La marchandise est-elle l’opium du peuple ?

« La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques […] Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce […] La bourgeoisie a déchiré le voile de sentimentalité qui recouvrait les relations de famille et les a réduites à n’être que de simples rapports d’argent […] Par l’exploitation du marché mondial, elle donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. Elle a soumis la campagne à la ville […] subordonné les peuples de paysans aux peuples de bourgeois. »

Karl Marx, Manifeste du parti communiste,1848.

L’entreprise critique de Karl Marx a eu pour objet de lever le voile des apparences qui recouvrent la réalité sociale d’un monde dédié à la production des marchandises. Dans Le Capital, il écrit : « j’appelle cela le fétichisme » (1). La critique du fétichisme, et pour être encore plus précis, la critique du fétichisme de la forme marchandise, est au coeur du projet de Karl Marx.

La marchandise et la forme qu’elle imprime à la société, en particulier le rôle central que joue le travail dans la production, est au fondement de ce qu’ Alfred Sohn-Rethel nomme : « La synthèse sociale » (2). Pour l’auteur, les catégories philosophiques, scientifiques et communes de l’entendement (le temps, l’espace, la causalité, la substance, l’infini, le nombre, la quantité, la totalité…) sont historiquement construites. L’acte d’échanger (et donc l’acte d’agir) va déterminer la conscience des individus, et donc les catégories de l’entendement. La séparation historique entre l’acte d’échange et l’acte d’usage est au fondement d’une gigantesque transformation anthropologique.

La domination de la forme marchandise

En effet, dans les sociétés caractérisées par le mode de production primitif, les individus consomment ce qu’ils produisent et l’échange est inexistant en tant qu’acte séparé de l’acte d’usage. La domination de la forme marchandise a pour conséquences la mise en place de nouvelles séparations : celle du travail abstrait et du travail concret, celle entre producteurs et propriétaires des moyens de production, la séparation entre la richesse réelle que constitue l’utilité pratique des produits et la richesse abstraite que constitue leur valeur capitalisable. Sans oublier la contradiction entre l’accumulation de la richesse et l’exploitation des ressources humaines et naturelles, ce qui se manifeste par l’antagonisme de ces deux pôles de la production capitaliste marchande : le pôle bourgeois et le pôle prolétaire.

Le Manifeste du parti communiste identifie cet antagonisme à la lutte entre bourgeois et prolétaires, ce que formule en particulier la célèbre phrase : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire de la lutte de classes » (3). La note ajoutée en 1890 par Friedrich Engels est ici importante : « Avec la dissolution des communautés primitives, commence la division de la société en classes distinctes, et finalement, opposées. » (4).

Cette analyse nous permet de comprendre ce qui se joue en ce moment sur l’ensemble de la planète. Derrière la vivacité de l’individualisme comme norme sociale qui caractérise notre postmodernité, on constate que les individus Continuer la lecture

Le management au service du national-socialisme : « pour faire travailler les gens, il faut les motiver. »

« Les nazis ont très bien compris que pour produire des quantités inédites dans l’histoire, il fallait motiver le matériau humain ; c’est ce que l’on appelle aujourd’hui la ressource humaine, le facteur de production qui était autrefois le facteur travail. »

Johann Chapoutot, Les influences nazies du management moderne, France Culture, 8 Janvier 2020

On a beaucoup dit que les régimes fascistes étaient fascinés par l’État : c’est vrai pour le fascisme italien qui est l’héritier de la tradition romaine et catholique. Les nazis, eux, voient dans l’État une filiation qui s’inscrit dans la construction politique française : il s’agit d’une bureaucratie tatillonne, une entrave au libre déploiement des forces vives de la nation.

