La polarisation de l’espace politique : une menace pour les démocraties ?

« En Amérique du Nord comme en Europe occidentale, les citoyens se détournent de la démocratie en nombre de plus en plus important. »

Yascha Mounk, Le Peuple contre la démocratie, 2018.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les démocraties occidentales ont offert le modèle d’une vie politique apaisée. Mais il semblerait que cette période touche à sa fin : une nouvelle catégorie de dirigeants, des hommes forts au verbe enfiévré, ont récemment emporté la majorité et le pouvoir à l’issue d’élections démocratiques. Le phénomène est planétaire : partout où elle brille, la flamme démocratique vacille, voire s’éteint, étouffée par des pratiques et des comportements qui n’ont plus rien à voir avec les traditionnels coups d’État militaires ou les pronunciamentos d’antan.

Les médias sociaux ont fortement contribué à l’émergence de mouvements politiques en dehors des canaux habituels : les printemps arabes, le mouvement Occupy Wall Street, le Tea Party et Donald Trump aux États-Unis, sans oublier les Gilets jaunes en France. Selon l’inclinaison politique de chacun, on peut penser que certains de ces mouvements sont négatifs ou bien positifs : mais tous ont été rendus possibles, voire amplifiés par les réseaux sociaux (1). Ceux-ci ont permis à des gens d’opinion similaire de se retrouver dans une communauté virtuelle qui a amplifié leurs convictions et, finalement, permis de coordonner leur action politique.

Au début des années 2010, la quasi-totalité des individus prenaient leurs informations d’un nombre restreint de sources contrôlées qui pouvaient être relativement impartiales. Aujourd’hui, la situation est devenue beaucoup plus compliquée.

La modernité, selon Descartes et Les Lumières, inscrivait l’individu dans une histoire et dans une quête de liberté fondée sur la raison et garantie par les institutions. Cela a reculé devant ce que l’on appelle la postmodernité (2). Un monde liquide Continuer la lecture

Le monde demeure potentiellement dangereux

« Un prince doit n’avoir d’autre pensée ni d’autre art que celui de la guerre et de l’organisation qui s’y rapporte. »

Nicolas Machiavel, Le Prince, publié en 1532.

En octobre 2017, paraissait en France, aux éditions Les Arènes, la traduction du livre de Steven Pinker publié en 2011 intitulé : La part d’ange en nous : histoire de la violence et de son déclin. L’auteur, professeur de psychologie à Harvard, fait porter ses recherches sur la cognition et la psychologie du langage. Son ouvrage a fait sensation aux États-Unis : preuves à l’appui, Steven Pinker démontre que nous vivons l’époque la moins violente, la moins cruelle et la plus paisible de toute l’histoire de notre espèce. Que ce soit la violence intra-familiale, entre groupes ethniques et entre États.

Son livre pose également d’importantes questions : les êtres humains sont-ils essentiellement bons ou mauvais ? Le XX ème siècle a-t-il connu un progrès ou un effondrement moral ? Avons-nous des raisons d’être optimistes quant à l’avenir ? Il aborde également une foule d’interrogations plus spécifiques : que devons-nous au siècle des Lumières ? Les tendances agressives sont-elles héréditaires ? Sommes-nous de plus en plus intelligents ?

Une charge contre le « pessimisme culturel »

Contestant l’idée si répandue que le monde est gangrené par les catastrophes, l’ouvrage est une charge contre la tendance qu’ont nombre d’intellectuels de faire passer leur ressentiment avant les faits. À gauche, Steven Pinker fustige les soi-disant progressistes qui n’aiment pas le progrès, ont troqué la lutte des classes contre celle des groupes identitaires et refusent d’admettre que le libéralisme a bien plus fait pour l’humanité que les idées romantiques (1). À droite, il s’en prend aux Cassandres civilisationnelles, incapables par exemple de voir que les valeurs des Lumières attirent une frange grandissante Continuer la lecture

L’utilitarisme comme accomplissement de l’imaginaire marchand

« Il y avait des gens là-bas qui travaillaient, qui n’étaient pas juste des personnes sans emploi ou qui vivaient dans la rue, mais des travailleurs pauvres. On s’est rendu compte que les deux tiers des nouveaux emplois de ces dix dernières années étaient des emplois précaires »

Ken Loach, lors de la présentation de son film Sorry We Missed You, implacable pamphlet contre l’ubérisation de la société. Festival Lumière à Lyon,17 octobre 2019 (1).

                                                           * * *

L’utilitarisme est cette doctrine qui fait de l’utilité l’explication dernière des pensées, des actes et des oeuvres : un imaginaire séduisant pour les hommes qui vivent en société.

Pour les utilitaristes, les individus n’agissent qu’en considération de la satisfaction de leur intérêt propre, affecté d’un coefficient multiplicateur, élevé au rang de principe fondamental qui finit par créer, pour chacun, une sorte d’obligation subjective : maximiser les plaisirs !

Dans cette optique, le politique est invité à se mobiliser pour procurer « le plus grand bonheur possible » au plus grand nombre d’individus : pour cela, il est nécessaire de procéder à une conciliation artificielle des intérêts particuliers par des actes de gouvernement et des structures institutionnelles appropriées. Il est néanmoins impératif que celles-ci conservent une apparence de légitimité démocratique.

