Entre crise écologique et post-démocratie : l’Anthropocène, une menace pour la mondialisation ?

La monde a chaud ! L’ humanité est-elle confrontée à une menace existentielle ? Lors du        « petit âge glaciaire » (1300-1850), s’il a fait extraordinairement froid en Europe et aux États-Unis, cela n’a pas concerné toute la planète. Selon Nathan Steiger, de l’Université Columbia à New York, « Le réchauffement est global. 98 % du globe s’est réchauffé depuis la révolution industrielle ». La question du dérèglement climatique est devenue centrale dans le champ politique. L’élévation des températures bouleverse déjà les paysages et les habitudes de vie. Les conséquences sont massives sur l’agriculture, le logement, l’énergie et le monde animal.

La France n’est pas encore sous les eaux, mais sa métamorphose se fait subtile en Camargue, en Charente, en Vendée, en Gironde, dans les Hauts-de-France. L’élévation du niveau des océans contraint déjà de nombreuses municipalités côtières à modifier leurs plans d’occupation des sols (POS) et à modifier leurs règles d’urbanisme.

A cause du manque d’eau, les grandes exploitations de maïs ont peu à peu disparues des Landes et du Sud-Ouest : elles ont été remplacées par des parcelles plus petites, où céréales et légumineuses dominent. La Beauce meurt de soif et a dit adieu à son blé fourrager.

Les haies font leur retour (1) : à partir des années 1960 et dans un but de modernisation, notamment avec l’arrivée massive d’engins agricoles plus grands et plus lourds pour lesquels les grandes surfaces sont plus faciles à exploiter, la propriété rurale a été recomposée et le parcellaire des exploitations agricoles remodelé. Au-delà de l’impact positif d’une biodiversité riche d’auxiliaires de culture aux alentours des parcelles agricoles, insectes en tête, les haies ont bien d’autres avantages :

  • un sol protégé de lixiviation (l’eau emportant toutes matières solubles présentes dans le sol) par une haie, abritera une foule de micro-organismes décomposeurs qui vont améliorer la qualité du sol, rendant ainsi de nombreux services écosystémiques,
  • une protection contre les vents violents, la fonction brise-vent limitant l’érosion éolienne et les dégâts mécaniques du vent tels que le couchage des cultures,
  • une réduction des écarts de températures du fait de l’ombre produit, ce qui n’est pas tout-à-fait anodin dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Ce à quoi on peut ajouter la protection offerte aux animaux d’élevage qui viennent s’y abriter autant de la pluie et du vent que d’un soleil trop agressif,
  • une régulation des espèces dites  « ravageuses » par la plus grande place faite aux espèces dites « auxiliaires de l’agriculteur ». Sans compter l’augmentation du nombre d’insectes pollinisateurs.

Les villes sont encouragées à planter des arbres, qui se révèlent être des alliés de poids pour lutter contre les températures élevées. Selon Sylvain Delzon, chercheur à l’Inra, « Les arbres sont essentiels pour apporter de l’ombre et faire diminuer la température de quelques degrés à l’abri de leur feuillage ».

Du côté des nappes phréatiques, tous les niveaux sont en baisse. Une situation qui peut être aggravée dans les zones de fortes sécheresses où les pompages, importants, créent des tensions.

Que signifie, pour nos démocraties, l’introduction d’une nouvelle ère géologique ? D’après une grande partie de la communauté scientifique, nous serions en train de sortir de l’époque postglaciaire de l’Holocène (2), pour entrer dans une époque nouvelle, bien moins stable, où l’homme est devenu la « force géologique » dominante dans l’évolution du système terrestre.

La notion d’Anthropocène a été proposée pour caractériser l’époque de l’histoire de la terre qui a débutée lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l’écosystème terrestre. En 2009, une équipe de chercheurs en sciences de la terre, menée par Johan Rockström du Stockholm Resilience Center et Will Stephen de l’Australian National University, a identifié un groupe de neuf limites planétaires à ne pas dépasser, si l’on veut éviter que l’environnement ne subisse des modifications brutales, irréversibles et potentiellement destructrices (3).

