Les Conférences Macy : pour une approche globale de l’individu et de la société. Partie I

Après avoir abordés la question des origines de la cybernétique, nous allons à présent pénétrer au coeur de la Matrice : les Conférences Macy.

2. Les Conférences Macy

Les Conférences Macy, organisées à New-York par la Fondation Josiah Macy Jr à l’hôtel Beekman, 575 Park Avenue, à l’initiative du neurologue Warren McCulloch, réunirent à intervalles réguliers de 1942 à 1953, un groupe interdisciplinaire de mathématiciens, logiciens, anthropologues, psychologues et économistes qui s’étaient donnés pour objectif d’édifier une science du fonctionnement de l’esprit.

Le thème de la première conférence organisée en 1942 est l’inhibition cérébrale. Un certain nombre de scientifiques ont déjà remarqués l’existence d’analogies entre des procédés mécaniques ou présents dans la nature et les organismes vivants. N’y aurait-il pas des processus de régulation similaires, des causalités circulaires entre une machine à vapeur et le taux de concentration du sucre dans le sang, la pression osmotique, la température du corps ou encore le système nerveux ?

Des réflexions sur ces sujets sont déjà en cours, notamment au sein du célèbre Massachusetts Institute of Technology, le M.I.T.

Sont présents, entre autres, à cette conférence : le neuropsychiatre et mathématicien Warren McCulloch, le neurophysiologiste Arturo Rosenblueth, le couple d’anthropologues Gregory Bateson et Margaret Mead, le psychologue Lawrence Franck, le psychanalyste Lawrence Kubie, le psychiatre spécialiste de l’hypnose Milton Erickson, le mathématicien Norbert Wiener, l’informaticien Julian Bigelow, les physiciens John von Neumann et Heinz von Foerster.

Les participants marquent un fort intérêt pour les mécanismes de “causalité circulaire” qu’ils étudient dans leurs disciplines respectives. C’est au cours de cette première conférence qu’Arturo Rosenblueth présentera les bases de l’article fondateur de la cybernétique : Behavior, Purpose and Teleology qu’il publiera en 1943 avec Norbert Wiener et Julian Bigelow, dans lequel ils font référence à la notion de feedback pour signifier “qu’un objet est contrôlé par la marge d’erreur qui le sépare à un moment donné de l’objectif qu’il cherche à atteindre”. 1

Alors que la science et la technologie étaient apparemment neutres et objectives, le lobby militaro-industriel va peser pour que les travaux soient abordés de façon scientifique, privilégiant l’étude de l’individu au détriment de l’analyse des sociétés. Ce sont les modèles mécanistes qui seront privilégiés : la cybernétique, la théorie de l’information et la théorie des jeux devant promouvoir la compréhension “scientifique” des peuples et des sociétés.

En 1955, le Président de la Fondation Josiah Macy Junior, Willard Rappleye, donna le sens des recherches entreprises : “Les conflits sociaux sont en réalité les symptômes de causes sous-jacentes : la psychiatrie nous enseigne la nature de ces causes. Par conséquent, les Insights et les méthodes de la psychiatrie, de la psychologie et de l’anthropologie culturelle élucident les perturbations émotionnelles du monde.”

  • La première Conférence Macy

Elle s’est tenue à New-York les 8 et 9 mars 1946. Elle a pour titre : “Mécanismes de Feedback et Systèmes causaux circulaires dans les Systèmes biologiques et sociaux” . Norbert Wiener a critiqué lors de cette première conférence, le concept freudien de Libido en estimant que “l’information est un concept de base plus approprié pour décrire des évènements psychologiques.”

Gregory Bateson et Margaret Mead présentent l’intérêt de la cybernétique pour les sciences sociales. C’est en 1927 que Gregory Bateson entreprend une série d’enquêtes ethnologiques en Nouvelle-Guinée. “Un village Iatmul est presque perpétuellement menacé par la fission de la communauté parce qu’il est caractéristique que des rivalités intenses et croissantes arrivent entre deux groupes”. 2. Lorsqu’il a été confronté aux concepts de la cybernétique en 1946, Gregory Bateson a du expliquer soigneusement les bases épistémologiques et les implications du transfert des idées des mathématiques et de l’ingénierie aux sciences sociales. A partir de cette date, il s’est de plus en plus inspiré de Bertrand Russel pour décrire la communication humaine et pour construire une théorie générale du jeu et de la fantaisie aussi bien que l’hypothèse de la double contrainte dans la schizophrénie.

Margaret Mead, quant à elle, est l’une des principales anthropologues de sa génération. Au cours de ses études, elle a suivi l’enseignement de Franz Boas, celui que Claude Lévi-Strauss appelait “le père de l’anthropologie”.  A l’âge de 23 ans, elle part pour les îles Samoa d’où elle rapporta un livre qui cherchait à prouver que la crise de l’adolescence n’existe pas dans certaines sociétés alors qu’on la croyait universellement répandue. Elle s’est attachée à démontrer que les normes et les idéaux de tempérament et de comportement masculin et féminin différent énormément d’une culture à l’autre. 3.

Le 20 septembre 1946, Gregory Bateson organisa hors cycle, mais sous les hospices de la Fondation Macy, une conférence spéciale destinée aux chercheurs en sciences sociales avec pour projet de dialoguer avec Norbert Wiener et John von Neumann. L’objectif était de clarifier les concepts de “Champ” et de “Gestalt” qui avaient été utilisés plutôt approximativement à la première rencontre.

Le sociologue Paul Lazarsfeld manifestait un intérêt particulier pour les méthodes quantitatives en sociologie. lors de cette journée, il décrit comment il a trouvé des modèles circulaires dans l’industrie du cinéma impactée par les fluctuations de l’offre et de la demande. Paul Lazersfeld s’intéressa aux motivations humaines pour des ensembles d’individus, “intéressé par la question de savoir pourquoi les gens votaient comme ils le faisaient, pourquoi ils achetaient ce qu’ils achetaient, pourquoi ils utilisaient des mass-médias particuliers (…) Il tentait “de modeler mathématiquement ce qui continue à l’intérieur de l’homme à le faire agir comme il le fait”. 4.

Nous pourrons observer prochainement comment la deuxième Conférence (Octobre 1946) et la troisième Conférence (Mars 1947), permirent de clarifier les concepts de “Champ” et de “Gestalt” et l’introduction par Kurt Lewin du concept de “dynamique de groupe.”

  1. Norbert Wiener, La Cybernétique, Editions du Seuil, Paris, 2014. P, 65. L’auteur fait remarquer : “Le système nerveux n’apparaît plus comme un organe indépendant… mais comme processus circulaire, émergeant du système nerveux dans les muscles.”
  2. Gregory Bateson, Pour une écologie de l’esprit, Tome 2, Paris, 2008.
  3. Margaret Mead, Moeurs et sexualité en Océanie, Plon, Paris, 1928, 1963.
  4. James Coleman, The Varied Sociology of Paul Lazerfeld, Columbia University Press, New-York, 1982, p.5.

2 réflexions sur « Les Conférences Macy : pour une approche globale de l’individu et de la société. Partie I »

  1. Ping : Qui a volé les rêves et l'enfance de Greta Thunberg ? - La Guaya

  2. Ping : Vers d’avantage de contrôle et moins de liberté... La France pour laboratoire - PLANETES360

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.