La démocratie libérale est-elle menacée par la crise des classes moyennes ?

« Les révolutions n’ont pas établi une ère de liberté : elles ont allumé de nouveaux désirs dans le coeur des hommes sans fournir les moyens de les satisfaire ».

Alexander Herzen (1812-1870), De l’autre rive

Peut-on affirmer qu’une classe moyenne, structurée autour de ses valeurs, puisse encore être la garante de l’ordre démocratique ?

Elle est partout. Aux États-Unis d’Amérique, son désarroi face aux ravages de la mondialisation a été à l’origine, en 2016, de l’élection de Donald Trump. Elle s’est revêtue de  « Gilets Jaunes » les samedis après-midi à Paris, Bordeaux, Toulouse et ailleurs pour manifester sa colère.

La classe moyenne se donne à voir comme la nouvelle internationale de la mondialisation, sa classe nombreuse : une classe malheureuse qui pense que les promesses ne peuvent plus être tenues. Mais comment peut-on définir le concept de « classe moyenne », tant son univers, comme aimait le dire Pascal, est « une sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part » ? 

Selon un rapport publié le mardi 4 décembre 2018 par l’OCDE (1), la fiscalité en France est en constante augmentation : 43,4% du PIB en 2000, 46,2% en 2017. Une véritable performance qui permet à la France de prendre la tête, en matière de prélèvements fiscaux, des 34 pays les plus aisés.

Les classes moyennes ont été laminées par la mondialisation

Le ton est donné ! Leur niveau de vie, dans les 36 pays membres de l’Organisation parfois surnommée « le club des riches », tend à stagner, voire à diminuer. A la lecture de ce rapport, on constate un double phénomène : un creusement des inégalités et un enrichissement des plus aisés. Les classes moyennes doivent faire face à une augmentation du coût de la vie – qu’il s’agisse de logement, d’éducation ou de santé qui progressent plus vite que l’inflation – ainsi qu’à une insécurité croissante de l’emploi face aux changements des marchés du travail, sous l’effet de la robotisation en cours.

Une situation d’autant plus préoccupante que les classes moyennes sont « cruciales » pour la bonne santé des économies et des sociétés démocratiques. Elles tirent la consommation, stimulent l’investissement et soutiennent les systèmes de protection sociale via les impôts.

Selon les auteurs de l’étude, les classes moyennes, « par leurs actions et activités, améliorent non seulement leur condition mais aussi celle des autres ». En accordant une attention toute particulière à l’éducation, ces classes moyennes augmentent le capital humain, favorisent la productivité, l’innovation et l’entrepreneuriat.

L’étude définit les classes moyennes comme les ménages dont les revenus sont compris entre 75% et 200% du revenu médian (le revenu qui divise la population en deux parts égales). Il existe de très fortes disparités au sein de l’OCDE. Ainsi, le seuil inférieur de la classe moyenne varie de 26.482 dollars de revenu annuel par unité de consommation au Luxembourg, à 3.757 dollars au Mexique contre 18.173 dollars en France. Autre constat : leur poids dans l’économie s’est affaiblie. L’ensemble des revenus des classes moyennes qui représentaient quatre fois celui des riches au début du XXI ème siècle n’est plus que de trois fois (2).

Par ailleurs, les jeunes y ont moins accès que leurs aînés. Quand 70% des « baby-boomers » appartenaient à la classe moyenne lorsqu’ils avaient 20 ans, ils ne sont plus que 60% chez les milllenials (nés dans les années 80-90). Ces derniers ont beaucoup plus de mal à décrocher un emploi stable et sont exposés à des risques d’endettement. En cause : la faible progression des revenus. Entre 2007 et 20016, le revenu médian a augmenté en moyenne de 0,3% par an, contre 1,6% de 1990 à 2000.

Phénomène aggravant : l’évolution des revenus des classes moyennes est nettement inférieure à celle des plus riches, une tendance qui s’est accentuée depuis la Grande Crise de 2008. Dans le même temps, le coût de la vie est en forte hausse, en particulier le logement qui est le plus gros poste dans le revenu disponible puisqu’aujourd’hui, il en absorbe un tiers.

Les classes moyennes face au risque d’endettement massif

Le résultat de ces évolutions est qu’à présent, une personne sur cinq dépense plus qu’elle ne possède : globalement, 40% de la population est dans une situation financière vulnérable. En France, plus de la moitié des personnes interrogées déclarent avoir du mal à boucler les fins de mois.

Ces difficultés cumulées, ce sentiment d’être laissés pour compte, victimes de la mondialisation, se manifestent dans les colères qui se répandent partout dans le monde (3) et qui se sont cristallisées en France dans la crise dite des « Gilets Jaunes ». Cette situation, extrêmement préoccupante, inquiète au plus haut point les experts du Château de La Muette qui écrivent : « Une classe moyenne écrasée augmente le risque social et politique ».

Les politiques ne cessent d’exprimer leur sollicitude à leur égard, les analystes d’invoquer son malaise pour expliquer le populisme, le protectionnisme, le « dégagisme » vis-à-vis des sortants aux élections. S’agit-il d’un mode de vie « auto-boulot-dodo » ? Est-ce plutôt une question de pouvoir d’achat et de monnaie sonnante et trébuchante ? En voie de paupérisation, comme semblent le montrer les chiffres, ou bien menacés de déchéance dans leurs métiers ainsi que dans leurs statuts, nombre de Français subissent un double choc.

