La littérature contre la prétention des tenants du Néolibéralisme qui rêvent de rendre l’humanité calculable

« La politique dans une œuvre littéraire, c’est un coup de pistolet au milieu d’un concert, quelque chose de grossier et auquel pourtant il n’est pas possible de refuser son attention. Nous allons parler de fort vilaines chose, et que, pour plus d’une raison, nous voudrions taire ; mais nous sommes forcés d’en venir à des évènements qui sont de notre domaine, puisqu’ils ont pour théâtre le cœur des personnages.»

Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839, Livre second, chapitre XXIII.

La fameuse métaphore de Stendhal fait état d’un conflit, d’une tension problématique entre les abondantes réflexions d’ordre politique, économique ou social peuplant ses romans et ce qui serait proprement littéraire : l’économie, au même titre que la politique, se donnerait par rapport à la littérature comme un régime discursif radicalement étranger, ne pouvant intervenir en son sein que sur le mode de l’attentat, de l’irruption ou de la déchirure fondamentale.

Lorsqu’en 1865, depuis Wiesbaden en Allemagne, Dostoïevski débute l’écriture de Crime et châtiment, il vient de perdre sa femme et son frère : il a fui la Russie aux fins d’échapper à la prison pour dettes. Loin de sa terre natale, accablé par le chagrin et les soucis, l’écrivain s’emploie à défier les tenants de la modernité heureuse. Il abhorre le capitalisme, dont il a observé la toute-puissance à Londres et qui est en passe de transformer Saint-Pétersbourg.

Il situe son roman dans les bas-fonds de la capitale de Pierre le Grand : dans la deuxième moitié du XIX ème siècle, la cité est secouée de toutes parts. La révolution industrielle a changé la physionomie de la ville ; en quelques décennies, sa population a triplé. Dostoïevski écrit : « Les maisons closes fort nombreuses, la population d’ouvriers et d’artisans entassés dans ces ruelles et ces impasses du centre de Saint-Pétersbourg ». Il observe la société russe, écartelée entre les théoriciens du chaos et ceux de l’intérêt, qui bascule dans un narcissisme frénétique.

Dostoïevski méprise la bourgeoisie d’argent qui triomphe à Saint-Pétersbourg. Dans son roman, le personnage de Loujine est la caricature de l’arriviste enrichi : se piquant de progressisme, il n’hésite pas à livrer sa propre vision de la théorie de la main invisible d’Adam Smith : « En ne travaillant que pour moi, je travaille, par le fait, pour tout le monde ». C’est vrai que depuis Ricardo, les économistes libéraux anglais tentent de renoncer aux réflexions philosophiques pour se concentrer sur la formalisation mathématique.

Un crime contre l’esprit, selon Dostoïevski. Une aberration parfaitement décrite dans ce passage qui concerne une jeune fille ivre, perdue dans les rues de la ville : le héros du roman, Raskolnikov, lance : « Un certain pourcentage doit finir ainsi chaque année … et disparaître Dieu sait où … au diable sans doute pour garantir le repos des autres. Un pourcentage ! Ils ont de jolis petits mots ! Rassurants, techniques … ».

Avant la révolution industrielle, les paysans russes ont connu de terribles famines ; mais pour Fiodor Dostoïevski, rien n’est plus inhumain que la misère des grandes villes modernes. A un moment du récit, il s’attarde sur le parcours de l’ancien fonctionnaire Marmeladov. Incapable de nourrir sa famille, cet ivrogne impénitent accepte que sa fille aînée se prostitue pour subvenir aux besoins de ses frères et soeurs plus jeunes. A Raskolnikov, cet homme demande : « Comprenez-vous, mais comprenez-vous bien, mon cher Monsieur, ce que signifie n’avoir plus où aller ? ».

D’une certaine façon, le regard de Dostoïevski sur la pauvreté est proche de celui de Charles Péguy. Le Français établissait une distinction entre « l’enfer » de la misère et la pauvreté, qui non seulement préserve la dignité de l’homme, mais lui assure même – du moins avant la révolution industrielle – une forme de « sécurité ». De son côté, le Russe affirme : « Dans la pauvreté, vous conservez encore la noblesse de vos sentiments innés, dans l’indigence jamais et personne ne le pourrait ».

L’ambition de Dostoïevski est de s’opposer aux tentatives de ses contemporains de rationaliser la place faite aux pauvres dans la société. « A notre époque, la pitié est défendue aux hommes par la science elle-même. Il en est ainsi en Angleterre où existe l’Économie politique », remarque l’écrivain, avant de livrer la profession de foi d’un jeune socialiste, Lebetziatnikov, pour qui « les principes interdisent la charité privée car elle est non seulement insuffisante pour extirper le mal, mais elle le favorise au contraire ».

Une protestation prophétique contre le mythe de l’homme nouveau

Grâce aux progrès techniques, s’est déployé un projet dont on n’a pas fini de subir les conséquences pour le moins dévastatrices : celui de mettre l’humanité en chiffres. La régulation est un concept emprunté à la cybernétique qui s’est construite au sein des conférences Macy de 1942 à 1953. De par sa nature interdisciplinaire, la cybernétique réunit des chercheurs issus de différentes disciplines (Rosenbluth, Von Neumann, Wiener, McCulloch, Bateson, Mead, etc) : tous ont comme point commun d’avoir fait l’expérience des mécanismes qui mettent en échec une modélisation strictement linéaire : les circuits de causalité, de feedback, les boucles positives ou négatives et les rétroactions s’opposent à l’action principale d’un système, alors qu’ils sont directement générés par ledit système en action.

Dans le domaine des sciences économiques et politiques, à l’instar de la loi de Lenz appliquée aux courants de Foucault, toute régulation induit une force qui s’oppose à elle. Ainsi, la régulation forcée d’un marché domestique destiné à satisfaire un besoin physiologique, fait automatiquement naître un marché parallèle, appelé « marché noir ». Dans un marché de pénurie comme celui du logement, on sait que plus on régule les terrains à construire, plus on réduit l’offre de logements neufs. Plus on subventionne les acquéreurs (avec des prêts à taux zéro, par exemple), plus on favorise une augmentation des prix.

