Défier le récit des puissants et combattre l’esthétique de la soumission

L’oeuvre de Ken Loach nous montre ce que sont les transformations contemporaines de l’État et les profondes métamorphoses introduites dans la stratification sociale par l’idéologie néolibérale.

Le cinéma permet de briser le récit des élites, des puissants ; c’est un moyen de contrecarrer la vision duale du « nous » contre « eux », de mettre à mal la stratégie du « diviser pour mieux régner ».

Dans Moi, Daniel Blake (1), le cinéaste montre les incohérences d’un modèle politique colonisé par une administration ultra-rationalisée, où les régulations publiques valorisent l’autonomie individuelle qui s’acquiert par l’obtention d’un emploi. Selon le principe dit de less eligibility (2), les prestations sociales doivent être financièrement moins avantageuses que le travail le moins bien rémunéré.

Les débats qui font l’actualité autour de ces questions révèlent les préoccupations des classes dirigeantes : les prestations sociales ne peuvent pas favoriser l’oisiveté au détriment de « l’éthique du travail ». C’est ce qui, politiquement, légitime l’introduction de dispositifs contraignants pour les individus. Compris ainsi, la cause du chômage n’est pas tant un défaut de fonctionnement du marché de l’emploi qu’un problème au niveau de l’offre de travail, lié aux déficiences individuelles.

Le numérique, ou ce que l’on appelle « l’e-administration », a été justifié comme un élément de qualité de service. En réalité, cela a permis de réduire les effectifs dans la plupart des institutions en charge du social ( Leduc et Munoz, 2015 ). En France, par exemple, le non-remplacement des salariés de la Sécurité sociale n’a été rendu possible que grâce à la généralisation de la micro-informatique dans les administrations. A l’instar de ce qui se passe dans Moi, Daniel Blake, il apparaît que ces outils techniques et leur complexité peuvent constituer des motifs d’éviction de pans entiers de catégories de populations fragilisées (3).

Dans le film, un exemple illustre parfaitement bien ce phénomène. Daniel Blake tente de joindre un conseiller pour comprendre sa lettre de refus d’indemnités au motif qu’il serait apte à travailler. Après plus d’une heure d’attente sur un serveur vocal, il n’obtient aucune solution à son problème. Il décide alors de se rendre physiquement au Jobcenter pour trouver une solution à sa situation devenue ubuesque. Il est reçu par un manager de proximité qui lui explique qu’il doit d’abord s’inscrire sur internet pour obtenir un rendez-vous.

On peut interroger la pertinence d’outils techniques promus comme des moyens d’améliorer la qualité de traitement des demandes, mais qui en réalité, poussent à la dépersonnalisation et à l’éloignement des espaces physiques, via la mise en place de hotlines téléphoniques disponibles 24 h sur 24, de messageries des réclamations, etc.

Cette logique de responsabilisation a été mis en oeuvre dans la plupart des pays de l’Union Européenne par un mouvement de contractualisation des droits sociaux. Théorisé par Anthony Giddens (4), l’État social actif a pour mission de restaurer l’autonomie et la responsabilité des bénéficiaires d’allocations, pour mettre fin à l’octroi de prestations sociales sans contreparties. Les libéraux reprochent à celles-ci d’être des pièges et une source d’enfermement dans des situations de dépendance à l’égard de l’État, ce que les britanniques appellent : path dependency ( Leduc, 2014 ).

Ken loach est en résistance ouverte contre les injustices sociales. Il rejoint l’ensemble de celles et ceux qui, à la lumière du traité d’Étienne de La Boétie sur la servitude volontaire (1548), montrent l’importance de la notion de résignation comme spécificité de la représentation contemporaine des inégalités. La violence sociale ne se manifeste plus dans la lutte entre l’oppresseur et l’opprimé, dans le combat des classes ou bien le récit des résistances à l’aliénation, mais au contraire, par l’acceptation par celui-là même qui en souffre, d’un état d’asservissement auquel il s’abandonne, par habitude, crainte ou même espoir de partager les dividendes de l’injustice.

C’est ainsi que, selon les termes de Bernard Noël, « le vieux rêve tyrannique est en train de se réaliser : celui d’une soumission sans contrainte apparente » (5). La plus grande constante dans le comportement humain est la tendance à la servilité. De tout temps, une majorité a été opprimée par une minorité, et elle n’a pu l’être que par consentement. Certes, il y a eu des soulèvements, des émeutes, des révoltes et même des révolutions. Mais l’oppression a toujours finie par être rétablie.

Devenue médiatique, notre société permet de rêver d’un pouvoir qui, sans rien perdre de sa nature oppressive, déciderait de renoncer à la violence parce qu’elle n’est plus nécessaire à la domination. En effet, Il n’est plus du tout indispensable d’opprimer par la force pour soumettre, étant donné qu’il suffit d’occuper les yeux pour tenir la tête et, avec elle, le lieu de contestation éventuelle. Les anciens régimes s’épuisaient à interdire, censurer, contrôler, sans jamais réussir à maîtriser le lieu de la pensée qui pouvait toujours travailler silencieusement contre eux (6).

Le pouvoir actuel peut occuper le lieu de la pensée sans jouer de la moindre contrainte : il lui suffit de laisser agir la privation de sens. Et, privé de sens, l’homme glisse tout naturellement dans l’acceptation servile.