Mais comment peut-on interpréter la formule « le plus grand bonheur pour le plus grand nombre » ? S’agit-il de l’addition des utilités individuelles ou est-ce le recours à une utilité moyenne ? Et quelles conséquences politiques pour des minorités chaque fois changeantes dont les droits ne seraient jamais établis face aux exigences du plus grand nombre ? On entend souvent par « utilitariste », tout comportement qui vise de la part d’un agent déterminé à maximiser son intérêt, érigé lui aussi en objectif central, en incluant au premier chef, dans les moyens pour y parvenir, le recours systématique à des calculs et des choix rationnels.

Le problème est que si l’on prend comme point de départ l’individu, en insistant sur le statut de la rationalité des choix, on n’aboutit pas forcément, c’est le moins qu’on puisse dire, à confier à l’instance politique le soin de pratiquer à l’échelle sociale ce que l’individu pratique rationnellement sur ses propres préférences en les hiérarchisant, voire en en sacrifiant certaines.

Alain Caillé propose de caractériser l’utilitarisme par l’articulation problématique de deux propositions : l’une, positive, affirme que l’action des individus est (ou devrait être, ou doit être considérée comme étant) régie par une mécanique du calcul intéressé ; et l’autre, normative, énonce qu’est juste, ce qui contribue à l’accroissement Continuer la lecture

Émeutes urbaines : une crise de la mobilité ?

                              « Is it just me or is it getting out here ? »                                                           « Je me fais des idées ou c’est de plus en plus la folie ? » 

Arthur Fleck avant qu’il ne devienne le Joker, film de Todd Philipps, 2019

* * *

« Des tensions refoulées éclatent soudain en manifestations de colère massives, plus puissantes qu’aucun des tremblements de terre qu’à souvent connus mon pays ».C’est ainsi que s’exprime Camila Russo, une jeune journaliste chilienne.

Si des troubles comparables ont lieu, en ce moment, dans bien des villes du monde, ce n’est pas ce qu’on pouvait attendre du Chili. Un phare de stabilité, un pays bien élevé où plus rien ne se passe. Mais « le fait que cette colère se mette à flamber à travers l’un des pays les plus tranquilles des Amériques est peut-être le signe qu’il y a quelque chose de pourri jusque dans ses fondations », ajoute la journaliste.

« Reprendre le contrôle »

Pour bon nombre de chiliens, la classe gouvernante est fermée sur elle-même. Le peuple a le sentiment qu’elle favorise ses propres intérêts : le fossé de la méfiance s’est élargi. Les gens veulent « reprendre le contrôle ».

Le mot est lâché. Cette aspiration à reprendre le contrôle, voilà le point commun qu’on peut trouver à toutes une série de colères, exprimées ces dernières semaines dans les rues de bien des villes (1). Même en faisant beaucoup d’efforts, on serait bien en peine de trouver un autre dénominateur commun à ces embrasements, à ces flambées de violence.

L’Âge de la colère (2), c’est une guerre civile mondiale caractérisée par deux traits majeurs : l’individualisme et le mimétisme appropriatif. Brexit, élections de Donald Trump, populismes européens, nationalismes en Inde, en Turquie, en Iran, en Chine ou en Russie. Terroristes islamistes, tueurs de masse, etc. Les exemples ne manquent pas. Les individus révoltés du XXI ème siècle sont innombrables : un phénomène amplifié par les réseaux sociaux, les crises migratoires et une instabilité économique globale.

Pour comprendre les colères qui déferlent sur la planète, il est utile de revenir aux Lumières, au moment où se met en place le projet moderne et où surgit un conflit entre Voltaire et Rousseau.

Les Lumières sont souvent présentées comme l’avènement d’une société fondée sur l’indépendance individuelle, la raison, la démocratie Continuer la lecture

Entre crise écologique et post-démocratie : l’Anthropocène, une menace pour la mondialisation ?

La monde a chaud ! L’ humanité est-elle confrontée à une menace existentielle ? Lors du        « petit âge glaciaire » (1300-1850), s’il a fait extraordinairement froid en Europe et aux États-Unis, cela n’a pas concerné toute la planète. Selon Nathan Steiger, de l’Université Columbia à New York, « Le réchauffement est global. 98 % du globe s’est réchauffé depuis la révolution industrielle ». La question du dérèglement climatique est devenue centrale dans le champ politique. L’élévation des températures bouleverse déjà les paysages et les habitudes de vie. Les conséquences sont massives sur l’agriculture, le logement, l’énergie et le monde animal.

La France n’est pas encore sous les eaux, mais sa métamorphose se fait subtile en Camargue, en Charente, en Vendée, en Gironde, dans les Hauts-de-France. L’élévation du niveau des océans contraint déjà de nombreuses municipalités côtières à modifier leurs plans d’occupation des sols (POS) et à modifier leurs règles d’urbanisme.

A cause du manque d’eau, les grandes exploitations de maïs ont peu à peu disparues des Landes et du Sud-Ouest : elles ont été remplacées par des parcelles plus petites, où céréales et légumineuses dominent. La Beauce meurt de soif et a dit adieu à son blé fourrager.

