« Die totale Mobilmachung » : la réduction de l’individualité à sa fonction mécanique

« La défense armée du pays n’est plus l’obligation et le privilège des seuls soldats de métier, elle devient la tâche de tous ceux qui sont susceptibles de porter les armes. […] Par là même, l’image de la guerre, et qui la représente comme une action armée, s’estompe de plus en plus au profit de la représentation bien plus large qui la conçoit comme un gigantesque processus de travail. A côté des armées qui s’affrontent sur le champ de bataille, des armées d’un genre nouveau surgissent : l’armée chargée des communications, celle qui a la responsabilité du ravitaillement, celle qui prend en charge l’industrie d’équipement – l’armée du travail en général. »

Ernst Jünger, L’État universel (suivi de) La mobilisation totale, Paris, Gallimard, 1990, pp. 106-107.

L’expérience du front vécue par Ernst Jünger (1895-1998) lors de la Première Guerre mondiale, constitue un moment décisif dans sa thématisation du Travailleur comme Figure (1). Pour Jünger, la Première Guerre mondiale se distingue des guerres du passé par le degré de mobilisation qui s’y manifeste.

L’avènement de la Figure du Travailleur est lié à un nouvel état de la société, auquel Jünger donne le nom de «mobilisation totale» (totale Mobilmachung). Cette expression à un sens qui va bien au-delà de sa résonance militaire : c’est l’évolution des techniques de guerre qui est à l’origine de la mobilisation totale. A partir de 1916, le «génie de la guerre» et «l’esprit de progrès» ont conclu une «étroite alliance» qui s’est traduite par le primat accordé à la technique et la mise en mouvement de quantités d’énergies de plus en plus considérables.

Dans les tranchées, Jünger a vu la bataille classique évoluer en Materialschlacht (2), en combat de matériel. La guerre est désormais « imprégnée en totalité par l’esprit qui crée les machines ». Parallèlement, les distinctions traditionnelles entre le combattant et le non-combattant, le militaire et le civil, la première ligne et l’arrière, se sont effacées. Il n’y a plus ni guerre ni paix, mais un combat total permanent, qui prend des formes diverses et qui mobilise l’ensemble des ressources humaines.

Désormais, l’exaltation guerrière s’est muée en une routine symbolisée par la position : « la tranchée a fait de la guerre un métier, des guerriers des tâcherons de la mort, polis et repolis par une sanglante routine », écrivait déjà Jünger dans La guerre notre mère ( Albin Michel, 1934). Et dans Le boqueteau 125 [1918], constatant l’importance prise par « le chef de troupes d’assaut techniquement instruit », il observe : « Les fils les plus durs de la guerre, les hommes qui marchent à la tête de leurs hommes, ceux qui manient les chars d’assaut, l’avion, le sous-marin, sont tous des techniciens étonnants ; et c’est par eux que l’État moderne se fait représenter au combat. »

Dans les combats modernes, tous sont mobilisés ; c’est cette mobilisation qui signe l’entrée dans l’ère du Travail (3). Ce processus de mobilisation, né de la technique, la dépasse. Il est spirituel et idéologique. Une «disposition» (Bereitschaft) à la mobilisation se fait jour partout ; elle atteint même les pacifistes ! « Le versant technique à la mobilisation totale, écrit Jünger, n’en constitue pas l’aspect décisif. Son principe, comme le présupposé de toute technique, est enfoui plus profond : nous le définissons comme disponibilité à être mobilisé. »

De plus en plus, la capacité de mobilisation se révèle être un facteur-clé du destin des peuples. D’ailleurs, la transformation de la guerre a très vite entraîné une transformation générale de la société. En mettant fin au rôle du combattant individuel, la guerre a fait des soldats une simple pièce d’un ensemble, d’une collectivité globalement orientée vers le combat, et du même coup, elle a dévoilé le combat comme aspect du Travail.

La mobilisation totale change de paradigme, lorsqu’au lieu des armées, elle met en branle les masses et enclenche le processus d’une guerre de tous contre tous. Un tel « processus de travail » transforme l’univers en « paysage-chantier », en une véritable « forge de Vulcain ». Le monde est à la fois mobile et mobilisé.

Pour faire du marché un principe général de régulation de la vie économique, il faut faire comme si la terre, le travail et la monnaie étaient des marchandises, alors que ce n’est bien sûr pas le cas (4). C’est ainsi que l’économie de marché repose sur des fictions juridiques. Or, les fictions juridiques ne sont pas des fictions romanesques ; elles ne sont soutenables qu’à la condition d’être vivables. Par exemple, sans un Droit de l’environnement qui protège effectivement les ressources naturelles, on ne pourra faire longtemps comme si la nature était une marchandise. Et sans un Droit social qui protège effectivement les «ressources humaines», on ne peut assurer la pérennité des marchés du travail.

