La polarisation de l’espace politique : une menace pour les démocraties ?

« En Amérique du Nord comme en Europe occidentale, les citoyens se détournent de la démocratie en nombre de plus en plus important. »

Yascha Mounk, Le Peuple contre la démocratie, 2018.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les démocraties occidentales ont offert le modèle d’une vie politique apaisée. Mais il semblerait que cette période touche à sa fin : une nouvelle catégorie de dirigeants, des hommes forts au verbe enfiévré, ont récemment emporté la majorité et le pouvoir à l’issue d’élections démocratiques. Le phénomène est planétaire : partout où elle brille, la flamme démocratique vacille, voire s’éteint, étouffée par des pratiques et des comportements qui n’ont plus rien à voir avec les traditionnels coups d’État militaires ou les pronunciamentos d’antan.

Les médias sociaux ont fortement contribué à l’émergence de mouvements politiques en dehors des canaux habituels : les printemps arabes, le mouvement Occupy Wall Street, le Tea Party et Donald Trump aux États-Unis, sans oublier les Gilets jaunes en France. Selon l’inclinaison politique de chacun, on peut penser que certains de ces mouvements sont négatifs ou bien positifs : mais tous ont été rendus possibles, voire amplifiés par les réseaux sociaux (1). Ceux-ci ont permis à des gens d’opinion similaire de se retrouver dans une communauté virtuelle qui a amplifié leurs convictions et, finalement, permis de coordonner leur action politique.

Au début des années 2010, la quasi-totalité des individus prenaient leurs informations d’un nombre restreint de sources contrôlées qui pouvaient être relativement impartiales. Aujourd’hui, la situation est devenue beaucoup plus compliquée.

La modernité, selon Descartes et Les Lumières, inscrivait l’individu dans une histoire et dans une quête de liberté fondée sur la raison et garantie par les institutions. Cela a reculé devant ce que l’on appelle la postmodernité (2). Un monde liquide au sein duquel la raison fait place à l’émotion, où l’institution cède devant la foule et où l’histoire se fond avec le présent.

On peut situer le début de cette évolution dans les années 60-70 du côté de la Californie, à travers la combinaison de la révolution numérique de la Silicon Valley, de la révolution cognitive initiée par l’École de Palo Alto et de la révolution néolibérale incarnée par Ronald Reagan (3).

C’est en cela que nous vivons une transformation non pas seulement technique, mais également anthropologique. Une révolution de la même amplitude que l’invention de l’imprimerie au XV ème siècle. Cet élargissement sans précédent de l’éventail des médias et de la communication engendre de nouvelles polarisations. Aux USA, celle-ci a été fortement marquée par le site ultra-conservateur Breitbart news qui a pour ainsi dire notabilisé les fake news et la désinformation (4). En France, la polarisation semble être d’une autre nature : elle se situe entre le monde des médias institués (les médias notables), et la sphère publique en réseaux. Avec cette conséquence, concernant la crise des Gilets Jaunes, que les médias-notables l’ont évoquée tardivement et surtout, toujours du point de vue de ses conséquences pour le pouvoir, le parti de l’ordre et la vie politique installée, alors qu’une frange seulement des médias, souvent alternatifs, s’est intéressée aux valeurs et aux revendications portées par le mouvement (5).

Le retour du peuple

Comment ne pas entendre le message ? Depuis la Grande Crise de 2008, plus le temps passe et plus les électeurs manifestent leur profonde insatisfaction à l’égard des partis de gouvernement traditionnels ; ils sont chaque jour un peu plus nombreux à envisager de donner leur chance à ceux qui proposent des solutions radicales. Les partis qui recueillent l’expression de ces colères ont en commun de tenir l’Union européenne pour responsable de l’état déplorable de l’économie et du marché du travail.

Depuis plus de trente ans, la plupart des pays de l’UE sont gouvernés par des partis de centre droit ou de centre gauche qui partagent la même vision de l’avenir du continent. Ils incarnent un «consensus» idéologique (6) qui a permis de construire le marché unique, de mettre en place l’euro et d’élargir l’UE, sans doute de manière un peu précipitée.

De très nombreux électeurs considèrent à présent que ces politiques consensuelles ont échouées. Les gouvernements néolibéraux se sont avérés incapables de protéger les emplois peu qualifiés des conséquences de la mondialisation et des changements technologiques. Les inégalités explosent et l’euro n’a pas débouché sur la stabilité et la prospérité qui étaient attendues. Un rêve brisé par le «réalisme» technocratique… (7).

