Les habits neufs du protectionnisme

Men walkin’ long the railroad tracks                                                                                        Goin’ someplace there’s no goin’ back                                                                                  Highway patrol choppers comin’ up over the ridge                                                                  Hot soup on a campfire under the bridge                                                                                Schelter line stretchin’ round the corner                                                                                  Welcome to the new world order                                                                                            Families sleepin’ in their cars in the southwest                                                                        No home, no job, no peace, no rest

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995 (1).

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus éclatantes.

Pour les défenseurs du libre-échange, la perception du monde en termes de guerre économique, met en péril la mondialisation libérale, voire même l’ordre politique démocratique. En revanche, pour les tenants de la guerre économique, protectionnisme et mondialisation sont loin de s’exclure.

Le multilatéralisme établi après la Seconde Guerre mondiale avait pour objectif de prévenir les guerres commerciales. La création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et son mécanisme de règlement des différends ont renforcé ce multilatéralisme. Aujourd’hui, le président américain Donald Trump, multiplie les mesures protectionnistes et cherche à réduire l’OMC à l’impuissance.

La géopolitique a d’abord exercé ses contraintes principalement au niveau des États : ceux-ci, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise qui menace leur existence. Aujourd’hui, la géopolitique révèle des logiques continentales : la Mer contre la Terre, c’est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord, contre le bloc continental européen.

De toutes les notions propres à la géopolitique, l’une des plus incontestable est sans nul doute l’opposition de la Mer et de la Terre. Si la Terre est le lieu des territoires différenciés, des distinctions tranchées entre la paix et la guerre, les combattants et les non-combattants, l’action politique et le commerce, la Mer est une étendue uniforme, la négation des différences, des limites et des frontières (2).

Comme hier celle de l’Angleterre, l’hégémonie américaine repose sur la domination mondiale des mers, prolongée par la domination de l’air. N’ayant pas de centre, la Mer ne connaît que des flux ; c’est par là qu’elle s’apparente à la globalisation postmoderne.

Le monde actuel est un monde « liquide », qui tend à abolir tout ce qui est « terrestre », stable, solide, constant et différencié. Le commerce lui-même, comme la logique du capital, est lui aussi fait de flux. L’uniformité que représente la globalisation et le commerce relèvent de la logique « maritime » : ce n’est pas un hasard si le capitalisme s’apparente avant tout à la piraterie (3).

A. La puissance maritime : leçon de géopolitique anglo-saxonne.

Alors que la tradition géopolitique allemande se concentre sur la puissance continentale, les Anglais et les Américains soulignent le caractère déterminant de la puissance maritime dans la quête de la domination mondiale.

La réflexion de l’amiral américain Alfred Mahan (1840-1914), stratège de la mer, va théoriser le concept de Sea Power : la maîtrise des mers (4).

A la fin du XIX ème siècle, les États-Unis sont devenus une grande puissance industrielle sur le territoire national : leur hégémonie ne dépend plus que de la maîtrise des mers (5).

Dès 1897, Alfred Mahan définit la doctrine qu’il entend voir défendue dans son pays :

  • s’associer avec la puissance navale britannique pour le contrôle des mers,
  • contenir l’Allemagne dans son rôle continental,
  • mettre en place une défense coordonnée des Européens et des Américains destinées à juguler les ambitions asiatiques.

D’un point de vue géographique, les États-Unis, protégés en leur Sud par la doctrine Monroe, constituent une île. Ce caractère insulaire leur fournit la sécurité. L’immensité de leur marché intérieur leur donne de surcroît un atout supplémentaire pour constituer une puissante économie, peu dépendante des aléas internationaux.

Officier de marine, Alfred Mahan va livrer une méthode permettant d’atteindre la suprématie. S’il est impératif de s’assurer des points d’appui (ports, bases) et des positions solides sur les détroits et les routes de commerce, il faut surtout disposer d’une marine opérationnelle, capable de se transporter rapidement vers les points stratégiques, voire de pratiquer le blocus maritime autour des pays ennemis (6).

L’exemple à suivre est celui de l’Angleterre qui a toujours poursuivi son objectif de contrôle maritime de la planète, à la différence de la France qui s’est affaiblie en ne cessant d’hésiter entre le continent – l’Europe aujourd’hui – et la mer, ce que l’on appelle : « la politique francophone ». La Grande-Bretagne a ainsi pu disposer de noeuds stratégiques comme Gibraltar, Le Cap, Suez, Aden, Ormuz, Singapour, etc., très utiles au déploiement de son leadership géopolitique.

