Le « spectaculaire-marchand » ou comment la com’ transforme les individus au service du système productif

« Tous les experts sont médiatiques-étatiques, et ne sont reconnus experts que par là. Tout expert sert son maître, car chacune des anciennes possibilités d’indépendance a été à peu près réduite à rien par les conditions d’organisation de la société présente. L’expert qui sert le mieux, c’est bien sûr, l’expert qui ment (….) On sait, par exemple, combien l’expert en météorologie médiatique, qui annonce les températures ou les pluies prévues pour les quarante-huit heures à venir, est tenu à beaucoup de réserves par l’obligation de maintenir des équilibres économiques, touristiques et régionaux, quand tant de gens circulent si souvent sur tant de routes, entre des lieux également désolés. »

Guy Debord                                                                                                                        Commentaires sur la société du spectacle, Paris, Quarto Gallimard, 1988.

La chose est entendue : le président de la République a « réussi » son G7. Ce ne sont pas les citoyens qui ont été les destinataires de cette orchestration, mais les nouveaux interprètes des cieux que sont les communicants et autres éditorialistes.

La com’ est devenue un instrument de gestion de l’émotion et du prêt-à-penser. Elle neutralise l’esprit critique en empêchant de « penser l’évènement » (1). C’est le propre du théâtre que de créer une illusion, de souligner des caractères et de produire un récit en forme de consécration moralisante (2).

En ce sens, le G7 de Biarritz a fourni aux citoyens la nourriture propre à alimenter leurs besoins d’admiration. Le président Américain n’ayant pas « dérapé », le sommet fût un succès. Le show est terminé, retour au tragique de l’Histoire !

L’expression « société du spectacle » est passée dans le langage courant : c’est une façon de qualifier de manière péjorative et critique la société de consommation. Comprise au sens littéral, la société du spectacle permet de désigner l’emprise grandissante des médias sur nos sociétés contemporaines.

Lorsqu’en 1967, Guy Debord (1931-1994) fait paraître La Société du spectacle (3), son intention n’est rien moins que de subvertir l’ordre dominant. Cet ouvrage, devenu culte, reprend la distinction marxiste entre la valeur d’usage et la valeur d’échange. Guy Debord constate, au début de cette nouvelle ère dédiée à la consommation, que la valeur d’échange « a fini par diriger l’usage » (4).

Guy Debord va plus loin que Karl Marx, personnage du XIX ème siècle. Il montre que la disparition de la valeur d’usage existe non seulement dans les relations de production, mais pénètre également les comportements consuméristes : « A ce point de la deuxième révolution industrielle, la consommation aliénée devient pour les masses un devoir supplémentaire à la production aliénée » (5).

Ce que veut dire Guy Debord, c’est que l’aliénation de l’homme se traduit par la séparation entre ses besoins réels et les « pseudo-besoins » (6) crées par le système productif.              « L’économie autonome se sépare à jamais du besoin profond dans la mesure où elle sort de l’inconscient social qui dépendrait d’elle sans le savoir ». (7).

On peut en déduire que l’individu devient aliéné à lui-même : « Plus le spectateur contemple, moins il vit ; plus il accepte de se reconnaître dans les images dominantes du besoin, moins il comprend sa propre existence et son propre désir ». (8).

Dans sa démonstration, Guy Debord révèle les implications de cette aliénation dans la vie quotidienne. Par exemple, il montre combien la perception du temps a changé. Les classes dominantes ont imposé à l’ensemble du corps social le temps de travail salarié, le « temps-marchandise » qui s’articule autour des horaires de travail et des temps de repos hebdomadaires. A l’échelle d’une année, le temps est rythmé par la prise des congés payés, le retour des vacances et la reprise des cadences imposées par l’activité économique et ses exigences de productivité (9).

L’espace subit les mêmes transformations. Selon Guy Debord, « La production capitaliste a unifié l’espace » (10) : c’est l’objet du chapitre 7 de La Société du spectacle qui traite de l’aménagement du territoire. Il décrit les stations touristiques, les « grands ensembles » (11), les autoroutes, les « supermarkets géants édifiés en terrain nu, sur un socle de parkings », ou encore les villes nouvelles qui permettent de maintenir l’atomisation des travailleurs que les conditions urbaines de production avaient dangereusement rassemblés. Tous ces aménagements menés à marche forcée par les politiques avec l’appui des bétonneurs, au nom de la « modernisation », apparaissent aujourd’hui comme une accumulation de mesures destructrices du vivant.

L’expression « spectaculaire-marchand » est tirée du deuxième chapitre : « La marchandise comme spectacle » (p. 33). Guy Debord essaye de décrypter une société de consommation de masse alors en plein essor, mais sur laquelle les individus ont encore peu de recul. Robert Kanters traduit ce qu’il a compris de l’essai : « C’est-à-dire que nous achetons et que nous vivons ( c’est désormais la même chose ), uniquement pour entrer dans l’affiche, pour faire partie du spectacle, et non pour utiliser la voiture ou le tracteur. Et que nous n’avons plus à nous interroger sur le bonheur, puisque la publicité nous fait à l’image et à la ressemblance de l’homme heureux… L’ouvrage dénonce vigoureusement certaines illusions mensongères de notre société » (12).

