L’Agriculture Paysanne : un enjeu politique au service de l’émancipation des hommes

« Chacun a le droit de comprendre pleinement la nature du système dont il fait partie comme producteur, consommateur, et surtout comme l’un des milliards d’habitants de la planète. Il a le droit de savoir qui tire les bénéfices de son travail, qui tire les bénéfices de ce qu’il achète et vend, et la façon dont cela enrichit ou dégrade l’héritage planétaire. »

Déclaration de Cocoyoc (Mexique, État de Morelos), 23 octobre 1974 (1).

Lorsque les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30% de l’alimentation disponible (2), les pays du sud vendent leurs meilleures terres aux firmes transnationales.

Comment interpréter cette marchandisation du foncier au sein du capitalisme mondialisé ? Et comment concilier d’une part l’idéologie du marché et de l’investissement libre, et d’autre part, la réduction de la pauvreté qui passe par un soutien aux agricultures familiales ? L’appel de la Banque mondiale, de la FAO et de la Cnuced à investir de manière plus « responsable » ne suffit manifestement pas (3).

Depuis plus de vingt ans, on assiste à un envol des investissements internationaux dans le foncier agricole. Ce phénomène témoigne d’une mutation profonde de la mondialisation, qui interpelle le politique sur plusieurs registres. La terre, par le truchement des investissements étrangers, est devenue un facteur de production pouvant faire l’objet d’une forme de délocalisation.

En s’intéressant aux motivations des opérateurs, nous pouvons dégager trois grandes explications pour caractériser cette « marchandisation » du foncier :

  • D’où vient cette demande pour les terres cultivables ?

De façon générale, la croissance de ces dernières décennies a plutôt été fondée sur l’économie immatérielle, la connaissance et la finance. La crise de 2008 a constitué une véritable rupture. D’abord, l’explosion de la bulle financière a conduit les investisseurs à diversifier leurs placements et à investir dans des domaines plus sûrs et plus rentables (4). Ensuite, l’agriculture a pu être présentée comme une des solutions pour résoudre l’équation pétrolière ( on pense ici aux agrocarburants comme l’éthanol ). Enfin, les économies dites      « émergentes » ont finies par émerger, consolidant leur puissance industrielle et bousculant la hiérarchie des nations. Ce processus s’est accompagné d’une forte demande de produits agricoles pour répondre aux besoins de populations qui s’accroissent et s’urbanisent toujours plus (5).

  • Quelle est l’origine des investisseurs, et quels sont les pays-cibles ?

Le rapport analytique de la Land Matrix II (6), montre qu’à l’échelle de la planète, ce sont 26,7 millions d’hectares de terre agricoles qui sont passées dans les mains d’investisseurs étrangers. Le rapport fournit des informations précises sur l’identité des acheteurs de terres agricoles, les régions concernées dans le monde et le mode d’exploitation de ces terres. L’Afrique est le continent le plus concerné par le phénomène avec 422 transactions, représentant une superficie de 10 millions d’hectares. L’Europe de l’Est et l’Asie du Sud-Est sont également concernées. La majorité des investisseurs sont originaires des États-Unis, de Grande-Bretagne, de Malaisie, de Singapour et encore d’Arabie Saoudite.

  • Pourquoi investir dans le foncier : la terre est-elle un actif comme les autres ou bien est-elle un bien commun ?

