La crise est une menace constante qui pèse sur les démocraties

« A l’origine de ce trouble, il y a le sentiment attristant et irritant qu’éprouvent les hommes d’à présent d’être saisis et entraînés par un engrenage économique et social sur lequel ils n’ont point de prise et qui fait d’eux des instruments ».

Vœux du général de Gaulle, président de la République Française, 31 décembre 1968

La France affronte aujourd’hui une convergence de crises sans précédent depuis les années 1930. Cette fois, ce n’est pas en raison de l’instabilité politique née du parlementarisme, mais du fait de la dérive d’un État qui démultiplie les risques qu’il est censé assurer.

Le reconfinement porte un coup très violent à notre économie. En 2020, la récession va dépasser les 11% du PIB et limitera son rebond en 2021 à 5% (1). L’écart n’a cessé de se creuser entre la posture Jupitérienne d’Emmanuel Macron et ses échecs à répétition dans la gestion des crises, du mouvement dit des « Gilets jaunes » à la pandémie liée à la Covid-19 en passant par le terrorisme islamiste.

Au-delà de son désintérêt manifeste pour les missions régaliennes de l’État (c’est logique, puisque pour un néolibéral, ce sont le marché et le droit qui font les sociétés), sa stratégie du « en même temps » s’est révélée délétère. Efficace en période électorale, cette politique du chien crevé au fil de l’eau se révèle être incompatible avec le gouvernement d’une démocratie par gros temps. Celle-ci exige la mise en oeuvre d’une stratégie qui soit claire, cohérente et compréhensible par tous.

Comme très souvent, les mots sont en total décalage avec la réalité. Face à l’épidémie et à la violence, ils n’ont cessé de jurer avec les faits et les actes : les incessants changements de cap sont allés de pair avec la rigidité des mesures. Pire, le mépris affiché envers les citoyens tenus pour irresponsables permet de justifier la dérive autoritaire du régime.

L’État est devenu le problème et le peuple français la solution

A force de s’étendre et de confondre le politique avec les dépenses financées par l’endettement, l’État a perdu de sa légitimité et de son efficacité. L’épidémie de la Covid-19 est un test cruel et impitoyable qui met en lumière le manque d’anticipation et d’adaptation, l’incapacité à coordonner l’action des ministères, des collectivités locales et des entreprises, sans oublier le retard numérique et la faillite opérationnelle des grands appareils publics (2).

Le lundi 9 novembre 2020, nous avons commémoré le 50 ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle. C’est l’occasion de nous rappeler que pour le fondateur de la V ème République, le capitalisme est atteint, selon sa propre expression, d’une « infirmité morale » qui doit être corrigée. Pour lui, affronter les crises, c’est le lot commun de l’homme démocratique : c’est comme ça, il faut qu’il s’y fasse.

La crise, de quelque nature qu’elle soit, comporte toujours trois temps. D’abord, la résistance comme réaction qui acte le refus du renoncement. Ensuite, la faculté de redressement, de rebond, qui est la manière de surmonter le choc. Enfin vient le temps de la reconstruction : c’est très certainement le moment le plus délicat puisqu’il s’agit de l’effort suprême qui vient à contretemps, alors même que s’éloigne la crise et que tous aspirent, déjà, au simple retour à une vie normale.

L’extraordinaire est une donnée constante sur la durée

La crise n’est pas un simple accident. C’est une menace constante qui pèse sur les démocraties parce qu’il est dans leur nature d’être fragiles, d’être perpétuellement exposées. Par la nature même de leurs institutions délibératives et du cycle électoral qui rythme leur existence, elles sont nécessairement moins réactives que leurs ennemis de tous ordres, qu’ils soient humains ou biologiques.

C’est pour cette raison que dans les périodes de prospérité, il faut toujours garder à l’esprit la permanence du risque, de la menace, qui peuvent provenir de l’extérieur (guerre, terrorisme importé), mais aussi de l’intérieur (encore le terrorisme, les communautarismes, les éléments de désordre grave ou de guerre civile). A ce titre, il est remarquable que cette année – l’année Charles de Gaulle – soit celle de toutes les agressions, de tous les risques conjugués : un virus, les catastrophes naturelles, l’effondrement économique et la barbarie islamiste.

