Émeutes urbaines : une crise de la mobilité ?

                              « Is it just me or is it getting out here ? »                                                           « Je me fais des idées ou c’est de plus en plus la folie ? » 

Arthur Fleck avant qu’il ne devienne le Joker, film de Todd Philipps, 2019

* * *

« Des tensions refoulées éclatent soudain en manifestations de colère massives, plus puissantes qu’aucun des tremblements de terre qu’à souvent connus mon pays ».C’est ainsi que s’exprime Camila Russo, une jeune journaliste chilienne.

Si des troubles comparables ont lieu, en ce moment, dans bien des villes du monde, ce n’est pas ce qu’on pouvait attendre du Chili. Un phare de stabilité, un pays bien élevé où plus rien ne se passe. Mais « le fait que cette colère se mette à flamber à travers l’un des pays les plus tranquilles des Amériques est peut-être le signe qu’il y a quelque chose de pourri jusque dans ses fondations », ajoute la journaliste.

« Reprendre le contrôle »

Pour bon nombre de chiliens, la classe gouvernante est fermée sur elle-même. Le peuple a le sentiment qu’elle favorise ses propres intérêts : le fossé de la méfiance s’est élargi. Les gens veulent « reprendre le contrôle ».

Le mot est lâché. Cette aspiration à reprendre le contrôle, voilà le point commun qu’on peut trouver à toutes une série de colères, exprimées ces dernières semaines dans les rues de bien des villes (1). Même en faisant beaucoup d’efforts, on serait bien en peine de trouver un autre dénominateur commun à ces embrasements, à ces flambées de violence.

L’Âge de la colère (2), c’est une guerre civile mondiale caractérisée par deux traits majeurs : l’individualisme et le mimétisme appropriatif. Brexit, élections de Donald Trump, populismes européens, nationalismes en Inde, en Turquie, en Iran, en Chine ou en Russie. Terroristes islamistes, tueurs de masse, etc. Les exemples ne manquent pas. Les individus révoltés du XXI ème siècle sont innombrables : un phénomène amplifié par les réseaux sociaux, les crises migratoires et une instabilité économique globale.

Pour comprendre les colères qui déferlent sur la planète, il est utile de revenir aux Lumières, au moment où se met en place le projet moderne et où surgit un conflit entre Voltaire et Rousseau.

Les Lumières sont souvent présentées comme l’avènement d’une société fondée sur l’indépendance individuelle, la raison, la démocratie et le commerce. Mais les choses sont bien plus complexes. Le conflit entre Voltaire et Rousseau permet de comprendre l’ambivalence des Lumières.

Voltaire était fils de notaire, membre de la nouvelle élite intellectuelle, urbaine et cosmopolite, considérant la Bourse de Londres comme un symbole de tolérance. Il entendait imposer la modernité et le progrès par le haut, en conseillant les souverains de son temps : Frédéric II de Prusse ou Catherine de Russie. Il était prêt à accepter les inégalités pourvu que l’élite puisse participer à la nouvelle société commerciale et que l’Église et les masses superstitieuses soient soumises.

En face, Rousseau était un plébéien issu d’une zone semi-urbaine, qui s’est senti ostracisé par les élites urbaines. Il décrit très bien les sentiments contradictoires de fascination et de révulsion que lui inspire cette société nouvelle, censée reposer sur la poursuite par chacun de son intérêt rationnel, mais en réalité, fondée sur la comparaison et l’amour-propre (3). Conscient que le désir de reconnaissance était plus important que les motivations économiques, il condamne l’hypocrisie d’une société commerciale fondée sur la division des classes et promeut une révolte au nom de l’authenticité et de l’égalité. Rousseau est le père de toutes les révoltes contre la modernité.

Deux ans avant de publier ses étonnants Carnets du sous-sol (4), Fédor Dostoïevski, dans sa tournée en Europe occidentale, voyait déjà une société dominée par la guerre de tous contre tous, où la plupart étaient condamnés à être les éternels perdants. A Londres, en 1862, visitant l’Exposition internationale au Palais de Cristal, il eut une illumination : « Vous prenez conscience d’une idée colossale […] qu’il y a ici la victoire et le triomphe. Vous commencez même vaguement à avoir peur de quelque chose ». Dostoïevski prenait conscience de comment la civilisation matérialiste était tout autant renforcée par son self-love que par sa domination militaire et maritime.

Le chemin était tracé pour que la colère des mendiants commence à déconstruire le Palais de Cristal, même si, comme nous le rappelle Pankaj Mishra, « Les intellectuels du Caire, de Calcutta, de Tokyo et de Shanghai lisaient Jeremy Bentham, Adam Smith, Thomas Paine, Herbert Spencer et John Stuart Mill », pour comprendre le secret de la bourgeoisie capitaliste alors en pleine expansion. Et ceci après que Rousseau, en 1749, eut posé la pierre angulaire de la révolte moderne contre la modernité, aujourd’hui éparpillée dans un désert où les échos se répondent : le Palais de Cristal est à présent implanté dans des ghettos luisants partout dans le monde.

