La réalité politique et sociale selon Friedrich Hayek

Connu pour avoir obtenu le prix de la Banque de Suède en sciences économiques (1974), Friedrich Hayek (1899-1992) a souvent été classé comme «ultra-libéral» par ses adversaires. Nous souhaitons, dans cet article, aborder une autre dimension de son oeuvre. Hayek est un auteur majeur de la science politique : en tant que juriste et penseur du droit, il a réfléchit à l’articulation entre l’ordre spontané de la société et l’ordre organisé de l’État. A ce titre, il distingue le droit de la législation.

Le droit, en tant que règle de conduite, a existé dès les débuts des sociétés humaines. Ensuite, est apparue la législation. Le droit est donc antérieur à la législation : aucune société ne peut exister sans droit, c’est-à-dire sans règles communes partagées.

En revanche, les sociétés peuvent exister sans législation : c’est le cas notamment des associations spontanées comme des liens interpersonnels, qu’ils soient familiaux ou amicaux.

Pour Hayek, le droit renvoie à la loi naturelle et la législation, à la loi positive. Il récuse les théories du contrat social et du positivisme juridique. L’idée d’ordre spontané est ce qui se cache derrière l’image de la main invisible. Dans la philosophie de l’histoire de Kant ou de Hegel, celle-ci apparaît comme une laïcisation de la providence, une métamorphose de la théodicée. Idée à laquelle va mettre fin Darwin qui va nous montrer comment, avec la théorie de l’évolution, nous pouvons faire l’économie de la finalité.

Comme aime à le rappeler Hayek avec bien d’autres, l’ordre spontané est le résultat de l’action humaine et non celui d’un dessein humain (1).

Un des plus remarquables traits distinctifs de la pensée de Hayek, c’est la place primordiale qu’il accorde à l’idée d’ordre : cette notion revêt pour lui une dimension épistémologique, étroitement liée à l’existence de la complexité.

C’est parce que les phénomènes sont trop complexes pour qu’on puisse en rendre compte à l’aide de lois, en biologie par exemple, que le concept d’ordre se révèle utile.

L’idée d’ordre spontané signifie que c’est un ordre qui résulte de l’action humaine sans avoir pour autant été voulu : c’est une idée fondamentale puisque, non contente de servir de fondement à la science sociale, elle marque également l’acte de naissance du libéralisme économique. Rien ne doit venir entraver le libre fonctionnement des forces ordonnatrices ; sans doute, l’ordre qui en résulte n’est sûrement pas parfait, mais il serait à la fois vain et dangereux de chercher à exercer sur les phénomènes un contrôle conscient et délibéré, avec pour ambition d’obtenir un résultat plus satisfaisant.

Nous allons aborder l’idée d’ordre spontané telle qu’elle se trouve chez Hayek en procédant en trois temps. D’abord, nous considérerons la notion d’ordre en elle-même et ses liens avec la complexité. Puis nous étudierons l’ordre spontané du marché, encore appelé catallaxie (2). Cette notion permet de comprendre la concurrence comme procédure de découverte, ce qui permet de résoudre le problème général posé par la coordination, phénomène qui se trouve au coeur de toute science sociale. Nous finirons en nous interrogeant sur les différentes façon d’intervenir dans un ordre spontané, ce qui nous permettra de montrer l’intime intimité qu’il existe entre droit et catallaxie : sans mesures légales adéquates, il serait impossible de garantir la bonne marche de l’ordre spontané.

A. Ordre et complexité

C’est avec la biologie que les ordres complexes nous sont vraiment devenus familiers. S’appuyant sur les travaux de Ludwig von Bertalanffy (1901-1972), Hayek montre qu’il existe une parenté entre la notion d’ordre et celles de système ou de structure. Une fois que nous avons renoncé à l’idée de finalité, c’est à l’auto-organisation que nous pouvons faire référence. Si l’action de l’aimant sur la limaille de fer nous donne un premier exemple de ces ordres complexes, l’intérêt de Hayek pour la biologie tient aux rapprochements qu’il effectue avec la théorie darwinienne : évolution et ordre spontané sont « deux idées jumelles » (3).