En 2015, ces scientifiques ont pu établir que l’homme avait enfreint quatre de ces limites : le changement climatique ; la perte de la biodiversité et l’extinction des espèces ; la modification des usages du sol ; et enfin, les perturbations des cycles biogéochimiques, c’est-à-dire les cycles du phosphore et de l’azote.

C’est une véritable prise de conscience des limites planétaires qui s’affirme chaque jour un peu plus ; les trajectoires du capitalisme mondialisé sont en passe de rendre tout simplement impossible la coexistence entre impératif productiviste et préservation des écosystèmes.

Les démocraties constatent une montée des « radicalités » (4) : de plus en plus de citoyens mettent en cause le système capitaliste qui méprise la nature pour assurer la croissance, allant jusqu’à mettre en péril la survie de l’espèce humaine. Partout s’organisent des mouvements politiques pour imposer aux sociétés, individuellement et collectivement, une restriction de l’extraction des ressources naturelles et des combustibles fossiles. La société de consommation est dores et déjà condamnée, le rythme de la production de masse et du traitement des déchets qui lui est associé n’étant plus soutenable. Un cycle mortifère est enclenché, et l’angoisse monte dans les populations.

Alain Deneault, Docteur en philosophie et Directeur du programme au Collège international de philosophie, a mis en lumière les activités pour le moins douteuses de certaines sociétés minières en Afrique, en Amérique latine et en Europe de l’Est. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui montrent comment les lois pro-extractivistes, le nombre de lobbyistes de l’industrie et leur proximité avec les dirigeants politiques (l’exemple du clan Desmarais considéré comme le « gouvernement invisible » du Canada est particulièrement édifiant), permettent d’assurer la prospérité de la finance internationale (5).

Les démocraties libérales peuvent faire preuve d’une certaine réflexivité lorsqu’il s’agit de relever des défis sociaux et écologiques complexes ; elles savent s’autocorriger en cas de retours positifs ou négatifs d’information, se montrant donc capable d’apprentissage social. La préservation des droits civils et politiques permet aux citoyens de soulever des problèmes et d’en débattre, d’exiger d’être informés, de demander à ceux qui décident de leur rendre des comptes (6), et de se mobiliser en faveur du changement.

Le pouvoir dont jouissent les gouvernements n’est que provisoire et soumis à révision : les gouvernements ayant de faibles résultats ne sont pas reconduits.

Selon les critiques adressées par les différents mouvements écologiques, les démocraties libérales sont affublées de toute une panoplie de préjugés anti-écologiques, rongées qu’elles sont par une représentativité et une responsabilité déficientes qui privilégient une organisation bien réglée, à court terme des intérêts privés, plutôt que la préservation écologique à long terme du bien commun.

La planification à long terme est difficile pour les démocraties libérales, car leur horizon temporel dépend des cycles électoraux. La complexité qui domine nombre de questions écologiques écarte les profanes de débats très techniques, tout en les rendant vulnérables aux campagnes de désinformation mises en oeuvre par les riches lobbys industriels.

La mondialisation de l’économie a entraîné une intensification du problème de déplacement, d’éloignement et de séparation entre « décideurs » et environnements, entre producteurs et consommateurs, entre coupables/bénéficiaires et victimes, entre causes et effets, entre espace et lieu (7). On peut parler ici de « violence lente » (Rob, 2011), c’est-à-dire un transfert progressif et parfois invisible des impacts environnementaux vers ceux qui sont loin, sans représentation politique et/ou sans aucun moyen de forcer les « décideurs » à leur rendre des comptes.

Finalement, la manière dont nous interpréterons ce nouvel agent géologique qu’est l’humanité dépendra de comment nous envisageons l’Anthropocène : peut-être y verrons-nous l’illustration ultime de l’avertissement lancé à l’homme et à son hybris, ce récit glorificateur du génie humain qui serait capable de repousser toutes les limites. Étant donné le caractère irréversible de certains problèmes tels que le changement climatique et l’extinction des espèces, la démocratie doit, toutes affaires cessantes, retrouver le chemin de la prudence et de l’humilité.

