La polarisation de l’espace politique : une menace pour les démocraties ?

« En Amérique du Nord comme en Europe occidentale, les citoyens se détournent de la démocratie en nombre de plus en plus important. »

Yascha Mounk, Le Peuple contre la démocratie, 2018.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les démocraties occidentales ont offert le modèle d’une vie politique apaisée. Mais il semblerait que cette période touche à sa fin : une nouvelle catégorie de dirigeants, des hommes forts au verbe enfiévré, ont récemment emporté la majorité et le pouvoir à l’issue d’élections démocratiques. Le phénomène est planétaire : partout où elle brille, la flamme démocratique vacille, voire s’éteint, étouffée par des pratiques et des comportements qui n’ont plus rien à voir avec les traditionnels coups d’État militaires ou les pronunciamentos d’antan.

Les médias sociaux ont fortement contribué à l’émergence de mouvements politiques en dehors des canaux habituels : les printemps arabes, le mouvement Occupy Wall Street, le Tea Party et Donald Trump aux États-Unis, sans oublier les Gilets jaunes en France. Selon l’inclinaison politique de chacun, on peut penser que certains de ces mouvements sont négatifs ou bien positifs : mais tous ont été rendus possibles, voire amplifiés par les réseaux sociaux (1). Ceux-ci ont permis à des gens d’opinion similaire de se retrouver dans une communauté virtuelle qui a amplifié leurs convictions et, finalement, permis de coordonner leur action politique.

Au début des années 2010, la quasi-totalité des individus prenaient leurs informations d’un nombre restreint de sources contrôlées qui pouvaient être relativement impartiales. Aujourd’hui, la situation est devenue beaucoup plus compliquée.

La modernité, selon Descartes et Les Lumières, inscrivait l’individu dans une histoire et dans une quête de liberté fondée sur la raison et garantie par les institutions. Cela a reculé devant ce que l’on appelle la postmodernité (2). Un monde liquide Continuer la lecture

Georges Sorel et la grandeur ordinaire du peuple

«Tout l’effort historique du capitalisme a été de conduire les masses à se laisser gouverner par les conditions de l’économie capitaliste, en sorte que la société devînt un organisme ; tout l’effort révolutionnaire tend à créer des hommes libres.»

Georges Sorel, Réflexions sur la violence,1908.

Paradoxalement, dans le combat social, il est clair que l’idée de justice ne s’impose pas comme la finalité exclusive de l’action : elle est d’abord un horizon de sens, une idée directrice capable de mobiliser les imaginaires.

La fin tient dans la lutte elle-même, en raison de sa puissance émancipatrice propre (et indépendante des résultats sociaux qu’elle génère), alors que l’objectif revendiqué (la mise en place d’un nouvel ordre social) fait pratiquement office de prétexte. C’est ce qu’observe Georges Sorel (1847-1922) lorsqu’il écrit : « quand bien même le recours à la violence n’aurait pour résultats que de rendre plus héroïque la nation socialiste, elle devrait, déjà par cela seul, être regardée comme ayant une valeur inappréciable. » (1).

On retrouve ici, en creux, la distinction grecque entre le skopos, le but immédiat, et le telos,    le but final (2). De même, le révolutionnaire, poursuit Georges Sorel, vise une plus grande justice sociale, mais son ambition ultime doit être aussi de progresser en tant qu’homme, à travers sa participation à la lutte des classes : « La violence prolétarienne, exercée comme une manifestation pure et simple du sentiment de lutte de classes, apparaît ainsi comme une chose très belle et très héroïque ; elle est au service des intérêts primordiaux de la civilisation ; elle n’est peut-être pas la méthode la plus appropriée pour obtenir des avantages matériels immédiats, mais elle peut sauver le monde de la barbarie. » (3).