Ce phénomène générique s’inscrit dans une dynamique paradoxale qui affecte le management des organisations. A partir d’un cadre de lecture cybernétique des sociétés humaines, on peut dégager trois leviers d’instrumentation. D’abord, le ranking qui intervient en tant que processus de classification, ensuite, le lobbying qui vise à influencer l’espace public, enfin, le whistleblowing qui vise à dénoncer et à punir. Ces niveaux de régulation de superposent en stigmatisant les comportements organisationnels jugés « déviants », via une hyper-régulation.

Ainsi, et contrairement aux rêves de modélisations mathématiques décrits plus haut, l’individu hypermoderne développe des comportements contradictoires, se situant entre volonté de satisfaction immédiate de ses désirs et quête d’un dépassement de soi (Aubert, 2003).

L’imaginaire comme système d’information politique et économique

A l’indécidable et au multiple comme caractéristiques du langage littéraire – dont la spécificité est précisément pour Jacques Rancière de réorganiser le rapport entre les mots et les choses – s’opposerait une logique linéaire, inerte, du langage économique présupposant une correspondance neutre du mot à la chose. A l’attention que le roman porterait à la singularité – subjectivisme des affects, attention portée à la psychologie – s’opposerait la construction de modèles dont la présence viendrait heurter la logique sensible de la littérature.

Certains romans contemporains proposent une vision systématique du capitalisme, revendiquant une volonté de décloisonnement générique. C’est le cas de La main invisible d’Isaac Rosa, paru en 2011. Le roman est conçu comme une sorte de dialogue avec la littérature économique, notamment avec La Richesse des nations d’Adam Smith. Il cherche en particulier à démonter le fameux mythe de « la main invisible », qui voudrait que la recherche par chacun de son intérêt personnel participe in fine à la prospérité générale, un mythe tenace qui sert d’argument aux partisans de la théorie du « ruissellement » (en anglais trickle down), selon laquelle « l’enrichissement des plus riches profite aussi aux plus pauvres par contrecoup » (1).

Le livre se compose de treize chapitres décrivant avec une exactitude déconcertante le quotidien d’une poignée d’employés ayant été embauchés par une mystérieuse entreprise à la condition d’accepter « d’être regardés » pendant qu’ils travaillent. Cette « société du spectacle » au sens strict, a élu domicile dans un hangar désaffecté pourvu de gardiens et de projecteurs, où des spectateurs viennent chaque jour assister à une représentation peu banale dont ils ne comprennent pas le sens.

Sous leurs yeux, les travailleurs exécutent, en parfaits Sisyphes des temps modernes, les tâches aussi répétitives qu’absurdes qui leur incombent. La logique du roman est à la fois itérative et accumulutative : un maçon monte un mur qu’il détruira à coups de massue pour récidiver aussitôt, un boucher dépèce des animaux qu’il emporte ensuite vers un mystérieux hors-champ, une ouvrière à la chaîne dispose dans une boîte toujours recommencée des pièces de rétroviseurs, une employée de bureau recopie des pages entières de livres, dont La Richesse des nations, qu’elle archivera ensuite soigneusement dans un dossier éponyme nommé : « larichessedesnations.doc » (p. 295).

Le roman entend ainsi remettre le travail, cœur de l’idéologie capitaliste, au centre de la représentation romanesque contemporaine dont il est, selon Isaac Rosa, significativement absent. Dans une sorte de mise en abyme, le lecteur assiste au curieux spectacle de la division du travail capitaliste, offert pour une raison qu’il ignore aux badauds interdits qui peuplent les gradins.

Dans une perspective résolument behaviouriste, les personnages apparaissent comme extrêmement désincarnés et désindividualisés, tant leur être-au-travail envahit le temps de leur vie, ce faisant l’espace de leur subjectivité. Nous y voyons ici le rejet de la tendance managériale contemporaine à la psychologisation des rapports sociaux qui rejoint l’enquête critique de Frédéric Lordon sur « la configuration passionnelle de la mobilisation salariale » (2).

Si la division du travail produit du pouvoir de manière endogène, il nous faut essayer de comprendre les mécanises d’acceptation qui président à l’aliénation ordinaire : « Qui se cache derrière tout ça ? Quelle main invisible tire les ficelles du spectacle ? ». Pour qui connaît de l’intérieur les « techniques » dites de « motivation du personnel », une question centrale revient sans cesse, lancinante, qui dit tout du monde néolibéral dans lequel nous sommes totalement immergés : « Pourquoi mon désir, en tant qu’acteur ou que spectateur, embrasse-t-il si facilement un désir conçu par un autre ? ».

La réponse nous est apportée par le vigile du hangar, travailleur anonyme et hors-scène qui, n’ayant jamais connu les faveurs du public, médite sur l’absurdité de la recherche inconditionnelle de reconnaissance : ce bonus symbolique, perspective d’une « occasion de joie » (Lordon, p. 48) :

« Qu’est-ce que ça pouvait bien faire, ce qui se cachait derrière tout ca, qu’est-ce que ça pouvait bien faire que ce soit une expérience, une oeuvre d’art, un cirque ou une affaire ; pourquoi se berçaient-ils d’illusions, à croire qu’ils enduraient tout ça, qu’ils supportaient des tâches absurdes et des augmentations de cadences non seulement parce qu’ils avaient besoin de travailler, parce qu’ils touchaient leur salaire à la date prévue ou parce qu’il fait très froid dehors, mais aussi parce qu’ils pensaient qu’il y avait quelque chose de spécial dans tout ça, quelque chose de différent, qu’ils faisaient partie d’une expérience, d’une œuvre d’art ou d’un ballet ; et qu’ils espéraient encore tout comprendre les derniers jours, alors qu’ils étaient épuisés et qu’ils se sentaient humiliés, ils pensaient encore pouvoir découvrir ce qu’il y avait derrière tout ça, ils espéraient qu’un mystérieux personnage apparaîtrait pour leur révéler le secret, que quelqu’un sortirait du gâteau et que le rideau tomberait sous les applaudissements ». (3)

  1. Adam Smith, Vive l’État ! Extraits de La Richesse des nations présentés par Christian Chavagneux et annoté par Igor Martinache, Paris, Les petits matins/Alternatives économiques, 2012, p. 85.
  2. Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2010, p. 53.
  3. Isaac Rosa, La mano invisible, Barcelone, Seix Barral, 2011, p. 364. A la fin du roman, le vigile à la possibilité de connaître le fin mot du spectacle. Il rejette pourtant l’offre que lui fait sa supérieure, se soustrayant ainsi absolument à son pouvoir : « Et bien non, conclut-il finalement : ça ne m’intéresse pas, laissez tomber. Il monte dans sa voiture, démarre et se met à rouler, et dans le rétroviseur, il voit la fille pour la dernière fois, son regard étonné et ce sourire figé qui de loin à l’air d’une grimace de dégoût ou de douleur », p. 378.

