Les Occidentaux ont-ils sous-estimés les excès de la mondialisation ?

« Le capitalisme ne peut s’effondrer, c’est l’état naturel de la société. La démocratie n’est pas l’état naturel de la société. Le marché, oui. »

Alain Minc, cité par Ignaco Ramonet, Géopolitique du chaos, Paris, Galilée, 1997, p. 57.

C’est grâce au chemin de fer et à la baisse des coûts du transport maritime que la première vague de mondialisation (1870-1914) a fait exploser les échanges commerciaux. Les économies occidentales atteignirent alors un degré d’ouverture qu’elles ne retrouveront pas avant les années 1970.

La situation que traverse le monde aujourd’hui présente un caractère totalement inédit : la peur de la contamination liée au coronavirus est de nature à remettre en cause le coeur de l’organisation économique mondiale et de la gouvernance néolibérale, en forçant les firmes transnationales à trouver des solutions de production locale pour compenser la baisse d’activité en Chine, et en contraignant les gouvernements à rétablir leurs frontières pour contrôler les flux.

« Le commerce extérieur chinois a connu une progression exponentielle depuis l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001 », rappelle la Direction générale du Trésor en France (1). Les chiffres sont impressionnants : 2 300 milliards de dollars d’exportations en 2017 pour 1 800 milliards de dollars d’importations. Des données en hausse régulière depuis 20 ans – respectivement +7% et +19% entre 2016 et 2017 – bien que plus faibles depuis 2015.

La démondialisation a déjà commencée

La guerre commerciale engagée par Donald Trump a ouvert une nouvelle séquence historique en annonçant le processus de démondialisation. Les États-Unis d’Amérique, dont la croissance est tirée par la demande domestique, sont en déficit commercial structurel avec quasiment tous leurs partenaires, et en particulier, la Chine et l’UE. Ces derniers ont choisi un modèle de développement économique orienté vers l’export.

Les modèles traditionnels ont une granularité insuffisante pour mesurer l’ensemble des conséquences d’une guerre commerciale entre ces trois poids lourds du commerce mondial. Les chaînes de valeur sont devenues extrêmement intégrées et complexes : il est ainsi fréquent de voir des pièces de voitures franchir plusieurs fois la frontière États-Unis/Mexique ou États-Unis/Canada avant de se diriger vers leur lieu d’assemblage final. Des disruptions sont déjà à l’oeuvre dans les chaînes de valeur dont la viabilité économique reposait sur l’absence de barrière tarifaires.

De très nombreux fournisseurs sont en grandes difficultés, provoquant des effets dominos dans les industries et services qui gravitent autour d’eux. Pour donner un exemple bien connu, les pays asiatiques (Corée, Taïwan, Singapour…) exportent vers la Chine des produits de base qui sont assemblés et réexportés vers les États-Unis et l’UE sous forme de téléphones, ordinateurs portables, téléviseurs, etc. Comment seront dorénavant impactées ces chaînes de valeur ? Une nouvelle industrie locale émerge déjà aux États-Unis pour, notamment, se substituer aux importations en provenance de Chine ou du Mexique (quand cette substitution est possible). Mais les produits fabriqués localement seront plus coûteux que les produits importés et la relocalisation des emplois industriels ne pourra s’observer qu’à long terme.

« Game Changer »

Le coronavirus est un « Game Changer », selon les termes du ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire (2). Un Game Changer, c’est un évènement qui change la donne dans l’économie de la mondialisation (3).

Après deux années de guerre commerciale, la vulnérabilité Occidentale est mise en évidence. La gestion de crise menée par Pékin, curieusement qualifiée par certains responsables politiques d’« efficace », tandis que d’autres la rapprochent de la gestion opaque par l’Union soviétique de la catastrophe de Tchernobyl, tend a amplifier le climat de défiance qui a envahi toutes les sphères des sociétés Occidentales. Après les révélations concernant le sort réservé à la population Ouïgoure au Xinjiang (4), la crise Hong-Kongaise ou encore les soupçons portées contre Huawei, l’ambition d’un « rêve chinois » se heurte à une lente prise de conscience des Occidentaux.