La tâche fondamentale de la science sociale, comme de la biologie, est d’apporter, chacune dans son domaine, la réponse à une même question : comment rendre compte de la genèse des ordres spontanés ? (4)

Parmi les phénomènes sociaux, l’exemple du langage est particulièrement frappant. La grammaire vise à dégager des régularités observées dans le comportement langagier : les structures qu’elle décrit sont souvent d’une grande complexité, elles sont abstraites en ce sens qu’elles échappent à la conscience du sujet parlant, et elles changent sans que personne ne cherche à les faire changer. La statistique participe au préjugé scientiste : elle prend les phénomènes sociaux « de l’extérieur » : elle ignore la manière dont les éléments qu’elle traite sont structurés, de sortes que « les structures qui intéressent les sciences sociales disparaissent en fait » (SSS, p. 68 ; cf. SPPE, p. 66).

Dès lors, il est acquis que, pour des raisons strictement épistémologiques, une science de la société a besoin du concept d’ordre social (5).

Hayek opère une distinction fondamentale. L’ordre peut être un arrangement : chaque chose est à sa place que l’ordonnateur (extérieur) lui a assigné. Mais l’ordre peut également être dénué d’ordonnateur : il existe simplement des forces ordonnatrices. L’ordre est auto-généré, il est spontané.

Pour mettre en valeur cette opposition, Hayek a proposé d’appeler Taxis l’ordre arrangé et Kosmos l’ordre spontané. Trois grands traits les opposent. L’ordre arrangé est simple, l’ordre spontané est complexe. L’ordre simple est concret, immédiatement perceptible, l’ordre spontané est le plus souvent abstrait et passe donc facilement inaperçu. Enfin ,l’ordre arrangé résulte d’une intention délibérée, alors que l’ordre spontané se produit sans avoir été voulu comme tel.

B. La catallaxie ou ordre spontané du marché

C’est l’ordre spontané du marché qui intéresse avant tout Hayek. Son approche se caractérise par l’importance accordée aux aspects cognitifs du phénomène, le marché étant considéré comme un lieu où s’échangent non pas seulement des marchandises, mais également des informations. En régime de concurrence, les prix, sur un marché, sont des signaux qui transmettent à chaque agent les connaissances dont il a besoin pour adapter ses décisions à celles des autres, lui permettant d’utiliser des connaissance qu’il ne possède pas. Cette théorie de la catallaxie (6) reste sans doute la contribution majeure de Hayek à la théorie économique.

Cette part accordée aux considérations cognitives, qui aboutira à voir dans la concurrence une méthode de découverte – ou, pour parler comme Michel Foucault, à voir le marché comme un lieu de véridiction (7) -, a pris initialement la forme d’une critique de la théorie classique de l’équilibre.

Les prix n’ont pas pour seule raison d’être de faciliter les échanges. Ils ont une fonction plus générale, valable pour tous les agents de la vie économique. Ce sont des panneaux indicateurs qui reflètent, de façon sans doute elliptique, l’état du monde à un instant donné, permettant ainsi à chacun d’étendre sa connaissance au-delà de son environnement immédiat. De même, leur variation reflète l’état du monde, contribuant ainsi à améliorer la réactivité. De cette façon, le système des prix constitue « un appareil qui enregistre automatiquement les effets des actions individuelles, et dont les indications sont en même temps la résultante et le guide de toutes les décisions individuelles ». (8)

La valeur irremplaçable du marché, de la concurrence, vient donc de ce qu’ils offrent une solution simple et inattendue à un problème qu’on pouvait croire insoluble : coordonner sans que personne ne coordonne. C’est presque un miracle, impensable sans l’intervention d’une main invisible.

C. Les conditions de possibilité des catallaxies : théorie de l’intervention.

Dans le cas des interventions à proscrire, nous pouvons distinguer deux aspects : d’une part, la critique du planisme, et d’autre part, le refus général de toute tentative de régulation exogène directe.

Hayek n’est pas hostile à l’intervention de l’État. Tout d’abord, il est demandé à celui-ci de veiller à ce que rien ne vienne entraver le libre exercice des forces ordonnatrices. Ensuite, un ordre spontané ne peut surgir que dans des circonstances spécifiques et l’État doit également imposer aux individus les règles juridiques de conduite qui conditionnent l’existence de l’ordre spontané.