La terre est quelque chose de spécifique : elle ne peut être considérée comme une marchandise ni comme un capital. Les peuples expriment cette spécificité à travers des expressions telles que Terre Mère, Demeter, Pachamama, tandis que les économistes ont recours au concept de « rente foncière ». Pour l’idéologie néolibérale, seule compte la valeur marchande des biens, puisqu’il s’agit de « piloter » de façon optimale l’allocation de la terre, comme d’ailleurs l’ensemble des autres biens. Les acteurs dominants de la mondialisation affirment que, seuls, les droits de propriété absolus et exclusifs sont susceptibles de sécuriser les investissements. Dans cette logique, il convient donc de privatiser les communaux et les terres publiques et de mettre en place un système de cadastre après avoir distribué les titres de propriété. Pourtant, il existe bien d’autres conceptions du vivre ensemble. L’observation des sociétés de par le monde montre que les ressources naturelles et la terre ont toujours une dimension de bien commun. Les appropriations et la concentration des terres par quelques-uns entraînent la destruction des sociétés paysannes, l’exclusion de millions de petits producteurs, la destruction des écosystèmes et l’accélération du réchauffement climatique. Les producteurs paysans sont le plus souvent les mieux à même de répondre aux intérêts de la société en produisant presque toujours plus de richesses nettes par unité de surface que les grandes entreprises de salariés. Ils intègrent naturellement dans leurs choix les générations futures au lieu de ne rechercher que la maximisation du profit sur le court terme. Enfin, force est de constater que l’agriculture paysanne génère beaucoup plus d’emplois que le productivisme forcené, sans oublier qu’elle limite l’exode rural (7).

En 1996, les conclusions du Sommet mondial de l’alimentation donnent une définition précise de la notion de « sécurité alimentaire » : « La sécurité alimentaire est assurée quand toutes les personnes, en tout temps, ont économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins et leurs préférences alimentaires » (8).

Le système agro-industriel, qui est à présent sérieusement remis en cause, est constitué de grandes structures agricoles intensives, calées sur le modèle industriel. A partir des années 1950, ce modèle a réussi à faire exploser les rendements agricoles et par voie de conséquence, à pouvoir alimenter massivement les chaînes d’approvisionnement des marchés internationaux, avec de grands volumes de nourriture mis à disposition des marchés.

Cependant, cette course à la productivité s’est faite au prix de nombreux effets négatifs sur le plan environnemental : dégradation générale des sols, pollution des eaux et des écosystèmes, émission de gaz à effet de serre, destruction de la biodiversité.

Les études scientifiques montrent qu’une partie de ces problèmes seraient liés spécifiquement au caractère industriel de l’agriculture moderne. L’utilisation de monocultures à hauts rendements et de pesticides a détruit la qualité organique des sols, entraînant un effondrement des écosystèmes (9). Le rapport de l’IPES-Food met en lumière cette soumission du système agricole aux intérêts des acteurs de l’« agro-business »  : fabricants de pesticides et d’intrants chimiques, industriels de la R&D dans la génétique animale, multinationales du commerce international et grande distribution (10).

Face à ce désastre, une conclusion devrait logiquement s’imposer : soutenir les petites et moyennes exploitations, leur accès au crédit, aux marchés locaux, à des recherches fondées sur les principes de l’agro-écologie plutôt que sur ceux des biotechnologies importées, les mettre à l’abri de marchés mondiaux destructeurs et les protéger de ces investissements fonciers non viables économiquement et insoutenable aux niveaux écologique et social.

A défaut, le modèle agricole productiviste continuera à générer des crises devenues systémiques et permanentes : il sera toujours utile alors de pouvoir accuser la fatalité climatique, la démographie des pauvres ou l’irresponsabilité de quelque potentat local.

Dans leur très bel ouvrage, Le sacrifice des paysans (11), Pierre Bitoun et Yves Dupont plaident pour le retour à une ruralité solidaire et non productiviste. Longtemps, les paysans ont résistés au capitalisme, avant d’être éradiqués par le choix de l’agriculture productiviste. Citant Günther Anders, Hannah Arendt et Simone Weil, les auteurs nous invitent à méditer sur les raisons et les conséquences d’un processus que rien ne semble pouvoir arrêter.

La marchandisation du vivant n’a qu’un seul objectif : entretenir une frénésie consumériste anarchique, insoucieuse de l’environnement et qui menace à présent notre intégrité psychique.

Car la question est simple : comment pouvons-nous reconstruire une autonomie des individus dans une société fondée sur l’hyperconsommation, une société qui industrialise les processus pour mieux nous aliéner et nous enchaîner à ses productions ? Comment allons-nous pouvoir résister à  « l’ensauvagement du monde » ?

