Le discours managérial : une construction au service d’individus fictifs

Le discours managérial peut s’analyser comme un tissu de fictions dont il convient d’étudier les liens et l’architecture. C’est Jeremy Bentham (1748-1832) qui, le premier, a identifié la finalité de l’utilisation de fictions dans le champ politique et juridique : les « ruling few », c’est-à-dire la minorité des gouvernants, situaient les lois dans une sphère supposée échapper à l’activité humaine : mais il s’agissait en réalité de s’assurer un contrôle sur la population et de diffuser des croyances au sein de celle-ci afin de légitimer et de protéger de la critique un système social, économique et juridique, qui ne profitait qu’à une part minime de la population.

C’est ainsi que le discours managérial a pour ambition d’assurer un fonctionnement pérenne de toute organisation, cherchant à masquer les véritables intérêts en jeu en permettant l’auto-légitimation de l’autorité qui fabrique ces discours.

Cela lui assure de détenir le monopole de la production de normes dans l’organisation, rôle généralement dévolu à la Direction de la communication, tandis que le Top management se consacre à tenter d’imaginer le futur dans lequel il serait souhaitable de vivre. Un futur forcément radieux avec d’abondants « returns »

Autrement dit, il s’agit de créer un espace, un temps ou plus précisément, une ontologie et une métaphysique qui soient en capacité de générer des normes dont l’autorité est auto-légitimée et qui ne peut donc, à ce titre, faire l’objet d’une quelconque discussion ou délibération.

C’est le fameux TINA de Margaret Thatcher : There Is No Alternative

Un exemple de cette construction fictive est celle de la figure du leader.

Aujourd’hui, le leader est présenté comme un individu capable de donner du sens, de la cohérence et de la sécurité car il posséderait une capacité spécifique qui est celle de proposer une vision du monde susceptible de simplifier la complexité (Edgar Morin).

Contrairement à Max Weber (1864-1920) qui distinguait plusieurs types d’autorité (1), le management a pour ambition de créer une histoire selon laquelle le leader incarne la figure contemporaine du héros dont l’histoire est constamment en construction.

Continuer la lecture

Le management : une idéologie de la performance ?

La cybernétique est la grande révolution scientifique du XXème siècle qui va bousculer l’ensemble des sciences en général et plus particulièrement, la science des organisations.

Penser la cybernétique, c’est essayer de comprendre le passage de la modernité à la posmodernité, de la société industrielle à la société postindustrielle, de l’économie de la production à l’économie de l’information.

Le concept d’organisation, fait observer François Jacob dans La logique du vivant, apparaît en biologie à la charnière des XVIII et XIXème siècles, remplaçant la structure visible comme grille d’analyse du vivant : fini les taxinomies, place à l’étude du fonctionnement !

Lamarck, dés 1809 dans Philosophie zoologique, le confirme puisque l’on peut observer l’omniprésence du terme pour désigner ce que Claude Bernard dans Introduction à la médecine expérimentale (1865) appellera « le milieu intérieur ». Sans oublier Walter Cannon qui, en 1932 dans Wisdom of the Body, parlera d’homéostasie pour désigner la régulation des éléments internes au système qui permet à ce dernier, de conserver son équilibre malgré les contraintes extérieures.

C’est à ce titre qu’il convient de rapprocher le concept de « système » de l’idée « d’organisation ». On retrouvera alors fort logiquement le terme, dans le contexte de rationalisation du travail qu’est la révolution industrielle, sous la plume de Charles Babbage en 1883 dans son Traité sur l’économie des machines et des manufactures et bien sûr, sous celle de Taylor en 1911 dans ses Principes du management scientifique.

Un siècle avant notre ingénieur américain, Saint-Simon avait achevé sa vie en publiant un Nouveau christianisme (1825), qui fit de l’entreprise et de l’industrie les vecteurs de la fraternité, valeur cardinale d’un christianisme revenu à ses sources et enfin débarrassé des magistères inutiles et contre-productifs. Taylor va fidèlement poursuivre le mouvement de sécularisation en éclairant le projet managérial sous un jour nouveau : celui de la performance par l’organisation scientifique du travail (OST). Taylor s’efforce de penser l’usine comme le lieu d’une nouvelle fraternité (il ne faut surtout pas oublier qu’il était Quaker, le nom commun donné à la Société des Amis), duquel serait exclu tout type de conflits, que ces derniers relèvent de la logique de classe ou de l’intérêt individuel.

En ce sens, le management procède à la fois de l’utopie, car le réalisme impose de reconnaître la nature polémique de l’être humain, et du messianisme sécularisé, car il s’agit d’un projet religieux qui s’accomplit dans l’industrie.

Aussi, nous faisons l’hypothèse suivante : le management ne concerne pas seulement  l’entreprise, mais  bien l’ensemble des activités humaines, posant ainsi les jalons de la gouvernance mondiale.

Continuer la lecture

L’expansion chinoise : une appropriation des bénéfices de la mondialisation par la structure étatique

Un des postulats majeurs de ces dernières décennies est de présenter la mondialisation comme dépossession de l’Etat de sa souveraineté effective et de ses capacités d’intervention.