Les haies font leur retour (1) : à partir des années 1960 et dans un but de modernisation, notamment avec l’arrivée massive d’engins agricoles plus grands et plus lourds pour lesquels les grandes surfaces sont plus faciles à exploiter, la propriété rurale a été recomposée et le parcellaire des exploitations agricoles remodelé. Au-delà de l’impact positif d’une biodiversité riche d’auxiliaires de culture aux alentours des parcelles agricoles, insectes en tête, les haies ont bien d’autres avantages :

  • un sol protégé de lixiviation (l’eau emportant toutes matières solubles présentes dans le sol) par une haie, abritera une foule de micro-organismes décomposeurs qui vont améliorer la qualité du sol, rendant ainsi de nombreux services écosystémiques,
  • une protection contre les vents violents, la fonction brise-vent limitant l’érosion éolienne et les dégâts mécaniques du vent tels que le couchage des cultures,
  • une réduction des écarts de températures du fait de l’ombre produit, ce qui n’est pas tout-à-fait anodin dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Ce à quoi on peut ajouter la protection offerte aux animaux d’élevage qui viennent s’y abriter autant de la pluie et du vent que d’un soleil trop agressif,
  • une régulation des espèces dites  « ravageuses » par la plus grande place faite aux espèces dites « auxiliaires de l’agriculteur ». Sans compter l’augmentation du nombre d’insectes pollinisateurs.

Les villes sont encouragées à planter des arbres, qui se révèlent Continuer la lecture

L’Agriculture Paysanne : un enjeu politique au service de l’émancipation des hommes

« Chacun a le droit de comprendre pleinement la nature du système dont il fait partie comme producteur, consommateur, et surtout comme l’un des milliards d’habitants de la planète. Il a le droit de savoir qui tire les bénéfices de son travail, qui tire les bénéfices de ce qu’il achète et vend, et la façon dont cela enrichit ou dégrade l’héritage planétaire. »

Déclaration de Cocoyoc (Mexique, État de Morelos), 23 octobre 1974 (1).

Lorsque les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30% de l’alimentation disponible (2), les pays du sud vendent leurs meilleures terres aux firmes transnationales.

Comment interpréter cette marchandisation du foncier au sein du capitalisme mondialisé ? Et comment concilier d’une part l’idéologie du marché et de l’investissement libre, et d’autre part, la réduction de la pauvreté qui passe par un soutien aux agricultures familiales ? L’appel de la Banque mondiale, de la FAO et de la Cnuced à investir de manière plus « responsable » ne suffit manifestement pas (3).

Depuis plus de vingt ans, on assiste à un envol des investissements internationaux dans le foncier agricole. Ce phénomène témoigne d’une mutation profonde de la mondialisation, qui interpelle le politique sur plusieurs registres. La terre, par le truchement des investissements étrangers, est devenue un facteur de production pouvant faire l’objet d’une forme de délocalisation.

En s’intéressant aux motivations des opérateurs, nous pouvons dégager trois grandes explications pour caractériser cette « marchandisation » du foncier :

  • D’où vient cette demande pour les terres cultivables ?

De façon générale, la croissance de ces dernières décennies a plutôt été fondée sur l’économie immatérielle, la connaissance et la finance. La crise de 2008 a constitué une véritable rupture. D’abord, l’explosion de la bulle financière a conduit les investisseurs à diversifier leurs placements et à investir dans des domaines plus sûrs et plus rentables (4). Ensuite, l’agriculture a pu être présentée comme une des solutions pour résoudre l’équation pétrolière ( on pense ici aux agrocarburants comme l’éthanol ). Enfin, les économies dites      « émergentes » ont finies par émerger, consolidant leur puissance industrielle et bousculant la hiérarchie des nations. Ce processus s’est accompagné d’une forte demande de produits agricoles pour répondre aux besoins de populations qui s’accroissent et s’urbanisent toujours plus (5).

  • Quelle est l’origine des investisseurs, et quels sont les pays-cibles ?

Le rapport analytique de la Land Matrix II (6), montre qu’à l’échelle de la planète, ce sont 26,7 millions d’hectares de terre agricoles qui sont passées dans les mains d’investisseurs étrangers. Le rapport fournit des informations précises sur l’identité des acheteurs de terres agricoles, les régions concernées dans le monde Continuer la lecture

Les habits neufs du protectionnisme

Men walkin’ long the railroad tracks                                                                                        Goin’ someplace there’s no goin’ back                                                                                  Highway patrol choppers comin’ up over the ridge                                                                  Hot soup on a campfire under the bridge                                                                                Schelter line stretchin’ round the corner                                                                                  Welcome to the new world order                                                                                            Families sleepin’ in their cars in the southwest                                                                        No home, no job, no peace, no rest

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995 (1).

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus éclatantes.

Pour les défenseurs du libre-échange, la perception du monde en termes de guerre économique, met en péril la mondialisation libérale, voire même l’ordre politique démocratique. En revanche, pour les tenants de la guerre économique, protectionnisme et mondialisation sont loin de s’exclure.

Le multilatéralisme établi après la Seconde Guerre mondiale avait pour objectif de prévenir les guerres commerciales. La création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et son mécanisme de règlement des différends ont renforcé ce multilatéralisme. Aujourd’hui, le président américain Donald Trump, multiplie les mesures protectionnistes et cherche à réduire l’OMC à l’impuissance.

La géopolitique a d’abord exercé ses contraintes principalement au niveau des États : ceux-ci, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise qui menace leur existence. Aujourd’hui, la géopolitique révèle des logiques continentales : la Mer contre la Terre, c’est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord, contre le bloc continental européen.

