« Quand tout sera privé, nous serons privés de tout »

« Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre et qui est en train de la gagner. »

Warren Buffet sur CNN, 2005.

Lorsque le 14 novembre 2019, les manifestants mobilisés à Paris pour défendre l’hôpital public ont lancés cet avertissement sur les risques de privatisation totale de toutes les ressources disponibles par les oligarchies financières, ils entendaient probablement défendre l’État social tel qu’il fût inventé au XXe siècle. L’État social a été la réponse démocratique à la paupérisation de masse, aux massacres déments et aux expériences totalitaires engendrées par les deux guerres mondiales. C’est au coeur de ces désastres qu’en 1943-1944, des hommes et des femmes ont conçu le programme du Conseil national de la Résistance d’où sont sorties les bases constitutionnelles de notre République sociale, que certains s’emploient aujourd’hui à vouloir « défaire méthodiquement » (1).

La véritable guerre qui a été déclarée aux classes populaires par le pouvoir actuel est lourd de menaces. Nos élites feraient bien de ne pas oublier les leçons de l’histoire. Le Palazzo Pubblico de Sienne possède un trésor qui montre à quoi mènent des politiques publiques foncièrement injustes. L’Allégorie et effets du Bon et du Mauvais Gouvernement (1338-1340) orne la Salle des Neufs où siège le Conseil des 9 citoyens « gouverneurs et défenseurs de la commune et du peuple ». On peut y voir trois femmes maléfiques ; Avaritia, l’Avarice, une vieille femme avec des ailes de chauve-souris : Superbia, l’Orgueil, l’épée dégainée et le joug de travers, et Vanagloria, la Vaine gloire, qui se complaît dans un miroir. Elles produisent la misère, les abus, la destruction et la famine. Le seul artisan est le forgeron qui fabrique des armes. Á l’époque où cette fresque fût commandée à Ambrogio Lorenzetti, Sienne était en proie à la famine, aux insurrections et à la mort (2).

Nous n’avons jamais produit autant de richesses et de biens matériels qu’aujourd’hui et pourtant, la situation de celles et ceux qui les produisent et de leurs familles est loin de s’améliorer. Si pendant des décennies, le «progrès social» se caractérisait par une progression des libertés, des droits sociaux et des conditions matérielles, ce n’est plus le cas, à présent. Dans une économie globalisée, la situation générale des travailleurs se dégrade chaque jour un peu plus : explosion du nombre de pauvres, chômage de masse, précarisation et ubérisation sont devenus le lot quotidien des classes populaires.

Quel modèle social pour demain en France ?

Lorsqu’un travailleur sur deux dans le monde n’a pas de contrat de travail et que 70 % de la population ne bénéficie pas de système de protection sociale, la question sociale redevient centrale dans l’espace public. S’il y a bien une guerre mondiale à dénoncer, c’est bien la guerre sociale qui est faite aux travailleurs devenus «taillables et corvéables» à merci, pendant que les actionnaires et les propriétaires continuent d’engranger d’énormes profits. Une situation devenue véritablement indécente. Conséquence de «la guerre économique», de «la guerre technologique», de «la guerre des matières premières» et de «la guerre commerciale», elle fait d’innombrables victimes et en fera encore beaucoup d’autres s’il n’y a pas de réaction à ce défi mortel pour les plus fragiles. Comment ne pas voir qu’il y a là autant de sources de tensions et de nouveaux conflits qui affaiblissent un peu plus la paix sociale si chèrement acquise en Europe. La précarité extrême des travailleurs et l’absence bien trop fréquente des droits et libertés au travail est un terreau infiniment propice à toutes les réponses autoritaires, à tous les fanatismes fondés sur la race, la religion ou toute autre identité meurtrière (3).

Une représentation cybernétique du politique

L’adoption par nos élites d’un espace-temps de nature physico-mathématique présente au moins deux lacunes au moment où la mondialisation ravage les nations et leurs peuples. D’une part, Il est devenu totalement inopérant de se référer à la normalité de processus appréhendés dans un espace-temps extérieur et stable. Et d’autre part, la notion du temps comme un paramètre neutre dans le déroulement des processus réversibles ne permet plus de saisir la dynamique propre du politique. Par-delà certains cycles répétitifs, il nous faut dorénavant pouvoir anticiper des évoluions irréversibles.

