L’après Covid-19 : pourra-t-on encore rêver New York ?

« Nous étions arrivés balancés par des filins d’acier. Du haut de nos chevaux, nous regardions les fumées. De l’asphalte, des morceaux de pneus, de la gomme et des souliers. J’ai dit : nous détacherons les ponts de cette cité pour qu’elle puisse s’envoler. Pour qu’il n’y ait plus de sang, de sueur ni de larmes. Seulement le silence, coincé entre mon rêve et deux océans. »

Yves Simon, J’ai rêvé New York,1974.

Urbaine par excellence avec 90 % des cas enregistrés dans les villes (1), la pandémie a mis en évidence la fragilité de la métropolisation. La Covid-19 a massivement accentué les inégalités préexistantes : ce sont les milieux défavorisés qui payent le plus lourd tribut à cette crise. Cela se traduit par des taux de contagion et de mortalité plus élevés, s’expliquant en partie par la promiscuité et le manque d’espace disponible pour isoler les malades dans les logements populaires. À cela s’ajoute le fait que les travailleurs dits « essentiels », c’est-à-dire en première ligne face au virus, sont aussi très souvent les plus précaires : livraison, nettoyage, grande distribution, etc. (2).

Les métropoles sont ainsi face à leurs contradictions : la Covid-19 creuse encore davantage le fossé socioéconomique qui sépare leurs composantes. Les grandes métropoles américaines ont par exemple payé un prix élevé à l’épidémie qui les a durement éprouvées. L’ère qui s’ouvre risque de voir un certain nombre de tendances de fond urbanistiques s’accentuer, ce qui va modifier profondément la géographie des États-Unis. Les évolutions constatées outre-Atlantique étant très souvent répliquées en France, c’est un sujet à suivre de très près…

Un nouveau « Grand Déménagement » ?

Les métropoles ont façonnées une architecture pour la globalisation (3) en formant un réseau de villes-mondes qui concentrent les populations, les richesses, les services à haute valeur ajoutée, les technologies, les connaissances et les pouvoirs.

Leur imaginaire est fondé sur la célébration des flux et de la mobilité ; une sanctification assurée par les systèmes de transports collectifs ainsi que par les réseaux aériens, maritimes et numériques qui gouvernent des chaînes de valeur aujourd’hui démesurément étendues.

Elles impulsent et mettent à profit la polarisation des emplois et des revenus, des talents et des entreprises, des centres de décision et de l’espace avec pour contrepartie, une hausse vertigineuse des prix de l’immobilier.

Richard Florida et Joe Kotkin viennent de signer un article important sur l’avenir des villes américaines au sortir de la crise sanitaire (4). Que prévoient les deux célèbres géographes ? Ils estiment le nombre d’Américains qui vont déménager entre 14 et 23 millions de personnes. Soit un mouvement de population comparable à celui qui a donné naissance, après la Seconde Guerre mondiale, au phénomène des suburbs, ces fameuses banlieues emblématiques de l’Amérique des années 1950 et 1960 (5).

Durant de très longs mois, les divers confinements ont transformé les grandes métropoles françaises en véritables « villes mortes ». Les choses ne vont probablement pas redevenir aussi facilement « comme avant ». De nombreuses boutiques, beaucoup de bars et de restaurants ne rouvriront pas : ils ont fait faillite ! Et les clients qui ont pris l’habitude de se rabattre sur le commerce en ligne conserverons vraisemblablement leurs habitudes.

Mais le facteur décisif, c’est le télétravail ; un phénomène devenu habitude pour nombre de cadres et d’employés. Selon les dernières enquêtes, 30 % des Américains veulent désormais travailler uniquement à domicile. Le télétravail va donc devenir la norme pour de très nombreux Occidentaux, notamment dans les professions qui touchent aux services. De profonds changements sont dores et déjà en cours : une véritable rupture de paradigme qui va affecter les grands équilibres politiques et sociaux.

Télétravail et désir de grands espaces : une équation gagnante pour les villes moyennes ?

D’abord, les quartiers d’affaires, emblématiques des grandes métropoles occidentales avec leurs gigantesques tours de bureaux, risquent d’être délaissés par les firmes transnationales. De même que les anciennes usines ont été reconverties en lofts par les créatifs branchés des années 1970/80, il va falloir inventer de nouveaux usages à ces tours en cours de désaffection (6). Elles pourront accueillir de nouveaux lieux de travail plus flexibles, des ateliers d’artisans, voire être reconvertis en logements. Un avantage : ces quartiers cesseront d’être déserts la nuit…

La crise sanitaire que nous subissons est un gigantesque catalyseur : elle accélère les choses de façon impressionnante. Celles et ceux qui ont été confinés dans leur appartement en ville ont bien souvent vécu une sorte d’enfer : ils ne veulent plus revivre cela et beaucoup se cherchent un lieu de repli. Entendons-nous bien : le citadin qui décide de vivre à la campagne ne choisit plus celle-ci contre la ville. Il veut les deux : la ville pour les emplois qu’elle offre, les contacts humains dont on s’aperçoit qu’ils sont essentiels, mais aussi les hôpitaux, les écoles, les universités… sans pour autant renoncer à la campagne, si précieuse dans un monde de plus en plus cybernétique qui consacre le règne du virtuel.

