Du complexe agro-industriel et de ses conséquences sur le monde paysan

« Notre PIB prend en compte, dans ses calculs, la pollution de l’air, la publicité pour le tabac et les courses des ambulances qui ramassent les blessés sur nos routes. Il comptabilise les systèmes de sécurité que nous installons pour protéger nos habitations et le coût des prisons où nous enfermons ceux qui réussissent à les forcer. Il intègre la destruction de nos forêts de séquoias ainsi que leur remplacement par un urbanisme tentaculaire et chaotique. Il comprend la production du napalm, des armes nucléaires et des voitures blindées de la police destinées à réprimer des émeutes dans nos villes. Il comptabilise la fabrication du fusil Whitman et du couteau Speck, ainsi que les programmes de télévision qui glorifient la violence dans le but de vendre les jouets correspondants à nos enfants.

En revanche, le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaité de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou l’intégrité de nos représentants. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. Il ne dit rien de notre sens de la compassion ou du dévouement envers notre pays. En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. »

Robert Kennedy, Université du Kansas, 18 mars 1968.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en France, l’heure est à la reconstruction et à la montée en puissance de l’appareil de production industriel. La petite paysannerie est sommée d’en finir avec ses méthodes ancestrales et les traditions perpétuées depuis des millénaires. Une nouvelle manière de cultiver et de produire est inaugurée par les pouvoirs publics. Son mot d’ordre sonne comme un mantra : « L’innovation ! » (1). Dès cette époque, l’administration française va chercher (déjà) à adapter le pays aux exigences de la nouvelle Grande Guerre économique mondiale qui se profile à l’horizon.

Avec le plan Marshall et l’arrivée des tracteurs, c’est l’âpreté du travail agricole d’autrefois qui disparaît : le temps de labeur dans les champs est divisé par quatre, bouleversant ainsi de façon irrémédiable le rapport des paysans à la terre. C’est tout un imaginaire réclamant du temps, de la patience et de l’expérience qui se voit balayé par des directives saturées d’un vocabulaire nouveau : rendement, production, productivité, retour sur investissement, etc. La rationalité économique du capitalisme commence à imposer ses normes et ses règles implacables (2). Une véritable colonisation des esprits entame son parcours meurtrier,  déployant ses effets sur l’ensemble d’un monde sommé de s’adapter ou bien de disparaître.

Installation d’un imaginaire du progrès technique et règne du productivisme

En 1962, se met en place sur le territoire européen une « politique agricole commune » (PAC) (3) : à cette époque, les agriculteurs français encensent les décisions du gouvernement, sans réaliser encore que leur situation allait être à ce point conditionnée par des décisions prises loin de chez eux, à Bruxelles. Sous l’effet d’une croissance spectaculaire des rendements, les stocks de produits agricoles ne cessent de croître. Les agriculteurs européens sont mis en concurrence les uns avec les autres, les obligeant à toujours plus s’endetter pour acquérir le superbe « dernier tracteur » ou la « dernière technologie » (4) qui vont leur permettre d’effectuer un meilleur labour ainsi que l’achat de tonnes d’engrais chimiques aux fins d’optimiser encore d’avantage les récoltes.

Mais en produisant toujours plus et toujours plus vite, on en vient à produire trop : très logiquement, le problème des surplus agricoles n’a pas d’autre effet que celui de la baisse des prix payés aux producteurs. Le productivisme déchaîné montre rapidement ses limites. Un nouveau monde se dessine : sous l’effet des Trente Glorieuses et de ses prolongements civilisationnels, nous partageons à présent tous la même culture urbaine. La campagne a perdu sa dominante agricole tandis que la ville se dilue dans le périurbain. Cette recherche du confort consumériste affecte gravement le champ culturel. Dans un article daté du 24 juin 1974, Pasolini définit la culture d’une nation comme ce qui s’enracine précisément dans le vécu et dans l’existence des hommes (5). Selon Lewis Mumford, théoricien de l’urbanisme américain, on forme « un peuple unifié, homogène, standardisé, composé d’individus conformes au prototype métropolitain et habitué à consommer exclusivement les marchandises que leur fournissent les maîtres de l’appareil, dans le meilleur intérêt d’une économie en perpétuelle expansion » (6). Qu’en est-il aujourd’hui ?

Pourquoi les sociétés modernes éliminent-elles leurs paysans ?

La question paysanne est un analyseur de la modernité, de ses impensés anthropologiques et de ses logiques de domination. C’est également un formidable révélateur des impasses de plus en plus évidentes dans lesquelles nous nous débattons, à l’image du problème écologique, qu’il soit proche ou bien planétaire (7).

Lorsqu’aujourd’hui on évoque le monde agricole, c’est souvent pour en relever les dysfonctionnements : les agriculteurs sont responsables de la pollution chimique, de la maltraitance animale, de la prolifération des algues vertes en Bretagne, etc. Sans oublier de souligner les transferts faramineux qui sont organisés sous forme de subventions. Pourtant, ne serait-il pas plus judicieux de pointer les politiques nationales qui ont choisi de bâtir une politique agricole et alimentaire uniquement guidée par les impératifs de compétitivité sur les marchés internationaux, le tout sous contrôle du FMI et de la Banque mondiale ?

Comprendre que même l’agriculture la plus industrialisée et rationalisée possible ne pourra jamais concurrencer les prix toujours plus bas des productions venues du Brésil et d’autres pays émergents ne nous semble pourtant pas hors de portée. Et que dire de nos modes de production et de stockage qui dégradent la qualité des aliments, de leur transformation excessive et des circuits de distribution qui s’étirent toujours plus loin ?

Deux mondes se font face : d’un côté, un milliard d’individus se trouvent en état de sous-alimentation, et de l’autre, des centaines de millions d’individus sont en état d’obésité sévère. Il est très hypocrite de faire croire que les problèmes d’alimentation dans nos pays occidentaux pourraient se résoudre très facilement par une sorte de réingéniérie des individus, en leur inculquant les fameuses « bonnes habitudes alimentaires » (cinq fruits et légumes par jour, consommation des produits laitiers, etc.). Comment ne pas reconnaître que les problèmes alimentaires que les pays rencontrent (malnutrition, obésité) sont tributaires des comportements de certaines firmes transnationales de l’agroalimentaire qui ne sont regardantes ni sur la qualité de leur production, ni sur le respect des diverses législations aux fins d’assurer de lucratifs retours sur investissements (8) ?

En même temps que les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30 % de l’alimentation disponible (9), les pays pauvres vendent leurs meilleures terres aux pays développés ou aux émergents. Ce sont aujourd’hui près de 50 millions d’hectares de terres cédées, dont 30 millions en Afrique, qui sont destinés non pas à l’agriculture vivrière pour les populations locales, mais à alimenter de grandes cultures destinées aux agrocarburants ou à la chimie verte qui profiteront exclusivement aux pays riches (9). En réalité, le marché agricole mondial est entre les mains d’une dizaine de sociétés transcontinentales (10).

