Le monde demeure potentiellement dangereux

« Un prince doit n’avoir d’autre pensée ni d’autre art que celui de la guerre et de l’organisation qui s’y rapporte. »

Nicolas Machiavel, Le Prince, publié en 1532.

En octobre 2017, paraissait en France, aux éditions Les Arènes, la traduction du livre de Steven Pinker publié en 2011 intitulé : La part d’ange en nous : histoire de la violence et de son déclin. L’auteur, professeur de psychologie à Harvard, fait porter ses recherches sur la cognition et la psychologie du langage. Son ouvrage a fait sensation aux États-Unis : preuves à l’appui, Steven Pinker démontre que nous vivons l’époque la moins violente, la moins cruelle et la plus paisible de toute l’histoire de notre espèce. Que ce soit la violence intra-familiale, entre groupes ethniques et entre États.

Son livre pose également d’importantes questions : les êtres humains sont-ils essentiellement bons ou mauvais ? Le XX ème siècle a-t-il connu un progrès ou un effondrement moral ? Avons-nous des raisons d’être optimistes quant à l’avenir ? Il aborde également une foule d’interrogations plus spécifiques : que devons-nous au siècle des Lumières ? Les tendances agressives sont-elles héréditaires ? Sommes-nous de plus en plus intelligents ?

Une charge contre le « pessimisme culturel »

Contestant l’idée si répandue que le monde est gangrené par les catastrophes, l’ouvrage est une charge contre la tendance qu’ont nombre d’intellectuels de faire passer leur ressentiment avant les faits. À gauche, Steven Pinker fustige les soi-disant progressistes qui n’aiment pas le progrès, ont troqué la lutte des classes contre celle des groupes identitaires et refusent d’admettre que le libéralisme a bien plus fait pour l’humanité que les idées romantiques (1). À droite, il s’en prend aux Cassandres civilisationnelles, incapables par exemple de voir que les valeurs des Lumières attirent une frange grandissante des populations des pays musulmans. Ce qui ne signifie pas que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Un grand nombre d’intellectuels, de critiques, d’éditorialistes ou d’universitaires en sciences humaines détestent l’idée même de progrès. Ceux-là mêmes qui se désignent comme          « progressistes » haïssent en réalité le progrès. Bien sûr, tous en profitent largement et aucun d’entre eux n’échangerait son ordinateur contre une plume d’oie, ni même ne serait prêt à passer au bloc opératoire sans anesthésie.

Toutes les horreurs qui ont défigurées le XX ème siècle ne prennent pas forcément leur source dans la philosophie des Lumières. Les Lumières se voyaient comme une élite avancée, oeuvrant pour le progrès du monde avec pour projet l’épanouissement de tous les êtres humains et l’élimination de leurs souffrances. Ce n’était clairement pas l’objectif des grands totalitarismes. Les nazis croyaient en une sorte d’utopie, un III ème Reich qui devait durer mille ans. Ils étaient antilibéraux et voulaient le retour d’un âge d’or, imaginé comme une supposée pureté tribale fondée sur une vie païenne prémoderne. Pour les communistes, c’est la classe qui prédomine l’individu : la Kolyma, dans les froideurs de l’Extrême-Orient russe, est un nom à jamais associé au martyr de plusieurs millions de victimes. Un voyage au bout de l’effroi, un voyage au bout de l’enfer (2).

Pour ces deux totalitarismes, la violence est légitime : ni les nazis, ni les communistes n’ont été inspirés par des penseurs des Lumières comme Hume, Montesquieu ou Diderot. La seule influence, peut-être, est celle de Rousseau.

Steven Pinker tend à démontrer, à l’aide d’une batterie de statistiques, que l’humanité n’a jamais été aussi pacifique qu’aujourd’hui. Que nous traversons une période de paix sans précédent dans l’histoire. Et que le spectre de la guerre s’éloigne chaque jour un peu plus. Ce disciple des Lumières est un optimiste qui croit aux progrès de la Raison. Mais peut-on véritablement afficher un tel optimisme ?

Barack Obama témoignait lui aussi d’une telle foi en l’avenir. Dans son discours aux Nations-Unies de 2016, il a déclaré : « Notre ordre international a obtenu un tel succès que nous tenons pour acquis que les grandes puissances ne se combattront plus dans des guerres mondiales, que la fin de la Guerre froide a dissipé l’ombre de l’Armaggedon nucléaire. Les champs de bataille en Europe ont été remplacés par une union pacifique » (3).