L’État national-socialiste, perçu comme une institution statique relevant de la loi ou du droit écrit, va devenir un moyen au service du mouvement nazi, une agence en concurrence avec d’autres agences. Il s’agit d’une polycratie, d’un darwinisme administratif relevant de l’improvisation chaotique et du désordre, avec pour dernier arbitre : le Führer. Dans la course contre les menaces qui pèsent sur la race supérieure, on n’a pas le temps de coordonner et chaque potentat du régime va chercher à sur-interpréter le Chef suprême.

Reinhardt Höhn et la communauté des managers

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, Johann Chapoutot montre comment le national-socialisme a mis en place une conception du travail non autoritaire (1), où employés et ouvriers consentent à leur sort dans un espace de liberté et d’autonomie construit autour de l’imaginaire de la « liberté germanique », un vieux concept entretenu par le Reich pour justifier ce fonctionnement et cette organisation du travail « par la joie » (durch freude) (2).

Si bien sûr le nazisme n’a aucunement inventé le management (3), en revanche, la mise en oeuvre de l’imaginaire managérial par le nazisme témoigne de sa formidable plasticité qui peut être mis au service des plus effroyables projets criminels. Flexibilité, performance, management par projet, incentive, mérite, agences d’État, management Continuer la lecture

Entre crise écologique et post-démocratie : l’Anthropocène, une menace pour la mondialisation ?

La monde a chaud ! L’ humanité est-elle confrontée à une menace existentielle ? Lors du        « petit âge glaciaire » (1300-1850), s’il a fait extraordinairement froid en Europe et aux États-Unis, cela n’a pas concerné toute la planète. Selon Nathan Steiger, de l’Université Columbia à New York, « Le réchauffement est global. 98 % du globe s’est réchauffé depuis la révolution industrielle ». La question du dérèglement climatique est devenue centrale dans le champ politique. L’élévation des températures bouleverse déjà les paysages et les habitudes de vie. Les conséquences sont massives sur l’agriculture, le logement, l’énergie et le monde animal.

La France n’est pas encore sous les eaux, mais sa métamorphose se fait subtile en Camargue, en Charente, en Vendée, en Gironde, dans les Hauts-de-France. L’élévation du niveau des océans contraint déjà de nombreuses municipalités côtières à modifier leurs plans d’occupation des sols (POS) et à modifier leurs règles d’urbanisme.

A cause du manque d’eau, les grandes exploitations de maïs ont peu à peu disparues des Landes et du Sud-Ouest : elles ont été remplacées par des parcelles plus petites, où céréales et légumineuses dominent. La Beauce meurt de soif et a dit adieu à son blé fourrager.

Les haies font leur retour (1) : à partir des années 1960 et dans un but de modernisation, notamment avec l’arrivée massive d’engins agricoles plus grands et plus lourds pour lesquels les grandes surfaces sont plus faciles à exploiter, la propriété rurale a été recomposée et le parcellaire des exploitations agricoles remodelé. Au-delà de l’impact positif d’une biodiversité riche d’auxiliaires de culture aux alentours des parcelles agricoles, insectes en tête, les haies ont bien d’autres avantages :

  • un sol protégé de lixiviation (l’eau emportant toutes matières solubles présentes dans le sol) par une haie, abritera une foule de micro-organismes décomposeurs qui vont améliorer la qualité du sol, rendant ainsi de nombreux services écosystémiques,
  • une protection contre les vents violents, la fonction brise-vent limitant l’érosion éolienne et les dégâts mécaniques du vent tels que le couchage des cultures,
  • une réduction des écarts de températures du fait de l’ombre produit, ce qui n’est pas tout-à-fait anodin dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Ce à quoi on peut ajouter la protection offerte aux animaux d’élevage qui viennent s’y abriter autant de la pluie et du vent que d’un soleil trop agressif,
  • une régulation des espèces dites  « ravageuses » par la plus grande place faite aux espèces dites « auxiliaires de l’agriculteur ». Sans compter l’augmentation du nombre d’insectes pollinisateurs.