                                       L’objectif de la classe dominante :                                         se maintenir au pouvoir et garder le contrôle

Les premières générations de syndicalistes se sont senties avant tout préoccupées par l’essor d’une société nouvelle, qui leur semblait reprendre et amplifier les horreurs et les iniquités de l’Ancien Régime. Ce monstre historique, qui poursuivait sa mutation pour mieux rester le même (4), se définissait à leurs yeux par plusieurs paramètres caractéristiques : du côté des institutions, il assure la prééminence du pouvoir central (incarné par la figure du roi, du tsar ou de l’oligarchie parlementaire), et, du côté social, il entretient une nouvelle classe d’exploiteurs, les « bourgeois capitalistes ».

Le peuple s’est ainsi trouvé broyé entre deux puissances – l’une politique et l’autre économique – destinées à lui enlever tout pouvoir sur lui-même.

En dépit des apparences, le servage ancien existe toujours, sous une forme semble-t-il plus relâchée, mais en fait ô combien plus injuste et oppressante, puisque le citoyen se voit aujourd’hui aliéné politiquement dans l’État et économiquement Continuer la lecture

Nicolas Machiavel et le politique

« Je prétends que ceux qui condamnent les troubles advenus entre les nobles et la plèbe blâment ce qui fut la cause première de la liberté de Rome : ils accordent plus d’importance aux rumeurs et aux cris que causaient de tels troubles qu’aux heureux effets que ceux-ci engendraient. Ils ne considèrent pas le fait que, dans tout État, il y a deux orientations différentes, celle du peuple et celle des grands, et que toutes les lois favorables à la liberté procèdent de leur opposition ».

Nicolas Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live [1531], 1.4.1.196.

Depuis plus de quatre siècles, le penseur florentin nous a aidés à comprendre ce qui distingue la morale du politique. La pensée politique de Machiavel repose sur l’idée qu’il existe une essence du politique : cela signifie que, d’une part, l’homme est un être politique et que d’autre part, la société est une donnée naturelle et non pas une construction artificielle de l’homme. (1).

La société est comprise en tant que condition existentielle de l’homme : comme tout milieu, elle lui impose une limitation et une finitude. Cela veut dire qu’il incombe à l’homme, au moyen de l’activité politique, de l’organiser et de la réorganiser sans cesse en fonction des évolutions de l’humanité et du développement des diverses activités humaines. L’idée qu’il existerait un  « état naturel », supposant une humanité asociale n’a, de notre point de vue, aucune signification. Nous défendons l’idée selon laquelle la société est « donnée » en même temps que l’homme, qui, de son côté, est doué d’une « sociabilité naturelle ».

Pour répondre aux nombreux défis de notre époque, il vaudrait mieux nous départir de l’idéologie et des doctrines systématiques qui tentent d’expliquer toutes les activités humaines par une activité première, qu’il s’agisse de l’économie (comme dans le marxisme), de la politique ou de la religion.

C’est ce qu’observe Julien Freund lorsqu’il affirme que le politique est une essence : cela signifie qu’il n’est qu’une activité humaine parmi d’autres (2). La politique n’est pas une fin en soi, mais une activité au service Continuer la lecture

Entre crise écologique et post-démocratie : l’Anthropocène, une menace pour la mondialisation ?

La monde a chaud ! L’ humanité est-elle confrontée à une menace existentielle ? Lors du        « petit âge glaciaire » (1300-1850), s’il a fait extraordinairement froid en Europe et aux États-Unis, cela n’a pas concerné toute la planète. Selon Nathan Steiger, de l’Université Columbia à New York, « Le réchauffement est global. 98 % du globe s’est réchauffé depuis la révolution industrielle ». La question du dérèglement climatique est devenue centrale dans le champ politique. L’élévation des températures bouleverse déjà les paysages et les habitudes de vie. Les conséquences sont massives sur l’agriculture, le logement, l’énergie et le monde animal.

La France n’est pas encore sous les eaux, mais sa métamorphose se fait subtile en Camargue, en Charente, en Vendée, en Gironde, dans les Hauts-de-France. L’élévation du niveau des océans contraint déjà de nombreuses municipalités côtières à modifier leurs plans d’occupation des sols (POS) et à modifier leurs règles d’urbanisme.