Contrairement au modèle uniformisateur de la société urbaine, industrielle puis de services, dont la mondialisation néolibérale accélère l’installation aux quatre coins de la planète, le paysan (et non l’agriculteur) est devenu l’antithèse parfaite de la modernité, véritable bouc-émissaire au sens de René Girard. Celui qui, pour de multiples raisons individuelles ou collective, résiste à « la marmite d’alchimiste du capital » qu’évoquait Karl Marx et dans laquelle nous sommes toutes et tous, de façon contrainte ou volontaire, de plus en plus immergés. Il ne faut jamais l’oublier : le sacrifice des paysans, c’est celui de tous les autres…. ou presque !

Comment remettre en cause l’hégémonie du complexe agro-industriel et enrayer sa logique productiviste ? Il est urgent d’échapper à notre enfermement dans les niches d’un marché alimentaire réservé aux classes aisées et de reprendre entièrement la terre aux machines (11).

Sortir de la fonction-support assignée au secteur agricole

Ce sont les politiques françaises et européennes, agricoles mais pas seulement, qui dessinent les réalités agricoles et alimentaires. On peut dégager deux objectifs principaux : d’une part, paix sociale et bonne marche des affaires oblige, elles visent à procurer une alimentation « bon marché », accessible aux nombreuses populations précarisées par les politiques de dérégulation économique et sociale, mises en œuvre par l’État lui-même et ses gouvernements successifs depuis les années 1980, et d’autre part, maintenir le secteur agricole dans la fonction-support qui est la sienne depuis l’après-guerre, c’est-à-dire comme débouché pour un ensemble d’industries qu’il s’agit de soutenir : l’industrie du machinisme agricole, de la chimie, et plus récemment, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des nanotechnologies. C’est à l’aune de ces objectifs qu’il nous faut comprendre les éléments de langage déployés par le storytelling de la gouvernance européenne : « transition écologique », « agriculture biologique », « souveraineté alimentaire », etc.

Aujourd’hui, l’industrialisation agricole prend un virage transhumaniste : la promesse d’une agriculture « managée » par l’intelligence artificielle (cybernétique) à travers les robots, les drones et les capteurs. L’élevage moderne, c’est un élevage sans éleveurs et sans bétail, avec les fameux ersatz de viande dite « cellulaire » (12). Nous assistons ici au parachèvement du processus d’industrialisation : les paysans ne sont pas délivrés du travail, mais éliminés !

La nouvelle servitude paysanne, c’est l’obligation pour les agriculteurs d’entrer dans ce que l’on peut appeler : « l’engrenage capitaliste », mécanique implacable induite par une mécanisation à forte intensité. Toutes ces machines, nécessaires pour rester « compétitifs », ont un coût. Les pouvoirs publics encouragent l’investissement en matériel agricole en mobilisant une large panoplies d’aides ou de dispositifs fiscaux comme le suramortissement. Les paysans sont poussés à s’endetter toujours plus, à remplacer leur matériel plus fréquemment. Cette course en avant implique une spécialisation des exploitations agricoles et conditionne l’ensemble du processus de production

Un tracteur puissant induit de plus grands champs : il faut abattre les haies et remembrer les parcelles. Et des champs plus grands appellent naturellement la monoculture, ce qui démultiplie les risques phytosanitaires et réclame l’emploi de pesticides. L’exemple de l’élevage laitier est à cet égard frappant : l’achat d’un robot de traite modifie en profondeur la forme et le sens du travail. S’il libère de l’astreinte à la traite, il implique un autre type de servitude ; celle de veiller nuit et jour au bon fonctionnement du robot. La détresse des paysans est le produit de cette propagande dégradante (le toujours plus), de la perte de sens d’un métier de plus en plus déconnecté de sa finalité alimentaire, et des conditions économiques intenables dans lesquelles il s’exerce.

Début 2019, Michel Houellebecq publie Sérotonine. Le livre est écrit à la première personne ; il raconte l’histoire de Florent-Claude Labrouste, quarante-six ans, ingénieur agronome. Il a travaillé pour de grands groupes agricoles et agroalimentaires. Selon le narrateur, la suppression des quotas laitiers a plongé des milliers d’éleveurs français dans la misère, les réduisant à la faillite. La puissante agro-industrie dont « je connais parfaitement les dérives » pèse aussi dans leur sort, tout comme « la situation insupportable que la grande distribution fait peser sur les producteurs ». L’ingénieur agronome s’en prend aussi à Monsanto pour qui il a travaillé quelques années plus tôt : « mes supérieurs au sein de la firme étaient tout simplement des menteurs pathologiques », « la vérité était qu’on ne savait rien, ou à peu près rien, sur les conséquences à long terme des manipulations génétiques végétales ». Pourtant, là n’est pas le problème principal. Le conseiller agricole poursuit sa méditation : « Les semenciers, les producteurs d’engrais et de pesticides jouaient par leur existence même sur le plan agricole, un risque destructeur et létal. » Et plus loin encore : « Cette agriculture intensive […], basée sur des exploitations gigantesques et sur la maximisation du rendement à l’hectare, cette agro-industrie entièrement basée sur l’exportation, sur la séparation de l’agriculture et de l’élevage, était à mes yeux l’exact contraire de ce qu’il fallait faire si l’on voulait aboutir à un développement durable ».

Avec Sérotonine, Michel Houellebecq signe sans doute le grand roman de la fin de ce qu’un Alain Minc a pu appeler : « la mondialisation heureuse ». Il nous donne à voir la peinture glaçante d’un monde paysan en perdition, la fin d’un patrimoine humain venu du fonds des âges, sacrifié sur l’autel du cash-flow :

« Ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus grand plan social à l’oeuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan secret, invisible, où les gens disparaissant individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM » (13).