Les relations commerciales internationales sont dans un état de tension sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale : multiplication des sanctions unilatérales, de représailles et de menaces, sur fond de remise en cause profonde de l’OMC.

B. La reprise en main du politique dans la structuration des échanges

Les objectifs du président américain ont été clairement annoncés : Make America First. C’est un « non » retentissant au multilatéralisme qui trouve son expression dans la priorité donnée à la sécurité et à la souveraineté nationale, à la confrontation assumée avec la Chine, et à la réindustrialisation des États-Unis d’Amérique (7).

La réorientation de la politique commerciale américaine autour de la concurrence stratégique avec la Chine a été réaffirmée dans le rapport « Stratégie nationale de sécurité », publié en décembre 2017. Cet objectif rencontre désormais un large soutien parmi les responsables politiques des deux partis ainsi que par les élites économiques (8).

Le commerce mondial a profondément changé depuis un quart de siècle. Son socle institutionnel est confronté à trois problèmes structurels :

  • le retournement des avantages comparatifs dans un contexte où les accords commerciaux couvrent beaucoup mieux les biens que les services et les investissements. Les accords existants ont été signés à une époque où les pays riches avaient un avantage comparatif prononcé dans la plupart des secteurs manufacturiers hors industrie légère, celui des pays en développement étant généralement concentré dans l’agriculture et le textile-habillement. Les avantages comparatifs des pays riches résident aujourd’hui avant tout dans les services et dans des brevets et des technologies de firmes transnationales qu’elles peuvent valoriser partout dans le monde.
  • le statut de « dernier venu » des grands émergents dans le système commercial, qui crée une asymétrie d’engagement par rapport aux pays qui en sont membres à part entière de longue date. Pour beaucoup d’Occidentaux, le développement de la Chine n’a été possible que grâce à son accession à l’OMC, en 2001. Cela lui a procuré un accès facilité et stable aux marchés des pays riches, tandis qu’elle limitait l’accès de son marché intérieur par la sous-évaluation de sa monnaie dans les années 2000. Le favoritisme dont l’État chinois fait de facto bénéficier ses propres entreprises et, plus largement, la main-mise de l’État sur l’économie chinoise, ne faisant que renforcer les avantages (9).
  • la multipolarité qui prive le système d’une puissance dominante capable de jouer un rôle de leader constructif. Si les États-Unis restent la première puissance mondiale sur beaucoup de plans, notamment financier et militaire, leur poids est nettement moins écrasant que dans les années qui ont suivi la chute du Rideau de fer. La coordination entre États est rendue très difficile, beaucoup d’entre eux étant devenus des acteurs de premier plan, dont les intérêts diffèrent sans qu’ils aient d’incitation à être les premiers à faire des concessions, et sans possibilité de coercition (10). Manifestement, la cadre multilatéral n’est pas adapté pour résoudre le différend sino-américain.

Au XIX ème siècle, les Occidentaux ont donné des justifications idéologiques à leurs colonisations : déployer Les Lumières sur toute la surface de la Terre. Ce projet a été reçu favorablement jusqu’à la seconde moitié du XX ème siècle. Depuis le début du III ème millénaire, il rencontre une hostilité nouvelle. Les « valeurs universelles » prônées par l’Occident sont aujourd’hui perçues par beaucoup de nations comme une forme de néo-impérialisme qui doit être combattu avec la plus grande fermeté.

A force de vouloir imposer un modèle si différent des autres, il est possible que l’Occident ait fini par attirer la détestation. Plusieurs cultures et civilisations, très différentes, se rencontrent à présent dans un combat culturel contre lui. Leurs exigences sont pré-modernes. Elles récusent l’individualisme, l’émancipation tous azimuts, le pacifisme. Il y a dans ces cultures une idée : la post-démocratie occidentale suscite un monde faux et invivable, un monde dans lequel les individus sont privés de leurs enracinements (11).