A cause du manque d’eau, les grandes exploitations de maïs ont peu à peu disparues des Landes et du Sud-Ouest : elles ont été remplacées par des parcelles plus petites, où céréales et légumineuses dominent. La Beauce meurt de soif et a dit adieu à son blé fourrager.

Les haies font leur retour (1) : à partir des années 1960 et dans un but de modernisation, notamment avec l’arrivée massive d’engins agricoles plus grands et plus lourds pour lesquels les grandes surfaces sont plus faciles à exploiter, la propriété rurale a été recomposée et le parcellaire des exploitations agricoles remodelé. Au-delà de l’impact positif d’une biodiversité riche d’auxiliaires de culture aux alentours des parcelles agricoles, insectes en tête, les haies ont bien d’autres avantages :

  • un sol protégé de lixiviation (l’eau emportant toutes matières solubles présentes dans le sol) par une haie, abritera une foule de micro-organismes décomposeurs qui vont améliorer la qualité du sol, rendant ainsi de nombreux services écosystémiques,
  • une protection contre les vents violents, la fonction brise-vent limitant l’érosion éolienne et les dégâts mécaniques du vent tels que le couchage des cultures,
  • une réduction des écarts de températures du fait de l’ombre produit, ce qui n’est pas tout-à-fait anodin dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Ce à quoi on peut ajouter la protection offerte aux animaux d’élevage qui viennent s’y abriter autant de la pluie et du vent que d’un soleil trop agressif,
  • une régulation des espèces dites  « ravageuses » par la plus grande place faite aux espèces dites « auxiliaires de l’agriculteur ». Sans compter l’augmentation du nombre d’insectes pollinisateurs.

Les villes sont encouragées à planter des arbres, qui se révèlent Continuer la lecture

L’intégration des critères d’efficacité et de rentabilité par le citoyen-entrepreneur

La rationalité politique néolibérale produit une organisation spécifique du sujet et de l’État (1). Ce n’est pas un simple débordement de l’économique sur le politique ; c’est une forme singulière de raison normative qui organise la sphère publique, les pratiques de gouvernance ainsi que la citoyenneté (2).

Le néolibéralisme a une façon particulière d’articuler la nature et le sens même du politique, du social et du sujet. Il dévoile ainsi sa mainmise sur d’autres rationalités qui sont de nature plus démocratiques.

Quels sont les traits de caractère de la rationalité politique néolibérale ? Il convient de bien distinguer néolibéralisme et libéralisme économique classique.

Tout d’abord, le néolibéralisme ne se cantonne pas à une sphère exclusivement économique, pas plus qu’il ne présente le marché comme étant « naturel » et « auto-régulateur » (3).

Compris ainsi, le préfixe « néo » tient en partie à ce que les marchés libres, le libre-échange et la rationalité d’entreprise y sont envisagées comme choses normatives accomplies, mises en oeuvre par des politiques publiques. Le néolibéralisme n’est pas une simple production de la nature (4).

Ensuite, l’État n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques qui conduisent les citoyens à se considérer eux-mêmes comme des acteurs économiques, rationnels dans toutes les sphères de l’existence.

On reconnaît ici les nombreux programmes de privatisation Continuer la lecture

La gouvernance de l’Union européenne : une construction cybernétique ?

La gouvernance de l’UE apparaît comme un projet visant, en même temps, à tenter de neutraliser le politique en vidant la démocratie de son contenu, ramenant l’action des gouvernements à des règles et à des pratiques de gestion économique dispensées par une expertise privée (1).

La gouvernance se fonde sur un ensemble de présupposés qui trouvent leurs origines dans la cybernétique et qui vont se déployer à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le père de la cybernétique, Norbert Wiener (1894-1964), a pour projet de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnelle. Traumatisé par les folies collectives qui viennent de déchirer le monde, il veut « Éviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». Cet espoir est fondé sur l’émergence des machines dites « intelligentes » qui nourrissent la promesse d’une société démocratique, transparente et décentralisée (2).