Le « storytelling management » : une machine à formater les esprits

« Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic : on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps, l’effet toxique se fait sentir. »

Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIReich [1947], Paris, Albin Michel, coll. « Agora », 1996.

Depuis qu’elle existe, l’humanité a su cultiver l’art de raconter des histoires ; une narration qui, au fil des siècles, n’a cessé de se perfectionner. Depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, cet art a été investi par les techniques du marketing et de la communication aux fins d’installer un discours de légitimation du capitalisme devenu triomphant après la chute du mur de Berlin. Son nom ? « storytelling » (1).

Celui-ci s’est transformé en arme sémantique aux mains des « gourous » du marketing, du management et de la communication d’entreprise. La mission du storytelling est de formater les esprits des salariés, des consommateurs et des citoyens pour les « motiver » dans une communion fraternelle qui célèbre Les Très Riches Heures du Libéralisme Économique (2).

Qui détient le pouvoir dans nos sociétés démocratiques ? Qui détermine nos choix et infléchit nos croyances ? S’il n’existe pas de réponse simple à ces questions, une action politique qui se veut efficace doit pourtant s’inscrire dans un imaginaire du pouvoir et une cartographie des rapports de force qui structurent la société.

La démocratie libérale postule que le pouvoir émane des citoyens eux-mêmes. Cette puissance de la multitude consiste en des « flux de désirs et de croyances » qui circulent entre les individus. On peut alors dire que les institutions politiques sont des structures de captation, d’alignement et de canalisation de ces flux. Ainsi, la monnaie n’a de valeur pour moi que parce que je crois que les autres croient qu’elle possède la valeur en question.

D’où l’importance du storytelling et du contrôle des médias qui deviennent alors machines de propagande. Cette haine de la pensée, le philologue allemand Victor Klemperer (1881-1960) va la dévoiler dans un des plus importants ouvrages du XXsiècle : LTI, la langue du IIIe Reich.

Lingua Tertii Imperii : la langue du IIIe Reich

Il nous faut revisiter les concepts philosophiques et sociologiques qui conduisent à l’illusion démocratique : nos régimes politico-médiatiques ont convergé au cours du XXe siècle vers la fabrique de populations structurées par des appareils de communication Continuer la lecture

Le management au service du national-socialisme : « pour faire travailler les gens, il faut les motiver. »

« Les nazis ont très bien compris que pour produire des quantités inédites dans l’histoire, il fallait motiver le matériau humain ; c’est ce que l’on appelle aujourd’hui la ressource humaine, le facteur de production qui était autrefois le facteur travail. »

Johann Chapoutot, Les influences nazies du management moderne, France Culture, 8 Janvier 2020

On a beaucoup dit que les régimes fascistes étaient fascinés par l’État : c’est vrai pour le fascisme italien qui est l’héritier de la tradition romaine et catholique. Les nazis, eux, voient dans l’État une filiation qui s’inscrit dans la construction politique française : il s’agit d’une bureaucratie tatillonne, une entrave au libre déploiement des forces vives de la nation.

L’État national-socialiste, perçu comme une institution statique relevant de la loi ou du droit écrit, va devenir un moyen au service du mouvement nazi, une agence en concurrence avec d’autres agences. Il s’agit d’une polycratie, d’un darwinisme administratif relevant de l’improvisation chaotique et du désordre, avec pour dernier arbitre : le Führer. Dans la course contre les menaces qui pèsent sur la race supérieure, on n’a pas le temps de coordonner et chaque potentat du régime va chercher à sur-interpréter le Chef suprême.

Reinhardt Höhn et la communauté des managers

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, Johann Chapoutot montre comment le national-socialisme a mis en place une conception du travail non autoritaire (1), où employés et ouvriers consentent à leur sort dans un espace de liberté et d’autonomie construit autour de l’imaginaire de la « liberté germanique », un vieux concept entretenu par le Reich pour justifier ce fonctionnement et cette organisation du travail « par la joie » (durch freude) (2).

Si bien sûr le nazisme n’a aucunement inventé le management (3), en revanche, la mise en oeuvre de l’imaginaire managérial par le nazisme témoigne de sa formidable plasticité qui peut être mis au service des plus effroyables projets criminels. Flexibilité, performance, management par projet, incentive, mérite, agences d’État, management Continuer la lecture

Simone Weil et la question de la Justice

« Pointer, s’habiller, sortir de l’usine le corps vidé de toute énergie vitale, l’esprit vide de pensée, le coeur submergé de dégoût, de rage muette, et, par dessus tout cela, d’un sentiment d’impuissance et de soumission. »

Simone Weil, La condition ouvrière, Paris, NRF Gallimard, 1951, p. 221.

Toute la vie de Simone Weil témoigne de cette obligation que nous contractons à l’égard de nos idées, dès lors que nous en faisons une ligne de vie. Pour cet être exceptionnel, la plus exigeante de toutes fût sans aucun doute l’idée de Justice.

Aucune sorte de romantisme social chez Simone Weil : prendre la condition d’ouvrière, ce n’est pas idéaliser ceux qui courbent sous le fardeau de leur condition. L’expérience défait les mensonges : prêter attention est difficile en soi, nous dit Simone Weil. Mais prêter attention au malheur est chose encore plus ardue. C’est qu’il s’est produit, au coeur même de nos sociétés, une déshumanisation radicale. Le malheur, la misère rendent les femmes et les hommes invisibles : invisibles à autrui, invisibles à eux-mêmes, peut-être (1).

Cette pensée de l’anéantissement social est un des aspects les plus singuliers et les plus actuels de la pensée de Simone Weil. C’est aussi l’un des plus provocants car il nous renvoie à une question qui fonde la condition humaine : de quelle manière peut-on rendre compte du malheur ? Comment le voir, le penser et tenter de le comprendre ? Et comment agir en direction de celles et ceux qui sont frappés ?