Les échecs du néolibéralisme favorisent les mouvements populistes

C’est en Europe que le réveil est le plus douloureux. Plongés dans une culture du libre-échange qui surpasse leurs intérêts politiques, prônant toujours et encore les stratégies néolibérales de « compétitivité » et la nécessaire « adaptation au monde tel qu’il est » (5), Bruxelles, Paris et Berlin se trouvent dorénavant piégés à leur propre jeu. Produire des biens à bas coûts dans la plus grande dictature du monde, alimentée à 60% au charbon et qui affiche de plus en plus clairement ses objectifs géopolitiques (6), devient politiquement beaucoup moins acceptable et économiquement dangereux (7).

Cette rupture de l’ordre international « libéral » déclenchée par Donald Trump n’est pas le fruit du hasard. Elle provient des déséquilibres devenus insoutenables générés par la mondialisation financière, telle qu’elle s’est déployée depuis le début des années 1980.

L’abaissement des barrières douanières, le réveil de la Chine et son entrée à l’OMC (2001), la dérégulation des mouvements de capitaux, la pression exercée par les pays à bas coût de main d’oeuvre sur les emplois délocalisables dans les pays occidentaux ont entraîné une course au moins-disant fiscal et salarial à l’échelle planétaire, une réduction des politiques publiques d’investissement dans les pays industrialisés, des friches industrielles dans les anciens bastions devenus non compétitifs, une polarisation des emplois vers les métropoles et les bassins régionaux les mieux positionnés, l’accumulation de dettes dans certains pays et d’épargne dans d’autres, des trajectoires économiques divergentes qui polarisent les peuples européens et un creusement des inégalités au sein des nations, qu’elles soient développées ou émergentes.

Tous ces phénomènes ont généré un profond malaise au sein des classes populaires des pays avancés et accentué leur ressentiment envers les élites libérales qui ont été non seulement les pilotes, mais également les principaux bénéficiaires de la mondialisation. La crise de confiance très profonde qui mine à présent toutes les démocraties Occidentales, met à mal la cohésion sociale en leur sein (8).

Une volonté générale de « reprendre le contrôle », c’est-à-dire retrouver la souveraineté sur tous les plans, que ce soit l’industrie, les relations commerciales, les services, le fonctionnement de l’UE à travers son budget et sa monnaie (zone euro), a fini par trouver une traduction politique (9).

Peut-être est il venu le temps pour passer d’une gestion globale des choses à une gestion locale, une chance de retrouver la pleine souveraineté sur notre façon de vivre, de consommer, de nous soigner, de nous mouvoir, etc. C’est par le retour à une échelle locale que nous allons pouvoir maîtriser les flux économiques et retrouver un poids qui nous permettra de décider de notre avenir et non plus subir ce qui, jusqu’à présent, n’a été qu’une concurrence déloyale. Comme l’écrivait déjà en 1973 l’économiste Ernst Schumacher :