  1. L’innovation, telle que définie par l’OCDE en 2005 (Cf., Oslo Manual. Guidelines for collecting and interpreting innovation data, OECD, Eurostat publication, 2005), correspond à l’adoption d’un produit nouveau ou significativement amélioré, d’un process nouveau, d’une nouvelle méthode de marketing ou une nouvelle méthode d’organisation.
  2. D’une agriculture de subsistance dont on vendait le superflu, on passe à son exact contraire : la subsistance du paysan dépendra dorénavant du superflu, c’est-à-dire de sa capacité à produire plus que ne l’exigent ses besoins.
  3. Crée par le traité de Rome en 1957, la politique agricole commune (PAC) a pour objectif d’accroître la productivité de l’agriculture, de stabiliser les marchés, de garantir la sécurité des approvisionnements et d’assurer des prix raisonnables aux consommateurs. Parallèlement à ces objectifs, la PAC est également encadrée par des principes qui lui sont propres : unicité du marché, solidarité financière et préférence communautaire. Cf., Daniele Bianchi, La politique agricole commune (PAC) : précis de droit agricole européen, Bruxelles, Bruylant, 2012, pp. 62-80.
  4. Si l’on veut comprendre ce processus, il suffit de regarder le site John Deere France. On nous explique avec force conviction la façon d’améliorer encore les rendements, en « activant la connectivité JDLink »… Ou comment rendre les paysans encore plus addicts à la cybernétique.
  5. Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires, Paris, Flammarion, 2009. L’auteur de Théorème (1968) examine la consommation de masse qui conduit à une déshumanisation de la société et à la destruction de l’identité italienne.
  6. Lewis Mumford, La cité à travers l’histoire, Paris, Agone, 2011. Il s’agit ici de la critique d’une organisation économique qui sacrifie le progrès de l’humanité au perfectionnement des machines. L’auteur revient au souci du bien public, à la recherche d’un équilibre écologique et à la coopération sociale comme base de notre milieu de vie.
  7. Le lundi 9 août 2021, le GIEC a rendu public le premier volet de son sixième rapport. La tonalité est très alarmiste face à un réchauffement bien plus rapide que ce qui avait été anticipé.
  8. Cf., « Le scandale alimentaire, scénario à répétition du secteur agroalimentaire et de la grande distribution », in Le Monde, 11 août 2017. Du lait aux salmonelles en passant par les lasagnes à la viande de cheval, les crises sanitaires, aux conséquences plus ou moins dramatiques, illustrent les complexités du circuit alimentaire telles que le néolibéralisme l’a définit.
  9. Cf., OCDE, Biocarburants pour les transports : politiques et possibilités, Synthèse, Paris, 2007.
  10. Foued Cheriet, Pasquale Lubello, « Concentration des grandes firmes et nouvelle division multinationale du travail : la révolution du système agroalimentaire mondial », in Systèmes agroalimentaires en transition, Éditions Quæ, collection Upadte Sciences & Technologies, 2017, pp. 115-158.
  11. L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris, Le Seuil, 2021.
  12. Cf., Éric Muraille, « La viande cultivée en laboratoire pose plus de problèmes qu’elle n’en résout », in The Conversation, 2 juillet 2021. La viande « cultivée », ou viande in vitro, aussi nommée clean meat (viande propre) par ses partisans, est une viande produite en laboratoire à l’aide de techniques de bio-engénierie. C’est en 2013 que Mark Post, professeur à l’université de Maastricht, a présenté le premier burger de viande cultivée. Depuis, l’utopie d’une consommation de viande sans exploitation animale, issue d’une « agriculture cellulaire », a fait de nombreux adeptes chez les défenseurs des animaux, mais aussi dans l’industrie agroalimentaire.
  13. Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 248.

 

De quoi l’affaire de L’Île Berder est-elle le nom ?

« Fini l’amour du prochain ! Il faut confier le destin du monde aux pires d’entre les hommes, ceux qui veulent toujours plus, quels que soient les moyens à employer. Eux seuls sauront faire en sorte que la richesse s’accroisse et ruisselle ensuite sur le reste des hommes. Et c’est là le véritable plan de Dieu dont il résultera un quasi-paradis sur terre. Pour ce faire, Mandeville (1670-1733) a élaboré un art de gouverner – flatter les uns, stigmatiser les autres – qui se révélera bien plus retors et plus efficace que celui de Machiavel, parce que fondé sur l’instauration d’un nouveau régime : la libération des pulsions. On comprend pourquoi Bernard de Mandeville fut de son vivant surnommé Man Devil (l’homme du Diable) et pourquoi son paradis ressemble à l’enfer. »

Dany-Robert Dufour, Baise ton prochain. Une histoire souterraine du capitalisme, Paris, Actes Sud, 2019.

La question que nous souhaitons aborder ici est celle des contentieux qui opposent les associations locales défendant le libre accès au littoral et les propriétaires des terrains riverains du domaine public maritime. La presse locale se fait régulièrement l’écho de batailles juridiques pour assurer le libre passage des promeneurs en bord de mer : rappelons que celui-ci est protégé par la servitude de passage des piétons sur le littoral (SPPL) institué en 1976 à l’échelle nationale.

Certaines de ces affaires sont couvertes par les médias nationaux et font l’objet d’importantes mobilisations citoyennes. C’est le cas du conflit qui oppose un promoteur immobilier rennais à quatre associations de défense de l’environnement. Celles-ci craignent que ce projet d’un autre temps vienne dénaturer le cadre de L’Île Berder (Golf du Morbihan), sa végétation, ses plages que l’on peut découvrir le long du sentier côtier ainsi que ses bâtiments datant du XIXème siècle (1).

Le promoteur à pour ambition d’installer un complexe hôtelier de luxe comprenant 80 chambres avec piscine et parkings dédiés. À l’origine, ce sont les soeurs de Saint François d’Assise qui ont loué à LVT (Loisirs Vacances Tourisme) pour offrir aux familles, classes scolaires et autres colonies de vacances l’occasion de découvrir le milieu marin. Puis Yves Rocher a souhaité installer une thalasso… Le projet donne immédiatement lieu à de fortes mobilisations qui se traduisent par plus de 15 ans de procédures. Cette résistance de la population a permis de maintenir le bail de LVT jusqu’à la fin. Et c’est en 2016 que le groupe immobilier rennais fait l’acquisition de l’île pour en faire une enclave dédiée aux amateurs de beaux espaces. Des esthètes soigneusement préservés des gens ordinaires…

Le conflit illustre à l’envie cette tension devenue prégnante entre bien commun et propriété privée (2) : une polarisation de plus en plus forte qui se cristallise autour de la destination des espaces naturels. La nature est aujourd’hui considérée comme un bien commun auquel tout un chacun à un droit d’accès libre et égal. Aussi, l’appropriation privative d’espaces considérés comme « naturels » heurte-t-elle cette présomption de libre accès, suscitant différentes formes de réprobation sociale qui vont de Continuer la lecture

La littérature contre la prétention des tenants du Néolibéralisme qui rêvent de rendre l’humanité calculable

« La politique dans une œuvre littéraire, c’est un coup de pistolet au milieu d’un concert, quelque chose de grossier et auquel pourtant il n’est pas possible de refuser son attention. Nous allons parler de fort vilaines chose, et que, pour plus d’une raison, nous voudrions taire ; mais nous sommes forcés d’en venir à des évènements qui sont de notre domaine, puisqu’ils ont pour théâtre le cœur des personnages.»

Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839, Livre second, chapitre XXIII.

La fameuse métaphore de Stendhal fait état d’un conflit, d’une tension problématique entre les abondantes réflexions d’ordre politique, économique ou social peuplant ses romans et ce qui serait proprement littéraire : l’économie, au même titre que la politique, se donnerait par rapport à la littérature comme un régime discursif radicalement étranger, ne pouvant intervenir en son sein que sur le mode de l’attentat, de l’irruption ou de la déchirure fondamentale.

Lorsqu’en 1865, depuis Wiesbaden en Allemagne, Dostoïevski débute l’écriture de Crime et châtiment, il vient de perdre sa femme et son frère : il a fui la Russie aux fins d’échapper à la prison pour dettes. Loin de sa terre natale, accablé par le chagrin et les soucis, l’écrivain s’emploie à défier les tenants de la modernité heureuse. Il abhorre le capitalisme, dont il a observé la toute-puissance à Londres et qui est en passe de transformer Saint-Pétersbourg.

