La soumission de l’industrie pharmaceutique européenne aux exigences du « Global Market »

« La lune éclaire le sable et la lagune. Le vent a lavé le ciel noir. Il fait presque froid. Je marche pieds nus sur mon sentier, sans faire de bruit. Je suis vêtu seulement d’un pantalon et d’une chemise sans col, et l’air de la nuit me fait frissonner délicieusement. J’ai le coeur qui bat comme un collégien qui a fait le mur. Tandis que j’attendais que tout le monde soit endormi, j’écoutais les coups de mon coeur, il me semblait qu’ils résonnaient dans tout le bâtiment de la Quarantaine, jusque dans le sol, qu’ils se mêlaient à la vibration régulière qui marque le passage du temps. Depuis le débarquement, ma montre s’est arrêtée. Sans doute l’eau de mer, le sable noir, ou le talc qui affleure, qui vole dans les rafales de vent. Maintenant, j’ai une autre mesure du temps, qui est le va-et-vient des marées, le passage des oiseaux, les changements dans le ciel et dans la lagune, les battements de mon coeur. »

J. M. G. Le Clézio, La Quarantaine, Paris, Gallimard, 1995.

Les citoyens d’Occident semblent découvrir aujourd’hui « une vérité qui dérange » (1) : la Chine est devenue l’usine de production de plus de 80% des principes actifs utilisés par l’industrie pharmaceutique dans le monde. On apprend par exemple que l’Empire du milieu produit 97% des matières premières et des substances chimiques nécessaires à la production des antibiotiques génériques consommés aux États-Unis, pourtant adversaire géopolitique déclaré.

Depuis longtemps, sous l’emprise de l’idéologie du « marché global », nous sommes habitués à ce que les firmes transnationales entourent leurs chaînes de production d’un voile de mystère. Mais les très graves tensions qui aujourd’hui affectent les approvisionnements en médicaments vitaux, poussent nos gouvernants pris en défaut à réclamer des comptes plus précis.

Le nouveau mot d’ordre en Occident : rapatrier les lignes de production vitales

En France, cela fait déjà plus de dix ans que l’Académie nationale de Pharmacie alerte sur la perte de souveraineté engendrée par une dépendance excessive à la Chine et à l’Inde (2). Bruno Bonnemain, membre de l’Institution, explique que dès 2011, l’Académie s’est mobilisée auprès des autorités de santé : « Pour 86% des hôpitaux en Europe, la question des pénuries est devenue un sujet de préoccupation quotidien. Les principales classes impactées sont […] les anti-infectieux et les anticancéreux, suivi de près par des médicaments d’urgence-réanimation, médicaments de cardiologie et les anesthésiques » (3).

Il s’agit d’une vulnérabilité stratégique à hauts-risques : à ces carences s’ajoutent de nombreux problèmes tels que les mises à l’arrêt d’usines pour des raisons climatiques, environnementales, techniques ou sociales. Sans parler des scandales liés à la qualité des médicaments comme celui de l’Héparine, un fluidifiant sanguin importé de Chine, qui a provoqué la mort de 81 personnes aux États-Unis (4).

Années 1990 : le Grand Basculement

Dans les années 1980, l’Europe conserve encore une industrie pharmaceutique puissante. Quelques 80% des principes actifs sont fabriqués sur le territoire européen. Trente ans plus tard, les chiffres sont inversés. Le Grand Basculement a commencé dans les années 1990, puis s’est accéléré au début des années 2000 lorsque les firmes transnationales ont décidé de délocaliser massivement, pour des raisons de coût de main-d’oeuvre et de règles environnementales jugées trop contraignantes.

A l’heure de la globalisation, qualifiée avec gourmandise par les adorateurs du Divin Marché de « win-win », le secteur pharmaceutique rompt avec le schéma industriel initial qui consiste à tout produire sur le même lieu. Avec la concurrence des génériques produits dans les pays émergents, le secteur pharmaceutique en vient à sous-traiter à la fois la production de la matière première et les principes actifs, pour finir dans bien des cas, à faire produire dans son entièreté le médicament lui-même. Le « win-win » a ceci de miraculeux qu’il permet aux uns de décoller et aux autres de produire à bas prix…

On se souvient de l’époque où c’était l’Allemagne, et non la Chine, qui était appelée l’usine pharmaceutique et chimique du monde. Mais c’est la même histoire, les mêmes renoncements qu’en France, avec son lot de délocalisations massives vers l’Asie. Stefan Laufer, qui fût jusqu’en décembre 2019 le président de l’Association Nationale des pharmaciens Allemands, décrit précisément ce qu’il a vu : « Sous la pression des agences d’assurances de santé allemandes, les médicaments sont devenus un produit dont le critère essentiel était le prix, et non la qualité » (5).