De toutes les notions propres à la géopolitique, l’une des plus incontestable est sans nul doute l’opposition de la Mer et de la Terre. Si la Terre est le lieu des territoires différenciés, des distinctions tranchées entre la paix et la guerre, les combattants et les non-combattants, l’action politique et le commerce, la Mer est une étendue uniforme, la négation des différences, des limites et des frontières (2).

Comme hier celle de l’Angleterre, l’hégémonie américaine repose sur la domination mondiale des mers, prolongée par la domination de l’air. N’ayant pas de centre, la Mer ne connaît que des flux ; c’est par là qu’elle s’apparente à la globalisation postmoderne.

Le monde actuel est un monde « liquide », qui tend à abolir tout ce qui est « terrestre », stable, solide, constant et différencié. Le commerce lui-même, comme la logique du capital, est lui aussi fait de flux. L’uniformité que représente la globalisation et le commerce relèvent de la logique « maritime » : ce n’est pas un hasard si le capitalisme s’apparente avant tout à la piraterie (3).

A. La puissance maritime : leçon de géopolitique anglo-saxonne.

Alors que la tradition géopolitique allemande se concentre sur la puissance continentale, les Anglais et les Américains soulignent le caractère déterminant de la puissance maritime dans la quête de la domination mondiale.

La réflexion de l’amiral américain Alfred Mahan (1840-1914), stratège de la mer, va théoriser le concept de Sea Power : la maîtrise des mers (4).

A la fin du XIX ème siècle, les États-Unis sont devenus une grande puissance industrielle Continuer la lecture

Remettre le local au centre et le global à la périphérie

L’Union européenne est un projet technocratique qui a pour résultat de marginaliser le continent. Pour les dirigeants de l’UE, l’Europe est un espace indifférencié, sans identité, sans limites et dont le seul destin autorisé est de se consacrer à la marchandise et au négoce.

L’ Europe s’est précipitée dans des guerres civiles destructrices qui ont eu pour résultat de casser les ressorts de son dynamisme et de sa créativité (1), la faisant plonger dans une vaste dépression. Le vieux continent s’est peu à peu vidé de sa vitalité politique, économique et culturelle au profit de puissances tierces qu’il a contribué à renforcer : les États-Unis d’Amérique et la Chine.

L’État-nation ayant fait preuve, pour l’instant, de son incapacité à faire obstacle à l’uniformisation de la planète (2), le recours au « local » peut être une réponse pertinente et féconde à la globalisation.

La mondialisation, devenue le cadre de notre quotidien, est paradoxale. D’un côté, elle est unidimensionnelle ; elle semble provoquer partout l’extinction de la diversité sous toutes ses formes, et de l’autre, elle entraîne une fragmentation inédite. Ce faisant, cette fragmentation nous offre, paradoxalement, la possibilité de re-définir un mode de vie fondé sur l’auto-organisation à tous les niveaux. Cette ré-appropriation du politique par les populations pourrait devenir une nouvelle forme de pratique démocratique Continuer la lecture

L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets Continuer la lecture

Le protectionnisme : une réponse aux excès du libre-échange ?

« C’était un élevage énorme, plus de trois cent mille poules, qui exportait ses oeufs jusqu’au Canada et en Arabie Saoudite (…) Dans des hangars éclairés en hauteur par de puissants halogènes, des milliers de poules tentaient de survivre, serrées à se toucher (…) Elles étaient déplumées, décharnées, leur épiderme irrité et infesté de poux rouges, elles vivaient au milieu des cadavres en décomposition de leurs congénères, passaient chaque seconde de leur brève existence – au maximum un an – à caqueter de terreur (…) C’était la première chose qui vous frappait, ce caquètement incessant, ce regard de panique permanent que les poules vous jetaient, ce regard de panique et d’incompréhension, elles ne demandaient aucune pitié elles en auraient été incapables mais elles ne comprenaient pas, elles ne comprenaient pas les conditions dans lesquelles elles étaient appelées à vivre. »

Michel HOUELLEBECQ                                                                                       Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 166

Pour un régime qui se veut libéral et pluraliste, il existe une exigence centrale : celui du contrôle démocratique des peuples sur leur avenir.

Or, le quasi-unanimisme de la classe politique en faveur du libre-échange devient véritablement indécent au regard de l’exigence de ce qui doit être dans un contexte démocratique. Le rapport de la classe politique au libre-échange relève de la croyance et de l’incantation : le libre-échange n’est plus un principe d’économie politique, mais un dogme qu’il nous faut accepter dans son entièreté. Il n’y a pas d’alternative !

Pour le néolibéralisme, le libre-échange n’est plus un moyen d’améliorer l’existence des peuples, mais une finalité, un projet « en soi » auquel ces derniers doivent se soumettre.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les nations du monde entier se sont réunies à La Havane pour signer une charte qui aurait pu jeter les bases du système économique mondial (1). La charte de La Havane, qui plaçait l’être humain avant le commerce, est morte suite au refus du Congrès américain de la ratifier. Lui succéda, en 1948, l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce : le GATT. L’objectif était d’établir la libre circulation des marchandises à l’échelle mondiale en fixant comme horizon la disparition des droits de douane.

