Les Conférences Macy : pour une approche globale de l’individu et de la société. Partie IV

La cinquième conférence, qui porte le même intitulé que la précédente, se tient au printemps 1948.

Le premier jour est consacré au sujet du langage.

La rencontre est orchestrée par Gregory Bateson et Margaret Mead. Le groupe cybernétique reçoit un invité de marque en la personne de Roman Jakobson, considéré comme l’un des plus grands maîtres de la linguistique au XX ème siècle. Il est le fondateur, avec Nikolaï Troubetzkoy, de la phonologie moderne. D’origine russe, Roman Jakobson s’établit en Tchescoslovaquie en 1920, où il vivra jusqu’en 1939.

Pendant cette période, son activité est intimement liée à celle du Cercle Linguistique de Prague, à la fondation duquel il participe avec Troubetzkoy en 1926.

Dans ses « Remarques sur l’évolution phonologique du russe » (1929), Jakobson entreprend de montrer que la structure d’un système phonologique joue un rôle crucial dans l’évolution.

Il prend le contre-pied de la conception atomistique des néo-grammairiens, dépassant en même temps Saussure qui, structuraliste en synchronie, était proche des néo-grammairiens en diachronie.

Dans ses « Observations sur le classement phonologique des consonnes  » (1939), Jakobson esquisse sa conception des oppositions distinctives binaires : « Le système phonologique de chaque langue se laisse ramener à un petit nombre d’oppositions binaires, prises dans un inventaire universel relativement limité (…). Le phonème n’est pas la plus petite unité phonologique, et les voyelles se laissent analyser en termes des mêmes oppositions. » 1

Jakobson s’installe aux Etats-Unis en 1941. Il trouve asile à l’Ecole libre des hautes études, fondée par des savants européens exilés, surtout français. C’est là qu’il se lie d’amitié avec Claude Lévi-Strauss. En 1946, il est nommé professeur à l’université Columbia, qu’il quitte en 1949 pour Harvard où, jusqu’à sa retraite en 1967, il enseignera les langues et les littératures slaves, ainsi que la linguistique générale. A partir de 1957, il sera aussi professeur au Massachusetts Institute of Technnology, le M.I.T.

L’arrivée de Jakobson à Harvard et au M.I.T. a été décisive pour le renouveau de la linguistique générale dans le monde. Jacques Lacan évoque dans une note : « l’analyse purement linguistique des deux grandes formes de l’aphasie qu’a pu ordonner l’un des chefs de la linguistique moderne, Roman Jakobson. » 2

Une autre dimension du langage va également être explorée ce jour-là : la pensée paralogique et la théorie physiologique des psychoses. Warren McCulloch a invité le psychiatre et philosophe allemand Eilhard von Domarus. Celui-ci avait parlé en 1944 de « pensée paralogique » à propos de la schizophrénie.

A l’époque où McCulloch travaillait comme psychiatre à l’Hôpital d’Etat de Rockland (1932-1933), il avait appris de son collègue Eilhard von Domarus à analyser le langage et la grammaire des patients psychotiques pour des particularités structurales et des perturbations de logique, qui étaient différentes pour les types différents de psychose, mais qui pouvaient être interprétées comme des reflets des troubles de la pensée. Von Domarus, qui avait été l’auditeur de Husserl et de Heidegger a écrit, en 1934, en collaboration avec McCulloch, « La Structure Logique de l’Esprit », une dissertation doctorale sous la direction du philosophe Filmer Northrop, membre du groupe cybernétique.

Il s’agit d’un travail de philosophie des sciences traitant de la façon appropriée d’unifier la science de l’aliénation de la société (c’est-à-dire, la psychose) et l’étude de la psychologie physiologique. Warren McCulloch pensait qu’aucun autre texte n’expose si clairement les notions nécessaires pour une compréhension de la psychologie, de la psychiatrie et des automates finis.

Lui-même considérait la cybernétique, soit la science des signaux et des messages, comme le pont entre la psychologie et la physiologie dans la compréhension des maladies appelées « mentales ».

« Les messages et les signaux ont une forme matérielle, cependant ils peuvent être vrais ou faux et contenir des idées. Ainsi le dualisme cartésien artificiel, esprit-matière, peut être dépassé. La théorie suprême de la folie, sa cause, sa caractérisation et son remède, seraient alors formulés en termes de réseaux nerveux constituant des automates et en termes de communication vers, depuis et à l’intérieur de tels réseaux. » 3

Le deuxième jour de la rencontre a été dominé par Norbert Wiener qui a parlé de l’évolution de l’ordre à partir du chaos et, donnant une analyse des mécanismes servant de démons de Maxwell, et par Pitts faisant une analogie formelle avec les collisions moléculaires pour décrire l’établissement d’un ordre hiérarchique parmi des poulets, un problème de mécanisme pour l’organisation sociale.

La biologie moléculaire poursuivie par Max Delbrück, qui a été invité à la cinquième rencontre sur recommandation de John von Neumann, était sur une piste très différente de celle des cybernéticiens. Reprenant les travaux de Delbrück dans « Qu’est-ce que la vie ? (1944), Schrödinger y « avait proclamé la possibilité que le mécanisme pour l’hérédité soit un sujet fondamental en biologie qui puisse être réduit aux molécules et aux principes de la physique. »

Dans les derniers chapitres de l’ouvrage, l’auteur fait part de « ses réflexions sur l’ordre, l’entropie, sur ce qu’il appelle la néguentropie, c’est-à-dire cette propriété qu’ont les êtres vivants d’augmenter l’ordre aux dépens de ce qui les entoure. » 4

La notion d’information, dans la mesure où elle prétendait étendre un principe respecté de la physique, soit la Deuxième Loi de la Thermodynamique, attira l’attention et fut utilisée par des physiciens.

Pitts, von Neumann, McCulloch et d’autres ont voulu que Delbrück devienne un membre régulier du groupe, mais celui-ci n’a pas été intéressé. Le groupe cybernétique n’eut jamais de généticien ou biochimiste comme membre régulier.

 

  1. N. Ruwwet, « Jakobson Roman » Encyclopaedia Universalis.
  2. J. Lacan, « L’instance de la lettre dans l’inconscient », 1957, Ecrits, Seuil, Paris, 1966,  p. 495.
  3. W. McCulloch, Embodiments, p. 373.
  4. M. Morange, Histoire de la biologie moléculaire, La Découverte, Paris, 1994, 2003, p. 101.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.