Décision contre délibération : une théologie politique

« L’antagonisme politique est le plus fort de tous, il est l’antagonisme suprême, et tout conflit concret est d’autant plus politique qu’il se rapproche davantage de son point extrême, et de la configuration opposant l’ami et l’ennemi. »

Carl Schmitt, La notion de politique. (1).

Les critiques adressées par Carl Schmitt à la République de Weimar peuvent-elles apporter des solutions dans les réflexions actuelles visant à penser certaines limites des principes démocratiques ?

Le fait de se réclamer publiquement des droits de l’homme, de la démocratie ou bien de la République n’a jamais empêché certains régimes d’exercer une domination arbitraire ainsi que les pires violences sur les populations administrées. Comment un régime politique fondé sur des bases constitutionnelles peut-il garantir la stabilité de la société lorsque son autorité est remise en cause et que s’installe l’État d’exception ?

Le livre de Carl Schmitt Die Diktatur, publié en 1921 chez Duncker & Humblot, constitue une des premières réponses de Schmitt à cette question problématique. Il s’agit d’une étude théorique sur la nature de la dictature, depuis l’ancienne Rome jusqu’au régime de Lénine : cette plongée dans l’histoire aboutit à une réflexion sur le rôle que pourrait jouer le président de la République de Weimar à partir de l’article 48 de la Constitution.

Le but de Carl Schmitt est d’essayer de comprendre de quelle manière le recours à un pouvoir dictatorial peut préserver la société des violences qui menacent sa tranquillité. La question n’est pas simple car la dictature peut également être invoquée par des gouvernements révolutionnaires tels que les Jacobins ou bien les bolcheviques (2). Il s’agissait d’un régime transitoire justifié par les circonstances d’une époque donnée, appelant elle-même à la mise en place « d’un droit d’exception » (3).

Le titre La dictature reprend celui donné par Donoso Cortès à son discours de 1849 prononcé à l’Athénée de Madrid (4). Selon Carl Schmitt, les auteurs de la contre-révolution catholique avaient compris, bien avant Marx et Engels, que seul un pouvoir dictatorial pouvait évincer celui qui était en place.

Combattre la méchanceté naturelle de l’homme : critère décisif pour fonder l’absolutisme de l’État

Puisque l’homme est naturellement mauvais, la survie de la société nécessite l’existence d’un pouvoir fort, pouvant revêtir dans les situations d’exception, la forme d’une dictature. Pour Carl Schmitt, le peuple est beaucoup trop imprévisible et irrationnel pour qu’il soit possible de passer un « pacte » ou un « contrat » avec lui. Le seul recours dont le titulaire du pouvoir peut disposer,c’est la domination : soit par la force, soit par la ruse (5).

Carl Schmitt écrit son texte sur la dictature deux ans après l’instauration de la République de Weimar. Bien qu’il ne puisse être qualifié stricto sensu de royaliste (6), il conserve à l’esprit les principes de la monarchie allemande qui avaient été abandonnés après la défaite de la Première Guerre mondiale. Si son texte a pour objet de poursuivre les réflexions de Donoso Cortès considérant la dictature comme une alternative, le problème qu’il se propose de résoudre concerne la place du Président au sein d’une république où les délibérations parlementaires étaient parvenues à s’imposer, malgré l’ensemble des contestations dont elles faisaient l’objet. C’est bien pour combattre le Parlement que Carl Schmitt a construit le concept de « décision », en utilisant, entre autres, les idées de contre-révolutionnaires tels que Donoso Cortès, Louis de Bonald ou Joseph de Maistre.

Carl Schmitt balaye toute une tradition de pensée qui, depuis Kant, considère l’homme comme majeur et intellectuellement émancipé. En construisant ce type de raisonnement justifiant la présence d’un pouvoir fort pour maîtriser les mauvais instinct de la population, il rejette également la nature des droits universels qui protègent les individus pour préférer, par-delà le « juste » et « l’injuste », certaines prérogatives qui renforcent l’autorité de l’État. Dès lors, la souveraineté nationale, incarnée par le Parlement et exercée par les pratiques de la délibération, n’ont plus lieu d’être et la principale préoccupation de Carl Schmitt consiste à renforcer le rôle du Président sous la République de Weimar en invoquant les prérogatives de l’article 48.