La charte de La Havane proposait une voie entre libéralisme et interventionnisme, espace pour lequel il ne semble pas y avoir de place aujourd’hui. Pour bien comprendre l’intérêt d’une « troisième voie » médiane, il faut se souvenir qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale le Royaume-Uni et les États-Unis ne se sont tournés vers une politique de libre-échange qu’après une longue période de protectionnisme : ce qui leur a permis de développe Continuer la lecture

Réflexions pour tenter de comprendre la fragmentation de la société française

Dans L’archipel français (1), Jérôme Fourquet met en lumière les différents processus qui aboutissent à une fragmentation sans précédent de la société française : dislocation de la matrice catho-républicaine, montée en puissance de l’individualisme, sécession des élites, flux migratoires, etc.

Plus particulièrement, le concept de « sécession des élites » a été analysé dès la fin du XXème siècle par Christopher Lasch (2). Ce phénomène montre que ce n’est plus « la révolte des masses » qui menace désormais la vie démocratique, mais la coupure de plus en plus prononcée entre le peuple et les « élites ». Une coupure tant économique et matérielle qu’éducative et intellectuelle qui conduit au repli sur eux-mêmes des privilégiés.

Cette sécession n’est pas le résultat d’un plan voulu ou caché. Elle est d’abord et avant tout la conséquence de la démocratisation de l’accès aux études supérieures qui a entraîné un élargissement des élites : alors que celles-ci représentaient environ 5% de la population jusqu’aux années 1970, elles pèsent aujourd’hui entre 15 et 20%.

Dès lors, ces élites peuvent vivre en vase clos. On peut, par exemple, observer le processus qui frappe Paris. Historiquement, il y a toujours eu des beaux quartiers et des quartiers populaires. Mais aujourd’hui, c’est quasiment toute la ville et une partie de la banlieue qui sont homogénéisés. Le mouvement dit des Gilets Jaunes montre bien le gouffre doublé d’une totale incompréhension qui s’est aujourd’hui installé entre les deux mondes. C’est ce que constate assez lucidement Raphaël Glucksmann : « Je me sens plus chez moi à Berlin qu’en Picardie ».

A l’époque, l’étroitesse de cette base sociale faisait qu’elle était davantage consciente de l’interaction nécessaire avec le reste de la société. De nos jours, ces élites peuvent avoir l’impression que toute la société est à leur image. Ce qui explique, en partie, les colères qui partout se manifestent : les classes populaires, et à présent les classes moyennes, ont le sentiment d’être littéralement sorties du film écrit par et pour les classes les plus intégrées.

Parmi les élites, beaucoup et notamment dans les jeunes générations Continuer la lecture

Écologie et néolibéralisme : une absolue incompatibilité

La gouvernance néolibérale prétend qu’il existerai une compatibilité entre l’économie et l’écologie. Cet oxymore lui permet de contourner, au moins dans les termes, cette « Vérité qui dérange », pour le dire comme l’ex vice-président Al Gore à propos du changement climatique.

L’homme ne peut survivre qu’en étroite symbiose avec l’écosystème terrestre. Pour cela, il doit nécessairement se métaboliser avec son environnement. Les substances dont l’homme se nourrit, qu’il utilise ou qu’il rejette sont le matériel avec lequel il construit sa vie. Toutes les sociétés, toutes les cultures, sauf la nôtre, ont reconnu cette interdépendance d’avec la terre mère et célébré le cycle de la vie.

Seule la modernité a mis en oeuvre un projet prométhéen de reconstruction et d’artificialisation du monde. L’arrogance de l’homme contemporain Continuer la lecture

La France : une nation colonisée par la technocratie

La managérialisation de l’État est aujourd’hui chose largement accomplie. On peut décrire le macronisme comme une extension de l’idéologie managériale à la politique, celle-ci se caractérisant par la volonté de réinterpréter la Ve République dans le sens de l’efficacité et du résultat. C’est en cela que le macronisme est « en même temps » de gauche et de droite, puisque sa seule ambition est de produire du résultat alors que son prédécesseur cherchait avant tout le compromis.

Comme dans les entreprises, la vie politique est à présent soumise aux contraintes de temps, d’efficacité et de précarité. On peut citer, à titre d’exemple, la déclaration du Président de la République faite aux députés lors du Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 : un plan social était prévu puisque un tiers d’entre eux n’auraient pas de circonscription en 2022.

Cette volonté de mettre un terme à toute illusion de carrière sous administration macronienne a été reportée du fait de l’agitation médiatique que nous avons connu à l’été 2018.

Le macronisme traduit la volonté de réduire la place de l’État dans la vie sociale au profit des entreprises et des marchés. Les relations du nouveau pouvoir avec la Haute fonction publique est très différente de la conception incarnée par le Général de Gaulle qui, non seulement respectait l’autonomie des Grands Corps de l’Etat, mais en plus, ne voyait aucune difficulté à travailler indifféremment avec des fonctionnaires gaullistes, MRP, ou même SFIO.

Emmanuel Macron a déclaré vouloir politiser les sommets de l’Etat pour ne pas avoir à combattre l’inertie, voire l’hostilité des responsables ministériels. La réforme de l’Etat semble passer par l’importation et l’appropriation des pratiques et de l’esprit du management, avec comme promesse à la clef, une plus grande rationalité et une meilleure efficience.