Si la géologie n’a jamais figurée dans les préoccupations de la vie politique, ni même dans celles des sciences politiques, une introduction des concepts forgés par les spécialistes du système terrestre peut améliorer la façon dont nous appréhendons la démocratie ; cela nous permet d’élargir notre compréhension du temps, de l’espace et des multiples communautés humaines

Avec les sciences humaines et sociales, la géologie permet d’identifier les agents humains et les structures sociales et politiques qui sont responsables des marqueurs qu’examinent actuellement les multiples laboratoires dédiés aux sciences de la Terre. Il s’agit de ré-investir l’espace public pour se ré-approprier les questions fondamentales de pouvoir qui ont été détournées par ce que l’on nomme aujourd’hui : « post-démocratie » (8).

Et pouvoir ainsi se donner les moyens d’évaluer les conséquences de la gouvernance néolibérale qui a engendré un monde en crise, où le partage des charges et des bénéfices repose sur une imposture profondément injuste.

  1. Depuis 1945, ce sont 15 millions d’hectares de terres agricoles qui ont été remembrés. Selon l’inventaire forestier national, entre 1975 et 1987, 536 000 kilomètres de haies champêtres ont été perdus.
  2. L’Holocène est une période géologique s’étendant sur les 10 000 dernières années. Son climat relativement stable a réuni des conditions exceptionnellement propices au développement de la civilisation humaine au cours de cette période. L’Anthropocène se caractérise par un environnement qui change de manière imprévisible, parfois même brutale. C’est ce que l’on appelle aussi : « seuils de rupture ».
  3. Johan Rockström et al, « Planetary Boundaries : Exploring the Safe Operating Space of Humanity », in Ecology and Society, 2009, n° 14, p. 32.
  4. La démission de Nicolas Hulot, en août 2018, n’a fait que traduire ce sentiment d’impuissance du politique face aux gigantesques défis qui sont devant nous. Les mouvements écologistes sont montés en puissance : marches et grèves pour le climat, Affaire du siècle, accélération des mouvements de désobéissance civile, mobilisations sur les ZAD, bon score d’Europe-Écologie-Les-Verts (EELV) aux élections européennes de 2019. Désigner l’ennemi : certains veulent renforcer l’antagonisme avec l’État et les firmes transnationales. Selon une membre de Radiaction, un groupe impliqué dans les actions de désobéissance Ende Gelände : « les jeunes veulent désormais mettre leur corps en jeu, ne pas se cantonner à l’indignation mais agir, prendre part à l’action avec des résultats concrets, en matière d’occupation et de blocage ».
  5. Alain Deneault, De quoi Total est-elle la somme ? Multinationale et perversion du droit, Écosociété, 2017. « Se pencher sur l’histoire de Total et de ses composantes (…), c’est montrer comment l’État du droit et la complicité des États ont permis à une firme, souvent légalement, de comploter pour la fixation des cours du pétrole ou le partage des marchés, de coloniser l’Afrique à des fins d’exploitation, de collaborer avec les régimes politiques officiellement racistes, de corrompre des dictateurs et des représentants politiques, de conquérir des territoires à la faveur d’intervention militaire, de délocaliser des actifs dans des paradis fiscaux, de pressurer les régimes oligarchiques en tirant profit de dettes odieuses », conclut Alain Deneault.
  6. Pierre-Henri Tavoillot, Comment gouverner un peuple-roi ? Traité nouveau d’art politique, Paris, Odile Jacob, 2019. L’auteur s’interroge sur l’art d’être gouverné – qu’est-ce que la démocratie pour le Citoyen ? – tout autant que celui de gouverner – quels conseils donner au Prince ? Il remet au centre du jeu la politique, la décision, l’autorité, mais aussi la confiance, qui ne peut venir que du peuple. La question consiste donc à résoudre ce paradoxe : comment renforcer le haut, frappé d’impuissance, tout en entraînant les citoyens qui doivent « avoir l’audace d’obéir » ?
  7. Christoff Peter et Robyn Eckersley, Globalization and the Environnment, Lanham : Rowman and Littlefield, 2013, p. 11.
  8. Selon Yves Sintomer, Professeur de sciences politiques à Paris VIII, « la démocratie devient un spectacle pendant que l’essentiel se déroule en coulisses ». Le terme post-démocratie a été proposé au début des années 2000 par un universitaire anglais, Colin Crouch. Selon lui, les régimes politiques occidentaux auraient vécu le pic de leur démocratisation peu avant la Deuxième Guerre mondiale pour les États-Unis, et dans les décennies qui l’ont immédiatement suivie pour les autres. Ensuite, la situation s’est peu à peu dégradée. Aujourd’hui, nous sommes entrés dans l’ère de la post-démocratie. Bien entendu, les apparences sont sauves : les institutions démocratiques demeurent, avec des élections libres, des partis politiques en compétition, un État de droit, la séparation des pouvoirs etc. Mais les décisions les plus importantes sont prises ailleurs, dans d’autres cadres : ceux des firmes transnationales, des agences de notation ou des instruments de la gouvernance mondiale comme le FMI, la Banque Mondiale, l’UE, etc. Grâce à cette neutralisation du politique, la mondialisation économique et le capitalisme financier ont, pour une bonne part, vidé la démocratie de sa substance. Voir Colin Crouch, Post-démocratie, Diaphanes Éditions, 2013.