La notion de « société de contrôle » interroge le renouvellement des formes de pouvoir. On sait que depuis la révolution industrielle, la question du modèle d’organisation de l’entreprise a été au coeur des débats sur les modèles de société. Le projet de Saint-Simon, élaboré dès le premier quart du XIXème siècle, vise à la mise en place d’une société réticulaire gérée comme une industrie, grâce à l’alliance des savants et des industriels. Cette société sera façonnée dans l’entre-deux-guerres par l’idéologie du management.

En 1930, Antonio Gramsci observe : « L’hégémonie prend naissance dans l’usine » (3). Pour lui, le fordisme n’est pas seulement une méthode de production Continuer la lecture

La Gouvernance : expression idéologique de la postdémocratie

L’Union européenne agit comme le révélateur d’une délégitimation de la démocratie : il ne s’agit plus d’une crise, mais d’un changement progressif de régime politique dont les institutions de Bruxelles constituent un laboratoire.

Dans ce système nommé « gouvernance », le peuple n’est que l’une des sources de l’autorité des pouvoirs publics, en concurrence avec d’autres acteurs : la  « société civile », les marchés et toutes les structures qui interviennent aux fins d’orienter les décisions politiques pour servir leurs interêts.

Entré en vigueur en 2009, l’article 11 du traité de Lisbonne recommande aux institutions européennes d’entretenir « un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les associations représentatives et la société civile ». La société civile est ainsi appelée en renfort pour combler le « déficit démocratique » : elle fait l’objet d’une définition très large pouvant se prêter à toutes sortes d’interprétations : acteurs du marché du travail, organisations non gouvernementales (ONG), communautés religieuses, etc. (1).

On peut donc y trouver des syndicats et des associations très progressistes, mais aussi des lobbys, des groupements de base ( mouvements de jeunesse, associations familiales et toutes les organisations de participation des citoyens à la vie locale et municipale ), des groupements patronaux, des cabinets d’experts, des sectes, etc. 

La « société civile » ne repose en effet sur aucun critère de représentativité Continuer la lecture

L’expansion chinoise : une appropriation des bénéfices de la mondialisation par la structure étatique

Un des postulats majeurs de ces dernières décennies est de présenter la mondialisation comme dépossession de l’Etat de sa souveraineté effective et de ses capacités d’intervention.

Pour les libéraux, on serait ainsi passé de l’Etat national moderne et des relations internationales fondé par les traités de Westphalie de 1648, à une configuration « postmoderne » caractérisée par le déplacement du pouvoir des acteurs privés et des institutions dites de « gouvernance globale ». 1.

L’exemple du développement à marche forcée de la Chine nous donne à voir une toute autre réalité des possibilités offertes par la mondialisation.

S’il est vrai que la constitution d’un marché mondial a provoqué des pressions systémiques affectant tous les Etats, force est de constater que les trajectoires de développement ont pris des formes différentes.

De nombreux pays du « Sud global » conservent une position subalterne dans la nouvelle division internationale du travail. Que ces pays soient des sources de matières premières comme par exemple l’Afrique subsaharienne, ou des fournisseurs de main-d’oeuvre comme le sont les Philippines, le Mexique ou encore le Bangladesh, ils se trouvent cantonnés à des activités à faible valeur ajoutée : textile, assemblage électriques ou électroniques dont les composants à plus forte valeur ajoutée sont fabriqués dans d’autres noeuds des chaînes de production transnationales.