Freiner le triomphe d’une société entièrement sécularisée et dépolitisée

Si les principes de discussion et de délibération ont été combattus par le juriste allemand, c’est parce qu’ils incarnent les hésitations et les contradictions d’une civilisation qui a cessé d’être gouvernée par un principe directeur accepté par l’ensemble de la population : à l’époque comme aujourd’hui, le droit n’est plus qu’un instrument formel.

Les premiers passages de la Théologie politique de 1922 ont été publiés dans un recueil de textes en l’hommage de Max Weber (7). Entre 1919 et 1920, Carl Schmitt a participé à Munich aux séminaires donné par l’auteur d’Économie et société. Á cette époque, il est le témoin direct des insurrections qui se sont produites en Allemagne suite à la défaite militaire. C’est dans ce cadre contextuel que se situe la réflexion de Carl Schmitt : son projet est de penser la nature de la souveraineté au sein d’un contexte perturbé par les nombreuses crises politiques. Il déclare : « Est souverain celui qui décide de la situation d’exception ». Á ses yeux, l’État libéral, incarné notamment par la délibération parlementaire et les partis politiques, est incapable de penser la signification autonome de la « décision » (Entscheidung) (8).

Après avoir posé le problème de la définition du souverain, les deux premiers chapitres démontrent que la normativité de la règle de droit est incapable de maîtriser la situation exceptionnelle et que c’est par le biais de la « décision » qu’il est possible de rétablir les normes juridiques. En conséquence, on peut dire que le titulaire de la souveraineté est celui qui est capable de décider lorsqu’il est confronté de la situation exceptionnelle (9).

Une nouvelle gouvernementalité sécuritaire

La pandémie de la Covid-19 qui ravage le monde nous permet de découvrir la mise en place d’un mode de gouvernementalité « démocratique » qui banalise les procédures d’exception (au nom de la lutte contre les dangers nouveaux, que ce soit le terrorisme ou les virus). Cette dérive « grignote » petit à petit les garanties juridiques qui entourent les droits fondamentaux des individus aussi bien que les procédures démocratiques.

La critique de gauche d’un appareil d’État-nation coercitif dont le fonctionnement « normal » masque toujours des processus d’exclusion, d’enfermement, de police, particulièrement visibles sur ses « bords », ses « frontières » physiques et juridiques, permet de déboucher sur la thèse d’un extrémisme du centre comme « variante rénovée de la violence inerte des structures ».

L’ordre libéral intègre sa face d’exception, avouée ou dissimulée, qui tient à ce qu’il s’incarne dans un État garant d’intérêts communautaires et particuliers. S’il est État de droit, il est aussi État de police. État d’intégration des individus et des groupes sociaux à la « communauté des citoyens », mais aussi État d’exclusion des rebelles, des anormaux, des supposés déviants. État « social », mais aussi État de classe organiquement associé au marché capitaliste.

Il nous faut à la fois éviter toute idéalisation républicaine de l’État (qui ne prend en considération que le point de vue de l’ordre ou du « bon ordre ») et pointer sa possibilité de dérive policière permanente, inséparable de l’État comme instance détentrice de la violence légitime. Les droits, que garantit l’État de droit même, pâlissent à mesure qu’on approche de ses marges.

Le « en même temps » : une épiphanie du Neutre

Pour gagner le pouvoir, le candidat Emmanuel Macron a construit un système de valeurs très différent du centre ou de la synthèse : le Neutre. Être « Neutre », c’est être « ni l’un ni l’autre » ; c’est un troisième terme qui a une caractéristique très précise, nous dit Roland Barthes (11). Plutôt que l’affrontement ou la confrontation, le Neutre relève de l’esquive, de la parade, de la suspension du conflit. Selon la Novlangue macronienne, le « en même temps » représente son expression langagière et le « dépassement des clivages », sa formulation tactique. Aux racines du macronisme en conquête se trouve donc le Neutre, une valeur qui réussit le tour de force d’articuler des contraires sans pour autant paraître contradictoire.

L’utilisation d’un vocabulaire a-politique relevant de l’imaginaire de la Gouvernance (on pense ici au « renouvellement », à la « transformation », au terme « réconcilier ») et une quasi-totale absence des mots qui marquent traditionnellement l’appartenance à une famille de pensée bien identifiée (« dette », « frontière », « injustice ») était sensée mettre en scène une forme de verve transformatrice en s’attaquant à des tabous de la politique française.

