L’État, c’est ce qui se tient debout au milieu de l’effondrement

« Au moment où je me flattais d’un espoir insensé, tout un régiment de microbes ennemis m’envahissaient l’organisme : non pas que ces microbes eussent des raisons de m’en vouloir, mais ils tendaient à persévérer dans leur être ».

Charles Péguy, Cahiers de la quinzaine, 20 février au 5 mars 1900

Le danger que constitue le Covid-19 bouleverse nos perceptions et nos habitudes : dans une société aussi développée que la nôtre, on aurait pu croire que les grandes épidémies qui ont marqué l’histoire étaient derrière nous. Si la crise sanitaire actuelle n’a rien à voir dans son ampleur avec celle de la Grande Peste de 1348 (1), elle voit néanmoins le retour de peurs archaïques que nous croyions enfouies pour toujours.

Le Covid-19 ne bouscule pas seulement nos habitudes et nos comportements ; il interroge nos représentations qui pouvaient sembler solidement ancrées dans le nouvel air du temps. La science et la technique ne sont plus uniquement envisagées sous l’angle de l’asservissement et de la dévastation de la nature : elles retrouvent une finalité humaine de progrès. Il en va de même des conceptions néolibérales qui ont érigé le marché en modèle de référence, réduisant la santé à un simple bien marchand. Ces conceptions du Politique ont rendu la France et l’Union européenne dépendantes de l’étranger dans des secteurs indispensables à notre souveraineté.

On déteste les frontières, mais on affectionne les banques centrales

Pour les élites mondialisées, la solidarité nationale a soudain retrouvé ses lettres de noblesses. Lorsque le marché interbancaire s’effondre, on appelle au secours : « Si vous ne nous aidez pas, nos banques risquent de disparaître.. ». Plans de soutien massifs sur la planète, dispositifs d’aide à destination des salariés, des entreprises, sans oublier la start-up nation et ses auto-entrepreneurs. Des milliards en veux-tu, en-voilà, pour secourir l’économie en danger. On va même jusqu’à évoquer un gros mot : nationalisation. Fichtre !

Il n’a fallu qu’une semaine pour corriger la gaffe de Christine Lagarde qui déclarait, le jeudi 12 mars : « la BCE est impuissante ». Depuis, elle semble avoir retrouvé ses esprits et dans la nuit du 18 mars, elle annonce qu’elle va sortir le « bazooka », avec ses centaines de milliards d’euros en guise de munitions (2). La BCE se soumet donc au Politique – et à la réalité -, au détriment des principes fondateurs de l’euro, qui visaient la protection du capital, donc la préservation de la valeur de la monnaie. On va donc sacrifier celle-ci à la lutte contre la crise, en créant un véritable océan de liquidités. Aucun pays n’échappera à ce processus. Faute de prêteurs, on mobilise comme jamais le « prêteur en dernier ressort », c’est-à-dire la Banque centrale (BCE) : la Madone de la finance. Laquelle sera, elle aussi, surchargée de dettes qui ne seront jamais remboursées.

Alors, qui aura suffisamment de crédibilité pour sauver la Madone de Francfort ? Personne. Seul restera le retour à la réalité : une perte de confiance dans la monnaie, corrélée à une forte inflation, avec le risque du désordre social. Cela ne vous rappelle rien ?

La mise en confinement de l’idéologie néolibérale

Lorsque le secours de l’État devient urgent et impératif, l’idéologie n’a plus cours. Tant que le pays peut se consacrer à ses affaires, tout va bien. On oublie vite les bienfaits immenses que l’État prodigue en matière de services publics et de solidarité nationale. La crise du Covid-19 a totalement discrédité le catéchisme des néolibéraux comme celui de la fin de l’État-nation, qui serait forcément incompatible avec les affaires. Où est passé le dogme d’une « société civile » fantasmée qui serait capable d’assumer les compétences d’un État trop lourd et trop  cher, comme le sont la Sécurité sociale, l’Éducation et le bien-être des citoyens ?

Totalement disparues également, les évocations laudatives du fonctionnement optimal des marchés financiers – tellement plus rationnels et efficients que l’État -, mais qui n’hésitent pas, eux, à faire plonger l’économie dans la recession en dépit des leçons bien apprises sur la somme des décisions individuelles qui aboutissent, comme chacun sait, au bien-être collectif…

Soit l’Europe retrouve une vision pour la puissance, soit elle disparaîtra bientôt

Avec le recul, il apparaît que le mépris de la frontière est la plus grande faute politique et morale de nos élites, qu’elles soient nationales ou européennes. Sans frontière, aucune souveraineté n’est possible, quelle soit populaire ou bien nationale. Plus grave encore : sans frontière, le contrat social devient impossible. Quels sont mes devoirs, quels sont mes droits, à quelle autorité dois-je faire allégeance ? Et qui me protège ?

Ces questions, qui sont le coeur battant du Politique, posent la question de l’effondrement du projet européen, tel qu’il n’est pas incarné par les institutions de l’UE. La souveraineté n’est pas seulement une affaire de frontière. Elle suppose la puissance, car il n’existe pas de frontière sans une puissance publique pour la garantir. Or, séparées, solitaires, les nations européennes n’ont plus les clés de la puissance souveraine (3). Aucune ne peut échapper à un cruel destin, car l’incapacité est devenue démographique, scientifique, technologique, économique, militaire et psychologique.