L’épreuve du travail en usine

Par son attention constante à la vérité, par sa conception de la pensée comme vertu qui dispose que l’on peut combattre le mal et qu’il est en notre pouvoir de le supprimer, Simone Weil manifeste une responsabilité intellectuelle, morale et politique qui s’empare de notre âme et nous donne à voir la profondeur du gouffre dans lequel nous sommes tombés (2). Cette conséquence dans la pensée, on peut la découvrir en prenant comme fil conducteur le travail, véritable noyau d’une constellation de notions qui orientent la doctrine philosophique et l’action politique. Selon Simone Weil, c’est parce Continuer la lecture

« Die totale Mobilmachung » : la réduction de l’individualité à sa fonction mécanique

« La défense armée du pays n’est plus l’obligation et le privilège des seuls soldats de métier, elle devient la tâche de tous ceux qui sont susceptibles de porter les armes. […] Par là même, l’image de la guerre, et qui la représente comme une action armée, s’estompe de plus en plus au profit de la représentation bien plus large qui la conçoit comme un gigantesque processus de travail. A côté des armées qui s’affrontent sur le champ de bataille, des armées d’un genre nouveau surgissent : l’armée chargée des communications, celle qui a la responsabilité du ravitaillement, celle qui prend en charge l’industrie d’équipement – l’armée du travail en général. »

Ernst Jünger, L’État universel (suivi de) La mobilisation totale, Paris, Gallimard, 1990, pp. 106-107.

L’expérience du front vécue par Ernst Jünger (1895-1998) lors de la Première Guerre mondiale, constitue un moment décisif dans sa thématisation du Travailleur comme Figure (1). Pour Jünger, la Première Guerre mondiale se distingue des guerres du passé par le degré de mobilisation qui s’y manifeste.

L’avènement de la Figure du Travailleur est lié à un nouvel état de la société, auquel Jünger donne le nom de «mobilisation totale» (totale Mobilmachung). Cette expression à un sens qui va bien au-delà de sa résonance militaire : c’est l’évolution des techniques de guerre qui est à l’origine de la mobilisation totale. A partir de 1916, le «génie de la guerre» et «l’esprit de progrès» ont conclu une «étroite alliance» qui s’est traduite par le primat accordé à la technique et la mise en mouvement de quantités d’énergies de plus en plus considérables.

Dans les tranchées, Jünger a vu la bataille classique évoluer en Materialschlacht (2), en combat de matériel. La guerre est désormais « imprégnée en totalité par l’esprit qui crée les machines ». Parallèlement, les distinctions traditionnelles entre le combattant et le non-combattant, le militaire et le civil, la première ligne et l’arrière, se sont effacées. Il n’y a plus ni guerre ni paix, mais un combat total permanent, qui prend des formes diverses et qui mobilise l’ensemble des ressources humaines.

Désormais, l’exaltation guerrière s’est muée en une routine symbolisée par la position : « la tranchée a fait de la guerre un métier, des guerriers des tâcherons de la mort, polis et repolis par une sanglante routine », écrivait déjà Jünger dans La guerre notre mère ( Albin Michel, 1934). Et dans Le boqueteau 125 [1918], constatant l’importance prise par « le chef de troupes d’assaut techniquement instruit », il observe : « Les fils les plus durs de la guerre, les hommes qui marchent à la tête de leurs hommes, ceux qui manient les chars d’assaut, l’avion, le sous-marin, sont tous des techniciens étonnants ; et c’est par eux que l’État moderne se fait représenter au combat. »

Dans les combats modernes, tous sont mobilisés ; c’est cette mobilisation qui signe l’entrée dans l’ère du Travail (3). Ce processus de mobilisation, né de la technique, la dépasse. Il est spirituel et idéologique. Une «disposition» (Bereitschaft) à la mobilisation se fait jour partout ; elle atteint même les pacifistes ! « Le versant technique à la mobilisation totale, écrit Jünger, n’en constitue pas l’aspect décisif. Son principe, comme le présupposé de toute technique, est enfoui plus profond : nous le définissons comme disponibilité à être mobilisé. »

De plus en plus, la capacité de mobilisation se révèle être un facteur-clé du destin des peuples. D’ailleurs, la transformation de la guerre Continuer la lecture

Georges Sorel et la grandeur ordinaire du peuple

«Tout l’effort historique du capitalisme a été de conduire les masses à se laisser gouverner par les conditions de l’économie capitaliste, en sorte que la société devînt un organisme ; tout l’effort révolutionnaire tend à créer des hommes libres.»

Georges Sorel, Réflexions sur la violence,1908.

Paradoxalement, dans le combat social, il est clair que l’idée de justice ne s’impose pas comme la finalité exclusive de l’action : elle est d’abord un horizon de sens, une idée directrice capable de mobiliser les imaginaires.

La fin tient dans la lutte elle-même, en raison de sa puissance émancipatrice propre (et indépendante des résultats sociaux qu’elle génère), alors que l’objectif revendiqué (la mise en place d’un nouvel ordre social) fait pratiquement office de prétexte. C’est ce qu’observe Georges Sorel (1847-1922) lorsqu’il écrit : « quand bien même le recours à la violence n’aurait pour résultats que de rendre plus héroïque la nation socialiste, elle devrait, déjà par cela seul, être regardée comme ayant une valeur inappréciable. » (1).

On retrouve ici, en creux, la distinction grecque entre le skopos, le but immédiat, et le telos,    le but final (2). De même, le révolutionnaire, poursuit Georges Sorel, vise une plus grande justice sociale, mais son ambition ultime doit être aussi de progresser en tant qu’homme, à travers sa participation à la lutte des classes : « La violence prolétarienne, exercée comme une manifestation pure et simple du sentiment de lutte de classes, apparaît ainsi comme une chose très belle et très héroïque ; elle est au service des intérêts primordiaux de la civilisation ; elle n’est peut-être pas la méthode la plus appropriée pour obtenir des avantages matériels immédiats, mais elle peut sauver le monde de la barbarie. » (3).

                                       L’objectif de la classe dominante :                                         se maintenir au pouvoir et garder le contrôle

Les premières générations de syndicalistes se sont senties avant tout préoccupées par l’essor d’une société nouvelle, qui leur semblait reprendre et amplifier les horreurs et les iniquités de l’Ancien Régime. Ce monstre historique, qui poursuivait sa mutation pour mieux rester le même (4), se définissait à leurs yeux par plusieurs paramètres caractéristiques : du côté des institutions, il assure la prééminence du pouvoir central (incarné par la figure du roi, du tsar ou de l’oligarchie parlementaire), et, du côté social, il entretient une nouvelle classe d’exploiteurs, les « bourgeois capitalistes ».

