifier des pans entiers de son économie et de ses emplois sur l’autel d’une idéologie. Gageons que la guerre économique et le protectionnisme ont encore de beaux jours devant eux.

  1. M. Houellebecq, Plateforme, Paris, Flammarion, 2001.
  2. C’est ce qu’à parfaitement bien vu Sigmund Freud : voir Malaise dans la civilisation paru à Vienne en 1929. Se conjuguent et s’affrontent ici, dans une sorte de théâtre de la cruauté, la pulsion de vie et la pulsion de mort. Il n’est pas anodin de noter que cet ouvrage pessimiste a été déposé chez l’éditeur le lendemain du Krach boursier de New York. Cette déflagration a boulversé les équilibres économiques, donnant soudainement la mesure de la précarité des sociétés humaines. Les sociétés occidentales se relevaient alors à peine de l’horreur de la Grande Guerre, mais elles n’avaient pas encore réalisé l’impact de ce qu’on peut nommer : « l’horreur économique ».
  3. L’oeuvre de Joseph Aloïs Schumpeter est fortement marquée par la sociologie allemande de Max Weber. Interprétant la théorie des cycles, Schumpeter se définit comme le théoricien du changement et des déséquilibres du système capitaliste dont la dynamique repose sur le rôle de l’entrepreneur et la diffusion de l’innovation.
  4. Dans La carte et le territoire, Michel Houellebecq évoque le cynisme affiché par Bill Gates dans son ouvrage La Route du futur (Robert Laffont, 1995), lorsque le patron de Microsoft avoue ne pas avoir inventé grand chose, mais seulement avoir su récupérer ce que de petites entreprises innovantes ont crée en essuyant les plâtres, lui-même se contentant d’arriver en second rideau avec la production de masse, dont les faibles coûts permettaient de tuer les inventeurs.
  5. Voir P. Vermeren, La France qui déclasse, Paris, Tallandier, 2019. Pour l’historien à La Sorbonne, le mouvement des « gilets jaunes » doit être replacé dans le temps long. Cette jacquerie serait la conséquence de l’abandon assumé des activités de production depuis 40 ans. Une désindustrialisation massive qui a conduit à la paupérisation de la majorité des territoires et des classes moyennes qui y vivent : « La France est devenue le pays le plus tertiarisé d’Europe (…) L’abandon de tant d’activités productrices a crée la France périphérique, soit 90% du territoire et 60% des habitants, qui sont comme hors-jeu. »
  6. La Carte et le Territoire, qui emprunte son titre au philosophe Alfred Korzybski (« une carte n’est pas un territoire », autrement dit la représentation ne se confond pas avec la réalité), raconte la carrière d’un peintre, Jed Martin, qui a pour ambition de livrer une vision exhaustive du monde et de l’humanité. Dès son entrée aux Beaux-Arts, il s’attache à constituer un « catalogue exhaustif des objets de fabrication humaine à l’âge industriel ».
  7. M. Houellebecq, Soumission, Paris, Flammarion, 2015, p.135.
  8. Montesquieu établit entre douceur et commerce une nette corrélation : « C’est presque une règle générale, que partout où il y a des moeurs douces, il y a du commerce, et que partout où il y a du commerce, il y a des moeurs douces » in De l’esprit des lois, livre XX, chapitre 1.
  9. Derrière l’unité de façade, les débats font rages au sein même du Parti communiste chinois (PCC). Sous la pression des États-Unis, le Parti communiste et l’élite intellectuelle chinoise se divisent entre les libéraux et les conservateurs. Selon Jean-Pierre Cabestan, professeur à l’Université baptiste de Hong Kong, « la centralisation du pouvoir, l’abolition de la limitation des mandats présidentiels ou encore le culte de la personnalité sont autant de sujets de mécontentement. » Il est rejoint dans son analyse par le politologue Willy Lam, professeur à l’Université chinoise de Hong Kong pour qui Xi Jinping a mécontenté de nombreux princes rouges, « en prenant le contre-pied des politiques de réformes et d’ouverture mises en place par Deng Xiaoping, ravivant les pratiques de Mao Zedong ». Voir Pierre Schaeffer, « Xi Jinping critiqué en Chine sur ses choix stratégiques », in Les Echos, 22 janvier 2019.
  10. Voir Antoine d’Abbundo et Séverin Husson, « Gilets jaunes : le niveau d’inégalité n’est plus toléré » in La Croix, 13 décembre 2018. Juste avant la crise de 2008, l’OCDE avait déjà tiré la sonnette d’alarme avec un premier rapport qui constatait une montée des inégalités de revenus dans les trois quarts des pays étudiés. Ce phénomène s’expliquait principalement par un progrès technique qui a surtout profité aux plus qualifiés. Le marché du travail, devenu très segmenté, a généré des inégalités massives en termes de salaires, de revenus, mais aussi en termes de perspective de carrière.
  11. P. Martin, T. Mayer, M. Thoenig, La mondialisation est-elle un facteur de paix ?, rapport du CEPREMAP ( Centre pour la recherche économique et ses applications), Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.