Small is beautiful

  1. Note publiée le 10 août 2018. La Chine s’est insérée de façon très importante dans les chaînes de valeur mondiales (TIC, mécanique, textile), ce qui lui a permis de générer un excédent commercial substantiel.
  2. Déclaration du mardi 25 février 2020 à Athènes. « Nous devons en tirer toutes les conséquences et, de ce point de vue, l’épidémie du coronavirus est un game changer dans la mondialisation ». Bruno Le Maire a souligné « la nécessité impérative de relocaliser un certain nombre d’activités et d’être plus indépendant sur un certain nombre de chaînes de production ». Le ministre se montre préoccupé par les cas de l’industrie automobile et du secteur de la santé : « nous ne pouvons pas continuer à dépendre à 80% ou 85% de principes actifs pour les médicaments qui sont produits en Chine. Ce serait irresponsable et déraisonnable. »
  3. Selon la Harvard Business Review, il existe quatre profils d’innovation : le «dérisqueur», le «différenciateur», le «performer» et le «game-changer». Celui-ci est le profil le plus audacieux : il peut concevoir un modèle radicalement nouveau qui transforme l’industrie en profondeur et orchestre la transformation de l’écosystème. Voir Frédéric Arnoux, Colette Ménard et Eva Ohayon, « Avant d’innover, définissez vos objectifs ! » in Harvard Business Review, 11 juillet 2019.
  4. Voir Brice Pedroletti, « Des travailleurs ouïgours enrôlés de force dans des usines chinoises », in Le Monde, 2 mars 2020. Un rapport de l’Institut australien de stratégie politique (ASPI) sur le travail forcé, publié le lundi 2 mars 2020, révèle le contenu d’un programme d’État qui transfère des ouvriers du Xinjiang vers des sous-traitants de grandes marques internationales partout dans le pays. « Il y a des miradors et des barbelés, et les ouvriers ouïgours ne peuvent rentrer chez eux en vacances », note le rapport. Depuis 2017, plus de 80 000 ouïgours ont été transférés dans des camps-usines « appartenant aux chaînes d’approvisionnement de 83 marques connues mondialement comme Nike, Fila, Lacoste, Apple, Volkswagen, Jaguar… ».
  5. Barbara Stiegler, « Il faut s’adapter ». Essai sur un nouvel impératif économique, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2019. L’auteur montre comment la gouvernementalité néolibérale cherche à produire des individus compétitifs, adaptables à leurs environnement en constante mutation. Il s’agit de fabriquer des individualités adéquates, et de fixer un objectif téléologique : la concurrence mondialisée comme matrice de l’évolution humaine.
  6. Fin avril 2019, la marine chinoise a dévoilée l’existence de nombreux nouveaux bâtiments, dont plusieurs sous-marins à propulsion nucléaire ainsi que des destroyers. Un second porte-avions est sorti des chantiers navals de Dalian et doit rentrer en service cette année 2020. Longtemps cantonnée à des opérations côtières, la marine chinoise a vu son importance croître sur fond de montée de la puissance chinoise et de tensions géopolitiques en mer de Chine méridionale, qui impliquent des capacités de projection renforcées.
  7. 80 % des principes actifs entrant dans la composition des médicaments viennent de Chine. Le gouvernement français s’est fixé un objectif : retrouver notre souveraineté dans des domaines stratégiques et le médicament en fait partie. Selon Madame Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’économie, « Nous devons faire en sorte de ne plus dépendre d’une zone géographique particulière. Il faut être sûr de pouvoir se fournir en Europe, voire en France. Car derrière cela, il y a notre politique de reconquête industrielle que nous portons avec le Président de la République. A ce titre, l’initiative de Sanofi de créer un leader européen des principes actifs doit aller à son terme, et j’espère que d’autres industriels rejoindront ce projet et contribueront à relocaliser sur le territoire européen la production de ces principes. » in Alain Guillemoles, « L’épidémie de coronavirus révèle à quel point les chaînes de production sont imbriquées », La Croix, 26 février 2020.
  8. Cf., Thomas Porcher, Les délaissés, Paris, Fayard, 2020. Partout les cadeaux fiscaux en faveur des riches se multiplient au même rythme que les coupes budgétaires pour les plus pauvres. Depuis la chute de Lehman Brothers et la Grande Crise Financière de 2008, la majorité des populations subissent durement la dégradation des services publics, les fins de mois difficiles, la précarité, et peut-être plus grave encore, le manque d’espérance.
  9. Cette volonté générale exprimée par les peuples n’est pas étrangère aux réactions nationalistes et identitaires qui touchent l’Europe, les États-Unis, le Brésil, la Turquie ou encore l’Inde. Chacune participe à une récession démocratique planétaire et à l’expansion du populisme, lequel, selon Arnaud Zacharie, « n’est rien d’autre que le rejeton d’un système instable, inégalitaire et insoutenable », avec la financiarisation de toutes les activités humaines, l’obsession de la rentabilité à court terme et l’écrasement des salaires. Voir Arnaud Zacharie, Mondialisation et national-populisme. La nouvelle grande transformation, Paris, Le Bord de l’eau, 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.