Il situe son roman dans les bas-fonds de la capitale de Pierre le Grand : dans la deuxième moitié du XIX ème siècle, la cité est secouée de toutes parts. La révolution industrielle a changé la physionomie de la ville ; en quelques décennies, sa population a triplé. Dostoïevski écrit : « Les maisons closes fort nombreuses, la population d’ouvriers et d’artisans entassés dans ces ruelles et ces impasses du centre de Saint-Pétersbourg ». Il observe la société russe, écartelée entre les théoriciens du chaos et ceux de l’intérêt, qui bascule dans un narcissisme frénétique.

Dostoïevski méprise la bourgeoisie d’argent qui triomphe à Saint-Pétersbourg. Dans son roman, le personnage de Loujine est la caricature de l’arriviste enrichi : se piquant de progressisme, il n’hésite pas à livrer sa propre vision de la théorie de la main invisible d’Adam Smith : « En ne travaillant que pour moi, je travaille, par le fait, pour tout le monde ». C’est vrai que depuis Ricardo, les économistes libéraux anglais tentent de renoncer aux réflexions philosophiques pour se concentrer sur la formalisation mathématique.

Un crime contre l’esprit, selon Dostoïevski. Une aberration parfaitement décrite dans ce passage qui concerne une jeune fille ivre, perdue dans les rues de la ville : le héros du roman, Raskolnikov, lance : « Un certain pourcentage doit finir ainsi chaque année … et disparaître Dieu sait où … au diable sans doute pour garantir le repos des autres. Un pourcentage ! Ils ont de jolis petits mots ! Rassurants, techniques … ».

Avant la révolution industrielle, les paysans russes ont connu de terribles famines ; mais pour Fiodor Dostoïevski, rien n’est plus inhumain que la misère des grandes villes modernes. A un moment du récit, il s’attarde sur le parcours de l’ancien fonctionnaire Marmeladov. Incapable de nourrir sa famille, cet ivrogne impénitent Continuer la lecture

Le « storytelling management » : une machine à formater les esprits

« Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic : on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps, l’effet toxique se fait sentir. »

Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIReich [1947], Paris, Albin Michel, coll. « Agora », 1996.

Depuis qu’elle existe, l’humanité a su cultiver l’art de raconter des histoires ; une narration qui, au fil des siècles, n’a cessé de se perfectionner. Depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, cet art a été investi par les techniques du marketing et de la communication aux fins d’installer un discours de légitimation du capitalisme devenu triomphant après la chute du mur de Berlin. Son nom ? « storytelling » (1).

Celui-ci s’est transformé en arme sémantique aux mains des « gourous » du marketing, du management et de la communication d’entreprise. La mission du storytelling est de formater les esprits des salariés, des consommateurs et des citoyens pour les « motiver » dans une communion fraternelle qui célèbre Les Très Riches Heures du Libéralisme Économique (2).

Qui détient le pouvoir dans nos sociétés démocratiques ? Qui détermine nos choix et infléchit nos croyances ? S’il n’existe pas de réponse simple à ces questions, une action politique qui se veut efficace doit pourtant s’inscrire dans un imaginaire du pouvoir et une cartographie des rapports de force qui structurent la société.

La démocratie libérale postule que le pouvoir émane des citoyens eux-mêmes. Cette puissance de la multitude consiste en des « flux de désirs et de croyances » qui circulent entre les individus. On peut alors dire que les institutions politiques sont des structures de captation, d’alignement et de canalisation de ces flux. Ainsi, la monnaie n’a de valeur pour moi que parce que je crois que les autres croient qu’elle possède la valeur en question.

D’où l’importance du storytelling et du contrôle des médias qui deviennent alors machines de propagande. Cette haine de la pensée, le philologue allemand Victor Klemperer (1881-1960) va la dévoiler dans un des plus importants ouvrages du XXsiècle : LTI, la langue du IIIe Reich.

Lingua Tertii Imperii : la langue du IIIe Reich

Il nous faut revisiter les concepts philosophiques et sociologiques qui conduisent à l’illusion démocratique : nos régimes politico-médiatiques ont convergé au cours du XXe siècle vers la fabrique de populations structurées par des appareils de communication Continuer la lecture

Le management au service du national-socialisme : « pour faire travailler les gens, il faut les motiver. »

« Les nazis ont très bien compris que pour produire des quantités inédites dans l’histoire, il fallait motiver le matériau humain ; c’est ce que l’on appelle aujourd’hui la ressource humaine, le facteur de production qui était autrefois le facteur travail. »

Johann Chapoutot, Les influences nazies du management moderne, France Culture, 8 Janvier 2020

On a beaucoup dit que les régimes fascistes étaient fascinés par l’État : c’est vrai pour le fascisme italien qui est l’héritier de la tradition romaine et catholique. Les nazis, eux, voient dans l’État une filiation qui s’inscrit dans la construction politique française : il s’agit d’une bureaucratie tatillonne, une entrave au libre déploiement des forces vives de la nation.

L’État national-socialiste, perçu comme une institution statique relevant de la loi ou du droit écrit, va devenir un moyen au service du mouvement nazi, une agence en concurrence avec d’autres agences. Il s’agit d’une polycratie, d’un darwinisme administratif relevant de l’improvisation chaotique et du désordre, avec pour dernier arbitre : le Führer. Dans la course contre les menaces qui pèsent sur la race supérieure, on n’a pas le temps de coordonner et chaque potentat du régime va chercher à sur-interpréter le Chef suprême.

Reinhardt Höhn et la communauté des managers

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, Johann Chapoutot montre comment le national-socialisme a mis en place une conception du travail non autoritaire (1), où employés et ouvriers consentent à leur sort dans un espace de liberté et d’autonomie construit autour de l’imaginaire de la « liberté germanique », un vieux concept entretenu par le Reich pour justifier ce fonctionnement et cette organisation du travail « par la joie » (durch freude) (2).

Si bien sûr le nazisme n’a aucunement inventé le management (3), en revanche, la mise en oeuvre de l’imaginaire managérial par le nazisme témoigne de sa formidable plasticité qui peut être mis au service des plus effroyables projets criminels. Flexibilité, performance, management par projet, incentive, mérite, agences d’État, management Continuer la lecture

Simone Weil et la question de la Justice

« Pointer, s’habiller, sortir de l’usine le corps vidé de toute énergie vitale, l’esprit vide de pensée, le coeur submergé de dégoût, de rage muette, et, par dessus tout cela, d’un sentiment d’impuissance et de soumission. »

Simone Weil, La condition ouvrière, Paris, NRF Gallimard, 1951, p. 221.

Toute la vie de Simone Weil témoigne de cette obligation que nous contractons à l’égard de nos idées, dès lors que nous en faisons une ligne de vie. Pour cet être exceptionnel, la plus exigeante de toutes fût sans aucun doute l’idée de Justice.