Emmanuel Macron a compris la force, la fonction et l’importance du symbole pour conquérir et exercer le pouvoir. Le macronisme n’est ni une idéologie ni une méthode de gouvernement : c’est avant tout une symbolique, c’est-à-dire une forme politique qui se pense, se construit et agit par et pour le symbole (12). Le problème est que l’efficacité symbolique de ce dispositif politique s’est effondrée avec la crise des Gilets jaunes. Car un symbole n’imprime jamais seul ; dans toute marque, une esthétique ne fonctionne que lorsqu’elle est solidement amarrée à un récit et à une vision du monde sous-jacents. L’oublier, c’est risquer de dénuder le pouvoir et de se retrouver dans la situation de Richard II (1595) dans la pièce de Shakespeare : « dérisoire roi de neige exposé au soleil de Bolingbroke pour [se] fondre tout en eau ». Lorsque le roi est nu, vacille le pouvoir.

C’est que le récit Gilet jaune est brut, âpre, sans filtre : il raconte les mille tracas du quotidien, les longs trajets en voiture pour rejoindre le lieu de travail, les fins de mois difficiles. Au cadre majestueux des prises de paroles présidentielles, Jacline Mouraud parle depuis son salon et Éric Drouet depuis son camion. Au bleu du consensus s’oppose le jaune du dissensus (13). Aux références élitistes qu’affectionne le Président (la chouette de Minerve, l’itinérance mémorielle, etc.), les tags et banderoles des Gilets jaunes ont réinvestis en les détournant les référentiels de la culture populaire : « Yellow is the new Black », « Gilets jaunes is coming », sans oublier « Insurrection, what else ? ». En se construisant en anti-Neutre, le mouvement des Gilets jaunes est venu percuter frontalement le macronisme.

Ce qui frappe, c’est que la crise sanitaire est venue dérégler un peu plus le « storytelling » macronien : en lieu et place du narratif d’un président supposé compétent, chantre de l’efficacité et de la performance, l’opinion constate avec stupéfaction les défaillances du politique pourtant en charge de l’intérêt général. En lieu et place d’un « Maître des horloges », imposant son tempo et doté d’une forte vision de long-terme, on découvre un président balloté par les évènements, obligé d’improviser, de « faire des paris…». Ici, ce sont les fondamentaux du macronisme qui sont touchés au coeur !

 

  1. C. Schmitt, La notion de politique, Paris, Champs Flammarion, 2009, p. 68.
  2. C. Schmitt, La dictature, Paris, Le Seuil, 2000, pp.13-19 et pp.145-168.
  3. Ibid., p. 36.
  4. Donoso Cortés écrit à une époque (1830-1853) instable, parcourue par une série dramatique d’évènements intérieurs, de l’invasion de Napoléon en 1808 à la guerre de libération couronnée par la Constitution de 1812, de la réaction absolutiste dès 1814 à l’arrivée au gouvernement des libéraux, lesquels, face à la menace carliste, deviennent le principal soutien du droit au trône d’Isabel II.
  5. C. Schmitt, La dictature, op. cit., p. 29.
  6. Nous pensons ici au sens donné au terme par Louis de Bonald ou Joseph de Maistre.
  7. J. Bendersky, Carl Schmitt theorist for the Reich, Princeton University Press, 1983, p. 35.
  8. C. Schmitt, Théologie politique, Paris, Gallimard, 1988, p. 16.
  9. Ibid., p. 23.
  10. D. Schnapper, La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Gallimard, 1994. La nation est aujourd’hui doublement atteinte : à l’extérieur, par les limitations de sa souveraineté que tracent la mondialisation et l’interdépendance des économies ; à l’intérieur, par l’idéologie productiviste qui exalte l’individu et ses intérêts mais ignore le citoyen et ses idéaux.
  11. R. Barthes, Le Neutre. Cours et séminaires au Collège de France (1977-1978), Paris, Le Seuil, 2002.
  12. On se souvient des mises en scène du président empreintes de sacré, et donc de distance comme par exemple son interminable marche, lente et majestueuse dans la cour carrée du Louvre ou ses multiples réceptions au château de Versailles.
  13. « C’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien », Karl Lagerfeld.


Citer ce billet
Franck Juguet (2021, 15 avril). Décision contre délibération : une théologie politique. La cybernétique, science du contrôle et de l’information. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ng10

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.