Par exemple, pour que la concurrence continue de pouvoir jouer son rôle, il est nécessaire de défendre le marché contre lui-même en imposant des lois anti-trusts (SPPE, pp. 267-268).

Au-delà de mesures ponctuelles, Hayek va développer une intuition fondamentale : « dans un ordre économique comportant une division du travail très poussée, il ne peut plus s’agir de poursuivre des objectifs communs concrètement perçus, mais il faut se guider sur des règles abstraites de conduite, et il y a un lien étroit entre ces règles et la formation de l’ordre économique ». (9).

L’importance de ces considérations, qui font dépendre le bon fonctionnement du marché d’un certain type de droit et que Hayek résume dans la notion de rule of law (État de droit, Rechsstaaat) (10), vient de ce qu’elles ont une portée beaucoup plus générale.

Avec elles, on sort de la sphère purement économique pour passer dans la sphère juridique, qui vaut pour tous et embrasse l’ensemble de la vie sociale. Le point avait été très clairement formulé par Louis Rougier dans son allocution au colloque Lippmann de 1938 :

« Le régime libéral n’est pas seulement le résultat d’un ordre naturel spontané […] il est aussi le résultat d’un ordre légal qui suppose un interventionnisme juridique de l’État. La vie économique se déroule dans un cadre juridique qui fixe le régime de la propriété, des contrats, des brevets d’invention, de la faillite, le statut des associations professionnelles et des sociétés commerciales, la monnaie et la banque, toutes chose qui ne sont pas des données de la nature, comme les lois de l’équilibre économique, mais des créations contingentes du législateur. Il n’y a dès lors aucune raison de supposer que les institutions légales, historiquement existantes à l’heure actuelle, soient d’une façon définitive et permanente les mieux appropriées à la liberté des transactions. La question du cadre légal le mieux approprié au fonctionnement le plus souple, le plus efficace, le plus loyal du marché a été négligée par les économistes classiques ». (Cité dans Foucault, pp. 166-167)

Autant dire que l’ordre spontané ne suffit pas à fonder le libéralisme. Ce n’est qu’un des deux piliers sur lesquels il repose et, faute d’un droit qui soit là pour l’imposer, cet ordre spontané serait exposé à toute sorte de perturbations, qui risqueraient de compromettre jusqu’à son existence.

Compris ainsi, la finalité du droit ne consiste non pas en commandements spécifiques, mais en règles générales de conduite, qui s’opèrent sur des forces ordonnatrices. C’est dans ce cadre qu’il faut situer le contraste déjà signalé entre abstrait et concret : la règle est générale, abstraite, par opposition au commandement qui lui est particulier, concret.

Pour régler la circulation routière, une solution consisterait à dire à chacun où il doit aller, mais on préfère d’ordinaire établir un code de la route.

Conclusion

Un des traits les plus remarquables du néo-libéralisme est sans conteste la façon dont il a étendu l’analyse économique à des domaines considérés jusqu’alors comme ne relevant pas de sa compétence. C’est ainsi, par exemple, que Gary Becker a interprété l’éducation, ou le système pénitentiaire en termes de marché (11) ; s’est même développée une « market biology », proposant d’appliquer cette même grille d’analyse à l’étude du comportement animal. (12).

Si de telles extensions n’ont pas été le fait d’Hayek lui-même, il en avait posé les principes, puisqu’à ses yeux « l’économiste est fondé à souligner que pour juger de toutes les institutions particulières, l’on doit accepter comme critère leur aptitude à favoriser l’existence et l’amélioration de cet ordre [économique spontané] » (DLL, p. 542).

Dans ce cadre, mention spéciale doit être faite de ce qui concerne le rapport de l’économie à la politique. Il a été établi plus haut que l’ordre spontané du marché ne pouvait fonctionner en dehors d’un cadre juridique approprié. Il ne suffit cependant pas que le gouvernement soit requis d’utiliser la force contraignante du droit pour assurer « la préservation d’un ordre de marché efficient » (SPPE, p. 267).