Aucune sorte de romantisme social chez Simone Weil : prendre la condition d’ouvrière, ce n’est pas idéaliser ceux qui courbent sous le fardeau de leur condition. L’expérience défait les mensonges : prêter attention est difficile en soi, nous dit Simone Weil. Mais prêter attention au malheur est chose encore plus ardue. C’est qu’il s’est produit, au coeur même de nos sociétés, une déshumanisation radicale. Le malheur, la misère rendent les femmes et les hommes invisibles : invisibles à autrui, invisibles à eux-mêmes, peut-être (1).

Cette pensée de l’anéantissement social est un des aspects les plus singuliers et les plus actuels de la pensée de Simone Weil. C’est aussi l’un des plus provocants car il nous renvoie à une question qui fonde la condition humaine : de quelle manière peut-on rendre compte du malheur ? Comment le voir, le penser et tenter de le comprendre ? Et comment agir en direction de celles et ceux qui sont frappés ?

L’épreuve du travail en usine

Par son attention constante à la vérité, par sa conception de la pensée comme vertu qui dispose que l’on peut combattre le mal et qu’il est en notre pouvoir de le supprimer, Simone Weil manifeste une responsabilité intellectuelle, morale et politique qui s’empare de notre âme et nous donne à voir la profondeur du gouffre dans lequel nous sommes tombés (2). Cette conséquence dans la pensée, on peut la découvrir en prenant comme fil conducteur le travail, véritable noyau d’une constellation de notions qui orientent la doctrine philosophique et l’action politique. Selon Simone Weil, c’est parce Continuer la lecture

« Die totale Mobilmachung » : la réduction de l’individualité à sa fonction mécanique

« La défense armée du pays n’est plus l’obligation et le privilège des seuls soldats de métier, elle devient la tâche de tous ceux qui sont susceptibles de porter les armes. […] Par là même, l’image de la guerre, et qui la représente comme une action armée, s’estompe de plus en plus au profit de la représentation bien plus large qui la conçoit comme un gigantesque processus de travail. A côté des armées qui s’affrontent sur le champ de bataille, des armées d’un genre nouveau surgissent : l’armée chargée des communications, celle qui a la responsabilité du ravitaillement, celle qui prend en charge l’industrie d’équipement – l’armée du travail en général. »

Ernst Jünger, L’État universel (suivi de) La mobilisation totale, Paris, Gallimard, 1990, pp. 106-107.

L’expérience du front vécue par Ernst Jünger (1895-1998) lors de la Première Guerre mondiale, constitue un moment décisif dans sa thématisation du Travailleur comme Figure (1). Pour Jünger, la Première Guerre mondiale se distingue des guerres du passé par le degré de mobilisation qui s’y manifeste.

L’avènement de la Figure du Travailleur est lié à un nouvel état de la société, auquel Jünger donne le nom de «mobilisation totale» (totale Mobilmachung). Cette expression à un sens qui va bien au-delà de sa résonance militaire : c’est l’évolution des techniques de guerre qui est à l’origine de la mobilisation totale. A partir de 1916, le «génie de la guerre» et «l’esprit de progrès» ont conclu une «étroite alliance» qui s’est traduite par le primat accordé à la technique et la mise en mouvement de quantités d’énergies de plus en plus considérables.

Dans les tranchées, Jünger a vu la bataille classique évoluer en Materialschlacht (2), en combat de matériel. La guerre est désormais « imprégnée en totalité par l’esprit qui crée les machines ». Parallèlement, les distinctions traditionnelles entre le combattant et le non-combattant, le militaire et le civil, la première ligne et l’arrière, se sont effacées. Il n’y a plus ni guerre ni paix, mais un combat total permanent, qui prend des formes diverses et qui mobilise l’ensemble des ressources humaines.

Désormais, l’exaltation guerrière s’est muée en une routine symbolisée par la position : « la tranchée a fait de la guerre un métier, des guerriers des tâcherons de la mort, polis et repolis par une sanglante routine », écrivait déjà Jünger dans La guerre notre mère ( Albin Michel, 1934). Et dans Le boqueteau 125 [1918], constatant l’importance prise par « le chef de troupes d’assaut techniquement instruit », il observe : « Les fils les plus durs de la guerre, les hommes qui marchent à la tête de leurs hommes, ceux qui manient les chars d’assaut, l’avion, le sous-marin, sont tous des techniciens étonnants ; et c’est par eux que l’État moderne se fait représenter au combat. »

Dans les combats modernes, tous sont mobilisés ; c’est cette mobilisation qui signe l’entrée dans l’ère du Travail (3). Ce processus de mobilisation, né de la technique, la dépasse. Il est spirituel et idéologique. Une «disposition» (Bereitschaft) à la mobilisation se fait jour partout ; elle atteint même les pacifistes ! « Le versant technique à la mobilisation totale, écrit Jünger, n’en constitue pas l’aspect décisif. Son principe, comme le présupposé de toute technique, est enfoui plus profond : nous le définissons comme disponibilité à être mobilisé. »

De plus en plus, la capacité de mobilisation se révèle être un facteur-clé du destin des peuples. D’ailleurs, la transformation de la guerre Continuer la lecture

Georges Sorel et la grandeur ordinaire du peuple

«Tout l’effort historique du capitalisme a été de conduire les masses à se laisser gouverner par les conditions de l’économie capitaliste, en sorte que la société devînt un organisme ; tout l’effort révolutionnaire tend à créer des hommes libres.»

Georges Sorel, Réflexions sur la violence,1908.

Paradoxalement, dans le combat social, il est clair que l’idée de justice ne s’impose pas comme la finalité exclusive de l’action : elle est d’abord un horizon de sens, une idée directrice capable de mobiliser les imaginaires.

La fin tient dans la lutte elle-même, en raison de sa puissance émancipatrice propre (et indépendante des résultats sociaux qu’elle génère), alors que l’objectif revendiqué (la mise en place d’un nouvel ordre social) fait pratiquement office de prétexte. C’est ce qu’observe Georges Sorel (1847-1922) lorsqu’il écrit : « quand bien même le recours à la violence n’aurait pour résultats que de rendre plus héroïque la nation socialiste, elle devrait, déjà par cela seul, être regardée comme ayant une valeur inappréciable. » (1).

On retrouve ici, en creux, la distinction grecque entre le skopos, le but immédiat, et le telos,    le but final (2). De même, le révolutionnaire, poursuit Georges Sorel, vise une plus grande justice sociale, mais son ambition ultime doit être aussi de progresser en tant qu’homme, à travers sa participation à la lutte des classes : « La violence prolétarienne, exercée comme une manifestation pure et simple du sentiment de lutte de classes, apparaît ainsi comme une chose très belle et très héroïque ; elle est au service des intérêts primordiaux de la civilisation ; elle n’est peut-être pas la méthode la plus appropriée pour obtenir des avantages matériels immédiats, mais elle peut sauver le monde de la barbarie. » (3).