Le peuple s’est ainsi trouvé broyé entre deux puissances – l’une politique et l’autre économique – destinées à lui enlever tout pouvoir sur lui-même.

En dépit des apparences, le servage ancien existe toujours, sous une forme semble-t-il plus relâchée, mais en fait ô combien plus injuste et oppressante, puisque le citoyen se voit aujourd’hui aliéné politiquement dans l’État et économiquement Continuer la lecture

Organisation, efficacité et contrôle : une tentative de reconfiguration du politique par le management

« Sauvages. Expliquons-nous sur ce mot. Ces hommes hérissés qui, dans les jours génésiaques du chaos révolutionnaire, déguenillés, hurlants, farouches, le casse-tête levé, la pique haute, se ruaient sur le vieux Paris bouleversé, que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des oppressions, la fin des tyrannies, la fin du glaive, le travail pour l’homme, l’instruction pour l’enfant, la douceur sociale pour la femme, la liberté, l’égalité, la fraternité, le pain pour tous […] Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit ».

Victor Hugo, Les Misérables, 1862.

Il existe une gouvernementalité qui ne prend pas la forme d’un État, qui ne se pose pas en termes juridiques, qui ne s’exerce pas d’abord sur un territoire, qui ignore les mécanismes disciplinaires classiques. Ce nouveau mode de gouvernement, véritable révolution culturelle fondée sur la communication cybernétique, s’est érigé en tant qu’instance suprême de régulation de la pratique sociale où toutes les normes et valeurs sont remplacées par la loi de l’efficacité et de la valeur marchande. On peut nommer cette nouvelle forme de régulation sociale : « la managérialisation du politique » (1).

Dans son cours au Collège de France de 1978-1979, Michel Foucault va examiner la manière dont la logique économique a été utilisée par les libéraux pour redéfinir la rationalité Étatique, telle qu’elle s’est constituée depuis le XVIII ème siècle.

Pour le néolibéralisme, l’État reste l’acteur principal : celui-ci est simplement reconfiguré à partir du marché. C’est l’État qui, dans son propre intérêt, favorise la propagation des dispositifs de marché dans tout le corps social comme mécanismes de coordination économique, comme discours de légitimation et comme moteur de la croissance. C’est ainsi que le fonctionnement « optimal » du marché ne doit pas reposer sur le marché lui-même, mais sur l’ensemble de la société, « pour que les mécanismes concurrentiels, à chaque instant et en chaque point de l’épaisseur sociale, puisse jouer le rôle de régulateur » (2).

La mission fixée à la puissance publique ne s’arrête pas là : elle doit, dans le cadre juridico-institutionnel, garantir l’État de droit qui permet la bonne marche du jeu économique. Ce qui est visé ici, lorsque le néolibéralisme cherche à appliquer à tout le corps social les principes formels de l’économie de marché, ce n’est pas une société soumise à l’effet-marchandise : c’est une société soumise à la dynamique concurrentielle. Et Michel Foucault d’ajouter : « Une économie faite d’unités-entreprises, une société faite d’unités-entreprises : c’est cela qui est, à la fois, le principe de déchiffrement lié au libéralisme et sa programmation pour la rationalisation et d’une société et d’une économie » (3).

S’il s’agit de confier à l’État la tâche de généraliser la « forme entreprise » au sein de la population, de faire de l’entreprise l’unité de base de la société, c’est pour l’adapter à ce mécanisme de régulation qu’est le marché. Ce n’est pas que ce modèle entrepreneurial présente en lui-même Continuer la lecture

De l’augmentation continue de l’absentéisme au travail

« Dans le monde de l’hypermarché et de l’économie libérale, aimer les enfants, c’est leur acheter le plus de choses possibles ».

Annie Ernaux,                                                                                                                     Regarde les lumières mon amour, Paris, Le Seuil, 2014, p. 28 (1).

Les chiffres sont implacables : selon un cabinet spécialisé en ressources humaines, le taux d’absentéisme au travail dans le secteur privé a augmenté de 16% depuis 2014 pour atteindre aujourd’hui 3,73% (2).

Mais que signifie ce phénomène qui semble s’enraciner dans la société française ? Pourquoi s’absente-t-on plus souvent… et plus longtemps ? Les travaux sur le sujet tentent d’apporter des réponses à cette question qui dérange.

A partir des années 1980, les entreprises françaises, et notamment les plus grandes d’entre elles, vont développer de multiples dispositifs dits « participatifs ». Pour répondre aux exigences formulées par la société après la secousse de 1968, le patronat estime qu’il peut être intéressant de mettre les lignes hiérarchiques en dialogue avec les salariés aux fins de diffuser des « valeurs » et autres échanges « constructifs ».

L’idée est de neutraliser la contestation structurée des organisations syndicales ; en faisant référence à une soi-disant « pacification interne », à base de partage et d’adhésion à des règles qui font « consensus », les directions vont chercher à aligner les points de vue des différents acteurs sur les critères et les valeurs de l’entreprise.

Le mode opératoire est simple : tout un ensemble de réunions, groupes de travail, d’expression et autres cercles de qualité vont donner l’occasion aux salariés de se retrouver, pendant les heures de travail et sous le contrôle de leurs supérieurs hiérarchiques, pour échanger sur les questions liées au travail. Ces moments sont surtout l’occasion pour les subordonnés d’entendre le point de vue du management. Il s’agit de « convaincre » et de faire « adhérer » des populations considérées comme à-priori réfractaires (3).

A partir des années 1990, les grandes entreprises vont se lancer dans la construction d’un discours fondé sur les « valeurs », l’« éthique » et la « responsabilité sociale ». Ces récits se matérialisent à travers l’élaboration de chartes, de codes déontologiques, de règles de vie définissant ce qu’est « un bon comportement professionnel ». Les manières de s’impliquer au travail et de tisser des relations avec son environnement sont soigneusement codifiées, ce qui va permettre de produire une série de chiffres qui se veulent  « objectifs ». Au nom de la performance, on va créer des mesures Continuer la lecture

L’intégration des critères d’efficacité et de rentabilité par le citoyen-entrepreneur

La rationalité politique néolibérale produit une organisation spécifique du sujet et de l’État (1). Ce n’est pas un simple débordement de l’économique sur le politique ; c’est une forme singulière de raison normative qui organise la sphère publique, les pratiques de gouvernance ainsi que la citoyenneté (2).

