L’intégration des critères d’efficacité et de rentabilité par le citoyen-entrepreneur

La rationalité politique néolibérale produit une organisation spécifique du sujet et de l’État (1). Ce n’est pas un simple débordement de l’économique sur le politique ; c’est une forme singulière de raison normative qui organise la sphère publique, les pratiques de gouvernance ainsi que la citoyenneté (2).

Le néolibéralisme a une façon particulière d’articuler la nature et le sens même du politique, du social et du sujet. Il dévoile ainsi sa mainmise sur d’autres rationalités qui sont de nature plus démocratiques.

Quels sont les traits de caractère de la rationalité politique néolibérale ? Il convient de bien distinguer néolibéralisme et libéralisme économique classique.

Tout d’abord, le néolibéralisme ne se cantonne pas à une sphère exclusivement économique, pas plus qu’il ne présente le marché comme étant « naturel » et « auto-régulateur » (3).

Compris ainsi, le préfixe « néo » tient en partie à ce que les marchés libres, le libre-échange et la rationalité d’entreprise y sont envisagées comme choses normatives accomplies, mises en oeuvre par des politiques publiques. Le néolibéralisme n’est pas une simple production de la nature (4).

Ensuite, l’État n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques qui conduisent les citoyens à se considérer eux-mêmes comme des acteurs économiques, rationnels dans toutes les sphères de l’existence.

On reconnaît ici les nombreux programmes de privatisation et de sous-traitance de l’éducation, de l’assistance sociale, des prisons, des forces de sécurité, etc. Pour les tenants du néolibéralisme, les citoyens doivent se « transformer » en entrepreneurs d’eux-mêmes (3), capables de pourvoir à leurs propres besoins, de poursuivre leurs propres ambitions, que ce soit en qualité de bénéficiaires d’aides sociales, d’étudiants ou encore, de travailleurs occupés à des emplois temporaires.

Enfin, le politique est remplacé par la gouvernance qui impose ses critères de productivité et de rentabilité. Le discours de la gouvernance devient ainsi de plus en plus un discours de marché, les normes du monde de l’entreprise se substituant aux principes juridiques.

Le discours « corporate » présente une conscience inversée du monde de l’entreprise. Les discours du management sur lui-même vantent à longueur de journée les bienfaits de la        « discipline entrepreneuriale » (5). Ces processus d’ « innovation », d’ « autonomisation » et de « développement stratégique » renvoient en réalité à un nouvel ensemble de contraintes techniques, pratiques et hiérarchiques qui ont pour particularité non pas d’inciter à l’adoption d’attitudes entrepreneuriales à l’égard de soi-même, mais d’empêcher le contrôle que les salariés pourraient avoir sur leur activité.

L’évaluation individuelle, tout au long de la carrière, permet d’enfermer les salariés dans cette discipline productive : il faut s’assurer de la loyauté des travailleurs vis-à-vis des flux autour desquels s’organise la production. Dans un contexte général de menace sur l’emploi et de compétition interne généralisée dans l’entreprise, ces dispositifs de surveillance permanente permettent d’articuler contrôle social des activités et motivations des travailleurs par l’organisation managériale du travail.

La subjectivité des salariés est mobilisée à travers la notion d’ « implication contrainte » (6), qui constitue « la principale manifestation des formes actuelles de l’aliénation du travail dans le capitalisme contemporain » (7). Il devient impossible de participer à la production sans suivre à la lettre le fonctionnement managérial, sur fond de régulation psycho-sociale ; il devient impossible de participer à la production sans disposer des compétences, motivations et dispositions requises par l’entreprise.

Dès lors, il ne s’agit plus de techniques de domination classiques, mais bien d’une forme d’aliénation : le régime post-fordiste implique de nouvelles expressions de la fabrique du consentement qui s’inscrivent aujourd’hui dans un encadrement disciplinaire de la production, lié notamment aux dispositifs informatiques d’organisation de l’activité (8).

Grâce à l’idéologie de la gouvernance, il n’existe plus de culture politique d’engagement pour une transformation vers davantage de justice sociale. A mesure que sont radicalement dépolitisés les rapports de classe et tout autre obstacle à l’ « esprit d’entreprise », ce que les néolibéraux appellent « le droit égal à l’inégalité » commence à devenir légitime, supprimant du même coup l’engagement formel de la démocratie pour une véritable égalité des citoyens (9).