                                       L’objectif de la classe dominante :                                         se maintenir au pouvoir et garder le contrôle

Les premières générations de syndicalistes se sont senties avant tout préoccupées par l’essor d’une société nouvelle, qui leur semblait reprendre et amplifier les horreurs et les iniquités de l’Ancien Régime. Ce monstre historique, qui poursuivait sa mutation pour mieux rester le même (4), se définissait à leurs yeux par plusieurs paramètres caractéristiques : du côté des institutions, il assure la prééminence du pouvoir central (incarné par la figure du roi, du tsar ou de l’oligarchie parlementaire), et, du côté social, il entretient une nouvelle classe d’exploiteurs, les « bourgeois capitalistes ».

Le peuple s’est ainsi trouvé broyé entre deux puissances – l’une politique et l’autre économique – destinées à lui enlever tout pouvoir sur lui-même.

En dépit des apparences, le servage ancien existe toujours, sous une forme semble-t-il plus relâchée, mais en fait ô combien plus injuste et oppressante, puisque le citoyen se voit aujourd’hui aliéné politiquement dans l’État et économiquement Continuer la lecture

Organisation, efficacité et contrôle : une tentative de reconfiguration du politique par le management

« Sauvages. Expliquons-nous sur ce mot. Ces hommes hérissés qui, dans les jours génésiaques du chaos révolutionnaire, déguenillés, hurlants, farouches, le casse-tête levé, la pique haute, se ruaient sur le vieux Paris bouleversé, que voulaient-ils ? Ils voulaient la fin des oppressions, la fin des tyrannies, la fin du glaive, le travail pour l’homme, l’instruction pour l’enfant, la douceur sociale pour la femme, la liberté, l’égalité, la fraternité, le pain pour tous […] Ils semblaient des barbares et ils étaient des sauveurs. Ils réclamaient la lumière avec le masque de la nuit ».

Victor Hugo, Les Misérables, 1862.

Il existe une gouvernementalité qui ne prend pas la forme d’un État, qui ne se pose pas en termes juridiques, qui ne s’exerce pas d’abord sur un territoire, qui ignore les mécanismes disciplinaires classiques. Ce nouveau mode de gouvernement, véritable révolution culturelle fondée sur la communication cybernétique, s’est érigé en tant qu’instance suprême de régulation de la pratique sociale où toutes les normes et valeurs sont remplacées par la loi de l’efficacité et de la valeur marchande. On peut nommer cette nouvelle forme de régulation sociale : « la managérialisation du politique » (1).

Dans son cours au Collège de France de 1978-1979, Michel Foucault va examiner la manière dont la logique économique a été utilisée par les libéraux pour redéfinir la rationalité Étatique, telle qu’elle s’est constituée depuis le XVIII ème siècle.

Pour le néolibéralisme, l’État reste l’acteur principal : celui-ci est simplement reconfiguré à partir du marché. C’est l’État qui, dans son propre intérêt, favorise la propagation des dispositifs de marché dans tout le corps social comme mécanismes de coordination économique, comme discours de légitimation et comme moteur de la croissance. C’est ainsi que le fonctionnement « optimal » du marché ne doit pas reposer sur le marché lui-même, mais sur l’ensemble de la société, « pour que les mécanismes concurrentiels, à chaque instant et en chaque point de l’épaisseur sociale, puisse jouer le rôle de régulateur » (2).

La mission fixée à la puissance publique ne s’arrête pas là : elle doit, dans le cadre juridico-institutionnel, garantir l’État de droit qui permet la bonne marche du jeu économique. Ce qui est visé ici, lorsque le néolibéralisme cherche à appliquer à tout le corps social les principes formels de l’économie de marché, ce n’est pas une société soumise à l’effet-marchandise : c’est une société soumise à la dynamique concurrentielle. Et Michel Foucault d’ajouter : « Une économie faite d’unités-entreprises, une société faite d’unités-entreprises : c’est cela qui est, à la fois, le principe de déchiffrement lié au libéralisme et sa programmation pour la rationalisation et d’une société et d’une économie » (3).

S’il s’agit de confier à l’État la tâche de généraliser la « forme entreprise » au sein de la population, de faire de l’entreprise l’unité de base de la société, c’est pour l’adapter à ce mécanisme de régulation qu’est le marché. Ce n’est pas que ce modèle entrepreneurial présente en lui-même Continuer la lecture

De l’augmentation continue de l’absentéisme au travail

« Dans le monde de l’hypermarché et de l’économie libérale, aimer les enfants, c’est leur acheter le plus de choses possibles ».

Annie Ernaux,                                                                                                                     Regarde les lumières mon amour, Paris, Le Seuil, 2014, p. 28 (1).

Les chiffres sont implacables : selon un cabinet spécialisé en ressources humaines, le taux d’absentéisme au travail dans le secteur privé a augmenté de 16% depuis 2014 pour atteindre aujourd’hui 3,73% (2).

Mais que signifie ce phénomène qui semble s’enraciner dans la société française ? Pourquoi s’absente-t-on plus souvent… et plus longtemps ? Les travaux sur le sujet tentent d’apporter des réponses à cette question qui dérange.

A partir des années 1980, les entreprises françaises, et notamment les plus grandes d’entre elles, vont développer de multiples dispositifs dits « participatifs ». Pour répondre aux exigences formulées par la société après la secousse de 1968, le patronat estime qu’il peut être intéressant de mettre les lignes hiérarchiques en dialogue avec les salariés aux fins de diffuser des « valeurs » et autres échanges « constructifs ».

L’idée est de neutraliser la contestation structurée des organisations syndicales ; en faisant référence à une soi-disant « pacification interne », à base de partage et d’adhésion à des règles qui font « consensus », les directions vont chercher à aligner les points de vue des différents acteurs sur les critères et les valeurs de l’entreprise.

Le mode opératoire est simple : tout un ensemble de réunions, groupes de travail, d’expression et autres cercles de qualité vont donner l’occasion aux salariés de se retrouver, pendant les heures de travail et sous le contrôle de leurs supérieurs hiérarchiques, pour échanger sur les questions liées au travail. Ces moments sont surtout l’occasion pour les subordonnés d’entendre le point de vue du management. Il s’agit de « convaincre » et de faire « adhérer » des populations considérées comme à-priori réfractaires (3).

A partir des années 1990, les grandes entreprises vont se lancer dans la construction d’un discours fondé sur les « valeurs », l’« éthique » et la « responsabilité sociale ». Ces récits se matérialisent à travers l’élaboration de chartes, de codes déontologiques, de règles de vie définissant ce qu’est « un bon comportement professionnel ». Les manières de s’impliquer au travail et de tisser des relations avec son environnement sont soigneusement codifiées, ce qui va permettre de produire une série de chiffres qui se veulent  « objectifs ». Au nom de la performance, on va créer des mesures Continuer la lecture

L’intégration des critères d’efficacité et de rentabilité par le citoyen-entrepreneur

La rationalité politique néolibérale produit une organisation spécifique du sujet et de l’État (1). Ce n’est pas un simple débordement de l’économique sur le politique ; c’est une forme singulière de raison normative qui organise la sphère publique, les pratiques de gouvernance ainsi que la citoyenneté (2).

Le néolibéralisme a une façon particulière d’articuler la nature et le sens même du politique, du social et du sujet. Il dévoile ainsi sa mainmise sur d’autres rationalités qui sont de nature plus démocratiques.