Contre le rêve de la « mondialisation heureuse », la tragédie de l’Histoire

La vision gaullienne du monde est habitée par l’Histoire, et de ce fait, elle est nécessairement tragique. Mais elle est également chargée d’optimisme. Pour Charles de Gaulle, dont le maître mot est « espoir », la volonté humaine peut toujours infléchir l’évènement si on sait appréhender le réel avec courage, dans sa profondeur, pour en tirer l’énergie nécessaire à l’action aux fins de préserver les libertés.

Il est saisissant de voir à quel point cette vision est en phase avec le choc du réel que vivent nos sociétés qui « dansent sur un volcan ». Se posent à nouveau, avec une acuité encore jamais connue, la question de la souveraineté, la question sociale, la cohésion territoriale et la refondation d’un nouveau rapport entre l’État et les forces actives de la nation. En ces heures sombres, ses réflexions sur le concept de « participation » se révèlent être particulièrement pertinentes. Ses interrogations sur le devenir des grandes démocraties occidentales se sont révélées également être extrêmement fécondes.

Pourquoi la vision gaullienne nous semble-t-elle si étrangement vivante aujourd’hui ? Si l’on ne peut pas affirmer qu’il s’agit d’une forme de nostalgie, force est de constater toutefois que celle-ci paraît venir du plus lointain passé ; ce sont des « gouttes de passé vivant », comme l’écrivait la philosophe Simone Weil. Cette femme si frêle et si courageuse, qui avait rallié la France libre et mourut avant d’avoir pu accomplir son désir le plus profond ; celui de rejoindre la résistance intérieure.

« Transformer un projet en destin »

En 1942, elle se lance dans la rédaction de L’Enracinement. Cet ouvrage, inachevé, est pour elle l’occasion de poser les bases morales du monde d’après-guerre, après la victoire des Alliés. Plus spécifiquement, ce qu’elle recherche c’est le sursaut politique des Français pour sauver le peu de valeurs spirituelles qui subsistent encore. Pour la philosophe, chacun d’entre nous s’enracine dans différentes collectivités (foyer, famille, corporations professionnelles, patrie…) dont il reçoit la quasi-intégralité de sa vie morale et spirituelle. Ces collectivités temporelles sont donc les seules garantes d’un trésor ancestral, qu’elles transmettent de génération en génération : elles en sont les forteresses. C’est à cette fin, et uniquement à cette fin, qu’elles doivent être protégées, et elles ne peuvent l’être que par une démocratie vivante et partagée.

Le philosophe paysan Gustave Thibon disait de Simone Weil : « C’est le seul être chez lequel je n’ai vu aucun décalage réel entre l’idéal qu’elle affirmait et la vie qu’elle menait ». Encore étudiante, Simone Weil élabore une philosophie du travail bien éloignée de certaines visions de l’époque. Loin d’être une malédiction (tripalium), le travail est pour elle une véritable façon d’être au monde. Il est une médiation entre l’homme et son œuvre, mais aussi entre l’homme et les autres, car le travail permet de dépasser son intériorité pour se confronter à la matière.

Fondamentalement, le travail est le propre de la condition humaine ; en travaillant, l’homme façonne le réel et se sent appartenir au monde. Il fait l’expérience de sa liberté :

« L’opposition entre l’avenir et le passé est absurde. L’avenir ne nous apporte rien, ne nous donne rien ; c’est nous qui pour le construire devons tout lui donner, lui donner notre vie elle-même. Mais pour donner il faut posséder, et nous ne possédons pas d’autre vie, d’autre sève, que les trésors hérités du passé et digérés, assimilés, recréés par nous » (3).

 

  1. Cf., prévisions du Ministère des Finances, novembre 2020.
  2. Voir Blaise Pascal, Trois discours sur la condition des Grands, Paris, Garnier-Flammarion, 2011, pp. 252-253. « Il y a dans le monde deux sortes de grandeurs ; car il y a des grandeurs d’établissement et des grandeurs naturelles. Les grandeurs d’établissement dépendent de la volonté des hommes, qui ont cru avec raison devoir honorer certains états et y attacher certains respects ». Si l’ordre social est arbitraire, cela ne signifie pas pour autant qu’il est absurde. La sottise consiste précisément à ne pas comprendre en quoi il repose sur une illusion nécessaire et utile. Encore faut-il que les Princes qui nous gouvernent soient à la hauteur.
  3. Simone Weil, L’Enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain, Paris, Gallimard, 1949.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.