Il est fort probable que ce va-et-vient entre ces deux univers va s’intensifier avec l’essor du télétravail, l’explosion des ventes en ligne, mais aussi le fait que les citadins découvrent avec étonnement la possibilité de devenir propriétaire à des prix très raisonnables, le tout à moins de 200 kilomètres de Paris.

Ces néoruraux sont dans une logique de « bunkerisation ». Ils aspirent à une sorte de huis clos à l’abri des dangers du monde, ne cherchant pas forcément à établir des contacts avec la population locale. C’est ainsi que l’on voit émerger des désirs très insulaires, des rêves de jardin potager pouvant garantir l’autosuffisance alimentaire de la famille. Notons que les Français sont déjà champions en la matière puisqu’avec 14 millions de jardins potagers, ils assurent 20% de la production de produits frais.

La perte d’attractivité de certaines grandes métropoles dessine une nouvelle géographie de la gouvernance américaine

L’économie de l’innovation, c’est d’abord le leadership de quelques hubs proches des universités prestigieuses, en particulier dans la baie de San Francisco, Seattle et le corridor d’Acela (Boston-New York-Washington DC). Mais depuis le début des années 2010, la recherche a déjà commencée à migrer vers certaines grandes villes du Sud : Phoenix, Dallas, Fort Worth, Atlanta, Miami. Le mouvement est en cours d’accélération et d’intensification. Steve Case, l’ancien patron d’AOL, a baptisé cette migration depuis les grandes métropoles des deux côtes vers le Sud et le centre du pays : the rise of the Rest (7). Lyft, Tesla, Space X, Toyota, McKesson et bien d’autres sociétés innovantes sont en cours de redéploiement.

En 2019, le président et ancien PDG d’Intuit, Brad Smith, a déclaré : « En tant que membre d’une petite communauté, je comprends que les rêves sont souvent les mêmes, que vous soyez dans le Midwest ou dans les Appalaches, là où j’ai grandi ».

  1. « Covid-19 in an urban world », ONU, 2020.
  2. Cf., Laura Andrieu, Wladimir Garcin-Berson, « On est en première ligne : les caissières exposées au coronavirus et peu protégées », in Le Figaro, 19 mars 2020. Selon le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, « Il faut bien que nous puissions nous nourrir, que les familles françaises puissent se rendre dans les magasins de la grande distribution et acheter des produits alimentaires ».
  3. C’est l’économiste Theodore Levitt qui, dans un article publié dans la Harvard Business Review en 1983, annonce l’avènement de la firme globale structurée sur le mode de la multi-localisation. La firme différencie et englobe des sites de production, de décision, de conception, d’assemblage et de consommation qui sont tous reliés par les outils de communication comme l’Internet. La référence au « global » est reprise plus tard par Saskia Sassen en 1991 : elle montre que l’économie globalisée, que l’on peut caractériser par les flux d’échanges à grande intensité, est ancrée dans quelques grandes métropoles mondiales. C’est ainsi que s’est construit la catégorie dite « ville-globale » qui inclut ce que l’on peut appeler les villes « superstar » de l’économie globalisée et financiarisée. On pense ici à des métropoles comme New York, Londres et Tokyo.
  4. Cf., Richard Florida & Joel Kotkin, « America’s Post-Pandemic Geography : Covid-19 is transforming all types of communities, from big cities to suburbs to rural areas », in City Journal, Spring 2021.
  5. Sur le sujet, voir le très interessant article de Marie Parent ; « La banlieue : quintessence de l’expérience américaine ? », in Subardia : l’Amérique des banlieues. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain, 26 septembre 2011.
  6. Cf., Éric Treguier, « Bureaux : La Défense, un quartier bien mal préparé au post Covid », in Challenges, 8 juin 2020. Le quartier d’affaires de La Défense cristallise tous les problèmes engendrés par la Covid-19 : offre pléthorique, réduction des besoins des entreprises et inadaptation des immeubles aux nouvelles normes sanitaires. Selon Bruno Amsellem, associé chez Corporate real estate de Deloitte, « les tours du quartier d’affaires devront sans doute réduire leurs loyers ».
  7. Revolution’s Rise of the Rest est un projet national pour travailler en étroite collaboration avec des entrepreneurs dans des écosystèmes de start-ups émergentes. Les entreprises à forte croissance peuvent désormais démarrer et se développer n’importe où, pas seulement dans quelques villes côtières américaines.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.