Quels sont les traits de caractère de la rationalité politique néolibérale ? Il convient de bien distinguer néolibéralisme et libéralisme économique classique.

Tout d’abord, le néolibéralisme ne se cantonne pas à une sphère exclusivement économique, pas plus qu’il ne présente le marché comme étant « naturel » et « auto-régulateur » (3).

Compris ainsi, le préfixe « néo » tient en partie à ce que les marchés libres, le libre-échange et la rationalité d’entreprise y sont envisagées comme choses normatives accomplies, mises en oeuvre par des politiques publiques. Le néolibéralisme n’est pas une simple production de la nature (4).

Ensuite, l’État n’a pas pour tâche de faciliter l’économie, mais plutôt de se construire et de se considérer lui-même en tant que marché, de mettre en place des politiques qui conduisent les citoyens à se considérer eux-mêmes comme des acteurs économiques, rationnels dans toutes les sphères de l’existence.

On reconnaît ici les nombreux programmes de privatisation Continuer la lecture

« Au nom du client » : la cybernétique au service des magasins automatiques

Le principe d’un magasin sans caissière, voire sans caisse du tout, ne cesse de se répandre ces dernières années. Selon une étude récente de l’Institut Nielsen, de plus en plus de magasins font appel à des caisses automatiques (1).

Les caissiers et caissières sont-ils en voie de disparition ? Il semblerait que cette pratique séduit de plus en plus de Français, grâce aux avantages qu’elle permet. Selon Laurent Jamin, expert Distribution chez Nielsen, « Avec ces caisses, le principal objectif des distributeurs est de faire gagner du temps à leurs clients ». Une dynamique qui risque de se poursuivre grâce aux nouvelles technologies comme le paiement par smartphone ou les chariots connectés.

Mais au-delà de la propagande marketing, il existe une autre réalité, beaucoup, beaucoup moins « glamour » : celle du profit. De fortes améliorations de la productivité sont également attendues par les actionnaires.

Avec les magasins sans caisses, une profonde mutation du commerce s’opère sous nos yeux. Amazon, JD. com, Walmart, etc : tous ces grands groupes ont décidé de relever le défi de l’automatisation des magasins. Le concept est on ne peut plus simple : le client entre dans la boutique pour y faire ses courses, puis ressort avec ses achats sans même débourser un centime sur place.

L’époque de la consommation de masse des années 1960 a cédé progressivement le pas à une consommation d’abord éthique dans les années 2000, avant que les consommateurs ne découvrent leur pouvoir sur les entreprises transnationales à travers la multiplication des boycotts (Lavoratora, 2016). Le consommateur d’aujourd’hui cherche à devenir maître de ses choix : il arbitre entre les produits, mais aussi entre les distributeurs (2).

D’ici à 2030, l’essentiel du pouvoir d’achat se concentrera sur les côtes atlantiques Continuer la lecture

La gouvernance de l’Union européenne : une construction cybernétique ?

La gouvernance de l’UE apparaît comme un projet visant, en même temps, à tenter de neutraliser le politique en vidant la démocratie de son contenu, ramenant l’action des gouvernements à des règles et à des pratiques de gestion économique dispensées par une expertise privée (1).

La gouvernance se fonde sur un ensemble de présupposés qui trouvent leurs origines dans la cybernétique et qui vont se déployer à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le père de la cybernétique, Norbert Wiener (1894-1964), a pour projet de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnelle. Traumatisé par les folies collectives qui viennent de déchirer le monde, il veut « Éviter que l’humanité ne replonge dans le monde de Bergen-Belsen et de Hiroshima ». Cet espoir est fondé sur l’émergence des machines dites « intelligentes » qui nourrissent la promesse d’une société démocratique, transparente et décentralisée (2).

La notion de « société de contrôle » interroge le renouvellement des formes de pouvoir. On sait que depuis la révolution industrielle, la question du modèle d’organisation de l’entreprise a été au coeur des débats sur les modèles de société. Le projet de Saint-Simon, élaboré dès le premier quart du XIXème siècle, vise à la mise en place d’une société réticulaire gérée comme une industrie, grâce à l’alliance des savants et des industriels. Cette société sera façonnée dans l’entre-deux-guerres par l’idéologie du management.

En 1930, Antonio Gramsci observe : « L’hégémonie prend naissance dans l’usine » (3). Pour lui, le fordisme n’est pas seulement une méthode de production Continuer la lecture

La bureaucratisation managériale des firmes transnationales

La volonté de contrôle et la domination systématique de la nature et de l’homme ont amenés Max Weber à penser la démocratie non comme une forme désenchantée du politique, mais comme la forme politique du désenchantement du monde.

Le paradigme wébérien repose sur la reconnaissance des dominants et des dominés : cela tient au fait que la vie politique – en contexte démocratique – vise à une « humanisation de la domination », c’est-à-dire à une anonymisation et à une ritualisation forcée du pouvoir, afin de le rendre plus proche des citoyens, moins menaçant à leur égard et plus dépendant d’eux, moins coercitif aussi. Bref, plus symbolique.

On peut, sur ce point, s’appuyer sur Pierre Bourdieux qui agrémente son propos d’une dimension symbolique non explicite dans les textes de Max Weber (1). Nous souhaitons décrire les technologies néolibérales d’exercice du pouvoir en montrant que la bureaucratie est loin d’être spécifique à l’appareil administratif d’Etat.

La bureaucratisation renvoie à un ensemble de pratiques issues du marché et de l’entreprise. Nées de la recherche de rationalisation de la production, elles se sont ensuite diffusées à l’ensemble de la société, investissant notre quotidien en tant que professionnels, usagers, consommateurs, citoyens.

Le codage de la réalité en catégories, la mise en chiffres de processus sociaux, la segmentation des activités sociales sont autant d’opérations d’abstraction qui, diffusées hors du domaine où elles ont pris corps, convoient avec elles des conceptualisations, des stratégies, des façons de penser et de problématiser Continuer la lecture

La France : une nation colonisée par la technocratie

La managérialisation de l’État est aujourd’hui chose largement accomplie. On peut décrire le macronisme comme une extension de l’idéologie managériale à la politique, celle-ci se caractérisant par la volonté de réinterpréter la Ve République dans le sens de l’efficacité et du résultat. C’est en cela que le macronisme est « en même temps » de gauche et de droite, puisque sa seule ambition est de produire du résultat alors que son prédécesseur cherchait avant tout le compromis.

Comme dans les entreprises, la vie politique est à présent soumise aux contraintes de temps, d’efficacité et de précarité. On peut citer, à titre d’exemple, la déclaration du Président de la République faite aux députés lors du Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 : un plan social était prévu puisque un tiers d’entre eux n’auraient pas de circonscription en 2022.

Cette volonté de mettre un terme à toute illusion de carrière sous administration macronienne a été reportée du fait de l’agitation médiatique que nous avons connu à l’été 2018.