La haine des élites dirigeantes

Que partagent les manifestants de Hong Kong et de Barcelone ? Ceux de Beyrouth et de Santiago ? Ceux de la Paz et de Quito ? Chaque cas est particulier. Ici, on entend défendre ses libertés locales contre les intrusions d’un pouvoir autoritaire et lointain (Hong Kong). Là, on est révolté contre le trucage des élections (Bolivie). A Beyrouth, on est exaspéré par la corruption et l’incompétence du pouvoir. Alors que les conditions de vie s’aggravent, on apprend que le Premier ministre, Saad Hariri, a fait cadeau de seize millions de dollars à un mannequin sud-africain dont il était épris… Et à Barcelone, l’aspiration à l’indépendance catalane d’une partie de la population exaspère.

Chaque cas est particulier, et cependant, il semblerait que ces différents mouvements de masse soient animés par une même dynamique. Jeffrey Sachs, de l’Université Columbia, propose une analyse originale de ces mouvements. Il fait observer que, dans l’ensemble, ils concernent des villes riches.

Le Chili est, de loin, le pays le plus riche de l’Amérique latine. La Catalogne, la région la plus riche d’Espagne. Et les salaires de Hong Kong font rêver bien des Chinois. Quant à la France, le PIB par habitant nous classe au 29 ème rang mondial.

Mais, souligne Jeffrey Sachs, le sentiment de liberté personnelle, l’impression de pouvoir choisir son parcours de vie apparaissent, dans tous ces pays, en net décalage avec leurs niveaux de richesse (5). Si l’on considère cette dimension d’un point de vue statistique, la France est classée 69 ème et le Chili 98 ème, selon un sondage Gallup… Un ressenti très éloigné de leurs performances économiques.

Dans les grandes métropoles de l’archipel mondialisé, les jeunes ont découvert que leurs salaires ne leur permettaient plus de se loger décemment dans les centres-villes. Comme beaucoup de gens, ils ont été chassés par le prix des loyers vers les périphéries. C’est pourquoi ils dépendent de façon vitale des transports, qu’ils soient publics ou privés. Tout renchérissement, même minime, de leurs coûts est ressenti, de ce fait, comme une agression insupportable (6).

Pour Jeffrey Sachs, le point commun à la plupart de ces insurrections, c’est une crise de la mobilité. Tant géographique (pouvoir de se déplacer librement), que sociale (pouvoir gravir librement l’échelle sociale). Or, les échelons supérieurs semblent aujourd’hui monopolisés par une élite qui a trouvé les moyens de son auto-reproduction. C’est ce qu’ils appellent : la Gouvernance.

Joker, un film qui nous regarde droit dans les yeux

Pauvre, handicapé, agressé, humilié, Arthur Fleck, avant de devenir le Joker, va basculer dans une folie meurtrière et vengeresse, à la suite d’une série d’injustices qui ne justifient certainement pas ses actes, mais qui sont le produit d’une société. Et pas seulement américaine. Le produit d’une déréalisation générale, doublée d’une casse sociale.

Le Joker est le symbole des perdants, des méprisés et des écrasés. Figure lointaine du fou des fêtes médiévales ou des marginaux de Victor Hugo, broyés par le système des puissants.

Le Système, ce mot si contemporain, est une expression que l’on retrouve dans ce Joker en écho aux mouvements de contestation. Et à voir l’insurrection entre la police et les médias, le pillage des magasins et la guerre aux « riches » qui l’ont bien mérité (You get what you fucking deserve), le film dessine, en creux, la métamorphose d’un climat sur le point de dégénérer.

Ce n’est pas un appel au soulèvement. C’est plutôt comme une petite voix qui nous dit, de l’intérieur : soyons conscients et ne laissons plus ce monde se défaire (7).

La rébellion des classes moyennes marque un tournant historique, notamment pour les démocraties dont elles constituent le socle sociologique et politique. Leur décomposition, sous l’effet de la mondialisation, de l’ubérisation et de la robotisation, représente une menace de tout premier ordre. Si la violence est condamnable, le désespoir qu’elle exprime doit être entendu. La solution n’est certainement pas dans la répression ou dans le pourrissement, option retenue par la plupart des pouvoirs contestés qui n’ont rien vu venir.

Les mesures d’urgence pour annuler les hausses de taxes, rétablir la justice fiscale, améliorer l’accès aux services de base, lutter contre la corruption, normaliser le statut des gouvernants, si elles sont indispensables, ne suffiront pas. Le modèle de la mondialisation libérale est désormais caduc.

Aux fins de désarmer la colère des classes moyennes et leur rendre confiance et espoir, les démocraties n’ont d’autres choix que d’engager des politiques en rupture avec les pratiques actuelles. Rien ne sera possible sans un encadrement strict du pouvoir économique dans les élections ; la restauration de l’impartialité de l’État et du jeu des contre-pouvoirs, qu’il s’agisse de la justice, des banques centrales ou des médias ; la régulation du capitalisme de rente et de prédation. Sans oublier la garantie de l’accès à l’éducation, à la santé et aux services de base en tout point du territoire.