Les principes civiques et légaux qui assurent l’autonomie politique des citoyens (par opposition à leur autonomie privée), n’ont pas de place dans le schéma néolibéral : la rationalité néolibérale de contient aucun engagement pour la liberté politique (10).

On comprend mieux ainsi la différence de nature entre démocratie et système néolibéral. Par exemple, le caractère pleinement démocratique de la constitution des États-Unis d’Amérique apparaît dès les origines. La déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776 est avant tout un réquisitoire contre le roi George III, et c’est la constitution de 1787 qui va établir le système politique américain qui définit les droits des citoyens de cette nouvelle nation. En 1941, F.O Matthiessen, professeur d’histoire et de littérature à Harvard, publie un ouvrage qui va faire date : « American Renaissance ». Il entreprend de montrer en quoi cinq auteurs ont posés les bases de ce que l’on appelle : « L’âge  d’or de la littérature américaine » : Emerson, Thoreau, Hawthorne, Melville et Whitman. Il révèle comment certains traits propres à ces écrivains peuvent être liés à l’imaginaire américain : on peut faire référence à leur rapport à l’autorité ( le « je » de Whitman ) ou encore au sacré ( Moby Dick, tellement emblématique ), par exemple. Selon Mitchell Meltzer, « Pour les écrivains de la Renaissance Américaine, tout comme pour les Pères fondateurs avant eux, la tendance à la prophétie reflétait leur réponse à une destinée commune : ils étaient tous au début d’une tradition – situation paradoxale, puisque la tradition n’est rien d’autre que la transmission de ce que l’on a déjà reçu » (11).

Les transformations de l’organisation du travail ne se réduisent pas uniquement à la mise en place d’un « taylorisme assisté par ordinateur ». Selon Daniele Linhart, l’organisation néomanagériale du travail peut se définir comme « un modèle hybride où se mêlent logiques tayloriennes et implication des salariés » (12).

L’attitude la mieux valorisée est la capacité de s’imposer aux autres. La certitude d’avoir raison est une marque de fabrique de l’idéologie managériale qui se décline dans toutes les joyeuses Bibles du management, multipliant les recettes pour aider les individus à renforcer leur ascendant sur les autres (13). Pour arriver à convaincre, il faut «sélectionner» une pensée qui «accroche» et «interpelle» les autres ; l’utilisation d’un langage qui surprend, rebondit, accélère ou ralentit selon les réactions que l’on perçoit autour de soi, permet de ne jamais perdre de vue les objectifs fixés (14).

Le citoyen-entrepreneur vit désormais dans un monde de concurrence généralisée qui pousse les individus à se mobiliser en permanence pour  «gagner» dans la course à la performance (15). Le discours managérial, qui a envahit le champ politique, privilégie la face séductrice et strictement rhétorique des nouveaux modes de pouvoir : il s’agit tout simplement d’une vaste entreprise de fabrication des désirs de l’individu.