Nous sommes avant tout des citoyens, et il nous faut reprendre le contrôle de nos vies. Nous sommes pris dans un système économique devenu illégitime, parce que prédateur. C’est comme être embarqué dans un bus dont on perdu le contrôle. Un jour, Margaret Thatcher a déclaré : « There is no alternative ». TINA. Traduire : « Il n’y a pas d’alternative au néo-libéralisme ».

Celles et ceux qui nous gouvernent n’autorisent aucun compromis, aucune alternative à l’idéologie néolibérale. Et pourtant… Leur politique est un échec sur tous les points, et ils persistent dans leur fuite en avant. Aujourd’hui, et en raison de l’urgence climatique, un mouvement révolutionnaire s’avère inéluctable. Nous savons que la planète change à une vitesse alarmante et qu’il ne nous reste plus beaucoup de temps.

La littérature et le cinéma peuvent rendre compte des situations d’injustice qui s’imposent dans leur évidence, parce qu’ils correspondent à une forme culturellement reconnue de l’indigne et de l’intolérable. Ils permettent également de révéler en les dévoilant les situations d’injustice ignorées de la conscience collective. Comment se construit un imaginaire partagé de l’inégalité et de l’injustice sociale ? Quels types d’inégalités en sont exclus ? Quels rôles différenciés jouent les discours savants, les paroles ordinaires et les représentations artistiques dans la construction de cet imaginaire commun ?

Aux succès de librairie d’une littérature consolatrice, qui ne s’intéresse aux malheureux que pour susciter une émotion, ce qui, au fond, conforte l’ordre établi, nous préférons les récits qui s’attachent à rendre visible les situations d’injustice négligées. Cela permet de recouvrer une capacité d’indignation souvent perdue ; en présence d’une configuration inégalitaire, ressentie et vécue comme allant de soi, il nous faut retrouver les chemins de la liberté.

Now Tom said « Mom, wherever there’s a cop beating a guy                                                      Where there’s a fight against the blood and hatred in the air                                                   Look for me, Mom, I’ll be there.                                                                                              Wherever somebody’s fighting for a place to stand                                                                  Or a decent job or a helping hand                                                                                          Wherever somebody’s struggling to be free                                                                            Look in their eyes, Ma, and you’ll see me ».

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995.

  1. Moi, Daniel Blake, est un film de Ken Loach, Palme d’Or au festival de Cannes 2016. Après avoir dégringolé d’un échafaudage à cause de son coeur fragile, le héros est confronté à l’absurdité de l’administration : aux yeux des services sociaux, Daniel Blake n’est pas assez malade pour avoir droit à une pension d’invalidité. Et en même temps, son médecin lui a interdit de travailler. Ken Loach nous livre un manuel de survie en milieu hostile. Il filme les laissés-pour-compte avec une énergie qui ne triche jamais, une compassion qui ne fléchit pas.
  2. Une  « éligibilité réduite » est une politique du gouvernement britannique promulguée dans la loi de 1834 sur la modification de la réglementation qui traite des pauvres. De manière générale, moins d’éligibilité est une doctrine qui suggère que le traitement fait aux prisonniers de doit pas être meilleur que celui qui est fait au citoyen moyen à l’extérieur ( Blanc, 2008). Pour que le châtiment soit punitif, les institutions pénales doivent « adopter des régimes nettement plus désagréables que les conditions de vie des couches inférieures de la société libre » ( Garland,1990, p. 94).
  3. Cf. Odenore, L’Envers de la  « fraude sociale ». Le scandale du non-recours aux droits sociaux, Paris, La Découverte, 2012.
  4. Anthony Giddens, The Third Way. The Renewal of Social Democracy, London, Polity Press,1998.
  5. Extrait du texte de Bernard Noël sur la « sensure », lu à la Maison de la poésie, Paris, le 13 janvier 2009. Le terme sensure cherche à rendre compte de la privation de sens. Cette perte est-elle capable de faire advenir une forme de débilité d’autant plus efficace que, pour ses victimes, elle n’est plus qu’une habitude liée au matraquage médiatique incessant ? Il nous faut savoir que la privation de sens est cyniquement planifiée ; cela évite d’avoir à démontrer. C’est d’une perte de vitalité dont il s’agit lorsque l’on est soumis à un défilé d’images insignifiantes qui se substitue au réel. Dans ce jeu des images, l’apparence est la principale marchandise : elle fait acheter du rien, mais elle fait aussi adhérer au rien du spectacle politique. Les images nous font même aimer le rien des postures sentimentales ou érotiques. Le bonheur est une image et l’avenir lui-même en est une autre. C’est la réalité qui, désormais, est en trop.
  6. Voir par exemple, Seul dans Berlin, de Vincent Perez avec Emma Thompson et Daniel Brühl, 2017. Dans le Berlin des années 1940, un couple d’ouvriers dévastés par la mort de leur fils unique, décide de résister au nazisme en semant un peu partout dans la ville des dizaines de cartes postales aux messages qui appellent à la désobéissance civile. Seul dans Berlin est un livre publié en 1947 à Berlin-Est, tiré d’une histoire vraie. Celle de Otto et Elise Hampel, exécutés le 8 avril 1943 à la prison de Plötzensee pour actes de résistance. « C’est l’un des plus beaux livres sur la résistance allemande antinazie », affirmait Primo Levi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.