La structure du lien d’allégeance se retrouve également à l’oeuvre entre entreprises dominantes et entreprises dominées. Un cas particulièrement monstrueux permet de saisir la réalité de ce phénomène : celui du drame du Rana Plaza et des suites qui lui ont été données. Les faits sont connus : une entreprise bangladaise de confection installée dans la banlieue de Dacca, fournissait de nombreuses marques occidentales en vêtements bon marché. Le 24 avril 2013, l’immeuble dit Rana Plaza, où était installée cette entreprise de confection, s’est effondrée, faisant 1 133 morts, très majoritairement des ouvrières, et 2 000 blessés dont de nombreux handicapés à vie. Voir Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, pp. 385-405.

Mais l’incorporation dans l’économie capitaliste nouvellement mondialisée a produit des résultats différents selon l’existence de communautés politiques et de systèmes institutionnels distincts, historiquement constitués. Certains Etats développeurs ont pu, et su exploiter le marché mondial et canaliser les flux transnationaux à des fins de développement endogène. Les exemples du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de Singapour et dans une moindre mesure, de la Malaisie témoignent de leur capacité à tirer profit de la mondialisation pour renforcer leur autonomie internationale et affirmer leur souveraineté.

La Chine est emblématique de cette configuration. L’Empire du Milieu a sut éviter l’écroulement de son économie à l’image de ce qu’à connu l’URSS à la fin des années 1980 suite à une longue période de déclin économique et d’une crise de légitimité qui ébranlèrent le parti et l’Etat.

Le parti-Etat chinois s’est donné les moyens de gérer efficacement la transition du totalitarisme mis en place par Mao Tsé Toung vers un « autoritarisme rationnel » 2, et d’une économie de commande autarcique à une économie de marché dirigée, graduellement intégrée aux marchés régionaux, puis globaux.

Cherchant une troisième voie entre le capitalisme occidental et le système de planification impérative de la période maoïste, le pouvoir s’est tourné vers les Etats développeurs capitalistes de la région qui prospérèrent pendant la guerre froide et connurent une mobilité économique ascendante extraordinaire.

Deng Xiaoping visita le Japon et Singapour en 1978 et fut frappé par les résultats engrangés par ces Etats. Tirant tous les enseignements de ces exemples, les planificateurs chinois adoptèrent sélectivement les approches et les expériences japonaises « largement perçues comme plus proches et compatibles avec le contexte chinois ». 3, que la trajectoire occidentale.

Le président Hu Jintao et son premier ministre Wen Jiabo (2003-2013) mirent en place une politique industrielle nationale ambitieuse, avec des programmes pluriannuels multisectoriels centralisés et un « énorme effort d’orientation et de coordination complètes de la modernisation industrielle et technologique de la Chine ». 4.

Grâce à la création d’un important réseau d’institutions de recherche et de développement, la Chine occupe désormais le quatrième rang des pays de l’OCDE pour le nombre de brevets déposés. Si « la Chine n’a pas encore approché la parité avec les grands pays producteurs de science dans la recherche scientifique de base », note la Fondation nationale des sciences des Etats-Unis, on ne peut que constater « la rapidité sans précédent de l’émergence de ce pays comme acteurs majeur » scientifique et technologique. 5.

Logiquement, la Chine gravit l’échelle de la valeur : la part de la valeur ajoutée produite sur place augmente régulièrement. En 2014, Gary Gereffi, un des meilleurs spécialistes des chaînes de valeur globales et de la transformation de la production, notait : « Les pôles de croissance les plus dynamiques de l’économie mondiale sont constitués par un nombre grandissant de puissances montantes qui combinent des marchés nationaux relativement importants, une main-d’oeuvre qualifiée, des producteurs capables et une poussée vers l’innovation autochtone ». 6.

Ces pays ont non seulement progressé dans la chaîne de valeur, mais sont également passés d’une industrialisation fondée sur la demande externe à des approches centrées sur les marchés intérieurs et régionaux. Pour diversifier les sources de financement de son commerce et s’autonomiser graduellement par rapport au dollar, la Chine s’est employée depuis quelques années à internationaliser sa monnaie, le renminbi ou yuan.