Les exagérations, aveuglements et dérives de la gouvernance mondiale sont dores et déjà remises en cause. Même si les grandes firmes transnationales vont tout faire pour essayer de nous convaincre du contraire. L’idée de mondialisation heureuse, qui avait déjà du plomb dans l’aide, est devenue totalement inaudible. Heureuse ? Elle l’a été, bien sûr, dans un premier temps : pour les pauvres des pays pauvres et pour les riches des pays riches. Jusqu’à ce que les classes populaires et moyennes des pays développés découvrent le pot aux roses et que leur déception se transforme en frustration, en colère et maintenant, en populisme.

Le monde perdu d’Homo Festivus

Au-delà de la crise sanitaire et financière dont nous arriverons bien à nous relever, certes un peu « sonnés », c’est tout un mode de vie insouciant, hédoniste, individualiste et festif qui, aujourd’hui, est remis en cause. Ce mode de vie, faut-il le rappeler, est insoutenable dans la durée ; il se traduit pour tout ou partie de l’humanité, par une mobilité permanente, sans limites ni entraves. Un mouvement de type brownien, avec tous les coûts écologiques associés. Si l’on prend en compte les incessants voyages économiques, auxquels on ajoute le tourisme de masse (1,4 milliard de touristes en 2019), cela donne 4 milliards de passagers aériens en 2017, et 8 milliards « espérés » en 2035… (4). Mais ça, c’était avant la pandémie. Une folie !

Face à l’urgence sociale et politique, les gouvernements n’auront d’autres choix que de remettre en cause « l’économie casino », financièrement sans bornes, et ces « chaînes de valeur » qui ne tiennent aucun compte des coûts écologiques externalisés. C’est non seulement un mode de vie qui est déjà remis en cause, mais toute une Civilisation qui, très naturellement, va devoir se repenser et se reconfigurer.

Car après cette période inédite, dans une ère de profondes turbulences, les Grands Ensembles vont avoir du mal à se remettre de cette pandémie (5) : la division internationale du travail (qui a conduit à délocaliser en Asie nombre de productions médicales), les marchés financiers (qui ne pourront prospérer indéfiniment coupés de l’économie réelle), l’Union européenne (qui étale plus que jamais ses divisions et son impotence), les métropoles (si vite saturées, si peu résilientes), etc. On ne citera jamais assez cette phrase de Ken Rogoff, ancien chef économiste du FMI :

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on le pense, mais finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine » (6)

  1. En 1400, la population est partout inférieure à ce qu’elle était en 1350. Les chiffres de décès sont considérables. La Peste Noire emporta, en deux ans environ, le tiers des européens, selon les chiffres donnés par Froissart, la moitié pour Simon de Corvino. Certaines régions sont très touchées, comme la Normandie qui vit le jeu des pestes à répétition emporter entre 70 à 80% de la population (voir Jean de Venette, le carme de parisien qui écrit une chronique de 1340 à 1368), mais aussi le Languedoc et la Provence. La peste est surtout un phénomène urbain, car la densité de la population favorise la contagion.
  2. Le 18 Mars 2020, le Conseil des gouverneurs de la BCE annonce un nouveau programme d’achats d’urgence face à la pandémie, doté d’une enveloppe totale de 750 milliards d’euros jusqu’à la fin 2020, lesquels s’ajoutent aux 120 milliards décidés le 12 mars. Cela représente, globalement, 7,3 % du PIB de la zone euro.
  3. L’affirmation de la souveraineté européenne dans l’espace géopolitique suppose de restaurer au plus vite les éléments constitutifs de notre puissance : la promotion et la défense des frontières communes ; l’autonomie sanitaire, à commencer par la maîtrise de la chaîne de production des médicaments ; la souveraineté alimentaire ; la souveraineté énergétique, supposant la stabilité des approvisionnements énergétiques car nous ne trouverons jamais assez de puissance avec seulement l’éolien et le solaire, ou alors il sera bien trop tard ; la souveraineté économique et commerciale ; la souveraineté scientifique et technologique, car le champ stratégique des biotechnologies est en voie de passer entièrement sous le contrôle absolu du conflit Sino-Américain.
  4. Si les 7 milliards actuels d’Homo sapiens ne vont pas redevenir des chasseurs-cueilleurs dans la vallée du Rift, on commence néanmoins à prendre conscience des ravages du tourisme de masse, qu’il ne faut surtout pas confondre avec le voyage : Dubrovnik, Santorin, Angkor sont déjà des victimes précoces. Et demain, Venise ?  Faut-il vraiment atteindre « 100 millions de touristes » en France, quoi qu’il en coûte ? Est-ce bien raisonnable ?
  5. Cf., Olivier Rey, Une question de taille, Paris, Stock, 2014. La plupart des crises contemporaines (politiques, économiques, écologiques, culturelles) tiennent au dédain affiché par la modernité pour les questions de taille. Nous mesurons tout aujourd’hui, des volumes de transactions à la bourse aux taux de cholestérol, de la densité de l’air en particules fines au moral des ménages. Mais plus nos sociétés se livrent à cette frénésie de mesures, moins elles se révèlent aptes à respecter la mesure, au sens de la juste mesure. C’est comme si les mesures n’étaient pas là pour nous aider à garder le sens des justes proportions mais, au contraire, pour propager la folie des grandeurs…
  6. Cité par Pablo Servigne et Raphaël Stevens dans Comment tout peut s’effondrer, Paris, Le Seuil, 2015. Un manuel de « collapsologie » utile par les temps qui courent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.