Manifestement, nous avons surestimé la valeur du marché global : en croyant qu’il n’y avait plus besoin de penser indépendance locale puisque le marché répondrait toujours présent, nous avons renoncés à tout principe de précaution, à toute indépendance continentale. Malheureusement pour nous, la tragédie en cours nous montre qu’il n’y a pas de marché global. Chacun des pays européens a fermé ses frontières et se bat avec férocité aux fins de récupérer des masques et des médicaments.

Pour une Amérique qui considérait le « marché global » comme une véritable vache sacrée, le réveil est particulièrement douloureux. Certes, depuis 2016, l’Administration Trump a réhabilité le protectionnisme, mettant en cause la Chine notamment pour la grande bataille de la 5G. Mais avec le Covid-19, les Américains réalisent à quel point ils sont dépendants pour leur santé. La Chine s’est imposée comme puissance dominante sur le marché américain des matières premières et des principes actifs pour génériques, ainsi que sur le marché des antibiotiques génériques, ce qui crée une grande vulnérabilité stratégique.

La relocalisation industrielle : condition pour retrouver souveraineté et prospérité

Nous savons que le Covid-19 est une zoonose, c’est-à-dire une maladie où un agent infectieux propre aux animaux parvient à passer chez l’homme. Le virus actuel – comme ses prédécesseurs ayant provoqué le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère, 2003), la grippe aviaire (2004) et la grippe porcine H1N1 (2009) – est né sur un marché traditionnel chinois, où s’entassent animaux domestiques et sauvages vivants dans des conditions d’hygiène apocalyptiques, avant d’être abattus sur place après leur achat. Ces marchés sont qualifiés en Chine d’ « humides », car y coulent quantité de liquides d’origine animale.

Nous pouvons réduire très fortement notre dépendance à la Chine ; ce serait le cas avec une relocalisation massive de nos productions stratégiques sur le territoire national et européen, à commencer par celle des médicaments. C’est le vrai pari gagnant-gagnant pour la décennie : la Chine, en se recentrant sur son marché intérieur pourrait bien mieux s’occuper de sa propre population et les Européens, retrouver souveraineté politique et prospérité économique.

L’idée d’un découplage stratégique avec la Chine est devenue centrale à Washington : au Congrès, un projet de législation visant à encourager le rapatriement de certaines lignes de médicaments a été introduit par un groupe d’élus démocrates et républicains : cette initiative bi-partisane vise à remettre en cause les principes de la gouvernance mondiale.

Selon Charles Lipson, Professeur émérite de Sciences Politiques à l’Université de Chicago :

« Cette pandémie jette une ombre sur le cadre mondial. Cela soulève des questions fondamentales sur le degré d’interdépendance que les nations veulent. Les réponses varieront selon le pays, le secteur industriel ou le partenaire commercial. Les grands pays, en particulier les États-Unis, opteront pour un peu plus d’autonomie. Les plus petits et l’Union européenne seront confrontés à des choix difficiles. Le meilleur résultat serait que les États-Unis négocient pour ouvrir des marchés étrangers et que toutes les démocraties avancées coopèrent plus largement sur les données de santé et partagent les fournitures essentielles, même en cas d’urgence. Le plus grand impact, cependant, sera sur la Chine lorsque le plein impact de sa tromperie, de sa malveillance, de sa répression, de son secret et de son agressivité deviendra clair. Les résultats ne seront pas heureux pour le régime communiste du pays » (6).

  1. Nous empruntons cette formule au titre du documentaire américain de Davis Guggenheim sorti en 2006. Il s’agit d’une présentation multimédia préparée par l’ancien vice-président des États-Unis Al Gore, aux fins de sensibiliser l’opinion publique aux conséquences du réchauffement planétaire.
  2. Cf., Stéphanie Benz, « La pénurie de médicaments en Europe, l’autre risque sanitaire du coronavirus », in L’Express, 16 février 2020.
  3.  Voir le très instructif Rapport de l’Académie nationale de Pharmacie (101 pages) intitulé « Indisponibilité des médicaments », 20 juin 2018.
  4. En janvier 2008, la Food and Drug Administration (FDA), chargée du contrôle des médicaments outre-Atlantique, est alertée par une série d’accidents graves survenus chez des patients traités par de l’Héparine sodique par voie intraveineuse. Il s’agit de troubles allergiques potentiellement mortels apparaissant immédiatement après l’injection : plaques rouges, œdème, hypotension.
  5. Voir Institut Économique Molinari, Les effets économiques de la politique des prix de référence des médicaments en Allemagne, Bruxelles, décembre 2006.
  6. « Comment le virus de Wuhan va changer l’ordre mondial » in FR24 News, 8 avril 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.