De la république du traçage à la société de surveillance cybernétique

« La nouvelle aristocratie était constituée pour la plus grande part de bureaucrates, de savants, de techniciens, d’organisateurs de syndicats, d’experts en publicité, de sociologues, de professeurs, de journalistes et de politiciens professionnels. Ces gens, qui sortaient de la classe moyenne salariée et des rangs supérieurs de la classe ouvrière, avaient été formés et réunis par le monde stérile du monopole industriel et du gouvernement centralisé. Comparés aux groupes d’opposition des âges passés, ils étaient moins avares, moins tentés par le luxe, plus avides de puissance pure et, surtout, plus conscients de ce qu’ils faisaient, et plus résolus à écraser l’opposition ».

George Orwell, 1984, Folio, p. 291

Aborder la problématique du biopouvoir (1) consiste à étudier la mise en place au XVIII ème siècle d’une technologie de gouvernement singulière : distincte des mécanismes disciplinaires classiques, elle a pour objet la population et entreprend de la gérer à partir de la connaissance des phénomènes qui lui sont propres (natalité, mortalité, longévité, morbidité, etc.). Alors que la discipline, comme l’a montré Surveiller et punir (1975), s’exerce par un dressage individuel du corps, le biopouvoir – qui ne se substitue pas à la discipline, mais fonctionne à un autre niveau – cherche, par des mécanismes globaux, à réguler les processus de l’homme-espèce : « Fixer un équilibre, maintenir une moyenne, établir une sorte d’homéostasie, assurer des compensations ; bref, installer des mécanismes de sécurité autour de cet aléatoire qui est inhérent à une population d’êtres vivants » (2).

Le sujet qui nous intéresse ici est celui de l’articulation du biopouvoir avec la question du libéralisme. L’émergence du biopouvoir n’est pas seulement décrite par Foucault comme l’évènement d’une importance centrale pour l’essor du capitalisme : elle se trouve replacée à l’intérieur de la mutation plus profonde que constitue la naissance de la raison gouvernementale libérale.

Le libéralisme, « cadre général de la bio-politique » : force est de constater que cette thèse, étonnante en 1978-1979, n’a rien perdu de sa pertinence. Il nous faut d’abord préciser que le libéralisme, tel qu’il est envisagé par Foucault, ne désigne pas tant une théorie économique ou juridique qu’une tentative pour rationaliser la pratique gouvernementale, selon un principe d’économie maximale. C’est ainsi que le libéralisme est lié, dans sa genèse même, au problème du coût du pouvoir. Non pas simplement : comment gouverner mieux au moindre coût (c’est la question que se pose tout pouvoir soucieux de maximiser ses effets), mais comment ne pas trop gouverner, puisque tout un ensemble de choses échappent par nature au contrôle du gouvernement.

De la loi à l’économie politique

En 1977, lors d’une intervention sur le rôle des institutions judiciaires (3), Foucault définit encore le libéralisme de façon classique, le caractérisant comme limitation légale du pouvoir par la loi : « Il me semble que la grande formule qui a été mise au point à la fin du XVIII ème siècle, c’est ce que pourrait appeler la formule du libéralisme-légalisme : liberté-loi. Le système liberté-loi, c’était une certaine manière d’envisager, de définir la façon dont on pourrait exercer le pouvoir : dans un schéma de l’économie rationnel on considère les individus comme sujets de droit détenant un certain nombre de libertés, et liés par un certain pouvoir qui limite lui-même son exercice par la loi ».

En 1979, ce n’est plus en termes de loi, mais d’économie politique qu’est définie cette autolimitation, le droit ne jouant plus alors qu’un rôle de limitation externe, caractéristique du gouvernement de la raison d’État. Une substitution s’est opérée : au principe de limitation externe du pouvoir que constituait le droit, s’est imposé un principe de limitation interne sous la forme de l’économie.

L’économie politique porte en elle l’exigence d’une autolimitation de la raison gouvernementale, articulée sur la connaissance du cours naturel des choses. C’est l’irruption d’une nouvelle rationalité dans l’art de gouverner : gouverner moins, par souci d’efficacité maximale. L’objectif ici est d’intégrer la « naturalité » des phénomènes auxquels on a affaire. Cette gouvernementalité, liée dans son effort d’autolimitation permanente à la question de la vérité, Michel Foucault l’appelle « libéralisme ».

De cette conception du politique, découle très naturellement la question de la population. Au XVIII ème siècle, époque où règne l’État de police, la population demeure un objet passif, soumis à la volonté toute-puissante du souverain. Une sujétion d’autant plus utile à l’État qu’elle est encadrée et disciplinée. Cette façon de traiter la population change complètement au XVIII ème siècle dans le discours des économistes : désormais, on la considère non plus comme une collection de sujets devant obéir au souverain, mais comme une réalité dépendante de toute une série de variables (climat, environnement matériel, état des subsistances, etc.) qu’il faut connaître aux fins d’être en capacité d’agir sur elle. En somme, ce que découvre l’économie politique, c’est « la naturalité de la population ».

Les mécanismes de sécurité se substituent aux techniques de discipline

Si elle rompt avec le dirigisme de l’État, cette naturalité ne marque pas pour autant l’abandon des finalités de la raison d’État puisqu’il s’agit toujours d’augmenter les forces de la puissance publique dans le cadre de la recherche permanente d’un équilibre politique, qu’il soit intérieur ou extérieur.

Les formes de cette rationalité d’État vont se révéler très différentes de celles qui ont prévalues précédemment : non plus les techniques de disciplines assujettissant les corps de façon contraignante, mais les mécanismes de sécurité qui permettent de gérer les processus naturels, qu’ils soient économiques ou démographiques, en permettant d’intégrer les individus dans leur dynamique.