Les villes sont encouragées à planter des arbres, qui se révèlent Continuer la lecture

« Au nom du client » : la cybernétique au service des magasins automatiques

Le principe d’un magasin sans caissière, voire sans caisse du tout, ne cesse de se répandre ces dernières années. Selon une étude récente de l’Institut Nielsen, de plus en plus de magasins font appel à des caisses automatiques (1).

Les caissiers et caissières sont-ils en voie de disparition ? Il semblerait que cette pratique séduit de plus en plus de Français, grâce aux avantages qu’elle permet. Selon Laurent Jamin, expert Distribution chez Nielsen, « Avec ces caisses, le principal objectif des distributeurs est de faire gagner du temps à leurs clients ». Une dynamique qui risque de se poursuivre grâce aux nouvelles technologies comme le paiement par smartphone ou les chariots connectés.

Mais au-delà de la propagande marketing, il existe une autre réalité, beaucoup, beaucoup moins « glamour » : celle du profit. De fortes améliorations de la productivité sont également attendues par les actionnaires.

Avec les magasins sans caisses, une profonde mutation du commerce s’opère sous nos yeux. Amazon, JD. com, Walmart, etc : tous ces grands groupes ont décidé de relever le défi de l’automatisation des magasins. Le concept est on ne peut plus simple : le client entre dans la boutique pour y faire ses courses, puis ressort avec ses achats sans même débourser un centime sur place.

L’époque de la consommation de masse des années 1960 a cédé progressivement le pas à une consommation d’abord éthique dans les années 2000, avant que les consommateurs ne découvrent leur pouvoir sur les entreprises transnationales à travers la multiplication des boycotts (Lavoratora, 2016). Le consommateur d’aujourd’hui cherche à devenir maître de ses choix : il arbitre entre les produits, mais aussi entre les distributeurs (2).

D’ici à 2030, l’essentiel du pouvoir d’achat se concentrera sur les côtes atlantiques Continuer la lecture

Les habits neufs du protectionnisme

Men walkin’ long the railroad tracks                                                                                        Goin’ someplace there’s no goin’ back                                                                                  Highway patrol choppers comin’ up over the ridge                                                                  Hot soup on a campfire under the bridge                                                                                Schelter line stretchin’ round the corner                                                                                  Welcome to the new world order                                                                                            Families sleepin’ in their cars in the southwest                                                                        No home, no job, no peace, no rest

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995 (1).

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus éclatantes.

Pour les défenseurs du libre-échange, la perception du monde en termes de guerre économique, met en péril la mondialisation libérale, voire même l’ordre politique démocratique. En revanche, pour les tenants de la guerre économique, protectionnisme et mondialisation sont loin de s’exclure.

Le multilatéralisme établi après la Seconde Guerre mondiale avait pour objectif de prévenir les guerres commerciales. La création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et son mécanisme de règlement des différends ont renforcé ce multilatéralisme. Aujourd’hui, le président américain Donald Trump, multiplie les mesures protectionnistes et cherche à réduire l’OMC à l’impuissance.

La géopolitique a d’abord exercé ses contraintes principalement au niveau des États : ceux-ci, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise qui menace leur existence. Aujourd’hui, la géopolitique révèle des logiques continentales : la Mer contre la Terre, c’est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord, contre le bloc continental européen.

De toutes les notions propres à la géopolitique, l’une des plus incontestable est sans nul doute l’opposition de la Mer et de la Terre. Si la Terre est le lieu des territoires différenciés, des distinctions tranchées entre la paix et la guerre, les combattants et les non-combattants, l’action politique et le commerce, la Mer est une étendue uniforme, la négation des différences, des limites et des frontières (2).

Comme hier celle de l’Angleterre, l’hégémonie américaine repose sur la domination mondiale des mers, prolongée par la domination de l’air. N’ayant pas de centre, la Mer ne connaît que des flux ; c’est par là qu’elle s’apparente à la globalisation postmoderne.