Pour les libéraux, on serait ainsi passé de l’Etat national moderne et des relations internationales fondé par les traités de Westphalie de 1648, à une configuration « postmoderne » caractérisée par le déplacement du pouvoir des acteurs privés et des institutions dites de « gouvernance globale ». 1.

L’exemple du développement à marche forcée de la Chine nous donne à voir une toute autre réalité des possibilités offertes par la mondialisation.

S’il est vrai que la constitution d’un marché mondial a provoqué des pressions systémiques affectant tous les Etats, force est de constater que les trajectoires de développement ont pris des formes différentes.

De nombreux pays du « Sud global » conservent une position subalterne dans la nouvelle division internationale du travail. Que ces pays soient des sources de matières premières comme par exemple l’Afrique subsaharienne, ou des fournisseurs de main-d’oeuvre comme le sont les Philippines, le Mexique ou encore le Bangladesh, ils se trouvent cantonnés à des activités à faible valeur ajoutée : textile, assemblage électriques ou électroniques dont les composants à plus forte valeur ajoutée sont fabriqués dans d’autres noeuds des chaînes de production transnationales.

La structure du lien d’allégeance se retrouve également à l’oeuvre entre entreprises dominantes et entreprises dominées. Un cas particulièrement monstrueux permet de saisir la réalité de ce phénomène : celui du drame du Rana Plaza et des suites qui lui ont été données. Les faits sont connus : une entreprise bangladaise de confection installée dans la banlieue de Dacca, fournissait de nombreuses marques occidentales en vêtements bon marché. Le 24 avril 2013, l’immeuble dit Rana Plaza, où était installée cette entreprise de confection, s’est effondrée, faisant 1 133 morts, très majoritairement des ouvrières, et 2 000 blessés dont de nombreux handicapés à vie. Voir Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, pp. 385-405.

Mais l’incorporation dans l’économie capitaliste nouvellement mondialisée a produit des résultats différents selon l’existence de communautés politiques et de systèmes institutionnels distincts, historiquement constitués. Certains Etats développeurs ont pu, et su exploiter le marché mondial et canaliser les flux transnationaux à des fins de développement endogène. Les exemples du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de Singapour et dans une moindre mesure, de la Malaisie témoignent de leur capacité à tirer profit de la mondialisation pour renforcer leur autonomie internationale et affirmer leur souveraineté.

La Chine est emblématique de cette configuration. L’Empire du Milieu a sut éviter l’écroulement de son économie à l’image de ce qu’à connu l’URSS à la fin des années 1980 suite à une longue période de déclin économique et d’une crise de légitimité qui ébranlèrent le parti et l’Etat.

Le parti-Etat chinois s’est donné les moyens de gérer efficacement la transition du totalitarisme mis en place par Mao Tsé Toung vers un « autoritarisme rationnel » 2, et d’une économie de commande autarcique à une économie de marché dirigée, graduellement intégrée aux marchés régionaux, puis globaux.

Cherchant une troisième voie entre le capitalisme occidental et le système de planification impérative de la période maoïste, le pouvoir s’est tourné vers les Etats développeurs capitalistes de la région qui prospérèrent pendant la guerre froide et connurent une mobilité économique ascendante extraordinaire.

Deng Xiaoping visita le Japon et Singapour en 1978 et fut frappé par les résultats engrangés par ces Etats. Tirant tous les enseignements de ces exemples, les planificateurs chinois adoptèrent sélectivement les approches et les expériences japonaises « largement perçues comme plus proches et compatibles avec le contexte chinois ». 3, que la trajectoire occidentale.

Le président Hu Jintao et son premier ministre Wen Jiabo (2003-2013) mirent en place une politique industrielle nationale ambitieuse, avec des programmes pluriannuels multisectoriels centralisés et un « énorme effort d’orientation et de coordination complètes de la modernisation industrielle et technologique de la Chine ». 4.

Grâce à la création d’un important réseau d’institutions de recherche et de développement, la Chine occupe désormais le quatrième rang des pays de l’OCDE pour le nombre de brevets déposés. Si « la Chine n’a pas encore approché la parité avec les grands pays producteurs de science dans la recherche scientifique de base », note la Fondation nationale des sciences des Etats-Unis, on ne peut que constater « la rapidité sans précédent de l’émergence de ce pays comme acteurs majeur » scientifique et technologique. 5.

Logiquement, la Chine gravit l’échelle de la valeur : la part de la valeur ajoutée produite sur place augmente régulièrement. En 2014, Gary Gereffi, un des meilleurs spécialistes des chaînes de valeur globales et de la transformation de la production, notait : « Les pôles de croissance les plus dynamiques de l’économie mondiale sont constitués par un nombre grandissant de puissances montantes qui combinent des marchés nationaux relativement importants, une main-d’oeuvre qualifiée, des producteurs capables et une poussée vers l’innovation autochtone ». 6.