  1. Tom Joad est le héros du livre Les Raisins de la colère de John Steinbeck, 1939.
  2. « Chaque fois qu’une nouvelle percée de forces historiques, qu’une nouvelle explosion d’énergies nouvelles font entrer de nouveaux pays et de nouvelles mers dans le champ visuel de la conscience humaine, les espaces de l’existence historique de déplacent également. De nouveaux critères apparaissent alors, de nouvelles sciences, de nouveaux ordres, des peuples qui naissent ou renaissent à la vie. Ce redéploiement peut être si profond et si subi qu’il modifie non seulement les dimensions et les échelles, l’horizon extérieur de l’home, mais également la structure même de la notion d’espace (…). Or, toute transformation historique importante implique le plus souvent une transformation de l’espace. » in Carl Schmitt, Terre et mer. Un point de vue sur l’histoire mondiale, Paris, Éd. du Labyrinthe, 1985, p. 52.
  3. Voir. J. E. Thomson. Mercenaries, Pirates and Sovereigns : State-Building and Extraterritorial Violence in Early Modern Europe, 1996, Princeton University Press. Le pirate est l’acteur rationnel pur ; il n’est animé que par l’esprit de lucre et puisqu’il est délié de toute loyauté à l’égard d’un drapeau, il n’est assujetti à aucun impôt. Il symbolise en cela l’individu mondialisé, définitivement désaffilié, dont le comportement ne répond plus qu’à l’animus furandi, l’esprit de prédation.
  4. Les deux ouvrages majeurs de Alfred Mahan sont : The Influence of Sea Power Upon History, Boston, 1890 ; The Interest of America in Sea Power, Boston, 1897. Sa contribution spécifique à la science historique fut de mettre en lumière la force déterminante exercée par les puissances maritimes au cours de l’histoire. Diverses distinctions lui furent attribuées par les Universités d’Oxford, Cambridge, Harvard et Yale. Sur l’influence d’Alfred Mahan, voir Edward Mead Earle, Les maîtres de la stratégie, Paris, Berger-Levrault, 1983.
  5. A. Zwang, Les États-Unis dans le monde. Rapports de puissance, 1898-1998, Paris, Ellipses, 2000.
  6. Le porte-avions américain est l’outil par excellence de la suprématie maritime et, dans une certaine mesure, de la supériorité aérienne. Il est devenu progressivement une remarquable plate-forme de projection de puissance. Les porte-avions américains (10 unités), sont organisés en Carrier strike group (appelé en France : Groupe aéronaval). Un groupe est composé d’environ 7 500 marins, répartis entre différents bâtiments : porte-avions, croiseur, escadre de destroyers, un à deux sous-marins, navires attachés à la logistique et au ravitaillement.
  7. Le discours du 28 juin 2016 à Monessen (Pennsylvanie) – sous le titre « Déclarer l’indépendance économique de l’Amérique » – annonçait beaucoup de mesures à venir, notamment le retrait du Partenariat Trans-Pacifique (TPP), la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), les mesures de sauvegarde contre la Chine, les négociations commerciales « dures » et la réforme fiscale.
  8. Même un défenseur emblématique des relations sino-américaines comme Henry Paulson a déclaré en novembre 2018 : « certaines pratiques commerciales chinoises sont tout simplement inacceptables » et « la désintégration est inévitable, et même nécessaire dans certains domaines ». Voir Discours d’ouverture du Bloomberg New Economy Forum, Singapour, 6 novembre 2018, disponible sur : www.paulsoninstitute.org
  9. C’est ce qui fait dire au représentant américain au commerce, Robert Lightizer : « Les États-Unis ont fait une erreur en soutenant l’entrée de la Chine à l’OMC dans des termes qui se sont révélés inefficaces pour assurer l’adoption par la Chine d’un régime commercial ouvert et orienté vers le marché ». Cf. USTR, « 2017, Report to Congress on China’s WTO Compliance », in United States Trade Representative, janvier 2018.
  10. Z. Laïdi, « Comment la multipolarité déconstruit le multilatéralisme » in Le Débat, n° 201, septembre-octobre 2018.
  11. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le général de Gaulle a fait demander à Simone Weil un rapport sur les possibilités de redressement de la France. Ce sera L’Enracinement, prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, rédigé à Londres entre janvier et avril 1943 et publié par Albert Camus en 1949.  Ce merveilleux texte, écrit au coeur de l’effondrement de l’Europe du XX ème siècle, se révèle être le    « testament spirituel et politique » légué par Simone Weil aux générations futures. Une pensée exigeante en temps de crise : « L’enracinement est peut-être le besoin le plus important et la plus méconnu de l’âme humaine ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.