L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets Continuer la lecture

Le néolibéralisme et la question démocratique

« L’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert. »

Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944

Dans les dernières années du XXème siècle, le concept de «néolibéralisme» s’est considérablement déployé dans l’espace académique, faisant de celui-ci un objet d’étude désormais légitime.

Il n’existe pourtant pas encore de consensus quant au contenu prêté au néolibéralisme, quant au sens donné à son histoire et quant à son impact sur le monde contemporain.

Les travaux portant sur le concept insistent tantôt sur l’impossibilité qu’il y aurait à le rapporter à une définition unique, tantôt sur la très grande cohérence du projet de transformation sociale dont il serait le fondement (1).

A titre d’exemple, le néolibéralisme est appréhendé soit comme une quasi-conspiration mondiale qui se déploie dans l’ombre d’une stratégie hégémonique, soit comme un mouvement sans unité, à la fois éclaté dans des contextes nationaux fortement différenciés et pluriel dans ses orientations politiques et économiques.

Sans oublier les études portant sur l’impact du néolibéralisme concernant la Grande Crise de 2008 : certains ont pu expliquer que notre époque se caractérisait par un recours insuffisant au néolibéralisme, pendant que d’autres insistaient sur sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la crise dite des « Subprimes », soulignant les conséquences sociales extrêmement lourdes que les populations ont dû supporter.

On peut regrouper la pensée critique du néolibéralisme en trois branches : la première trouve sa source dans la philosophie de Karl Marx, la deuxième s’inscrit dans le sillage de la sociologie de Pierre Bourdieu, la troisième trouve son inspiration dans la démarche archéo-généalogique proposée par Michel Foucault.

A. L’approche Marxiste

Celle-ci envisage le néolibéralisme comme la nouvelle idéologie dominante qui recouvre de son voile trompeur la forme contemporaine prise par le capitalisme (2). Sur le plan de l’analyse économique, les récents travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy illustrent parfaitement bien cet angle d’attaque (3). Sur le plan philosophique, les travaux de Stéphane Haber envisagent le néolibéralisme comme un « néocapitalisme », reposant sur une ontologie sociale spécifique qui, tout en donnant l’impression de concourir à la libération des individus, met de facto en place de nouvelles formes d’aliénation toujours plus subtiles (4). Il nous faut également mentionner les travaux du géographe britannique David Harvey qui font du néolibéralisme un « projet de classe » au service d’une domination accrue permise par le « capitalisme global » (5).

B. L’approche Bourdieusienne

Si celle-ci apparaît certes très soucieuse de se distinguer de l’approche marxiste (Pallotta, 2015), elle partage néanmoins avec elle cette conception du néolibéralisme comme idéologie du temps présent. Dans un célèbre texte publié à la fin des années 1990 sous le titre « l’essence du néolibéralisme » (6), Pierre Bourdieu décrivait le néolibéralisme comme « l’utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limites », comme « un programme de destruction méthodique des collectifs », mais aussi comme « une nouvelle croyance » se présentant « comme la forme suprême de l’accomplissement humain », ce que d’autres ont pu appeler, un demi-siècle auparavant : une religion séculière. Dans son sillage, les travaux de Loïc Wacquant ou de Keith Dixon ont cherché à mettre en évidence les conséquences politiques et sociales néfastes de cette religion de l’économie qui aurait réussi à conquérir une hégémonie culturelle (Wacquant, 1998 et 2009 ; Dixon, 2000 et 2008).

C. L’approche Foucaldienne

Il s’agit ici d’envisager le néolibéralisme sous un autre jour : celui d’une « gouvernementalité » d’un nouveau genre. En France, Pierre Dardot et Christian Laval décrivent le néolibéralisme comme « La nouvelle Raison du monde » ayant réussi à imposer un gouvernement des vivants qui passe par une transformation complète des rapports de pouvoir : le néolibéralisme reposerait ainsi tout entier sur le figure inédite de « l’individu-entrepreneur » (7). Contrairement à l’approche bourdieusienne, Michel Foucault propose non pas d’appréhender les mutations contemporaines sous l’angle d’une « démission de l’État », mais plutôt comme une reconfiguration de celui-ci qui devient ainsi « l’agent le plus efficace de la mutation néolibérale des sociétés » (Laval, 2014).

Pourquoi poser la question des liens pour le moins ambigus entre néolibéralisme et démocratie ?

C’est que, paradoxalement, beaucoup de néolibéraux défendent une même conception négative de la liberté.