Du Grand désordre mondial

En réalité, la situation géopolitique n’a jamais été aussi dangereuse depuis les années 1930. Les États-Unis d’Amérique ont engagé une guerre commerciale, technologique et monétaire avec la Chine. En Asie, Pékin renforce sa pression sur Taïwan, poursuit l’annexion de la mer de Chine (4) et utilise la crise coréenne pour obtenir le départ des troupes américaines de Corée du Sud, décrédibilisant de fait la dissuasion élargie qui fonde la garantie de sécurité apportée par les États-Unis à leurs alliés. Au Moyen-Orient, le retrait des États-Unis de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien débouche sur une escalade militaire, la guerre civile syrienne et les conflits religieux s’élargissant en un affrontement direct entre les puissances régionales, notamment entre Israël et l’Iran. En Europe, la Russie renforce sa pression sur les frontières orientales de l’Union.

Dans un récent essai (5), Thomas Gomart, historien et directeur de l’Institut français des relations internationales (IFRI), fait un constat accablant : plus rien ne semble pouvoir réguler la bonne marche de la planète. Ruptures d’accords, alliances fragilisées, affaiblissement des démocraties libérales, basculement géo-économique vers l’Asie (6), menaces nationalistes, risques écologiques, politique du tweet… Le monde serait-il devenu incontrôlable ? Dans un espace limité et interconnecté, puisque telle se donne à voir notre planète, coopération et confrontation sont désormais indissociables. Et  si la mondialisation a modifié la répartition de la richesse et facilité la mise en réseau, elle n’a nullement effacé les rapports de puissance. Au contraire, il semblerait bien qu’elle en accentue les effets.

  1. Cf., Mark Lilla, La gauche identitaire. L’Amérique en miettes, Paris, Stock, coll. Essais-Documents, 2018. Pour l’auteur, professeur de littérature à l’Université Columbia de New York, la gauche américaine s’est enfermée dans le piège de la politique des minorités, au point d’abandonner toute notion de bien commun et de diviser profondément la société. C’est sur les campus universitaires que l’évolution a été la plus radicale : « le nouveau moi identitaire se trouve très à l’aise avec le moi néolibéral parce que ni l’un ni l’autre n’ont cure d’un républicanisme jugé comme ringard et désuet. Dans un monde où le capital et le travail traversent les frontières avec la plus grande fluidité, où les hauts fonctionnaires rendent superflus les débats politiques, où les réseaux mettent en contact des personnes isolées à la recherche d’un « like », le mot solidarité n’a guère de sens. »
  2. Thierry Wolton, Histoire mondiale du communisme, tome 1, Les bourreaux ; tome 2, Les victimes ; tome 3, Les complices ; Paris, Grasset, 2015-2017.
  3. Discours à l’ONU du président Barack Obama, 20 septembre 2016. Lors de cette 71 ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, le président américain n’a cessé de relier les problèmes du monde à ceux de l’Amérique d’aujourd’hui. Appelant le monde à embrasser « le progrès et la tolérance, fruit du respect de tout être humain », plutôt que de « reculer vers un monde gravement divisé », il a mis en garde contre la montée d’un « nationalisme agressif ».
  4. Il s’agit des îles Spratleys, des îles Paracels, des îles Pratas, du récif de Scarborough et du banc Macclesfield. En avril 2018, en mer de Chine méridionale, le président chinois Xi Jinping a assisté au plus spectaculaire exercice naval de l’histoire de la République populaire : « le besoin d’édifier une marine forte n’a jamais été aussi pressant », a proclamé celui qui est aussi le chef des armées. Le message est on ne peut plus clair : le temps où la marine chinoise était cantonnée à la défense de ses côtes est bel et bien révolu.
  5. T. Gomart, L’affolement du monde. 10 enjeux géopolitiques, Paris, Tallandier, 2019.
  6. C’est en 2011 que Barack Obama et sa secrétaire d’État Hillary Clinton lancent le projet du « pivot » asiatique, destiné à faire basculer le « centre de gravité » de la diplomatie américaine vers l’Asie-Pacifique, au détriment des Européens. La Chine est toujours le partenaire-adversaire des États-Unis, mais elle a conforté sa place en Asie : signature d’accords de libre échange avec ses voisins, création d’une Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, développement du « collier de perles » dans l’Océan indien, désenclavement continental avec l’ouverture des « routes de la soie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.