C’est à cette double fonction que répond l’idée de « société ». Alors que la pensée libérale, dans sa version classique, oppose la société à l’État, comme la nature à l’artifice ou la spontanéité à la contrainte, Foucault met en lumière le paradoxe que constitue leur relation. En effet, la société est à la fois cette réalité complexe, indépendante, régie par ses propres mécanismes de régulation qui oblige le gouvernement à s’autolimiter, et le lieu d’une intervention gouvernementale permanente, non seulement pour en contrôler les possibilités de désordre, mais pour produire, majorer, multiplier ces libertés dont a besoin le système libéral.

Nous sommes donc face à un paradoxe pour le moins problématique : condition du moindre gouvernement libéral et « en même temps », cible d’une gouvernementalité indéfinie. « Un gouvernement omniprésent, un gouvernement auquel rien n’échappe, un gouvernement qui obéit aux règles de droit et un gouvernement qui, pourtant, respecte la spécificité de l’économie, ce sera un gouvernement qui gérera la société civile, […] qui gérera le social. » (4).

De ce qui précède, il apparaît que l’intérêt de Foucault pour le libéralisme ne témoigne pas d’une conversion soudaine à l’air du temps. Il procède de la tâche critique qu’il assigne à la philosophie : montrer quelles formes de pouvoir, et donc quelles possibilités pour les libertés, caractérisent notre présent. Le « libéralisme » ne représente pas l’accomplissement de l’histoire ni l’avènement d’une vérité définitive, mais la rationalité gouvernementale qui nous régit depuis maintenant plus de deux siècles.

Rationalité qui fonctionne, sans doute, à la liberté ; mais qui ne cesse également, à partir d’elle et autour d’elle, de renforcer les stratégies de sécurité. Tel est, pour Michel Foucault, le « cadre général de la biopolitique ». L’un des domaines privilégiés de l’investigation du philosophe est la médecine. Naissance de la clinique (5) interroge la constitution de la médecine moderne en fonction de l’émergence dans le jeu de la parole et du regard, de l’expérience clinique.

L’émergence d’une autorité médicale comme pouvoir sur la vie

Par la médecine, l’individu devient l’élément d’une population dont l’unité provient de l’ensemble des risques que fait peser sur elle le pouvoir médical. La médecine construit bien, en ce sens, la population comme son objet d’application privilégié, cela non pour améliorer nécessairement le sort des individus qui forment cette population, mais pour mieux prendre en compte les évènements de la vie. « Le médecin et le biologiste ne travaillent plus dorénavant au niveau de l’individu et de sa descendance mais commencent à le faire au niveau de la vie elle-même et de ses évènements fondamentaux » (6). Ce n’est plus l’individu mais la vie qui est le vrai sujet de la médecine, l’individu n’apparaissant plus que comme le point contact de la vie, de la médecine et du risque médical dans une visée proprement politique et qui culmine dans ce que Foucault nomme « le phénomène de la médicalisation indéfinie » (7).

La médicalisation de la vie est ainsi la traduction ultime de l’extension du pouvoir médical : il caractérise la diffusion du risque médical dans les domaines non médicaux. La médicalisation de la société est alors obtenue par une extension de l’autorité médicale, appelée à fonctionner non plus seulement comme autorité de savoir, mais également comme autorité de pouvoir politique et social. Elle se diffuse dans l’ensemble des problématiques relatives à la nation, mais aussi aux collectivités locales, à la ville, aux entreprises, faisant ainsi entrer des domaines extérieurs à la santé publique dans la médecine elle-même : l’air, l’eau, les constructions, les terrains, les égouts, l’alimentation, les modes de vie…

La médicalisation de la vie humaine est l’évènement majeur de la biopolitique : « Le corps est une réalité bio-politique ; la médecine est une stratégie bio-politique » (8). Elle révèle que l’histoire de l’homme se confond de plus en plus avec l’histoire de la vie au point que les phénomènes vitaux (maladie, vieillesse, pandémie…) deviennent déterminants dans la compréhension du devenir de l’humanité. La crise de la Covid-19 nous montre que nos États tendent eux-mêmes à se définir de plus en plus comme des « États médicaux ouverts dans lesquels la médicalisation est sans limites » (9).

Lorsque le 17 mars 1976 Michel Foucault défini l’émergence du biopouvoir comme la prise en compte par l’État de la vie, des processus biologiques de « l’homme-espèce » (10), il définit non plus seulement celui-ci en tant que sujet considéré isolément en sa seule force corporelle (la discipline), mais il l’intègre également dans une population dont le principal souci pour les gouvernants est désormais son contrôle et sa régulation.

  1. M. Foucault, Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard/Le Seuil, coll « Hautes Études »,1979.
  2. M. Foucault, Il faut défendre la société, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1997, cours de 1975-1976, pp. 216-226.
  3. Texte publié dans la revue Justice, n° 115 (juin 1984), pp. 36.39.
  4. In Naissance de la biopolitique, op. cit., 12 ème leçon.
  5. M. Foucault, Naissance de la clinique, Paris, Presses Universitaires de France, 1963.
  6. M. Foucault, « Crise de la médecine ou crise de l’anti-médecine ? », in Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994, t. III, p. 43.
  7. Ibid., p. 48.
  8. « La naissance de la médecine sociale » in Dits et écrits, op. cit., t. III, p. 210.
  9. « Crise de la médecine ou crise de l’anti-médecine ? », op. cit., p. 53.
  10. M. Foucault, Il faut défendre la société, op. cit., p. 216.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.