Le néolibéralisme a une façon particulière d’articuler la nature et le sens même du politique, du social et du sujet. Il dévoile ainsi sa mainmise sur d’autres rationalités qui sont de nature plus démocratiques.

Quels sont les traits de caractère de la rationalité politique néolibérale ? Il convient de bien distinguer néolibéralisme et libéralisme économique classique.

Tout d’abord, le néolibéralisme ne se cantonne pas à une sphère exclusivement économique, pas plus qu’il ne présente le marché comme étant « naturel » et « auto-régulateur » (3).

Compris ainsi, le préfixe « néo » tient en partie à ce que les marchés libres, le libre-échange et la rationalité d’entreprise y sont envisagées comme choses normatives accomplies, mises en oeuvre par des politiques publiques. Le néolibéralisme n’est pas une simple production de la nature (4).

Ensuite, l’État n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques qui conduisent les citoyens à se considérer eux-mêmes comme des acteurs économiques, rationnels dans toutes les sphères de l’existence.

On reconnaît ici les nombreux programmes de privatisation Continuer la lecture

« Au nom du client » : la cybernétique au service des magasins automatiques

Le principe d’un magasin sans caissière, voire sans caisse du tout, ne cesse de se répandre ces dernières années. Selon une étude récente de l’Institut Nielsen, de plus en plus de magasins font appel à des caisses automatiques (1).

Les caissiers et caissières sont-ils en voie de disparition ? Il semblerait que cette pratique séduit de plus en plus de Français, grâce aux avantages qu’elle permet. Selon Laurent Jamin, expert Distribution chez Nielsen, « Avec ces caisses, le principal objectif des distributeurs est de faire gagner du temps à leurs clients ». Une dynamique qui risque de se poursuivre grâce aux nouvelles technologies comme le paiement par smartphone ou les chariots connectés.

Mais au-delà de la propagande marketing, il existe une autre réalité, beaucoup, beaucoup moins « glamour » : celle du profit. De fortes améliorations de la productivité sont également attendues par les actionnaires.

Avec les magasins sans caisses, une profonde mutation du commerce s’opère sous nos yeux. Amazon, JD. com, Walmart, etc : tous ces grands groupes ont décidé de relever le défi de l’automatisation des magasins. Le concept est on ne peut plus simple : le client entre dans la boutique pour y faire ses courses, puis ressort avec ses achats sans même débourser un centime sur place.

L’époque de la consommation de masse des années 1960 a cédé progressivement le pas à une consommation d’abord éthique dans les années 2000, avant que les consommateurs ne découvrent leur pouvoir sur les entreprises transnationales à travers la multiplication des boycotts (Lavoratora, 2016). Le consommateur d’aujourd’hui cherche à devenir maître de ses choix : il arbitre entre les produits, mais aussi entre les distributeurs (2).

D’ici à 2030, l’essentiel du pouvoir d’achat se concentrera sur les côtes atlantiques Continuer la lecture

La gouvernance de l’Union européenne : une construction cybernétique ?

La gouvernance de l’UE apparaît comme un projet visant, en même temps, à tenter de neutraliser le politique en vidant la démocratie de son contenu, ramenant l’action des gouvernements à des règles et à des pratiques de gestion économique dispensées par une expertise privée (1).

La gouvernance se fonde sur un ensemble de présupposés qui trouvent leurs origines dans la cybernétique et qui vont se déployer à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le père de la cybernétique, Norbert Wiener (1894-1964), a pour projet de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnelle. Traumatisé par les folies collectives qui viennent de déchirer le monde, il veut « Éviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». Cet espoir est fondé sur l’émergence des machines dites « intelligentes » qui nourrissent la promesse d’une société démocratique, transparente et décentralisée (2).

La notion de « société de contrôle » interroge le renouvellement des formes de pouvoir. On sait que depuis la révolution industrielle, la question du modèle d’organisation de l’entreprise a été au coeur des débats sur les modèles de société. Le projet de Saint-Simon, élaboré dès le premier quart du XIXème siècle, vise à la mise en place d’une société réticulaire gérée comme une industrie, grâce à l’alliance des savants et des industriels. Cette société sera façonnée dans l’entre-deux-guerres par l’idéologie du management.

En 1930, Antonio Gramsci observe : « L’hégémonie prend naissance dans l’usine » (3). Pour lui, le fordisme n’est pas seulement une méthode de production Continuer la lecture

La bureaucratisation managériale des firmes transnationales

La volonté de contrôle et la domination systématique de la nature et de l’homme ont amenés Max Weber à penser la démocratie non comme une forme désenchantée du politique, mais comme la forme politique du désenchantement du monde.

Le paradigme wébérien repose sur la reconnaissance des dominants et des dominés : cela tient au fait que la vie politique – en contexte démocratique – vise à une « humanisation de la domination », c’est-à-dire à une anonymisation et à une ritualisation forcée du pouvoir, afin de le rendre plus proche des citoyens, moins menaçant à leur égard et plus dépendant d’eux, moins coercitif aussi. Bref, plus symbolique.

On peut, sur ce point, s’appuyer sur Pierre Bourdieux qui agrémente son propos d’une dimension symbolique non explicite dans les textes de Max Weber (1). Nous souhaitons décrire les technologies néolibérales d’exercice du pouvoir en montrant que la bureaucratie est loin d’être spécifique à l’appareil administratif d’Etat.

La bureaucratisation renvoie à un ensemble de pratiques issues du marché et de l’entreprise. Nées de la recherche de rationalisation de la production, elles se sont ensuite diffusées à l’ensemble de la société, investissant notre quotidien en tant que professionnels, usagers, consommateurs, citoyens.

Le codage de la réalité en catégories, la mise en chiffres de processus sociaux, la segmentation des activités sociales sont autant d’opérations d’abstraction qui, diffusées hors du domaine où elles ont pris corps, convoient avec elles des conceptualisations, des stratégies, des façons de penser et de problématiser Continuer la lecture

La France : une nation colonisée par la technocratie

La managérialisation de l’État est aujourd’hui chose largement accomplie. On peut décrire le macronisme comme une extension de l’idéologie managériale à la politique, celle-ci se caractérisant par la volonté de réinterpréter la Ve République dans le sens de l’efficacité et du résultat. C’est en cela que le macronisme est « en même temps » de gauche et de droite, puisque sa seule ambition est de produire du résultat alors que son prédécesseur cherchait avant tout le compromis.