Le management, au sens moderne que l’on donne à ce terme, est à l’origine américain. Il est importé en France dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte local de remise en cause profonde des institutions économiques et sociales d’avant-guerre.

L’État et les institutions publiques sont alors les éléments moteurs du processus de transfert. C’est la sphère publique qui, a l’époque, va moderniser le secteur privé, en particulier, en lui imposant la révolution managériale (1).

C’est à partir des années 1980 qu’on a commencé à considérer la gestion des affaires publiques comme généralement inefficace, proposant comme contre-modèle le secteur privé supposé plus performant. L’utilisation dans la sphère publique d’outils de management et la contagion de l’imaginaire libéral au sein du politique a été puissamment relayé par des institutions transnationales telles le FMI ou des espaces supranationaux comme l’Union européenne. La doctrine du New Public Management et son succès intégral illustre parfaitement bien la nouvelle conception de l’intérêt général.

Cette évolution est à associer au projet néolibéral qui pose comme hypothèse la supériorité de la sphère privée et de ses logiques de marché à base de management participatif. D’où la volonté pour la nouvelle majorité de transplanter les logiques entrepreneuriales dans la sphère publique, en vue d’injecter dans cette dernière rationalité et efficacité (2).

Le récit auquel nous somme soumis consiste à mettre en scène une équation simpliste : le privé est management, rationnel et efficace ; le public est politique, irrationnel et inefficace.

La religion de l’efficacité a envahi l’ensemble des institutions sociales. L’hôpital, l’armée, la police, l’Eglise… toutes sont mises en demeure de faire plus avec moins et de rationaliser leurs effectifs. L’école peut, par exemple, inculquer elle-même cet impératif d’efficacité aux enfants lorsque l’apprentissage est découpé en séquences courtes, visant à produire des résultats rapides et mesurables.

Les familles sont elles aussi soumises à l’impératif de productivité. Il y a vingt ans déjà, une sociologue américaine observait que « le temps familial est en train de succomber au culte de l’efficacité précédemment associé à l’univers du travail » (3). Découpée en créneaux thématiques et en « projets de vie » individuels, la famille se présente de plus en plus comme un assemblage d’activités codifiées devant produire des résultats prédéterminés. Sherry Turkle cite ces propos d’une Américaine âgée de 36 ans :  » Quand je passe de mon calendrier à mon annuaire, puis de mes e-mails à mes textos, je me sens comme un maître de l’univers : tout est si efficace. Je suis une machine à maximiser » (4).

La logique managériale qu’imposait autrefois la hiérarchie des entreprises, beaucoup s’y assujettissent désormais eux-mêmes. Parfois même pour leur plus grand plaisir.

Dans le champ politique, cette managérialisation de l’ensemble des activités humaines a conduit à remettre en cause la légitimité juridique et le référentiel de justice, au profit du principe d’efficacité. L’exemple de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001 permet de caractériser cette rupture de paradigme : l’action de l’Etat est désormais soumis à une méthodologie managériale qui consiste à remplacer les politiques par des « stratégies » déclinées en « objectifs opérationnels » évalués au moyen « d’indicateurs chiffrés de performance » (5).

Le nouveau monde qui nous est promis est celui de la technocratie européenne, des discordes partisanes, des austérités mises en oeuvre par tous les gouvernements précédents. Le triomphe du modèle néolibéral. Au nom de l’économisme, du productivisme, du libéralisme à l’anglo-saxonne, le pouvoir macronien est l’opérateur le plus fervent de cet imaginaire.

La nouvelle structure de pouvoir repose à présent sur un triangle : une autorité « jupitérienne » adossée aux institutions de la Ve République, de jeunes hommes et jeunes femmes ambitieux, mais inconnus, qui doivent tout à leur mentor avec lequel ils partagent la vision d’un Etat fort, mais hybride, intégralement mis au service des marchés (cette nouvelle population connaît avec précision la technocratie étatique comme les milieux d’affaires et les réseaux) et enfin, un système de gestion des populations et des comportements par le numérique. La démocratie est devenue soluble dans les algorithmes.

Notre époque connaît un désistement du politique au profit du marché. Selon la pensée de Hayek, voire le vieux rêve des physiocrates, ce n’est plus au politique de gouverner, mais au marché de réguler. La mondialisation a amplifié le phénomène en désacralisant notre monde. Mais transformer la Nation en start-up, les Préfets en « entrepreneurs de l’Etat », comme le veut le Président de la République, risque d’amplifier ce désir de spiritualité prophétisé par André Malraux.

Le numérique peut devenir un danger pour la Démocratie s’il se substitue à la parole, dans un monde où on serait « seuls, ensemble », connectés mais non reliés. Le numérique peut être un amplificateur des espaces démocratiques s’il favorise les rencontres incarnées, concrètes, matérielles et charnelles. Sans quoi, le politique disparaîtra au profit d’une administration cybernétique des populations.

Ainsi prospère le nihilisme contemporain, facteur de décivilisation. Une société technocratique qui ne veut plus savoir qui elle est ni d’où elle vient, qui n’a ni fierté ni mémoire est condamnée à se diluer dans le Grand Marché Global.

Nous avons jusqu’ici eu la crise. Ensuite, nous aurons le chaos.