C’est pourquoi des «réalignements» politiques et stratégiques sont en cours. Deux exemples nous semblent particulièrement bien éclairer ce qui se joue aujourd’hui : le triomphe de Boris Johnson lors des élections législatives du 12 décembre 2019, et le rideau de fer qui s’est abattu sur le monde de la technologie à travers le conflit sino-américain.

Boris Johnson et la nouvelle fracture mondiale

Jusqu’au bout, la majorité des observateurs a refusé de croire à la volonté des Britanniques de quitter l’Union européenne. Pourtant, en plébiscitant Boris Johnson, ils ont pour la troisième fois apporté leur soutien au Brexit après les Européennes de mai 2019 et le référendum de juin 2016.

Pour le politologue britannique David Goodhart, cette victoire résulte d’un nouveau clivage lié à la mondialisation : celui qui oppose désormais les «Anywhere» et les »Somewhere». Non pas «les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien», mais ceux qui se vivent comme étant « de partout » et ceux qui, au contraire, se sentent « de quelque part » (8). Selon l’auteur, les Anywhere, alors qu’ils ne représentent que 20 à 25 % de la population, ont longtemps dominé la culture et la société. Ils ont une « identité portative », définie par leur réussite universitaire et professionnelle, ce qui leur permet d’être à l’aise dans la mondialisation. Á l’inverse, les Somewhere, qui représentent environ 50 % de la population (les 25 % restants se situent entre les deux, selon Goodhart), sont plus enracinés et attachés aux valeurs traditionnelles. Ils sont «agriculteurs écossais», «mères au foyer de Cornouailles» et autres «travailleurs de l’alimentaire dans le Nord-est». Ce sont les perdants économiques de la mondialisation, victimes de la désindustrialisation et de la dégradation des emplois non qualifiés. Les perdants culturels, aussi, du fait de la disparition de l’imaginaire ouvrier et de l’insécurité provoquée par l’immigration de masse.

Il serait toutefois bien hasardeux de les caricaturer : ni xénophobes, ni réactionnaires, pour eux l’égalité hommes-femmes et le respect des minorités vont de soi. Ils sont libéraux dans le sens où ils sont favorables aux libertés individuelles et à l’État de droit. Cependant, ils ne se reconnaissent pas du tout dans la posture du « bobo libéral » ou du « capitaliste hippie » à la GAFAMN, dont l’ancien premier ministre travailliste Tony Blair a longtemps été l’archétype, rejoint en cela par tous les thuriféraires de l’ordre spontané du marché, fondé sur une concurrence pure et parfaite. Voir, par exemple, la  théorie des jeux telle qu’elle est décrite par Hayek dans The Fatal Conceit.

Leur vote Brexit ne traduit pas un rejet de la démocratie : au contraire, ils demandent un         « rééquilibrage de la démocratie » cette fois en leur faveur. « Profitons du choc du Brexit et de la sortie de l’UE, suggère David Goodhart, pour trouver un nouveau compromis, plus stable, pour réconcilier ces deux parties de l’âme politique britannique ». En rupture avec le mondialisme et l’individualisme néolibéral immodéré, l’auteur défend un « populisme décent », fondé sur un patriotisme et un libéralisme modérés.

Le conflit sino-américain : un risque systémique pour la mondialisation ?

Rideau de fer technologique, Yalta des télécoms, Balkanisation d’internet : la guerre commerciale que se livrent les États-Unis et la Chine a trouvé dans la «tech» son nouveau terrain d’affrontement.

Au Forum sur la gouvernance d’internet qui s’est tenu à Berlin du 25 au 29 novembre 2019, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a fait un constat au goût amer : « Je ressens une énorme frustration à voir que des murs continuent à être construits dans le monde physique, mais qu’il y a aussi une tendance à bâtir un mur dans le monde virtuel pour séparer les gens. »

Pendant trois décennies, les grands groupes de la tech se sont entendus au sein d’organismes de standardisation pour que leurs technologies soient utilisables d’un bout à l’autre de la planète. C’est ainsi que dans les années 2000 et 2010, le chinois Lenovo a pu racheter les activités PC et serveurs d’IBM, puis les smartphones de Motorola, sans aucune difficulté. Aujourd’hui, de telles opérations seraient impossibles. Le temps est venu où chaque camp se dote de ses propres armes : les systèmes d’exploitation et les composants sont au coeur du combat.

