De la stricte domination des masses par les mécanismes de la « viralité ».

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair obscur, surgissent les monstres ».

Antonio Gramsci, Les Cahiers de Prison, Cahiers 3, 1929-1935.

Nous vivons des évènements qui resteront sans doute dans les manuels d’histoire comme un moment exceptionnel, un fabuleux spectacle où les dirigeants ont décidé de couper net les activités économiques, de mettre les travailleurs au chômage technique, en même temps qu’ils transformaient nos démocraties en États policiers pour calfeutrer tout le monde à domicile. Il fallait couper le courant des flux humains et des flux économiques pour couper la propagation du virus.

Disons que ce black-out de deux mois est la première grande expérience d’une mondialisation malheureuse, après tant et tant d’années où des prophètes en transe ont chanté les vertus d’une mondialisation forcément heureuse.

Jadis, les virus se diffusaient dans l’ombre, à bas-bruit ; on ne se rendait compte de l’ampleur des épidémies qu’une fois celles-ci terminées. Aujourd’hui, par la grâce de l’information mondialisée, on a pu suivre, en temps réel, la propagation de la covid-19 et ses conséquences, avec, en point d’orgue chaque soir, un décompte macabre des morts égrené par le directeur général de la santé.

Cette publicité faite au virus de Wuhan a mis entre parenthèses toute autre actualité, réduisant notre horizon de pensée à cette seule pandémie. Une véritable onde de choc systémique a déferlée sur la planète, en provenance de l’épicentre situé dans la province du Hubei, saisissant d’effroi la population mondiale. A la peur d’une contamination, on a vu s’ajouter la peur de la peur. Une sorte de peur au carré, résultat d’une inquiétude savamment entretenue par la technostructure en totale déliquescence, relayée par tous les médias de connivence.

Quand, jour après jour, on distille de la peur à haute dose, par capillarité médiatique, à jet continu pendant plus de deux mois, toutes les barrières de la raison, de l’élémentaire hygiène morale, volent en éclat. Plus rien ne tient. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une assignation à résidence fut décrétée non pas ici ou là, mais pays par pays, continent par continent, au point de concerner plus de quatre milliards d’humains. Du jamais vu !

Les noces incestueuses de la technocratie et du pouvoir médiatique

Ce qui s’est donné à voir ces derniers mois, c’est la confirmation de l’analyse de Guy Debord dans ses Commentaires sur la société du spectacle (1988). Le spectaculaire intégré qu’il décrit, c’est celui du pouvoir médiatique, celui de la technocratie et des divers « experts » leur servant la soupe. Le tout, bien sûr, en s’appuyant sur une science totalement désincarnée, science réduite à n’être plus qu’une industrie destinée à servir ses actionnaires, n’hésitant pas à falsifier les études pour de juteux retours sur investissements (1) …

C’est ainsi qu’une nouvelle Caste est apparue, celle des scientistes qui sont avant tout ce que l’on peut appeler « des savants de commerce », ou représentants de commerce, dont la mission est de légitimer l’oligarchie en lui fournissant, en bons commerciaux, les éléments de langage et autres tartes à la crème destinées à endormir le bon peuple.

Le monde a retenu son souffle, s’est mis à l’ombre, dans ses maisons et ses appartements, pour mieux laisser passer l’orage du coronavirus et tenter d’éviter la contamination. Ce confinement inédit par son ampleur est paradoxal : à la pointe de la modernité, la France a choisie une solution pour le moins archaïque, en partie pour n’avoir pas pu disposer, en quantités suffisantes, des moyens rudimentaires pourtant indispensables (masques, gants, protections pour les soignants …).

Pour s’être débarrassé de toutes considérations métaphysiques, la postmodernité a fait des corps l’horizon indépassable de toute action politique : s’il n’y a plus d’au-delà, alors l’ici-bas est le seul objectif politique possible. La fatalité disparaît au profit d’un principe de précaution qui a tout envahit, célébré comme indépassable.

En préférant la sécurité à la liberté, le politique s’est rétréci à la préservation des corps, entraînant de ce fait la mise en place d’une politique sécuritaire dédiée : non pas une politique de responsabilisation des individus face aux risques encourus, mais une politique encore jamais vue de restriction des libertés collectives et individuelles.

Suspension des libertés collectives lorsqu’il est interdit de sortir de chez soi, de quitter son domicile, d’aller au travail, de se réunir en groupe et même d’aller dans les jardins publics. Suspension des libertés individuelles quand il est impératif d’établir de la « distanciation sociale », des « gestes barrières », d’aller voir ses proches. Cette suspension des libertés fondamentales s’est faite grâce à l’instauration d’un contrôle policier implacable. l’Etat s’est autoproclamé responsable des individus, plus qu’eux-mêmes ne le sont, au point de les dépouiller de leurs libertés pour les sauver d’eux-mêmes.