  1. James Burnham, L’ère des organisateurs, Paris, Calman-Lévy, 1969.
  2. Le 24 mai 2018, au forum VivaTech de Paris, Emmanuel Macron a promis la réussite et l’enrichissement rapide aux plus « talentueux ». La rupture numérique accrédite l’idée d’un passé périmé : elle valorise l’hyper-individualisme au détriment du collectif. Elle proclame la fin du travail salarié.
  3. A. R. Hochschild, The Time Blind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work, New York, Metropolitan Books, 1997, p. 51.
  4. Sherry Turkle, Alone Together : Why We Expect More From Technology and Less From Each Other, New York, Basic books, 2011, p. 165.
  5. Voir  » La démarche de performance : stratégie, objectifs, indicateurs. Guide méthodologique pour l’application de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001″, juin 2004, rédigé conjointement par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, la Cour des comptes, le Comité interministériel d’audit des programmes, la Commission des finances du Sénat ainsi que la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Un « Forum de la performance » a été lancé par le ministère du budget en 2010 pour « permettre aux citoyens de juger par eux-mêmes de la performance de l’Etat ». Voir www. performance-publique.budget.gouv.fr.

L’expansion chinoise : une appropriation des bénéfices de la mondialisation par la structure étatique

Un des postulats majeurs de ces dernières décennies est de présenter la mondialisation comme dépossession de l’Etat de sa souveraineté effective et de ses capacités d’intervention.

Pour les libéraux, on serait ainsi passé de l’Etat national moderne et des relations internationales fondé par les traités de Westphalie de 1648, à une configuration « postmoderne » caractérisée par le déplacement du pouvoir des acteurs privés et des institutions dites de « gouvernance globale ». 1.

L’exemple du développement à marche forcée de la Chine nous donne à voir une toute autre réalité des possibilités offertes par la mondialisation.

S’il est vrai que la constitution d’un marché mondial a provoqué des pressions systémiques affectant tous les Etats, force est de constater que les trajectoires de développement ont pris des formes différentes.

De nombreux pays du « Sud global » conservent une position subalterne dans la nouvelle division internationale du travail. Que ces pays soient des sources de matières premières comme par exemple l’Afrique subsaharienne, ou des fournisseurs de main-d’oeuvre comme le sont les Philippines, le Mexique ou encore le Bangladesh, ils se trouvent cantonnés à des activités à faible valeur ajoutée : textile, assemblage électriques ou électroniques dont les composants à plus forte valeur ajoutée sont fabriqués dans d’autres noeuds des chaînes de production transnationales.

La structure du lien d’allégeance se retrouve également à l’oeuvre entre entreprises dominantes et entreprises dominées. Un cas particulièrement monstrueux permet de saisir la réalité de ce phénomène : celui du drame du Rana Plaza et des suites qui lui ont été données. Les faits sont connus : une entreprise bangladaise de confection installée dans la banlieue de Dacca, fournissait de nombreuses marques occidentales en vêtements bon marché. Le 24 avril 2013, l’immeuble dit Rana Plaza, où était installée cette entreprise de confection, s’est effondrée, faisant 1 133 morts, très majoritairement des ouvrières, et 2 000 blessés dont de nombreux handicapés à vie. Voir Alain Supiot, La gouvernance par les nombres, pp. 385-405.

Mais l’incorporation dans l’économie capitaliste nouvellement mondialisée a produit des résultats différents selon l’existence de communautés politiques et de systèmes institutionnels distincts, historiquement constitués. Certains Etats développeurs ont pu, et su exploiter le marché mondial et canaliser les flux transnationaux à des fins de développement endogène. Les exemples du Japon, de la Corée du Sud, de Taïwan, de Singapour et dans une moindre mesure, de la Malaisie témoignent de leur capacité à tirer profit de la mondialisation pour renforcer leur autonomie internationale et affirmer leur souveraineté.

La Chine est emblématique de cette configuration. L’Empire du Milieu a sut éviter l’écroulement de son économie à l’image de ce qu’à connu l’URSS à la fin des années 1980 suite à une longue période de déclin économique et d’une crise de légitimité qui ébranlèrent le parti et l’Etat.

Le parti-Etat chinois s’est donné les moyens de gérer efficacement la transition du totalitarisme mis en place par Mao Tsé Toung vers un « autoritarisme rationnel » 2, et d’une économie de commande autarcique à une économie de marché dirigée, graduellement intégrée aux marchés régionaux, puis globaux.

Cherchant une troisième voie entre le capitalisme occidental et le système de planification impérative de la période maoïste, le pouvoir s’est tourné vers les Etats développeurs capitalistes de la région qui prospérèrent pendant la guerre froide et connurent une mobilité économique ascendante extraordinaire.

Deng Xiaoping visita le Japon et Singapour en 1978 et fut frappé par les résultats engrangés par ces Etats. Tirant tous les enseignements de ces exemples, les planificateurs chinois adoptèrent sélectivement les approches et les expériences japonaises « largement perçues comme plus proches et compatibles avec le contexte chinois ». 3, que la trajectoire occidentale.

Le président Hu Jintao et son premier ministre Wen Jiabo (2003-2013) mirent en place une politique industrielle nationale ambitieuse, avec des programmes pluriannuels multisectoriels centralisés et un « énorme effort d’orientation et de coordination complètes de la modernisation industrielle et technologique de la Chine ». 4.