Les institutions politiques elles-mêmes sont redevables de l’analyse économique, de sorte qu’au terme, on a :

                                « un État sous surveillance du marché                                          plutôt qu’un marché sous surveillance de l’État » (13)

  1. Cf. B.E. Harcourt, The Illusion of Free Markets. Punishment and the Myth of Natural Order, Harvard U.P, 2011, pp. 128-131.
  2. Une catallaxie est un néologisme proposé par Friedrich Hayek : « L’espèce particulière d’ordre spontané produit par le marché à travers les actes des gens qui se conforment aux règles juridiques concernant la propriété, les dommages et les contrats » in Friedrich Hayek, Droit, législation et liberté, 2ème partie : Le mirage de la justice sociale, p. 532.
  3. Cf. The Theory of Complex Phenomena, in « Studies in Philosophy, Politics and Economics » (désormais SPPE), chap.2. La plupart des textes de Hayek traitant de l’ordre spontané ont été recueillis dans le volume XV de ses Collected Works : The Market and Other Orders, Br. Caldwell (éd.), Chicago, University Press of Chicago, 2014.
  4. Cf. Scientisme et sciences sociales (désormais SSS), Paris, Plon, 1957, p. 136.
  5. Sur le sujet, on peut utilement consulter Auguste Comte, Cours de philosophie positive, 50 ème leçon intitulée « statistique sociale, ou théorie générale de l’ordre spontané des société humaines ». Voir également Robert K. Merton, « The Unanticipated Consequences of Purposive Social Action » American Sociological Review, Volume I, 6 (décembre 1936).
  6. Du grec katallattein : échanger, mais aussi admettre dans la communauté, faire d’un ennemi un ami. Catallactique a ainsi servi à désigner la science qui étudie l’ordre des marchés.
  7. « Le marché doit être le révélateur de quelque chose qui est comme une vérité […] Les prix, dans la mesure où ils sont conformes aux mécanismes naturels du marché, vont constituer un étalon de vérité qui va permettre de discerner dans les pratiques gouvernementales celles qui sont correctes et celles qui sont erronées » in M. Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard, 2004, p. 35.
  8. F. Hayek, La route de la servitude, Paris, Presses Universitaires de France, 1985, p. 42.
  9. F. Hayek, Droit, législation et liberté (désormais DLL), Paris, Presses Universitaires de France, 2007, pp. 896-897.
  10. Voir M. Foucault, op.cit, pp. 173-181.
  11. ibid., pp. 249-264.
  12. R. Noé, J. van Hooff & P. Hammerstein (eds.) : Economics in Nature : Social Dilemmas, Mate Choice and Biological Markets, Cambridge, Cambridge U.P., 2001.
  13. M. Foucault, op. cit., p. 120.

1 réflexion sur « La réalité politique et sociale selon Friedrich Hayek »

  1. Bonjour.
    Je viens de découvrir vos carnets. Ils sont passionnant.
    Etant intéressé à la question de la crise écologique et sa relation avec l’activité économique, je me pose la question de l’adéquation de la pensée de Hayek au capitalisme dont nous observons les ravages (Et que vous avez dénoncés par ailleurs).
    Certes la capitalisme se réclame de cette pensée mais n’est-il pas à l’exact opposé de ce que Hayek préconisait? N’assiste-t-on pas à la suprématie d’ oligopoles qui altèrent profondément le fonctionnement pur et parfait du marché que Hayek appelait de ses vœux? Hayek n’aurait-il pas dénoncé le capitalisme tel qu’il se manifeste actuellement au nom de l’absolue nécessité de la concurrence? Hayek, lui que certains ont prétendu être opposé à l’intervention de la puissance publique n’aurait pas fait appel à elle pour assurer les conditions de cette libre concurrence désormais de plus en plus mise à mal? Enfin, pour en revenir à l’objet de ma réflexion, la crise écologique, Hayek n’aurait-il pas déploré le fait que la puissance publique se montre incapable de la résoudre ou aurait-il jugé qu’elle est dans l’ordre naturel des choses?
    J’en arrive à me demander si on n’a pas déformé et instrumentalisé la pensée de Hayek pour justifier des comportements délétères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.