Avec la mondialisation, on a aboli les distances physiques dans la circulation des signes entre les hommes : nous sommes à présent face à un phénomène structurel qui procède des nouvelles technologies du numérique (5).

Le Marché total, véritable utopie de la postmodernité, sous l’égide duquel les hommes, les signes et les choses ont tous vocation à être rendus commensurables dans une compétition économique et financière devenue globale (6), est fondé sur la mobilisation d’absolument toutes les ressources humaines, techniques et naturelles de la planète.

La Première Guerre mondiale a été le moment fondateur de cette transformation des hommes en combustible : ils nourrissent le fonctionnement monotone d’une machine de guerre semblable à « une turbine alimentée en sang humain » (Ernst Jünger). Les méthodes d’organisation adoptées après-guerre se sont conformées à ce modèle de gestion et ont visé à convertir toute espèce d’être ou de chose en énergie disponible, donnant naissance à l’univers managérial qui est encore le nôtre aujourd’hui et que, dès 1932, Ernst Jünger dépeignait en ces termes :

              « Le propre de notre situation consiste en ceci que la contrainte du record règle nos mouvements et que le critère de performance minimale qu’on réclame de nous accroît l’ampleur de ses exigences de façon ininterrompue. Ce fait interdit totalement que la vie puisse en quelque domaine que ce soit se stabiliser selon un ordre sûr et indiscutable. Le mode de vie ressemble plutôt à une course mortelle où il faut bander toutes ses énergies pour ne pas rester sur le carreau. » (7).

  1. Ernst Jünger, Le Travailleur [1931], Paris, Christian Bourgeois,1989.
  2. En raison des pertes extrêmement élevées, par exemple lors des bataille de Verdun et de la Somme en 1916 ou encore de la bataille de l’Aisne en 1917, des tentatives ont été faites pour trouver de nouvelles voies, après l’échec du matériel de guerre classique. C’est ainsi que d’importantes innovations ont fait leurs apparitions comme le tank et les avions de combat. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les dépenses de matériel et de personnel des forces armées ont atteint de nouveaux records (mécanisation/motorisation des troupes). La logistique joue un rôle très important dans les batailles matérielles ; c’est également une composante essentielle du capitalisme mondialisé.
  3. Le néolibéralisme appelle sans relâche à la mobilisation totale de toutes les énergies, sans aucune interruption : « Le leader ne doit plus motiver, mais mobiliser ». C’est ainsi que s’exprime Omar Aktouf, professeur agrégé de management. Selon l’enseignant, tabler sur la motivation des salariés, c’est utiliser un concept infantilisant. Une organisation ne peut être compétitive longtemps que si elle parvient à « la mobilisation volontaire et consentie de tous les cerveaux de l’organisation, de toutes ses intelligences. » (Groupe Innovation, 1993, pp. 64-65) in Michel Crozier et Hervé Sériex, Du management panique à l’entreprise du XXI ème siècle, Paris, Maxima, Laurent du Mesnil éditeur, 1994. p.116.
  4. Voir Karl Polanyi, La Grande Transformation [1944], Paris, Gallimard, 1983, p.102 sq
  5. Bernard E. Harcourt, Professeur de Droit et de Sciences Politiques à la Columbia University de New York, vient de faire traduire en français un important ouvrage consacré à cette nouvelle forme de Servitude volontaire qui nous fait renoncer à la liberté en acceptant d’abandonner totalement le domaine du privé qui est propre à chacun. Nos existences sont à présent pilotées par une gouvernementalité guidée par les «likes» et tous les multiples mécanismes de séduction propres au monde des algorithmes : « Notre autre numérique est comme un hologramme de nous même constitué de toutes les traces que nous avons laissés et qui créent un double qui est plus fiable que notre moi analogique. » Bernard E. Harcourt, La société d’exposition. Désir et désobéissance à l’ère numérique, Paris, Le Seuil, 2020.
  6. Le 2 décembre 2013, lors d’une visite à l’académie Jaguar Land Rover à Pékin, le Premier Ministre Britannique, David Cameron, déclare  : « Une partie de notre plan économique à long terme consiste à faire en sorte que la Grande-Bretagne soit un succès sur les marchés mondiaux, que nous soyons un vainqueur de la course mondiale. » C’est ce que l’on nomme au sein de la Gouvernance mondiale : « The Global Race.»
  7. Ernst Jünger, op.cit., p. 223.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.