L’individu souffrant et l’individu triomphant : les deux faces de la postmodernité

La figure de la victime nous rappelle un axiome central ; dans la société moderne, c’est l’individu qui est au coeur des dispositifs politiques. Pour le néolibéralisme, l’individu est un absolu.

La figure du créateur renvoie à l’individu comme puissance : puissance d’agir, de transformer, d’innover. C’est la puissance dont font preuve, dans les représentations collectives, les artistes, les innovateurs et les entrepreneurs. L’individu prime sur le social du point de vue des valeurs ; il prime aussi dans le récit explicatif du monde propre au libéralisme. C’est ainsi que l’individu devient, selon les termes du schéma de Louis Dumont, l’«idée-valeur» fondamentale de l’idéologie moderne (1).

Notre quotidien est envahi par la figure de l’individu : l’individu victime de la fatalité (le mauvais endroit, au mauvais moment), l’individu victime d’injustice, de discrimination, en mal de reconnaissance de la part d’une société qui n’a qu’un seul projet : valoriser les « premiers de cordée ». Mais aussi l’individu et ses joies : le sourire radieux des stars en tous genres, interrogées davantage sur leur ressenti que sur l’oeuvre qu’elles sont venues présenter, l’énergie de l’entrepreneur-innovateur qui, parti de son garage, bouleverse en profondeur nos quotidiens branchés et connectés. Sans oublier la jouissance de la réussite ; celle-ci est d’autant plus grande qu’elle peut être affichée devant les regards fascinés. Des regards que l’on dit « pleins d’étoiles »…

Regardons notre quotidien. Que voyons nous ? Des politiques qui cherchent à séduire l’électeur, des chefs d’entreprises qui veulent capter les « hauts-potentiels », des chefs d’État qui se pressent, avec leur first lady, à tous les G 8 de la planète, des artistes et des stars qui se congratulent mutuellement dans le crépitement des flashs de festivals. Malheur à celui qui en est exclu ! Nous pouvons aussi voir des enfants malades, entourés de leur famille, de médecins et de chercheurs ; toutes ces personnalités qui appellent aux dons du public compatissant.

Mais tous les individus n’ont pas leur place dans ce cortège hétéroclite et flamboyant. Pour certains, un silence gêné s’établit à leur arrivée. Aux ouvriers de Florange, aux employés de La Redoute, aux caissières de Carrefour, aux illettrés de Gad, on ne sait pas trop quoi dire. Leur histoire n’a rien, absolument rien d’une success story, et il est souvent bien tard pour commencer à écrire la leur. Pour la Classe dominante, tous ces gens, ces perdants, ne sont pas des victimes puisque tout est fait afin d’assurer une merveilleuse existence pour tous. Au contraire, en cherchant bien, ne seraient-ils pas eux-mêmes un petit peu responsables de leur malheur ? Trop payés, trop protégés, trop revendicatifs parfois, comment leur entreprise pourrait-elle s’en sortir face à la concurrence internationale ? Comment pourraient-ils être compétitifs, ces inadaptés à la Grande Guerre économique du XXI ème siècle ? (2).

Nous avons là les deux faces de l’individualisme de nos sociétés : la victime et le gagnant, l’individu souffrant et l’individu triomphant.

La théorie néo-classique s’est voulue réponse à la question sociale telle qu’elle s’est posée à la fin du XIXème siècle ; le socialisme, alors en plein essor, a lui aussi tenté d’apporter des solutions. La concurrence est au coeur de la proposition libérale : au delà de la prospérité qu’une concurrence pure et parfaite est censée produire, celle-ci se révèle être le véritable contrat social de la société économique industrielle. De la même façon que le contrat social politique protège l’individu des assujettissements collectifs et de l’abus de pouvoir en provenance de l’État, la concurrence protégerait l’individu de la guerre économique de tous contre tous et des abus des classes dominantes.

Le contrat social politique stipule que chaque individu renonce à recourir à la violence en transférant à l’État le « monopole de la violence légitime » (3). Cette prérogative n’existe qu’à condition que tous fassent de même et que celui qui s’y soustrait, en rompant cette symétrie, soit sanctionné. De même, le contrat social proposé par l’économie néo-classique stipule que chacun se soumet à la concurrence, à condition que tous fassent de même, et que ceux qui s’y soustraient, par l’entente sur les prix par exemple ou par toutes autres pratiques restrictives et déloyales, soient également sanctionnés puisqu’ils commettent une injustice envers ceux qui respectent les règles.

C’est ainsi que l’on va s’employer, dès la fin du XIXème siècle, à tenter de résorber la dissymétrie entre les grands cartels ainsi que les autres monopoles et la multitude des ouvriers : les premiers ayant le pouvoir de se protéger de la pression concurrentielle, au contraire des seconds qui sont obligés d’accepter des salaires très bas, au plus grand bénéfice des premiers (4).

