Le management : une idéologie de la performance ?

La cybernétique est la grande révolution scientifique du XXème siècle qui va bousculer l’ensemble des sciences en général et plus particulièrement, la science des organisations.

Penser la cybernétique, c’est essayer de comprendre le passage de la modernité à la posmodernité, de la société industrielle à la société postindustrielle, de l’économie de la production à l’économie de l’information.

Le concept d’organisation, fait observer François Jacob dans La logique du vivant, apparaît en biologie à la charnière des XVIII et XIXème siècles, remplaçant la structure visible comme grille d’analyse du vivant : fini les taxinomies, place à l’étude du fonctionnement !

Lamarck, dés 1809 dans Philosophie zoologique, le confirme puisque l’on peut observer l’omniprésence du terme pour désigner ce que Claude Bernard dans Introduction à la médecine expérimentale (1865) appellera “le milieu intérieur”. Sans oublier Walter Cannon qui, en 1932 dans Wisdom of the Body, parlera d’homéostasie pour désigner la régulation des éléments internes au système qui permet à ce dernier, de conserver son équilibre malgré les contraintes extérieures.

C’est à ce titre qu’il convient de rapprocher le concept de “système” de l’idée “d’organisation”. On retrouvera alors fort logiquement le terme, dans le contexte de rationalisation du travail qu’est la révolution industrielle, sous la plume de Charles Babbage en 1883 dans son Traité sur l’économie des machines et des manufactures et bien sûr, sous celle de Taylor en 1911 dans ses Principes du management scientifique.

Un siècle avant notre ingénieur américain, Saint-Simon avait achevé sa vie en publiant un Nouveau christianisme (1825), qui fit de l’entreprise et de l’industrie les vecteurs de la fraternité, valeur cardinale d’un christianisme revenu à ses sources et enfin débarrassé des magistères inutiles et contre-productifs. Taylor va fidèlement poursuivre le mouvement de sécularisation en éclairant le projet managérial sous un jour nouveau : celui de la performance par l’organisation scientifique du travail (OST). Taylor s’efforce de penser l’usine comme le lieu d’une nouvelle fraternité (il ne faut surtout pas oublier qu’il était Quaker, le nom commun donné à la Société des Amis), duquel serait exclu tout type de conflits, que ces derniers relèvent de la logique de classe ou de l’intérêt individuel.

En ce sens, le management procède à la fois de l’utopie, car le réalisme impose de reconnaître la nature polémique de l’être humain, et du messianisme sécularisé, car il s’agit d’un projet religieux qui s’accomplit dans l’industrie.

Aussi, nous faisons l’hypothèse suivante : le management ne concerne pas seulement  l’entreprise, mais  bien l’ensemble des activités humaines, posant ainsi les jalons de la gouvernance mondiale.

Le management est donc une techno-science : mais que nous dit-il de la réalité ? Quel type de savoir se trouve transmis dans les écoles de commerce (business schools) et les Instituts d’Administration des entreprises (IAE) ? C’est Taylor qui nous donne la réponse ; “Harmony, not discord ; Coopération, not individualism”.1. Le taylorisme se définit avant tout par son pacifisme qui s’oppose à tout type de conflit : aussi bien celui qui proviendrait de la lutte des classes, version Manifeste du Parti communiste, que celui qui émanerait de la rencontre d’intérêts individuels divergents, version travaux de Michel Crozier. 2.

Le tour de force de la cybernétique fût d’articuler à la notion d’organisation, une seconde notion scientifique : celle d’information. 

L’information constitue l’un des nouveaux leviers du pouvoir global et de la conquête géopolitique : dans Bound to Lead, 3, l’analyste et théoricien des relations internationales, Joseph Nye, montre que l’information, les capacités organisationnelles et la définition des normes juridiques sont des instruments par lesquels on tient ses adversaires captifs. C’est ainsi que l’on peut comprendre le management comme une véritable arme de guerre cognitive au service des firmes transnationales.

  1. F.W. Taylor, The Principles of Scientific Management, Dover Publications, INC, Mineola, New York, 2017, p. 74.
  2. Voir par exemple, M. Crozier, L’Acteur et le système, Paris, éditions du Seuil, 1977.
  3. J. Nye, Bound to Lead : The Changing Nature of American Power, Basic Books, 1980.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.