Ce changement de paradigme est lié à la gouvernance par les nombres (4) et à sa déclinaison opérationnelle qu’est la mondialisation. Ce basculement anthropologique se donne à voir dans l’élaboration des normes sociales par le calcul d’utilité, ce qui favorise l’adoption d’une représentation cybernétique de l’espace politique. Développée peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, cette science du contrôle des comportements s’appuie sur une représentation du monde ignorant toute différence ontologique entre l’organisme biologique, la machine et la société (5). La continuité entre ces trois champs se trouve établie au moyen de trois concepts clés : l’entropie, l’information et la rétroaction.

L’entropie, l’information et la rétroaction

La loi de l’entropie est tirée du deuxième principe de la thermodynamique. Celle-ci affirme que tout système isolé va vers une perte de niveau d’organisation. Elle pose le principe selon lequel, dans un système donné, les processus sont en fait irréversibles. Chaque échange qui s’y produit génère une perte d’énergie réduisant d’autant la capacité de travail restante, jusqu’à ce qu’aucun élément ne puisse plus agir sur l’autre. Autrement dit, dans un système fermé, l’écoulement du temps correspond à un processus irréversible de désorganisation.

L’information, elle, c’est la particule élémentaire susceptible de circuler dans un système, de le mettre en mouvement en l’organisant. Quant à la rétroaction, elle désigne une faculté cognitive censée réunir l’humain et la machine sous une même définition de ce qu’est l’intelligence : la faculté d’orienter et de réguler ses actions à partir d’informations reçues. Une entité auto-organisée se caractérise ainsi par sa capacité à surmonter son entropie en développant des facultés d’adaptation, de régulation et d’anticipation à partir des informations échangées.

Envisagée ainsi, c’est-à-dire comme une entité auto-organisatrice, la gouvernance ne peut plus être appréhendée à partir d’un espace temps prédéterminé. Il ne s’agit plus d’un ensemble de mécanismes juridiques spécifiques, mais d’une organisation se transformant en permanence et dont seul compte le processus d’évolution (6).

La gouvernance ne dépend plus pour sa croissance d’un cadre institutionnel stable, mais de l’organisation d’un flux régulier d’informations pertinentes lui permettant de s’adapter, de se réguler et d’anticiper l’évolution de son milieu (7).

  1. LaRem ne fait que prolonger le souhait des néolibéraux de confier l’ensemble de nos existences au Marché. Déjà, Monsieur Denis Kessler, ancien affidé du socialiste Dominique Strauss-Kahn et vice-président du Medef, avant de devenir président du groupe Scor, voyait en 2007 dans le « programme ambitieux du président de la République, une profonde unité ». Emporté par son élan, il poursuivait : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance », in Denis Kessler, « Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde », Paris, Challenges, 4 octobre 2007.
  2. Voir, Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Essai sur la force politique des images, Paris, Le Seuil, 2013. Comment résister à la tyrannie, éteindre le brasier de la guerre civile et réapprendre l’art de bien vivre ensemble ? Ce qui fait le bon gouvernement, ce n’est pas la sagesse des principes ou le vertu des hommes qui l’exercent. Mais ses effets concrets, visibles et tangibles sur la vie de chacun. La fresque de Lorenzetti est le récit fiévreux d’un combat politique jamais gagné d’avance, toujours à recommencer.
  3. Cf., Amin Maalouf, Les identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998. Pourquoi faut-il, en ce début de troisième millénaire, que l’affirmation de soi s’accompagne si souvent de la négation de l’autre ?
  4. Voir Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, Cours au Collège de France (2012-2014), Paris, Fayard, coll., Poids et mesures du monde, 2017.
  5. Voir Benjamin Loveluck, Réseaux, libertés et contrôles, Paris, Armand Colin, 2015.
  6. Barbara Stiegler, « Il faut s’adapter » : sur un nouvel impératif politique, Paris, Gallimard, 2019. Pour Walter Lippman, théoricien américain du Néolibéralisme, il ne fait aucun doute que les masses sont rivées à la stabilité de l’état social (la stase, en termes biologiques), face aux flux qui les bousculent. Seul un gouvernement d’experts peut tracer la voie de l’évolution des sociétés engoncées dans le conservatisme des statuts. Face à lui, John Dewey, la grande figure du pragmatisme américain, à partir du même constat, appelle à mobiliser l’intelligence collective des publics, à multiplier les initiatives démocratiques et à inventer par le bas l’avenir collectif.
  7. La transformation est un mot fétiche pour nos élites : faire du neuf, bousculer l’antique, renvoyer «l’ancien monde» à sa coupable impéritie et à son incurable immobilisme. A peine prononcé, le mot «transformation» livre toute sa charge active ; il dit la volonté de changer, l’envie d’aller de l’avant, la passion de faire bouger les choses et les gens. Une puissance de frappe démultipliée, en quelque sorte…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.