Le macronisme traduit la volonté de réduire la place de l’État dans la vie sociale au profit des entreprises et des marchés. Les relations du nouveau pouvoir avec la Haute fonction publique est très différente de la conception incarnée par le Général de Gaulle qui, non seulement respectait l’autonomie des Grands Corps de l’Etat, mais en plus, ne voyait aucune difficulté à travailler indifféremment avec des fonctionnaires gaullistes, MRP, ou même SFIO.

Emmanuel Macron a déclaré vouloir politiser les sommets de l’Etat pour ne pas avoir à combattre l’inertie, voire l’hostilité des responsables ministériels. La réforme de l’Etat semble passer par l’importation et l’appropriation des pratiques et de l’esprit du management, avec comme promesse à la clef, une plus grande rationalité et une meilleure efficience.

Le management, au sens moderne que l’on donne à ce terme, est à l’origine américain. Il est importé en France dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte local de remise en cause profonde des institutions économiques et sociales d’avant-guerre.

L’État et les institutions publiques sont alors les éléments moteurs du processus de transfert. C’est la sphère publique qui, a l’époque, va moderniser le secteur privé, en particulier, en lui imposant la révolution managériale (1).

C’est à partir des années 1980 qu’on a commencé à considérer la gestion des affaires publiques comme généralement inefficace, proposant comme contre-modèle le secteur privé supposé plus performant. L’utilisation dans la sphère publique d’outils de management et la contagion de l’imaginaire libéral au sein du politique a été puissamment relayé par des institutions transnationales telles le FMI ou des espaces supranationaux comme l’Union européenne. La doctrine du New Public Management et son succès intégral illustre parfaitement bien la nouvelle conception de l’intérêt général.

Cette évolution est à associer au projet néolibéral qui pose comme hypothèse la supériorité de la sphère privée et de ses logiques de marché à base de management participatif. D’où la volonté pour la nouvelle majorité de transplanter les logiques entrepreneuriales dans la sphère publique, en vue d’injecter dans cette dernière rationalité et efficacité (2).

Le récit auquel nous somme soumis consiste à mettre en scène une équation simpliste : le privé est management, rationnel et efficace ; le public est politique, irrationnel et inefficace.

La religion de l’efficacité a envahi l’ensemble des institutions sociales. L’hôpital, l’armée, la police, l’Eglise… toutes sont mises en demeure de faire plus avec moins et de rationaliser leurs effectifs. L’école peut, par exemple, inculquer elle-même cet impératif d’efficacité aux enfants lorsque l’apprentissage est découpé en séquences courtes, visant à produire des résultats rapides et mesurables.

Les familles sont elles aussi soumises à l’impératif de productivité. Il y a vingt ans déjà, une sociologue américaine observait que « le temps familial est en train de succomber au culte de l’efficacité précédemment associé à l’univers du travail » (3). Découpée en créneaux thématiques et en « projets de vie » individuels, la famille se présente de plus en plus comme un assemblage d’activités codifiées devant produire des résultats prédéterminés. Sherry Turkle cite ces propos d’une Américaine âgée de 36 ans :  » Quand je passe de mon calendrier à mon annuaire, puis de mes e-mails à mes textos, je me sens comme un maître de l’univers : tout est si efficace. Je suis une machine à maximiser » (4).

La logique managériale qu’imposait autrefois la hiérarchie des entreprises, beaucoup s’y assujettissent désormais eux-mêmes. Parfois même pour leur plus grand plaisir.

Dans le champ politique, cette managérialisation de l’ensemble des activités humaines a conduit à remettre en cause la légitimité juridique et le référentiel de justice, au profit du principe d’efficacité. L’exemple de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001 permet de caractériser cette rupture de paradigme : l’action de l’Etat est désormais soumis à une méthodologie managériale qui consiste à remplacer les politiques par des « stratégies » déclinées en « objectifs opérationnels » évalués au moyen « d’indicateurs chiffrés de performance » (5).

Le nouveau monde qui nous est promis est celui de la technocratie européenne, des discordes partisanes, des austérités mises en oeuvre par tous les gouvernements précédents. Le triomphe du modèle néolibéral. Au nom de l’économisme, du productivisme, du libéralisme à l’anglo-saxonne, le pouvoir macronien est l’opérateur le plus fervent de cet imaginaire.

La nouvelle structure de pouvoir repose à présent sur un triangle : une autorité « jupitérienne » adossée aux institutions de la Ve République, de jeunes hommes et jeunes femmes ambitieux, mais inconnus, qui doivent tout à leur mentor avec lequel ils partagent la vision d’un Etat fort, mais hybride, intégralement mis au service des marchés (cette nouvelle population connaît avec précision la technocratie étatique comme les milieux d’affaires et les réseaux) et enfin, un système de gestion des populations et des comportements par le numérique. La démocratie est devenue soluble dans les algorithmes.

Notre époque connaît un désistement du politique au profit du marché. Selon la pensée de Hayek, voire le vieux rêve des physiocrates, ce n’est plus au politique de gouverner, mais au marché de réguler. La mondialisation a amplifié le phénomène en désacralisant notre monde. Mais transformer la Nation en start-up, les Préfets en « entrepreneurs de l’Etat », comme le veut le Président de la République, risque d’amplifier ce désir de spiritualité prophétisé par André Malraux.

Le numérique peut devenir un danger pour la Démocratie s’il se substitue à la parole, dans un monde où on serait « seuls, ensemble », connectés mais non reliés. Le numérique peut être un amplificateur des espaces démocratiques s’il favorise les rencontres incarnées, concrètes, matérielles et charnelles. Sans quoi, le politique disparaîtra au profit d’une administration cybernétique des populations.

Ainsi prospère le nihilisme contemporain, facteur de décivilisation. Une société technocratique qui ne veut plus savoir qui elle est ni d’où elle vient, qui n’a ni fierté ni mémoire est condamnée à se diluer dans le Grand Marché Global.

Nous avons jusqu’ici eu la crise. Ensuite, nous aurons le chaos.

  1. James Burnham, L’ère des organisateurs, Paris, Calman-Lévy, 1969.
  2. Le 24 mai 2018, au forum VivaTech de Paris, Emmanuel Macron a promis la réussite et l’enrichissement rapide aux plus « talentueux ». La rupture numérique accrédite l’idée d’un passé périmé : elle valorise l’hyper-individualisme au détriment du collectif. Elle proclame la fin du travail salarié.
  3. A. R. Hochschild, The Time Blind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work, New York, Metropolitan Books, 1997, p. 51.
  4. Sherry Turkle, Alone Together : Why We Expect More From Technology and Less From Each Other, New York, Basic books, 2011, p. 165.
  5. Voir  » La démarche de performance : stratégie, objectifs, indicateurs. Guide méthodologique pour l’application de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001″, juin 2004, rédigé conjointement par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, la Cour des comptes, le Comité interministériel d’audit des programmes, la Commission des finances du Sénat ainsi que la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Un « Forum de la performance » a été lancé par le ministère du budget en 2010 pour « permettre aux citoyens de juger par eux-mêmes de la performance de l’Etat ». Voir www. performance-publique.budget.gouv.fr.