Comme l’a très clairement énoncé Isaiah Berlin, ce choix découle de la priorité donnée à la question : « Jusqu’où le gouvernement s’ingère-t-il dans mes affaires ? » (Röpke, 1939 et Hayek, 1960), sur celle consistant à se demander « Qui me gouverne ?», à laquelle s’attachent plus volontiers ceux qui défendent une conception positive de la liberté (Berlin,1969).

Or, cette distinction conduit à considérer que la démocratie et le libéralisme constituent des réponses à deux questions bien distinctes : celle relative aux modalités d’exercice et aux limites du pouvoir d’un côté et à sa dévolution de l’autre.

La démocratie entend ainsi remettre au peuple un pouvoir que le libéralisme vise seulement à borner : comme le souligne très nettement Hayek, le vis-à-vis de la démocratie Continuer la lecture

Sur les désastres du Techno-Capitalisme

Plus de la moitié de la population mondiale est devenue urbaine. En conséquence, nous vivons dans un milieu artificiel : au sein d’un système d’objets. Nous ne vivons plus avec les forêts, les oiseaux et les abeilles. Mais avec les usines, les téléphones et les échangeurs routiers. Au point que l’air que nous respirons est conditionné, pollué, empoisonné.

En prendre acte, c’est reconnaître que « nous sommes contemporains de la plus profonde mutation qu’ait connue l’humanité depuis le néolithique ». (1).  La caractéristique fondamentale de notre époque est l’uniformisation de tous les peuples et de tous les pays dans un même espace-temps commun. Cette uniformisation – que nous appelons mondialisation ou globalisation – est d’abord une occidentalisation. (2).

La science, la démocratie, la métaphysique, la technologie et le capitalisme sont nés en Occident. Tous ces termes forment système et c’est cela qu’il nous faut comprendre avant de prétendre en sortir.

Le Système est la structure techno-capitaliste qui exploite les peuples de la Terre. 

Le rôle du marché, dans le capitalisme, est unique dans l’histoire de l’humanité. C’est ce qu’observe Karl Polanyi : « Alors que l’histoire et l’ethnographie connaissent l’existence de divers types d’économie, dont la plupart comportent l’institution des marchés, elles n’ont connaissance d’aucune économie antérieure à la nôtre qui soit, même approximativement, dirigée et réglée par les marchés ». (3).

Avec l’hégémonie du marché, tout devient marchandise. Le capitalisme est un système social organisé autour de l’économie de marché et de la propriété privée, notamment la propriété privée des moyens de production. Le capitalisme est fondé sur le capital dont la vocation est de générer des profits. Le capital cherche sa propre accumulation selon sa propre logique.

Compris ainsi, devient marchandise toute chose qui entre sur le marché. L’échange des marchandises sur le marché dépend, en théorie, de la « loi » de l’offre et de la demande. Mais en réalité, l’échange dépend d’opérations spéculatives et de pratiques monopolistiques.

Les profits dégagés par la vente de marchandises sont réinvestis dans la production. Ainsi, il y a plus de marchandises pour en tirer plus de profits. La logique du capital est donc de s’étendre indéfiniment : Au bout du compte,« le contrôle du système économique par les marchés à une conséquence implacable sur toute l’organisation de la société. Cela ne signifie rien de moins que la gestion de la société est subalterne aux marchés. Au lieu que l’économie soit enchâssée dans les relations sociales, ce sont les relations sociales qui sont enchâssées dans le système économique. L’importance vitale du facteur économique pour l’existence de la société exclut tout autre résultat ». (4).

Dans la logique capitaliste, la société sert le capital et non l’inverse.

Autrement dit, le Capital introduit une différence fondamentale avec toutes les autres formes d’organisation des sociétés humaines. Il ne s’agit plus d’échanger une marchandise contre une autre par le biais de l’argent. Mais tout au contraire, de produire plus d’argent grâce à des marchandises. Il ne s’agit plus de se procurer une chose utile ou de satisfaire un besoin. Mais de manière révolutionnaire, de produire de l’argent par le biais d’échange de marchandises.

Comment peut-on produire ainsi de l’argent ? En exploitant le travail. Et comment exploite-t-on le travail ? Par le salariat.

En effet, par le salariat, les sociétés humaines sont tout à la fois soumises à l’argent et réduites à une quantité de travail disponible.  Une quantité d’argent achète du travail pour produire plus d’argent.

C’est ainsi que l’on peut décrire le Capital comme étant précisément l’argent en tant qu’il se produit lui-même. 

Le Capital se définit donc par cette automatisation du processus de production qui ne recherche plus que sa propre croissance. Et ce mouvement quantitatif est sans limite : le Techno-Capitalisme est devenu un système autonome et automatique qui ne fonctionne plus qu’en vue de lui-même. Continuer la lecture