Comme dans les entreprises, la vie politique est à présent soumise aux contraintes de temps, d’efficacité et de précarité. On peut citer, à titre d’exemple, la déclaration du Président de la République faite aux députés lors du Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 : un plan social était prévu puisque un tiers d’entre eux n’auraient pas de circonscription en 2022.

Cette volonté de mettre un terme à toute illusion de carrière sous administration macronienne a été reportée du fait de l’agitation médiatique que nous avons connu à l’été 2018.

Le macronisme traduit la volonté de réduire la place de l’État dans la vie sociale au profit des entreprises et des marchés. Les relations du nouveau pouvoir avec la Haute fonction publique est très différente de la conception incarnée par le Général de Gaulle qui, non seulement respectait l’autonomie des Grands Corps de l’Etat, mais en plus, ne voyait aucune difficulté à travailler indifféremment avec des fonctionnaires gaullistes, MRP, ou même SFIO.

Emmanuel Macron a déclaré vouloir politiser les sommets de l’Etat pour ne pas avoir à combattre l’inertie, voire l’hostilité des responsables ministériels. La réforme de l’Etat semble passer par l’importation et l’appropriation des pratiques et de l’esprit du management, avec comme promesse à la clef, une plus grande rationalité et une meilleure efficience.

Le management, au sens moderne que l’on donne à ce terme, est à l’origine américain. Il est importé en France dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte local de remise en cause profonde des institutions économiques et sociales d’avant-guerre.

L’État et les institutions publiques sont alors les éléments moteurs du processus de transfert. C’est la sphère publique qui, a l’époque, va moderniser le secteur privé, en particulier, en lui imposant la révolution managériale (1).

C’est à partir des années 1980 qu’on a commencé à considérer la gestion des affaires publiques comme généralement inefficace, proposant comme contre-modèle le secteur privé supposé plus performant. L’utilisation dans la sphère publique d’outils de management et la contagion de l’imaginaire libéral au sein du politique a été puissamment relayé par des institutions transnationales telles le FMI ou des espaces supranationaux comme l’Union européenne. La doctrine du New Public Management et son succès intégral illustre parfaitement bien la nouvelle conception de l’intérêt général.

Cette évolution est à associer au projet néolibéral qui pose comme hypothèse la supériorité de la sphère privée et de ses logiques de marché à base de management participatif. D’où la volonté pour la nouvelle majorité de transplanter les logiques entrepreneuriales dans la sphère publique, en vue d’injecter dans cette dernière rationalité et efficacité (2).

Le récit auquel nous somme soumis consiste à mettre en scène une équation simpliste : le privé est management, rationnel et efficace ; le public est politique, irrationnel et inefficace.

La religion de l’efficacité a envahi l’ensemble des institutions sociales. L’hôpital, l’armée, la police, l’Eglise… toutes sont mises en demeure de faire plus avec moins et de rationaliser leurs effectifs. L’école peut, par exemple, inculquer elle-même cet impératif d’efficacité aux enfants lorsque l’apprentissage est découpé en séquences courtes, visant à produire des résultats rapides et mesurables.

Les familles sont elles aussi soumises à l’impératif de productivité. Il y a vingt ans déjà, une sociologue américaine observait que « le temps familial est en train de succomber au culte de l’efficacité précédemment associé à l’univers du travail » (3). Découpée en créneaux thématiques et en « projets de vie » individuels, la famille se présente de plus en plus comme un assemblage d’activités codifiées devant produire des résultats prédéterminés. Sherry Turkle cite ces propos d’une Américaine âgée de 36 ans :  » Quand je passe de mon calendrier à mon annuaire, puis de mes e-mails à mes textos, je me sens comme un maître de l’univers : tout est si efficace. Je suis une machine à maximiser » (4).

La logique managériale qu’imposait autrefois la hiérarchie des entreprises, beaucoup s’y assujettissent désormais eux-mêmes. Parfois même pour leur plus grand plaisir.

Dans le champ politique, cette managérialisation de l’ensemble des activités humaines a conduit à remettre en cause la légitimité juridique et le référentiel de justice, au profit du principe d’efficacité. L’exemple de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001 permet de caractériser cette rupture de paradigme : l’action de l’Etat est désormais soumis à une méthodologie managériale qui consiste à remplacer les politiques par des « stratégies » déclinées en « objectifs opérationnels » évalués au moyen « d’indicateurs chiffrés de performance » (5).

Le nouveau monde qui nous est promis est celui de la technocratie européenne, des discordes partisanes, des austérités mises en oeuvre par tous les gouvernements précédents. Le triomphe du modèle néolibéral. Au nom de l’économisme, du productivisme, du libéralisme à l’anglo-saxonne, le pouvoir macronien est l’opérateur le plus fervent de cet imaginaire.

La nouvelle structure de pouvoir repose à présent sur un triangle : une autorité « jupitérienne » adossée aux institutions de la Ve République, de jeunes hommes et jeunes femmes ambitieux, mais inconnus, qui doivent tout à leur mentor avec lequel ils partagent la vision d’un Etat fort, mais hybride, intégralement mis au service des marchés (cette nouvelle population connaît avec précision la technocratie étatique comme les milieux d’affaires et les réseaux) et enfin, un système de gestion des populations et des comportements par le numérique. La démocratie est devenue soluble dans les algorithmes.

Notre époque connaît un désistement du politique au profit du marché. Selon la pensée de Hayek, voire le vieux rêve des physiocrates, ce n’est plus au politique de gouverner, mais au marché de réguler. La mondialisation a amplifié le phénomène en désacralisant notre monde. Mais transformer la Nation en start-up, les Préfets en « entrepreneurs de l’Etat », comme le veut le Président de la République, risque d’amplifier ce désir de spiritualité prophétisé par André Malraux.

Le numérique peut devenir un danger pour la Démocratie s’il se substitue à la parole, dans un monde où on serait « seuls, ensemble », connectés mais non reliés. Le numérique peut être un amplificateur des espaces démocratiques s’il favorise les rencontres incarnées, concrètes, matérielles et charnelles. Sans quoi, le politique disparaîtra au profit d’une administration cybernétique des populations.