Dans son très beau roman, Des châteaux qui brûlent (Verticales, 2017), Arno Bertina décrit les salariés d’un abattoir de poulets en Bretagne broyés par l’économie de marché et qui, à force de subir l’injustice, n’ont plus d’autre réponse que celle de la faire changer de camp. Ils s’en prennent à un innocent, en l’occurence, un secrétaire d’État qui vient, pour la troisième fois, leur rendre visite. Le politique de Paris n’a pas de solution pour répondre à la situation économique devenu catastrophique. Pas plus que ceux de là-bas n’en ont, d’ailleurs. Alors, ils le séquestrent.

C’est un livre de révolte, radical, déterminé, gorgé de peur et de sueur qui, sans la justifier, dit la source de la violence. Une radiographie de la société, surtout ; un réel méconnu et méprisé, qui dérange et bouscule. Ce roman est une démonstration de ce que peut faire la fiction quand elle est maîtrisée : exhiber l’humanité, son corps exploitable, son coeur exploité, son inhumanité.

  1. Pankaj Mishra, L’âge de la colère. Une histoire du présent. Zulma, 2019. En remontant à Rousseau, aux Romantiques allemands, aux anarchistes russes, l’auteur, un des intellectuels les plus percutants du monde anglo-saxon, relie tous les mouvements de colère, du XVIII ème siècle à nos jours sous l’angle du ressentiment et de toutes les promesses non tenues de la modernité.
  2. Le mardi 4 décembre 2018, la directrice du FMI, Madame Christine Lagarde, a lancé un vigoureux appel à un renouvellement de la coopération internationale, craignant un   « Âge de la colère » où les inégalités pourraient surpasser celles de l’ «Âge d’or» du capitalisme au XIX ème siècle. C’est au sein de la prestigieuse Bibliothèque du Congrès à Washington que la directrice générale du Fonds monétaire international a préconisé un tout nouveau système de taxation internationale. « Les entreprises ont maintenant une présence planétaire, mais les gouvernements n’ont pas trouvé la bonne réponse fiscale », dénonçant les stratégies d’optimisation fiscale qui laissent « trop de recettes d’impôts sur la table ».
  3. Cf., Adam Smith, Théorie des sentiments moraux, Paris, Presses Universitaires de France, mai 2014, 3ème édition. Il s’agit de considérer ses actions en les jugeant à travers le regard de l’autre et de la manière dont il pourrait les considérer extérieurement. C’est à travers le miroir de l’autre que l’on est à même de juger de ses propres actes et ainsi, que l’on est à même de les approuver ou de les désapprouver. Ce qui va, d’après Adam Smith, exercer une forte influence sur notre conduite, nous encourageant davantage à développer nos vertus plutôt que nos vices. Tout esprit bien formé préfère naturellement être aimé et admiré, plutôt que haï ou blâmé. Mais il ne peut en être pleinement satisfait, sauf à être frivole ou superficiel, qu’en ayant le sentiment d’en être digne.
  4. Fédor Dostoïevski, Les Carnets du sous-sol, Paris, Babel, 1992. C’est l’histoire d’un homme reclus sur lui-même qui se réfugie dans un sous-sol pour ne plus se confronter au monde. Il désespère de la vanité des hommes autant que de la sienne, incommensurable. Il conspue l’humanité qui ne cherche qu’avancement, confond le rang pour l’esprit, et ne croit qu’en une seule vérité : celle de l’argent. Il se déteste autant qu’il déteste les autres et n’arrive pas à trouver l’amour. Et quand il le trouve, il le rejette immédiatement pour faire bien, par pur intellectualisme, pour faire comme dans les livres. C’est le grand frère de Jean-Baptiste Clamence, le juge pénitent de La chute d’Albert Camus, c’est le premier anti-héros de la littérature moderne. Acariâtre et méchant, intelligent et ridicule, il arrive pourtant à nous toucher : « Je suis un homme malade… Je suis un homme méchant ».
  5. Cf., Jeffrey D. Sachs,  « Pourquoi les villes riches se rebellent », in Project Syndicate, 22 octobre 2019. Chaque mouvement de protestation a ses propres facteurs locaux, mais, pris ensemble, ils racontent l’histoire de ce qui peut arriver lorsque le sentiment d’injustice se mêle à la perception répandue d’une faible mobilité sociale.
  6. Le mouvement des Gilets Jaunes est né de l’annonce d’une hausse modeste du prix du carburant. Au Chili, l’augmentation très faible du ticket de métro est à l’origine des émeutes urbaines. En Equateur, c’est la fin des subventions de l’État au prix du carburant qui a provoqué les troubles. Il est intéressant de noter que, tant à Hong Kong qu’à Barcelone, les manifestants ont bloqué les aéroports.
  7. C’est déjà ce à quoi Albert Camus a fait référence dans son discours de réception du prix Nobel de littérature, à Stockholm, le 10 décembre 1957 : « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.