L’expansion chinoise : une appropriation des bénéfices de la mondialisation par la structure étatique

Un des postulats majeurs de ces dernières décennies est de présenter la mondialisation comme dépossession de l’Etat de sa souveraineté effective et de ses capacités d’intervention.

Pour les libéraux, on serait ainsi passé de l’Etat national moderne et des relations internationales fondé par les traités de Westphalie de 1648, à une configuration “postmoderne” caractérisée par le déplacement du pouvoir des acteurs privés et des institutions dites de “gouvernance globale”. 1.

L’exemple du développement à marche forcée de la Chine nous donne à voir une toute autre réalité des possibilités offertes par la mondialisation.

S’il est vrai que la constitution d’un marché mondial a provoqué des pressions systémiques affectant tous les Etats, force est de constater que les trajectoires de développement ont pris des formes différentes.

De nombreux pays du “Sud global” conservent une position subalterne dans la nouvelle division internationale du travail. Que ces pays soient des sources de matières premières comme par exemple l’Afrique subsaharienne, ou des fournisseurs de main-d’oeuvre comme le sont les Philippines, le Mexique ou encore le Bangladesh, ils se trouvent cantonnés à des activités à faible valeur ajoutée : textile, assemblage électriques ou électroniques dont les composants à plus forte valeur ajoutée sont fabriqués dans d’autres noeuds des chaînes de production transnationales.

La structure du lien d’allégeance se retrouve également à l’oeuvre entre entreprises dominantes et entreprises dominées. Un cas particulièrement monstrueux permet de saisir la réalité de ce phénomène : celui du drame du Rana Plaza et des suites qui lui ont été données. Les faits sont connus : une entreprise bangladaise de confection installée dans la banlieue de Dacca, fournissait de nombreuses marques occidentales en vêtements bon marché. Le 24 avril 2013, l’immeuble dit Rana Plaza, où était installée cette entreprise de confection, s’est effondrée, faisant 1 133 morts, très majoritairement des ouvrières, et 2 000 blessés dont de nombreux handicapés à vie. Voir Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, pp. 385-405.

Mais l’incorporation dans l’économie capitaliste nouvellement mondialisée a produit des résultats différents selon l’existence de communautés politiques et de systèmes institutionnels distincts, historiquement constitués. Certains Etats développeurs ont pu, et su exploiter le marché mondial et canaliser les flux transnationaux à des fins de développement endogène. Les exemples du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de Singapour et dans une moindre mesure, de la Malaisie témoignent de leur capacité à tirer profit de la mondialisation pour renforcer leur autonomie internationale et affirmer leur souveraineté.

La Chine est emblématique de cette configuration. L’Empire du Milieu a sut éviter l’écroulement de son économie à l’image de ce qu’à connu l’URSS à la fin des années 1980 suite à une longue période de déclin économique et d’une crise de légitimité qui ébranlèrent le parti et l’Etat.

Le parti-Etat chinois s’est donné les moyens de gérer efficacement la transition du totalitarisme mis en place par Mao Tsé Toung vers un “autoritarisme rationnel” 2, et d’une économie de commande autarcique à une économie de marché dirigée, graduellement intégrée aux marchés régionaux, puis globaux.

Cherchant une troisième voie entre le capitalisme occidental et le système de planification impérative de la période maoïste, le pouvoir s’est tourné vers les Etats développeurs capitalistes de la région qui prospérèrent pendant la guerre froide et connurent une mobilité économique ascendante extraordinaire.

Deng Xiaoping visita le Japon et Singapour en 1978 et fut frappé par les résultats engrangés par ces Etats. Tirant tous les enseignements de ces exemples, les planificateurs chinois adoptèrent sélectivement les approches et les expériences japonaises “largement perçues comme plus proches et compatibles avec le contexte chinois”. 3, que la trajectoire occidentale.

Le président Hu Jintao et son premier ministre Wen Jiabo (2003-2013) mirent en place une politique industrielle nationale ambitieuse, avec des programmes pluriannuels multisectoriels centralisés et un “énorme effort d’orientation et de coordination complètes de la modernisation industrielle et technologique de la Chine”. 4.

Grâce à la création d’un important réseau d’institutions de recherche et de développement, la Chine occupe désormais le quatrième rang des pays de l’OCDE pour le nombre de brevets déposés. Si “la Chine n’a pas encore approché la parité avec les grands pays producteurs de science dans la recherche scientifique de base”, note la Fondation nationale des sciences des Etats-Unis, on ne peut que constater “la rapidité sans précédent de l’émergence de ce pays comme acteurs majeur” scientifique et technologique. 5.

Logiquement, la Chine gravit l’échelle de la valeur : la part de la valeur ajoutée produite sur place augmente régulièrement. En 2014, Gary Gereffi, un des meilleurs spécialistes des chaînes de valeur globales et de la transformation de la production, notait : “Les pôles de croissance les plus dynamiques de l’économie mondiale sont constitués par un nombre grandissant de puissances montantes qui combinent des marchés nationaux relativement importants, une main-d’oeuvre qualifiée, des producteurs capables et une poussée vers l’innovation autochtone”. 6.

Ces pays ont non seulement progressé dans la chaîne de valeur, mais sont également passés d’une industrialisation fondée sur la demande externe à des approches centrées sur les marchés intérieurs et régionaux. Pour diversifier les sources de financement de son commerce et s’autonomiser graduellement par rapport au dollar, la Chine s’est employée depuis quelques années à internationaliser sa monnaie, le renminbi ou yuan.

La Chine va pouvoir ainsi réaliser son projet plus que centenaire de modernisation en s’appuyant sur un Etat développeur fort, héritier d’une longue construction bureaucratique. Contrairement à des pays plus vulnérables dans lesquels la puissance publique s’est cantonnée “au rôle d’agent d’ajustement de l’économie nationale aux exigences de l’économie mondiale” 7, l’Etat chinois a su, avec des réussites diverses et moyennant des coûts sociaux et environnementaux élevés, intégrer celle-ci tout en garantissant son autonomie.

Si cette expérience nous apparaît difficilement reproductible, elle n’en offre pas moins un champ de réflexion important sur les rapports entre l’Etat et la mondialisation.

 

  1. Voir par exemple, T. Risse (sous la dir. de,) Governance without a State ? Policies and Politics in Areas of Limited Statehood, Columbia University Press, New York, 2011.
  2. Selon l’expression de Peter Nolan dans Transforming China : Globalization, Transition and Development, Anthem Press, Londres, 2004.
  3. S. Heilmann et L. Shih, The rise of industrial policy in China, 1978-2012, Harvard-Yenching Institute Working Paper series, 2013.
  4. Heimann et Shih, op. cit.
  5. National Science Foundation, Asia’s rising science and technology strength : Comparative indicators for Asia, the European Union, and the United States, Arlington, mai 2007.
  6. G. Gereffi, “Global value chains in a post-Washington consensus world”, Review of International Political Economy, vol. 21, n° 1, Abingdon, 2014.
  7. G. Chin, “Between outside-in and inside-out : The internationalization of the Chinese state”, dans David Zweig et Chen Zhimin (sous la dir.de), China’s Reforms and International Political Economy, Routledge, New York, 2007.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.