Le monde actuel est un monde « liquide », qui tend à abolir tout ce qui est « terrestre », stable, solide, constant et différencié. Le commerce lui-même, comme la logique du capital, est lui aussi fait de flux. L’uniformité que représente la globalisation et le commerce relèvent de la logique « maritime » : ce n’est pas un hasard si le capitalisme s’apparente avant tout à la piraterie (3).

A. La puissance maritime : leçon de géopolitique anglo-saxonne.

Alors que la tradition géopolitique allemande se concentre sur la puissance continentale, les Anglais et les Américains soulignent le caractère déterminant de la puissance maritime dans la quête de la domination mondiale.

La réflexion de l’amiral américain Alfred Mahan (1840-1914), stratège de la mer, va théoriser le concept de Sea Power : la maîtrise des mers (4).

A la fin du XIX ème siècle, les États-Unis sont devenus une grande puissance industrielle Continuer la lecture

Le néolibéralisme et la question démocratique

« L’idée d’un marché s’ajustant lui-même était purement utopique. Une telle institution ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire l’homme et sans transformer son milieu en désert. »

Karl Polanyi, La Grande Transformation, 1944

Dans les dernières années du XXème siècle, le concept de «néolibéralisme» s’est considérablement déployé dans l’espace académique, faisant de celui-ci un objet d’étude désormais légitime.

Il n’existe pourtant pas encore de consensus quant au contenu prêté au néolibéralisme, quant au sens donné à son histoire et quant à son impact sur le monde contemporain.

Les travaux portant sur le concept insistent tantôt sur l’impossibilité qu’il y aurait à le rapporter à une définition unique, tantôt sur la très grande cohérence du projet de transformation sociale dont il serait le fondement (1).

A titre d’exemple, le néolibéralisme est appréhendé soit comme une quasi-conspiration mondiale qui se déploie dans l’ombre d’une stratégie hégémonique, soit comme un mouvement sans unité, à la fois éclaté dans des contextes nationaux fortement différenciés et pluriel dans ses orientations politiques et économiques.

Sans oublier les études portant sur l’impact du néolibéralisme concernant la Grande Crise de 2008 : certains ont pu expliquer que notre époque se caractérisait par un recours insuffisant au néolibéralisme, pendant que d’autres insistaient sur sa responsabilité écrasante dans le déclenchement de la crise dite des « Subprimes », soulignant les conséquences sociales extrêmement lourdes que les populations ont dû supporter.

On peut regrouper la pensée critique du néolibéralisme en trois branches : la première trouve sa source dans la philosophie de Karl Marx, la deuxième s’inscrit dans le sillage de la sociologie de Pierre Bourdieu, la troisième trouve son inspiration dans la démarche archéo-généalogique proposée par Michel Foucault.

A. L’approche Marxiste

Celle-ci envisage le néolibéralisme comme la nouvelle idéologie dominante qui recouvre de son voile trompeur la forme contemporaine prise par le capitalisme (2). Sur le plan de l’analyse économique, les récents travaux de Gérard Duménil et Dominique Lévy illustrent parfaitement bien cet angle d’attaque (3). Sur le plan philosophique, les travaux de Stéphane Haber envisagent le néolibéralisme comme un « néocapitalisme », reposant sur une ontologie sociale spécifique qui, tout en donnant l’impression de concourir à la libération des individus, met de facto en place de nouvelles formes d’aliénation toujours plus subtiles (4). Il nous faut également mentionner les travaux du géographe britannique David Harvey qui font du néolibéralisme un « projet de classe » au service d’une domination accrue permise par le « capitalisme global » (5).