Fin 2018, les États-Unis font le choix d’interdire au groupe chinois Huawei de vendre des équipements de réseau pour la 5G sur leur territoire. Le samedi 17 août 2019, sur CNBC, le président Donald Trump déclare : « Je ne veux pas faire affaires du tout avec Huawei, parce que c’est une menace pour la sécurité nationale. »

Pékin a riposté en prenant une série de contre-mesures : l’administration chinoise a jusqu’à 2021 pour se séparer de ses fournisseurs de matériel informatique étranger. Exit Microsoft, HP et Dell. En creux, cela signifie aussi que la Chine dispose, ou va disposer, des ressources nécessaires pour se passer des services de ces géants du numérique.

L’opposition entre les États-Unis et la Chine risque de se traduire par l’émergence de normes incompatibles entre elles. Et cela va avoir de très lourdes conséquences pour les industriels, toutes nationalités confondues. Avec la fragmentation des marchés, le risque est réel de voir les dépenses de R&D être multipliées par deux ou trois, en fonction des blocs opérationnels qui vont émerger suite à la reconfiguration en cours.

Pour l’Europe, il semblerait qu’il soit déjà bien tard.

  1. Cf., François Brochet, Démocratie smartphone. Le populisme numérique de Trump à Macron, Paris, Éditions François Bourin, 2017. L’irruption du smartphone dans l’espace public est riche de promesses : relier les individus, co-construire des programmes, imposer des thèmes négligés par les élus, etc. Cette irruption a également sa face sombre : fausses informations, radicalisation des opinions, violence des échanges, hystérisation du débat public, etc.
  2. Voir Michel Maffesoli, Être postmoderne, Paris, Les éditions du Cerf, 2018.
  3. Cf., Monique Dagnaud, Le modèle californien : comment l’esprit collaboratif change le monde, Paris, Odile Jacob, 2016. Beaucoup d’auteurs ont imaginés une reconfiguration du politique sous l’égide des réseaux : on peut citer, par exemple, Richard Stallman, Howard Rheinhold ou encore Jeremy Rifkin. L’analyse de Yochai Benkler, professeur de droit à Harvard, est très intéressante. Il a élaboré un schéma conceptuel qui s’est révélé être particulièrement influent, dans le sens où beaucoup de personnes sensibles au rêve numérique s’en réclament. La richesse des réseaux, Yale University Press [2006], se présente à de nombreux égards comme le pendant contemporain de La Richesse des nations [1776] d’Adam Smith.
  4. L’irruption récente de la notion de « post-vérité », désignée comme le mot de l’année 2016 par le dictionnaire d’Oxford et définie ainsi : « Circonstances dans lesquelles les faits objectifs ont moins d’influence pour modeler l’opinion publique que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles », interroge profondément les relations entre politique et vérité en ce début de XXI ème siècle. Voir Myriam Revault d’Allonnes, La faiblesse du vrai, ce que la post-vérité fait à notre monde commun, Paris, Le Seuil, coll., La Couleur des idées, 2018.
  5. Pour replacer le mouvement des « Gilets jaunes » dans une perspective historique, on peut utilement se référer à Gérard Noiriel, Les Gilets jaunes à la lumière de l’histoire, Paris, L’Aube, 2019. Voir également Le Monde diplomatique, coll., Manière de voir, décembre 2019 : Le peuple des ronds-points : Gilets jaunes et autres soulèvements.
  6. Dans un article titré « Le néolibéralisme est-il survendu ? », trois économistes à la section de recherche du FMI soulignent les effets négatifs de deux types de politiques longtemps soutenues par le consensus néolibéral : l’ouverture du marché des capitaux et les politiques d’austérité et de privatisations. Le FMI semble découvrir les multiplicateurs budgétaires et le manque de sérieux de la théorie de l’équivalence ricardienne. Le changement ne se fera sans doute pas en un jour, mais cet aggiornamento semble nécessaire. Voir J. Ostry, P. Loungani, D. Furceri, « Le néolibéralisme est-il surfait ? » in Finances & Développement, juin 2016.
  7. « Est-ce qu’un rêve est un mensonge s’il ne se réalise pas ? » demande Bruce Springsteen dans un vers tiré de la chanson The River (1980).
  8. D. Goodhart, Les deux clans : la nouvelle fracture mondiale, Paris, Les Arènes, 2019.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.