Dans le texte de 1967, Guy Debord ne distinguait que deux formes du spectaculaire : l’une, diffuse (dont le modèle était la société américaine dans laquelle le modèle du citoyen-consommateur dominait), et l’autre, concentrée (représentée par les régimes dictatoriaux reposant sur le culte du chef). En 1988, le penseur situationniste ajoute un troisième type : le spectaculaire intégré, synthèse des deux premiers. Celui-ci est apparu récemment, et il est transversal à tous les régimes politiques. Il acquiert une force particulièrement grande dans les démocraties spectaculaires (13).

Guy Debord est rejoint par Pier Paolo Pasolini pour qui la société de consommation forme un nouveau fascisme, bien plus puissant que ce que l’on a déjà vu. Alors que sous Mussolini les différentes strates sociales avaient réussi à conserver leurs particularismes, le  « fascisme de consommation » a homogénéisé les modes de vie comme jamais auparavant. On peut penser que le terme de fascisme soit quelque peu excessif. Nous préférons le terme de         « séduction », au sens où l’entend Michel Clouscard (14) : « La séduction, c’est le pouvoir du langage indépendamment du concept, indépendamment de la sagesse. A un moment donné, un discours peut apparaître comme ayant le pouvoir d’anéantir l’être : c’est le discours du paraître, le discours de la séduction. La vérité en tant que telle est alors recouverte ». (15).

Dans ses Écrits corsaires, Pier Paolo Pasolini décrit la situation :

« Le fascisme avait en réalité fait des classes populaires des guignols, des serviteurs, peut-être en partie convaincus, mais il ne les avait pas vraiment atteints dans le fond de leur âme, dans leur façon d’être… La société de consommation a transformé les jeunes ; elle les a touchés dans ce qu’ils ont d’intime, elle leur a donné d’autres sentiments, d’autres façons de penser, de vivre, d’autres modèles culturels… Grâce aux nouveaux moyens de communication et d’information, l’âme du peuple a non seulement été égratignée, mais encore lacérée, violée, souillée à jamais ».

Pier Paolo Pasolini,                                                                                                           Écrits corsaires, 1973-1975.

  1. P. Laborie, Penser l’évènement. 1940-1945, Paris, Folio, coll. «Histoire», 2019. Pour l’auteur, « L’Histoire s’efforce, au-delà de la fragilité des émotions, de tisser quelques-uns des fils qui transmettent l’expérience pour que l’héritage serve à un dialogue de raison, qui font des fidélités maintenues une volonté de dépassement du néant ».
  2. Parmi les écrivains les plus illustres du XVII ème siècle, Corneille, Racine Molière, La Fontaine, Bossuet et bien d’autres encore, figure Jean de La Bruyère (1645-1696). Avec Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle, publié en 1688, il a tendu au public de son époque un miroir qui nous reflète toujours. Bien des comportements de la société de Louis XIV ressemblent aux nôtres. Les temps changent, pas le fond des hommes. Voir Jean-Michel Delacomptée, La Bruyère, portrait de nous-mêmes, Paris, Robert Laffont, 2019.
  3. G. Debord, La Société du spectacle, Paris, Buchet-Chastel, 1967.
  4. Thèse 46, dans G. Debord, op. cit. « … Le processus de l’échange s’est identifié à tout usage possible, et l’a réduit à sa merci. La valeur d’échange est le condottiere de la valeur d’usage, qui finit par mener la guerre pour son propre compte ».
  5. Thèse 42, ibid.
  6. Thèse 51, ibid. «… La victoire de l’économie doit être en même temps sa perte. Les forces qu’elle a déchaînées suppriment la nécessité économique qui est la base immuable des sociétés anciennes. Quand elle la remplace par la nécessité du développement économique infini, elle ne peut que remplacer la satisfaction des premiers besoins humains sommairement reconnus, par une fabrication ininterrompue de pseudo-besoins qui se ramènent au seul maintien de son règne ».
  7. Ibid.
  8. Thèse 30.
  9. A chaque rentrée du mois de septembre, c’est la même rengaine : quelles sont les clés pour réussir votre rentrée ? L’été vous a requinqué, vous êtes plein de bonne volonté et vous êtes déterminé à obtenir les meilleurs résultats possibles ? Pas de problèmes ; il existe des recettes simples qui vont vous aider à réaliser vos objectifs. Comme par exemple, reprendre en douceur votre activité, gérer votre boîte mail et votre répondeur, lister vos priorités, faire un point avec vos collègues, réactiver votre réseau et surtout, s’assurer de ne jamais manquer de clients. Tout cela sur fond du sacro-saint mantra     « respecter-l’équilibre-entre-vie-personnelle-et-vie-professionnelle » cher aux Ressources humaines…
  10. Thèse 165.
  11. Thèse 173 : « Pour la première fois, une architecture nouvelle qui, à chaque époque antérieure, était réservée à la satisfaction des classes dominantes, se trouve directement destinée aux pauvres ».
  12. R. Kanters, « La critique de Robert Kanters : des iconoclastes parmi nous », in Le Figaro littéraire, 25 décembre 1967.
  13. Le spectaculaire « intégré » se caractérise par cinq traits : « Le renouvellement technologique incessant ; la fusion étatico-économique ; le secret généralisé ; le faux sans réplique ; un présent perpétuel ».
  14. M. Clouscard, Le capitalisme de la séduction, Paris, Messidor-Éditions sociales,1981.
  15. C’est en 1982 que, sur le plateau d’Apostrophes, Michel Clouscard dénonce Le capitalisme de la séduction, face au propagandiste Jacques Séguéla.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.