La Chine va pouvoir ainsi réaliser son projet plus que centenaire de modernisation en s’appuyant sur un Etat développeur fort, héritier d’une longue construction bureaucratique. Contrairement à des pays plus vulnérables dans lesquels la puissance publique s’est cantonnée « au rôle d’agent d’ajustement de l’économie nationale aux exigences de l’économie mondiale » 7, l’Etat chinois a su, avec des réussites diverses et moyennant des coûts sociaux et environnementaux élevés, intégrer celle-ci tout en garantissant son autonomie.

Si cette expérience nous apparaît difficilement reproductible, elle n’en offre pas moins un champ de réflexion important sur les rapports entre l’Etat et la mondialisation.

 

  1. Voir par exemple, T. Risse (sous la dir. de,) Governance without a State ? Policies and Politics in Areas of Limited Statehood, Columbia University Press, New York, 2011.
  2. Selon l’expression de Peter Nolan dans Transforming China : Globalization, Transition and Development, Anthem Press, Londres, 2004.
  3. S. Heilmann et L. Shih, The rise of industrial policy in China, 1978-2012, Harvard-Yenching Institute Working Paper series, 2013.
  4. Heimann et Shih, op. cit.
  5. National Science Foundation, Asia’s rising science and technology strength : Comparative indicators for Asia, the European Union, and the United States, Arlington, mai 2007.
  6. G. Gereffi, « Global value chains in a post-Washington consensus world », Review of International Political Economy, vol. 21, n° 1, Abingdon, 2014.
  7. G. Chin, « Between outside-in and inside-out : The internationalization of the Chinese state », dans David Zweig et Chen Zhimin (sous la dir.de), China’s Reforms and International Political Economy, Routledge, New York, 2007.

Cybernétique et gouvernance : la restructuration néolibérale des rapports sociaux

La formule de Saint-Simon est connue : L’administration des choses remplacera le gouvernement des hommes.

La vérité du politique se trouve dans l’économique : pour Pierre Musso, « l’idéologie du réseau porte en elle la suppression du politique et de tout ce qui gêne la fluidité et la circulation sociale ».1.

La gouvernance cherche à inverser le rapport entre pouvoir et gestion : alors que le système féodal se caractérisait par un rapport de domination politique au service de l’intérêt particulier des gouvernements, le système industriel vise à dominer la nature au moyen de l’économie, à travers la construction de vastes réseaux de communication.

La conception technocratique du néolibéralisme peut s’appuyer sur le « fétichisme » du réseau technique qui va fonder l’idéologie de la gouvernance en réseau.

Avec l’apparition de la cybernétique, la gouvernance va se donner les outils conceptuels qui lui permettront de nier la subjectivité humaine au profit d’une conception purement informationnelle de l’existence. 2.

La spécificité de la gouvernance néolibérale repose sur le fait que la normativité perd son caractère vertical. Ecoutons Alain Supiot décrire cette révolution silencieuse :  » Issue de la cybernétique, le concept de gouvenance porte à considérer le chiffre non comme un cadre, mais comme un but de l’action, ou plus exactement, comme un moteur de la réaction puisque chaque acteur privé ou public est censé, non plus agir, mais rétroagir aux signaux chiffrés qui lui parviennent afin d’améliorer sa performance ». 3.

Pour comprendre le lien entre gouvernance, cybernétique et néolibéralisme, il nous faut retourner aux fondements de la doctrine libérale. L’économiste autrichien Friedrich Hayek s’est intéressé à la cybernétique en participant à une conférence organisée par un des principaux théoricien de cette nouvelle science, Hans von Foerster, ainsi qu’au symposium Beyond Reductionnism de 1968 qui a réuni les grands noms du systémisme. 4.

En réaction au positivisme logique qui domine en Autriche à son époque, il va élaborer une théorie de l’auto-régulation fondée sur une épistémologie constructiviste radicale. Son système conceptuel accorde au « savoir tacite », une prééminence Continuer la lecture