Pour le néolibéralisme, la concurrence ne s’inscrit pas dans cette problématique, bien au contraire : la concurrence est conçue comme une sorte d’état de guerre général, où les individus sont sous la menace constante de perdre la position qu’ils ont acquis, même si c’est un monopole. L’individu est certes un créateur, un entrepreneur et un innovateur, mais il ne se réduit qu’à cela : il n’existe que par la lutte qu’il mène dans l’espace concurrentiel.

Pour la théorie libérale classique, l’individu ne se réduit pas à sa capacité de faire face à la concurrence : celle-ci n’est que secondaire, elle est l’instrument qui permet la sécurité et ne peut jamais être sacrifiée sur l’autel de l’efficacité. Au contraire, selon l’idéologie néolibérale, l’individu ne peut que se soumettre à cette loi implacable : la guerre de tous contre tous !

Dans le monde du chaos engendré par le néolibéralisme, la concurrence est une épreuve à l’issue de laquelle sont révélées la valeur et la vérité, de manière évidente et donc, incontestable (5). Il s’agit de quelque chose que l’on peut définir comme étant « au-delà de l’individualisme ». Car l’individualisme classique n’est pas sans normes et sans devoirs : ces régulations trouvent leur légitimité dans la personne elle-même. C’est le sens de l’autonomie et c’est pourquoi celle-ci n’est pas l’anomie. Cet « au-delà de l’individualisme » ne serait-il pas, par exemple, l’idéologie du riche contribuable qui considère comme une spoliation les impôts qui financent les services publics et tout ce qui fait une Civilisation ?

  1. Louis Dumont, Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil, coll. Essais, 1991. L’idéologie moderne se caractérise par la subordination de la réalité sociale à l’individu, considéré comme un être absolument indépendant et autonome. Cette idéologie distingue les sociétés occidentales des autres, qui, au contraire, subordonnent l’individu à la totalité sociale.
  2. Voir Romanic Godin, La guerre sociale en France, Paris, La Découverte, 2019. Depuis des décennies, l’idéologie néolibérale mène une guerre larvée contre le modèle social français de l’après-guerre. La résistance d’une population refusant les politiques en faveur du capital a conduit à la mise en oeuvre d’un modèle mixte. A partir de la Grande Crise de 2008, l’offensive néolibérale s’est radicalisée, imposant un modèle qui rejette tout équilibre politique et social.
  3. Dans Le savant et le politique, titre donné à un célèbre essai de Max Weber qui contient deux conférences données en 1919, l’une sur « Le métier et la vocation de savant », l’autre sur « Le métier et la vocation de l’homme politique », l’auteur distingue la posture du savant de celle de l’homme politique. Voir Max Weber, Le savant et le politique, Paris, Plon, 1959. Le travail du savant implique une spécialisation rigoureuse afin d’atteindre son but : celui de démontrer la vérité à partir de faits et d’arguments reconnus scientifiquement valables. Loin des idées politiques, la science soit s’en tenir à la neutralité axiologique pour une compréhension intégrale des faits. L’acteur politique est un homme d’action qui agit : il prend position en fonction de ses valeurs tandis que le scientifique analyse les structures politiques : « prendre une position politique pratique est une chose, analyser scientifiquement des structures politiques et des doctrines de partis en est une autre » (p. 144).
  4. Jules Grandjouan (1875-1968) va, à travers l’art, montrer la réalité des rivalités sociales. A la demande du Syndicat national des chemins de fer, il conçoit une affiche où l’on voit comment la gare de la Sainte-Touche sépare nettement le monde en deux : à gauche de l’affiche, de rares individus en sortent, véritables baudruches jaunes gonflées d’or sous le haut-de-forme du capitaliste. Par l’autre porte de cette gare de triage des salaires, s’écoule un flot compact de cheminots visiblement usés par le travail. Pauvrement vêtus, ils avancent d’un pas lourd vers la misère à laquelle les nantis les condamnent. La société industrielle capitaliste, est présentée par Jules Grandjouan sous un double visage : modernité des métiers et hiérarchie des salaires, dignité du producteur et indécence du profiteur. L’image du banquier bedonnant de Daumier ou des gros chez le Zola du Ventre de Paris, sert la cause de la lutte des classes : la direction des réseaux accapare les richesses qu’elle ne produit pas. Elle dévore le travail et engraisse les possédants; elle domine et exploite le peuple de façon illégitime. La grève des cheminots de 1910 débouchera sur des réformes qui vont porter le salaire journalier à cinq francs. Désormais, un statut réglemente les carrières, depuis le recrutement et l’avancement, jusqu’aux congés et aux assurances maladie et accident.
  5.  Voir Pascal Salin, La concurrence, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », Paris, 1995, pp. 89-93.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.