B. L’approche Bourdieusienne

Si celle-ci apparaît certes très soucieuse de se distinguer de l’approche marxiste (Pallotta, 2015), elle partage néanmoins avec elle cette conception du néolibéralisme comme idéologie du temps présent. Dans un célèbre texte publié à la fin des années 1990 sous le titre « l’essence du néolibéralisme » (6), Pierre Bourdieu décrivait le néolibéralisme comme « l’utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limites », comme « un programme de destruction méthodique des collectifs », mais aussi comme « une nouvelle croyance » se présentant « comme la forme suprême de l’accomplissement humain », ce que d’autres ont pu appeler, un demi-siècle auparavant : une religion séculière. Dans son sillage, les travaux de Loïc Wacquant ou de Keith Dixon ont cherché à mettre en évidence les conséquences politiques et sociales néfastes de cette religion de l’économie qui aurait réussi à conquérir une hégémonie culturelle (Wacquant, 1998 et 2009 ; Dixon, 2000 et 2008).

C. L’approche Foucaldienne

Il s’agit ici d’envisager le néolibéralisme sous un autre jour : celui d’une « gouvernementalité » d’un nouveau genre. En France, Pierre Dardot et Christian Laval décrivent le néolibéralisme comme « La nouvelle Raison du monde » ayant réussi à imposer un gouvernement des vivants qui passe par une transformation complète des rapports de pouvoir : le néolibéralisme reposerait ainsi tout entier sur le figure inédite de « l’individu-entrepreneur » (7). Contrairement à l’approche bourdieusienne, Michel Foucault propose non pas d’appréhender les mutations contemporaines sous l’angle d’une « démission de l’État », mais plutôt comme une reconfiguration de celui-ci qui devient ainsi « l’agent le plus efficace de la mutation néolibérale des sociétés » (Laval, 2014).

Pourquoi poser la question des liens pour le moins ambigus entre néolibéralisme et démocratie ?

C’est que, paradoxalement, beaucoup de néolibéraux défendent une même conception négative de la liberté.

Comme l’a très clairement énoncé Isaiah Berlin, ce choix découle de la priorité donnée à la question : « Jusqu’où le gouvernement s’ingère-t-il dans mes affaires ? » (Röpke, 1939 et Hayek, 1960), sur celle consistant à se demander « Qui me gouverne ?», à laquelle s’attachent plus volontiers ceux qui défendent une conception positive de la liberté (Berlin,1969).

Or, cette distinction conduit à considérer que la démocratie et le libéralisme constituent des réponses à deux questions bien distinctes : celle relative aux modalités d’exercice et aux limites du pouvoir d’un côté et à sa dévolution de l’autre.

La démocratie entend ainsi remettre au peuple un pouvoir que le libéralisme vise seulement à borner : comme le souligne très nettement Hayek, le vis-à-vis de la démocratie Continuer la lecture

La Gouvernance : expression idéologique de la postdémocratie

L’Union européenne agit comme le révélateur d’une délégitimation de la démocratie : il ne s’agit plus d’une crise, mais d’un changement progressif de régime politique dont les institutions de Bruxelles constituent un laboratoire.

Dans ce système nommé « gouvernance », le peuple n’est que l’une des sources de l’autorité des pouvoirs publics, en concurrence avec d’autres acteurs : la  « société civile », les marchés et toutes les structures qui interviennent aux fins d’orienter les décisions politiques pour servir leurs interêts.

Entré en vigueur en 2009, l’article 11 du traité de Lisbonne recommande aux institutions européennes d’entretenir « un dialogue ouvert, transparent et régulier avec les associations représentatives et la société civile ». La société civile est ainsi appelée en renfort pour combler le « déficit démocratique » : elle fait l’objet d’une définition très large pouvant se prêter à toutes sortes d’interprétations : acteurs du marché du travail, organisations non gouvernementales (ONG), communautés religieuses, etc. (1).

On peut donc y trouver des syndicats et des associations très progressistes, mais aussi des lobbys, des groupements de base ( mouvements de jeunesse, associations familiales et toutes les organisations de participation des citoyens à la vie locale et municipale ), des groupements patronaux, des cabinets d’experts, des sectes, etc. 

La « société civile » ne repose en effet sur aucun critère de représentativité Continuer la lecture