« Et il faut distinguer le gaspillage individuel ou collectif comme acte symbolique de dépense, comme rituel de fête et forme exaltée de la socialisation, de sa caricature funèbre et bureaucratique dans nos sociétés où la consommation gaspilleuse est devenue une obligation quotidienne, une institution forcée et souvent inconsciente, comme l’impôt indirect, une participation à froid aux contraintes de l’ordre économique. »

Jean Baudrillard, La Société de consommation. Ses mythes, ses structures, Paris, SGPP, « Le point de la question », 1970, p. 83.

  1. Les Nations unies ont organisées, du 8 au 12 octobre 1974, un important colloque dans la ville mexicaine de Cocoyoc. Peu de temps après sa publication, ce texte est l’objet d’une vive critique de la part du Secrétaire d’État Américain, Henry Kissinger. La déclaration de Cocoyoc est un texte fondateur de l’écologie politique qui anticipe les critiques qui seront faites plus tard à la mondialisation. Il est important de préciser que la Déclaration de Cocoyoc, produit d’un colloque d’experts internationaux, n’a pas été votée par l’Assemblée Générales des Nations-Unies, marquant ainsi les clivages naissants face au défi écologique.
  2. Voir Claude Fouquet, « Le gaspillage alimentaire reste un défi majeur pour la planète », in Les Echos, 22 août 2018. Selon un rapport publié le 20 août 2018 par le Boston Consulting Group « Tackling the 1.6-billion-ton food loss and waste crisis », la quantité de denrées alimentaires gaspillées devrait croître de près de 30 % d’ici à 2030. A cette date, le gaspillage atteindrait alors l’équivalent de 2,1 milliards de tonnes par an.
  3. Cf. « Sept principes pour un investissement agricole responsable qui respecte les droits, les moyens d’existence et les ressources », FAO, janvier 2010.
  4. Voir Chris Mayer, « This asset is like gold, only better », in Daily Wealth, Vancouver, 4 octobre 2009.
  5. En 2016, le taux d’urbanisation en Chine a dépassé les 50 %, avec pour objectif à l’horizon 2050, de parvenir à un taux de 70 %.
  6. Voir Land Matrix, Analytical Report of the Land Matrix II. International Land Deals for Agriculture, 11 octobre 2016.
  7. Cf. Michel Merlet, Accaparement foncier à l’échelle mondiale et devenir de la petite paysannerie, Communication à l’Académie d’Agriculture de France. Séance du 13 juin 2012. Publié dans les comptes rendus de l’Académie d’Agriculture, Vol 98, n° 3, Novembre 2012.
  8. Le Sommet Mondial de l’Alimentation s’est tenu à Rome, du 11 au 18 novembre 1996. A cette occasion, Alain Juppé, le Premier Ministre de la France, affirme l’intérêt de traiter le problème de la faim, non par des politiques centralisées, mais aux niveaux où il se pose, « en rapprochant les villes des campagnes » et en « développant les achats locaux d’aide alimentaire ». Il insiste sur « l’accès aux moyens de production, aux droits fonciers et aux réseaux de financements locaux ».
  9. Cf. Lydia et Claude Bourguignon,  « La destruction des sols par l’agriculture intensive », in Passerelle Éco, 5 Juillet 2010. En déversant des engrais chimiques et en abusant du désherbage, l’agriculture productiviste fait disparaître la matière organique des sols qui sert d’alimentation à la faune et aux microbes du sol. En Europe, le taux de matière organique du sol est passé de 4 % à 1,4 % en cinquante ans.
  10. Voir rapport IPES-Food, From Uniformity to Diversity : A paradigme shift from industrial agriculture to diversified agroecological systems, juin 2016.
  11. P. Bitoun, Y. Dupont, Le sacrifice des paysans. Une catastrophe sociale et anthropologique, Paris, L’Échappée belle, 2016. Le productivisme s’est étendu à l’ensemble des activités humaines, avec toujours les mêmes conséquences : déracinement et marchandisation, exploitation du travail et des ressources naturelles, artificialisation et numérisation de la vie. Le sacrifice des paysans est l’un des éléments du processus global de transformation sociale à l’oeuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.