Ces pays ont non seulement progressé dans la chaîne de valeur, mais sont également passés d’une industrialisation fondée sur la demande externe à des approches centrées sur les marchés intérieurs et régionaux. Pour diversifier les sources de financement de son commerce et s’autonomiser graduellement par rapport au dollar, la Chine s’est employée depuis quelques années à internationaliser sa monnaie, le renminbi ou yuan.

La Chine va pouvoir ainsi réaliser son projet plus que centenaire de modernisation en s’appuyant sur un Etat développeur fort, héritier d’une longue construction bureaucratique. Contrairement à des pays plus vulnérables dans lesquels la puissance publique s’est cantonnée « au rôle d’agent d’ajustement de l’économie nationale aux exigences de l’économie mondiale » 7, l’Etat chinois a su, avec des réussites diverses et moyennant des coûts sociaux et environnementaux élevés, intégrer celle-ci tout en garantissant son autonomie.

Si cette expérience nous apparaît difficilement reproductible, elle n’en offre pas moins un champ de réflexion important sur les rapports entre l’Etat et la mondialisation.

 

  1. Voir par exemple, T. Risse (sous la dir. de,) Governance without a State ? Policies and Politics in Areas of Limited Statehood, Columbia University Press, New York, 2011.
  2. Selon l’expression de Peter Nolan dans Transforming China : Globalization, Transition and Development, Anthem Press, Londres, 2004.
  3. S. Heilmann et L. Shih, The rise of industrial policy in China, 1978-2012, Harvard-Yenching Institute Working Paper series, 2013.
  4. Heimann et Shih, op. cit.
  5. National Science Foundation, Asia’s rising science and technology strength : Comparative indicators for Asia, the European Union, and the United States, Arlington, mai 2007.
  6. G. Gereffi, « Global value chains in a post-Washington consensus world », Review of International Political Economy, vol. 21, n° 1, Abingdon, 2014.
  7. G. Chin, « Between outside-in and inside-out : The internationalization of the Chinese state », dans David Zweig et Chen Zhimin (sous la dir.de), China’s Reforms and International Political Economy, Routledge, New York, 2007.

Cybernétique et gouvernance : la restructuration néolibérale des rapports sociaux

La formule de Saint-Simon est connue : L’administration des choses remplacera le gouvernement des hommes.

La vérité du politique se trouve dans l’économique : pour Pierre Musso, « l’idéologie du réseau porte en elle la suppression du politique et de tout ce qui gêne la fluidité et la circulation sociale ».1.

La gouvernance cherche à inverser le rapport entre pouvoir et gestion : alors que le système féodal se caractérisait par un rapport de domination politique au service de l’intérêt particulier des gouvernements, le système industriel vise à dominer la nature au moyen de l’économie, à travers la construction de vastes réseaux de communication.

La conception technocratique du néolibéralisme peut s’appuyer sur le « fétichisme » du réseau technique qui va fonder l’idéologie de la gouvernance en réseau.

Avec l’apparition de la cybernétique, la gouvernance va se donner les outils conceptuels qui lui permettront de nier la subjectivité humaine au profit d’une conception purement informationnelle de l’existence. 2.

La spécificité de la gouvernance néolibérale repose sur le fait que la normativité perd son caractère vertical. Ecoutons Alain Supiot décrire cette révolution silencieuse :  » Issue de la cybernétique, le concept de gouvenance porte à considérer le chiffre non comme un cadre, mais comme un but de l’action, ou plus exactement, comme un moteur de la réaction puisque chaque acteur privé ou public est censé, non plus agir, mais rétroagir aux signaux chiffrés qui lui parviennent afin d’améliorer sa performance ». 3.

Pour comprendre le lien entre gouvernance, cybernétique et néolibéralisme, il nous faut retourner aux fondements de la doctrine libérale. L’économiste autrichien Friedrich Hayek s’est intéressé à la cybernétique en participant à une conférence organisée par un des principaux théoricien de cette nouvelle science, Hans von Foerster, ainsi qu’au symposium Beyond Reductionnism de 1968 qui a réuni les grands noms du systémisme. 4.

En réaction au positivisme logique qui domine en Autriche à son époque, il va élaborer une théorie de l’auto-régulation fondée sur une épistémologie constructiviste radicale. Son système conceptuel accorde au « savoir tacite », une prééminence Continuer la lecture

Le projet cybernétique : une dimension de la postmodernité

S’intéresser à la cybernétique, c’est essayer de comprendre un paradigme fondé sur une toute nouvelle conception de l’humain et de la société en rupture avec l’héritage humaniste de la modernité.

C’est vrai que la remise en cause de l’humanisme n’est pas le seul fait de la cybernétique. La philosophie à travers Nietzsche, Heidegger, sans oublier Freud, s’est livrée à la critique de la représentation moderne du sujet, soulignant les illusions et les contradictions de la notion d’autonomie subjective.

La cybernétique a pour ambition de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnels. Un monde peuplé de créatures hybrides, les cyborgs étant censés faire reculer chaque jour un peu plus les limites imposées par notre nature.

L’efficacité remplace la légitimité. La gestion remplace le politique, les décisions étant aujourd’hui prises sur des bases informationnelles. Continuer la lecture