Ainsi prospère le nihilisme contemporain, facteur de décivilisation. Une société technocratique qui ne veut plus savoir qui elle est ni d’où elle vient, qui n’a ni fierté ni mémoire est condamnée à se diluer dans le Grand Marché Global.

Nous avons jusqu’ici eu la crise. Ensuite, nous aurons le chaos.

  1. James Burnham, L’ère des organisateurs, Paris, Calman-Lévy, 1969.
  2. Le 24 mai 2018, au forum VivaTech de Paris, Emmanuel Macron a promis la réussite et l’enrichissement rapide aux plus « talentueux ». La rupture numérique accrédite l’idée d’un passé périmé : elle valorise l’hyper-individualisme au détriment du collectif. Elle proclame la fin du travail salarié.
  3. A. R. Hochschild, The Time Blind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work, New York, Metropolitan Books, 1997, p. 51.
  4. Sherry Turkle, Alone Together : Why We Expect More From Technology and Less From Each Other, New York, Basic books, 2011, p. 165.
  5. Voir  » La démarche de performance : stratégie, objectifs, indicateurs. Guide méthodologique pour l’application de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001″, juin 2004, rédigé conjointement par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, la Cour des comptes, le Comité interministériel d’audit des programmes, la Commission des finances du Sénat ainsi que la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Un « Forum de la performance » a été lancé par le ministère du budget en 2010 pour « permettre aux citoyens de juger par eux-mêmes de la performance de l’Etat ». Voir www. performance-publique.budget.gouv.fr.

Le discours managérial : une construction au service d’individus fictifs

Le discours managérial peut s’analyser comme un tissu de fictions dont il convient d’étudier les liens et l’architecture. C’est Jeremy Bentham (1748-1832) qui, le premier, a identifié la finalité de l’utilisation de fictions dans le champ politique et juridique : les « ruling few », c’est-à-dire la minorité des gouvernants, situaient les lois dans une sphère supposée échapper à l’activité humaine : mais il s’agissait en réalité de s’assurer un contrôle sur la population et de diffuser des croyances au sein de celle-ci afin de légitimer et de protéger de la critique un système social, économique et juridique, qui ne profitait qu’à une part minime de la population.

C’est ainsi que le discours managérial a pour ambition d’assurer un fonctionnement pérenne de toute organisation, cherchant à masquer les véritables intérêts en jeu en permettant l’auto-légitimation de l’autorité qui fabrique ces discours.

Cela lui assure de détenir le monopole de la production de normes dans l’organisation, rôle généralement dévolu à la Direction de la communication, tandis que le Top management se consacre à tenter d’imaginer le futur dans lequel il serait souhaitable de vivre. Un futur forcément radieux avec d’abondants « returns »

Autrement dit, il s’agit de créer un espace, un temps ou plus précisément, une ontologie et une métaphysique qui soient en capacité de générer des normes dont l’autorité est auto-légitimée et qui ne peut donc, à ce titre, faire l’objet d’une quelconque discussion ou délibération.

C’est le fameux TINA de Margaret Thatcher : There Is No Alternative

Un exemple de cette construction fictive est celle de la figure du leader.

Aujourd’hui, le leader est présenté comme un individu capable de donner du sens, de la cohérence et de la sécurité car il posséderait une capacité spécifique qui est celle de proposer une vision du monde susceptible de simplifier la complexité (Edgar Morin).

Contrairement à Max Weber (1864-1920) qui distinguait plusieurs types d’autorité (1), le management a pour ambition de créer une histoire selon laquelle le leader incarne la figure contemporaine du héros dont l’histoire est constamment en construction.

Continuer la lecture

Le management : une idéologie de la performance ?

La cybernétique est la grande révolution scientifique du XXème siècle qui va bousculer l’ensemble des sciences en général et plus particulièrement, la science des organisations.

Penser la cybernétique, c’est essayer de comprendre le passage de la modernité à la posmodernité, de la société industrielle à la société postindustrielle, de l’économie de la production à l’économie de l’information.

Le concept d’organisation, fait observer François Jacob dans La logique du vivant, apparaît en biologie à la charnière des XVIII et XIXème siècles, remplaçant la structure visible comme grille d’analyse du vivant : fini les taxinomies, place à l’étude du fonctionnement !

Lamarck, dés 1809 dans Philosophie zoologique, le confirme puisque l’on peut observer l’omniprésence du terme pour désigner ce que Claude Bernard dans Introduction à la médecine expérimentale (1865) appellera « le milieu intérieur ». Sans oublier Walter Cannon qui, en 1932 dans Wisdom of the Body, parlera d’homéostasie pour désigner la régulation des éléments internes au système qui permet à ce dernier, de conserver son équilibre malgré les contraintes extérieures.

C’est à ce titre qu’il convient de rapprocher le concept de « système » de l’idée « d’organisation ». On retrouvera alors fort logiquement le terme, dans le contexte de rationalisation du travail qu’est la révolution industrielle, sous la plume de Charles Babbage en 1883 dans son Traité sur l’économie des machines et des manufactures et bien sûr, sous celle de Taylor en 1911 dans ses Principes du management scientifique.

Un siècle avant notre ingénieur américain, Saint-Simon avait achevé sa vie en publiant un Nouveau christianisme (1825), qui fit de l’entreprise et de l’industrie les vecteurs de la fraternité, valeur cardinale d’un christianisme revenu à ses sources et enfin débarrassé des magistères inutiles et contre-productifs. Taylor va fidèlement poursuivre le mouvement de sécularisation en éclairant le projet managérial sous un jour nouveau : celui de la performance par l’organisation scientifique du travail (OST). Taylor s’efforce de penser l’usine comme le lieu d’une nouvelle fraternité (il ne faut surtout pas oublier qu’il était Quaker, le nom commun donné à la Société des Amis), duquel serait exclu tout type de conflits, que ces derniers relèvent de la logique de classe ou de l’intérêt individuel.

En ce sens, le management procède à la fois de l’utopie, car le réalisme impose de reconnaître la nature polémique de l’être humain, et du messianisme sécularisé, car il s’agit d’un projet religieux qui s’accomplit dans l’industrie.

Aussi, nous faisons l’hypothèse suivante : le management ne concerne pas seulement  l’entreprise, mais  bien l’ensemble des activités humaines, posant ainsi les jalons de la gouvernance mondiale.

Continuer la lecture