Grâce à la création d’un important réseau d’institutions de recherche et de développement, la Chine occupe désormais le quatrième rang des pays de l’OCDE pour le nombre de brevets déposés. Si « la Chine n’a pas encore approché la parité avec les grands pays producteurs de science dans la recherche scientifique de base », note la Fondation nationale des sciences des Etats-Unis, on ne peut que constater « la rapidité sans précédent de l’émergence de ce pays comme acteurs majeur » scientifique et technologique. 5.

Logiquement, la Chine gravit l’échelle de la valeur : la part de la valeur ajoutée produite sur place augmente régulièrement. En 2014, Gary Gereffi, un des meilleurs spécialistes des chaînes de valeur globales et de la transformation de la production, notait : « Les pôles de croissance les plus dynamiques de l’économie mondiale sont constitués par un nombre grandissant de puissances montantes qui combinent des marchés nationaux relativement importants, une main-d’oeuvre qualifiée, des producteurs capables et une poussée vers l’innovation autochtone ». 6.

Ces pays ont non seulement progressé dans la chaîne de valeur, mais sont également passés d’une industrialisation fondée sur la demande externe à des approches centrées sur les marchés intérieurs et régionaux. Pour diversifier les sources de financement de son commerce et s’autonomiser graduellement par rapport au dollar, la Chine s’est employée depuis quelques années à internationaliser sa monnaie, le renminbi ou yuan.

La Chine va pouvoir ainsi réaliser son projet plus que centenaire de modernisation en s’appuyant sur un Etat développeur fort, héritier d’une longue construction bureaucratique. Contrairement à des pays plus vulnérables dans lesquels la puissance publique s’est cantonnée « au rôle d’agent d’ajustement de l’économie nationale aux exigences de l’économie mondiale » 7, l’Etat chinois a su, avec des réussites diverses et moyennant des coûts sociaux et environnementaux élevés, intégrer celle-ci tout en garantissant son autonomie.

Si cette expérience nous apparaît difficilement reproductible, elle n’en offre pas moins un champ de réflexion important sur les rapports entre l’Etat et la mondialisation.

 

  1. Voir par exemple, T. Risse (sous la dir. de,) Governance without a State ? Policies and Politics in Areas of Limited Statehood, Columbia University Press, New York, 2011.
  2. Selon l’expression de Peter Nolan dans Transforming China : Globalization, Transition and Development, Anthem Press, Londres, 2004.
  3. S. Heilmann et L. Shih, The rise of industrial policy in China, 1978-2012, Harvard-Yenching Institute Working Paper series, 2013.
  4. Heimann et Shih, op. cit.
  5. National Science Foundation, Asia’s rising science and technology strength : Comparative indicators for Asia, the European Union, and the United States, Arlington, mai 2007.
  6. G. Gereffi, « Global value chains in a post-Washington consensus world », Review of International Political Economy, vol. 21, n° 1, Abingdon, 2014.
  7. G. Chin, « Between outside-in and inside-out : The internationalization of the Chinese state », dans David Zweig et Chen Zhimin (sous la dir.de), China’s Reforms and International Political Economy, Routledge, New York, 2007.

Cybernétique et gouvernance : la restructuration néolibérale des rapports sociaux

La formule de Saint-Simon est connue : L’administration des choses remplacera le gouvernement des hommes.

La vérité du politique se trouve dans l’économique : pour Pierre Musso, « l’idéologie du réseau porte en elle la suppression du politique et de tout ce qui gêne la fluidité et la circulation sociale ».1.

La gouvernance cherche à inverser le rapport entre pouvoir et gestion : alors que le système féodal se caractérisait par un rapport de domination politique au service de l’intérêt particulier des gouvernements, le système industriel vise à dominer la nature au moyen de l’économie, à travers la construction de vastes réseaux de communication.

La conception technocratique du néolibéralisme peut s’appuyer sur le « fétichisme » du réseau technique qui va fonder l’idéologie de la gouvernance en réseau.

Avec l’apparition de la cybernétique, la gouvernance va se donner les outils conceptuels qui lui permettront de nier la subjectivité humaine au profit d’une conception purement informationnelle de l’existence. 2.

La spécificité de la gouvernance néolibérale repose sur le fait que la normativité perd son caractère vertical. Ecoutons Alain Supiot décrire cette révolution silencieuse :  » Issue de la cybernétique, le concept de gouvenance porte à considérer le chiffre non comme un cadre, mais comme un but de l’action, ou plus exactement, comme un moteur de la réaction puisque chaque acteur privé ou public est censé, non plus agir, mais rétroagir aux signaux chiffrés qui lui parviennent afin d’améliorer sa performance ». 3.

Pour comprendre le lien entre gouvernance, cybernétique et néolibéralisme, il nous faut retourner aux fondements de la doctrine libérale. L’économiste autrichien Friedrich Hayek s’est intéressé à la cybernétique en participant à une conférence organisée par un des principaux théoricien de cette nouvelle science, Hans von Foerster, ainsi qu’au symposium Beyond Reductionnism de 1968 qui a réuni les grands noms du systémisme. 4.

En réaction au positivisme logique qui domine en Autriche à son époque, il va élaborer une théorie de l’auto-régulation fondée sur une épistémologie constructiviste radicale. Son système conceptuel accorde au « savoir tacite », une prééminence Continuer la lecture