  1. « Neoliberalism and the End of Liberal Democracy », in Theory and Event, vol. 7, automne 2003.
  2. M. Foucault, « Politics and Reason » in Lawrence D. Kritzman (dir.), Michel Foucault : Politics, Philosophy, Culture. Interviews and Other Writings, 1977-1984, New York, Routledge, 1988.
  3. Dans Naissance de la biopolitique, Michel Foucault analyse les transformations de la     « raison gouvernementale » à l’oeuvre dans le néolibéralisme : « Le problème du néolibéralisme, c’est, au contraire du libéralisme du XVIII ème siècle, de savoir comment on peut régler l’exercice global du pouvoir politique sur les principes d’une économie de marché ». M. Foucault, Naissance de la biopolitique, Cours au collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard, 2004, p. 137.
  4. « Dans la conception ordo-libérale, le marché n’est pas une réalité économique naturelle, dotée de lois propres, qu’un bon gouvernement devrait respecter sans jamais les oublier. Bien au contraire, il ne peut être constitué et pérennisé qu’à force d’interventions politiques (…). La concurrence n’est pas davantage un fait naturel (…). Ce mécanisme économique fondamental ne peut fonctionner que si toute une série de conditions sont assurées ; seules des mesures légales peuvent donc permettre qu’on s’y rallie ». Thomas Lemke, « The Birth of Bio-Politics ; Michel Foucault’s Lecture at the College de France on Neo-Liberal Governmentality », in Economy and Society, May 2001, p. 193.
  5. P. Corsi et N. Erwann, Les dynamiques de l’innovation. Modèles, méthodes et outils. Paris, Hermes Science Publications, 2011, p. 37. L’exemple des profondes mutations sociétales qui frappent la grande distribution est emblématique de ces techniques d’optimisation. Dans ce secteur, la chasse aux temps morts est permanente, et ce tout particulièrement en caisses. Si la lecture optique a permis d’accroître la productivité des caissières par le biais d’une standardisation des tâches, elle a conduit également au contrôle de leurs « performances » : évaluer le nombre d’articles passés à la minute, le niveau de productivité étant l’un des critères essentiels à l’évaluation des caissières.  Depuis l’introduction des caisses automatiques, elles sont dorénavant chargées de superviser plusieurs caisses, les clients effectuant eux-mêmes la transaction. Ceux-ci seraient, en quelque sorte « mis au travail » (Dujarier, 2008 ; Tiffon, 2011), les caissières étant chargées de les former et de les encadrer. Elles endossent, par là-même, le rôle du contremaître.
  6. J. P. Durand, La chaîne invisible. Travailler aujourd’hui, flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil, 2004, p. 20.
  7. J. P. Durand, « Les outils contemporains de l’aliénation », in Actuel Marx, n° 36, 2009, p. 118.
  8. Cf. D. Courpasson, L’action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses Universitaires de France, 2000. Du même auteur, voir également plus spécifiquement au sujet du management : « Régulation et gouvernement des organisations. Pour une sociologie de l’action managériale », in Sociologie du travail, n° 1, 1997.
  9. Cf. Jürgen Habermas, Après l’État-nation. Une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard, 2000.
  10. J. Habermas, « Learning from Catastrophe ? » in Postnational Constellations, Cambridge, The MIT Press, 2001, p. 94. « Of course, the democratic process protects equal private liberties, but for neoliberalism it does not add political autonomy as a further dimension of freedom ».
  11. Mitchell Meltzer, Secular Revelations. The Constitution of the United States and Classic American Literature, Cambridge, Harvard University Press, 2005, p.136.
  12. D. Linhart, Travailler sans les autres, Paris, Seuil, 2009, p. 55.
  13. Voir par exemple, Le Guide pratique du management, Paris, ESF Éditeur, 2007. Page 13, on peut lire : « Rien ne doit plus nous arrêter lorsque nous avons une idée ou un projet dans la tête : ni les contradicteurs, ni les oppositions ». La Députée LaRem, Aurore Bergé, est une adepte de cette pensée magique : « … On était déjà très déterminés à remporter les prochaines municipales. Alors avec ce résultat, nous le sommes encore plus » in L’Écho Républicain, 27 mai 2019. Plus, encore plus de plus.
  14. Cf. R. Jackall et M. Mazes, The World of Corporate Managers, New York, Oxford University Press, 1988, pp. 46-48. L’idée de faire de la France une « start-up nation », conduit à vouloir imposer les techniques managériales dans le champ politique.             « disruptif », « teambuilding », « en même temps », « co-working », « business unit »,     « helpers », etc. devaient permettre au groupe parlementaire majoritaire de « construire  une culture commune, partager des méthodes de travail et continuer à innover », selon les termes de son président, Richard Ferrand ( séminaire LARM, Seine-Saint-Denis, septembre 2017 ). Depuis la crise dite des  « Gilets jaunes », il semblerait que l’ardente obligation de transformer la France se soit quelque peu émoussée.
  15.  A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calman-Lévy, 1991. Chaque individu est invité à conduire sa vie comme un véritable professionnel de la performance. L’entreprise serait devenue la voie royale pour conquérir son autonomie, se repérer dans l’existence et définir son identité sociale. Le discours dominant nous enjoint de devenir les  « entrepreneurs de nos propres vies » ; il n’existe plus de projet politique collectif, juste une course sans fin pour la « réussite individuelle ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.