3 réflexions sur « Entre crise écologique et post-démocratie : l’Anthropocène, une menace pour la mondialisation ? »

  1. L’examen et la compréhension de ces ‘états de faits’ sont ici très bien résumé et soutenue. Mettons autant d’ardeur, sinon plus encore, à porter un éclairage sur des évolutions et des dynamiques vertueuses. Les territoires ruraux on en effet été dévastés sur TOUS les plans. L’effacement pur et simple des haies, parmi d’autres formes d’Infrastructures Agro-Environnementale (IAE selon la formule consacrée à la mode…), en est probablement l’un des symptôme les plus avéré et appréhendé.
    Les haies sont à la parcelle agricole ce qu’est la membrane à la cellule. Préoccupons nous donc aussi de ce ‘cytoplasme’ – la surface et le contenu même des parcelles! le non-labours, les techniques de semis directs sous couverts végétaux, l’agroforesterie dans toutes ses formes, etc!… Et (re)construisons! …https://vimeo.com/116343861

  2. L’examen et la compréhension de ces ‘états de faits’ sont ici très bien résumés et soutenu. Mettons autant d’ardeur, sinon plus encore, à porter un éclairage sur des évolutions et des dynamiques vertueuses. Les territoires ruraux on en effet été dévastés sur TOUS les plans. L’effacement pur et simple des haies, parmi d’autres formes d’Infrastructures Agro-Environnementale (IAE selon la formule consacrée à la mode…), en est probablement l’un des symptôme les plus avéré et appréhendé.
    Les haies sont à la parcelle agricole ce qu’est la membrane à la cellule. Préoccupons nous donc aussi de ce ‘cytoplasme’ – la surface et le contenu même des parcelles! le non-labours, les techniques de semis directs sous couverts végétaux, l’agroforesterie dans toutes ses formes, etc!… Et (re)construisons! …https://vimeo.com/116343861

  3. 📣 Lancement du WikHaiePedia ! 🍾www.wikhaiepedia.org
    Nous avons le plaisir de vous annoncer la création d’un Wiki dédié à la protection et au développement des haies bocagères 💚 ,si nécessaire à la protection de la biodiversité, au maintien et à la restauration des écosystèmes et des corridors écologiques. 🌳🌳🌳🐝 🦔🐇🦉🦇🦋
    Si vous souhaitez partager vos connaissances et/ou vos expériences, vos projets dans ce domaine, vous êtes chaleureusement invité à venir enrichir notre connaissance collective en participant à ce WikHaie, hommage à la biodiversité .
    Haie’mablement vôtre , l’équipe de La Haie Donneurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.