Le Président Emmanuel Macron le reconnaît volontiers : « Les vrais inégalités sont les inégalités d’origine, les inégalités de destin, les inégalités à la naissance ».

C’est ainsi qu’une guerre civile mondiale se met en place, celle que Pankaj Mishra nomme :

L’Âge de la colère

Les individus révoltés en ce début de XXI ème siècle sont innombrables : un phénomène amplifié par les réseaux sociaux, les crises migratoires et une instabilité économique globale. Ces bouleversements ne sont pas le résultat de situations propres à chaque pays, encore moins le fruit d’un hypothétique choc de civilisations. Il s’agit, au contraire, d’un mécanisme inhérent au modèle occidental hérité des Lumières, qui conjugue démocratie libérale, économie de marché et mondialisation, qui, depuis la chute du mur de Berlin en 1989, s’applique de manière brutale à des milliards d’individus.

L’auteur explique avoir été tétanisé en apprenant la victoire dans son pays natal de l’ultranationaliste Narenda Modi : « Le fait que des amis chers et des membres de ma propre famille aient voté pour lui m’a vraiment plongé dans une spirale dépressive. Pendant des semaines, j’ai été paralysé, je ne pouvais plus penser, pas m’extirper de ce trou dans lequel je me trouvais » (4). La rédaction de son ouvrage lui a servi de thérapie, scandée par d’autres tremblements de terre : la décision des Britanniques de sortir de l’Union européenne et celle des Américains de confier le sort de leur pays à Donald Trump sont survenues juste avant que son livre ne parte sous presse. Il écrit : « Maintenant, avec la victoire de Trump, il est devenu impossible de nier ou dissimuler le grand schisme […] entre une élite qui s’empare des fruits de choix de la modernité tout en dédaignant les anciennes vérités, et des masses déracinées qui, se trouvant elles-mêmes privées des mêmes fruits, s’adonnent au suprémacisme culturel, au populisme et à la brutalité vindicative » (5).

La disparition de la start-up nation et le grand retour du politique

Comme tout grand fléau, la pandémie de coronavirus fait émerger une part de vérité sur notre monde. Elle en illustre les dérives et les risques. Elle nous livre aussi de précieux enseignements. 1. La crise sanitaire pointe les limites du capitalisme actionnarial et de sa logique financière. 2. Alors que la politique économique a été largement déléguée aux banques centrales depuis le krach de 2008, le choc en cours nous rappelle le rôle des gouvernements, le levier décisif que constitue la régulation et la priorité qui doit être donnée à la politique de l’offre. 3. Le renforcement de la résilience des nations libres est impératif, ce qui implique la réduction de la dépendance au capitalisme total chinois, mais aussi le réinvestissement massif dans les secteurs stratégiques comme celui de la santé (6).

Les stratégies de la Commission européenne sauront-t-elles rompre avec l’idéologie de la gouvernance néolibérale, pour s’inscrire dans un contexte géopolitique où les rapports de force évoluent durablement et génèrent de nouvelles tensions commerciales ?

Car, après cette crise, rien ne sera plus jamais comme avant. Un nouveau champ s’ouvre à nous : la remise en cause radicale d’un modèle idéologique qui a été dominant dans le monde occidental, prophétisé par Francis Fukuyama en 1992 dans La Fin de l’histoire et le Dernier Homme. Une idéologie qui se révèle être dramatique, fondée sur l’image bienfaitrice d’un monde uniformisé par les marchés, apuré de tout obstacle à la communication. Un monde idéal célébré par tous les adorateurs du free market qui proclament partout et en tout lieu leur confiance absolue dans les vertus du libre-échange sans frontières.

  1. Rapport OCDE, 5 décembre 2018 : « Les recettes fiscales continuent de croître avec une évolution de la structure de la fiscalité vers une part grandissante des impôts sur les sociétés et sur la consommation ».
  2. Cf., « Louis Chauvel : les classes moyennes donnent beaucoup mais reçoivent peu » in Paul Sugy, FigaroVox, 15 février 2019.
  3. Pankaj Mishra, L’âge de la colère. Une histoire du présent, Zulma Essais, 2019. Né en 1969 en Inde, Pankaj Mishra est l’un des intellectuels les plus percutants du monde Anglo-Saxon. En remontant à Rousseau, aux Romantiques allemands, aux anarchistes russes, il relie tous les mouvements de colère, du XVIII ème siècle à nos jours, et à travers le monde, sous l’angle du ressentiment et de toutes les promesses non tenues de la modernité.
  4. Ibidem., préface.
  5. Ibidem.
  6. Cf., « Pour Thierry Breton, l’UE ne doit plus avoir pour seul but de réduire les prix pour les consommateurs », in Bertille Bayart, Enguérand Renault et Jacques Olivier Martin, Le Figaro économie, 2 mars 2020.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Franck Juguet (14 mars 2020). La démocratie libérale est-elle menacée par la crise des classes moyennes ? La cybernétique, science du contrôle et de l’information. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ng0n


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.