Quand la science est sous contrôle de l’idéologie

S’il est bien sûr indispensable, dans le champ politique, de tenir compte des enseignements de la science pour adopter des mesures adaptées aux fins poursuivies, la décision ne peut, par définition, jamais être du ressort de la science. Quand les gouvernements prétendent aligner leur politique sur les prescriptions de la science, cela signifie qu’ils n’assument pas la responsabilité qui leur est propre, dissimulant ainsi leurs choix en simples conséquences de rapports d’expertise.

Dans l’affaire de la covid-19, ce n’est pas tant les experts qui ont pris le pouvoir : c’est plutôt le pouvoir qui a mis en avant des experts, choisis à cet effet, pour justifier ses décisions. Il a fallu trouver des docteurs Mabuse pour, lorsque le gouvernement l’a jugé bon, être capables d’entériner le fait que le port du masque ne servait à rien pour freiner la propagation d’une maladie transmise par les émissions buccales et nasales. Il fallait oser …

L’oligarchie vient de faire la démonstration, éclatante, que ce n’est pas parce que c’est un scientifique qui s’exprime que sa parole est celles de « la science ». D’abord, cette dernière est tellement étendue qu’il n’existe pas de compétence scientifique généralisée. L’infectiologue Didier Raoult s’est amusé de voir ses avis sur le coronavirus contestés par des personnes beaucoup moins éclairées qu’il ne l’est sur les maladies infectieuses.

Ensuite, il y a des sciences qui étudient des secteurs et des aspects différents du réel, selon des approches qui peuvent elles-mêmes différer. De ce fait, la notion de vérité scientifique n’est pas monolithique, les critères d’appréciation peuvent varier selon les disciplines. Par exemple, on ne saurait établir ni discuter de la même manière la validité de la théorie de la relativité générale en physique, de la sélection naturelle en biologie, des avantages comparatifs en économie. Sans parler de la théorie chère aux néolibéraux et reprise en choeur par la macronie, celle dite du « ruissellement » …

De la mascarade généralisée comme mode de gouvernement

Nicolas Machiavel nous a pourtant prévenu : la voix de l’instinct populaire devient de plus en plus tumultueuse quand l’on réalise, plus ou moins confusément, que le fondement de toute démocratie authentique, à savoir la puissance du peuple, seule puissance instituante, n’est plus pris en compte par le pouvoir institué, c’est-à-dire par le pouvoir d’une élite en déliquescence, en voie de perdition.

Pour tenter d’éviter le pire, des contre-feux sont allumés par l’oligarchie, qui utilise les instruments habituels mis à sa disposition par la politique : tactique et stratégie. Tactique à court terme : mascarade généralisée, mise à distance de l’autre, multiplication des interdictions de tous ordres, etc. Stratégie sur le long terme : isolement de chaque individu, uniformisation de la société à marche forcée, infantilisation à tous les étages. Et pourquoi ces clowneries ? Conforter un pouvoir de plus en plus abstrait, de plus en plus déconnecté de la réalité, qui utilise sans vergogne les recettes éculées des pouvoirs en phase terminale : diviser pour mieux régner.

Personne ne conteste que la pandémie constitue une urgence et qu’avec l’urgence certaines mesures inhabituelles s’imposent. Mais la fragilité de la santé humaine constitue à présent une sorte d’urgence permanente qui peut fournir à l’État une justification permanente pour un état d’exception permanent. Nous ne voyons plus dans l’État que le protecteur de nos droits ; dès lors, la vie étant le premier de nos droits, un boulevard est ouvert à l’inquisition de l’État.

Cela dit, il y a déjà bien longtemps que nous nous en sommes remis à l’État, que nous lui avons accordé le contrôle de nos vies. Cette tendance longue a pris un tour aigu dans la dernière période. La spontanéité de la parole sociale a été soumise à une sorte de censure préalable, qui a pour ainsi dire exclu du débat légitime la plupart des enjeux importants de notre vie commune, ou même personnelle. Lorsqu’il s’agit des questions dites « sociétales », une idéologie commune dicte le permis et le défendu, l’honorable et le déshonorant, le noble et le vil.

C’est ainsi que nous avons parfaitement bien intériorisé le principe d’une discipline de parole et d’expression à laquelle il serait suspect d’opposer la moindre résistance.

.1 Le 22 mai dernier, la prestigieuse revue « The Lancet » publiait une étude sur les méfaits de l’hydroxychloroquine pour soigner la Codid-19. Depuis, trois des quatre auteurs de l’article se sont rétractés. Comment cette revue scientifique de référence a-t-elle pu ainsi passer de la gloire aux déboires ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.