La soumission de l’industrie pharmaceutique européenne aux exigences du « Global Market »

« La lune éclaire le sable et la lagune. Le vent a lavé le ciel noir. Il fait presque froid. Je marche pieds nus sur mon sentier, sans faire de bruit. Je suis vêtu seulement d’un pantalon et d’une chemise sans col, et l’air de la nuit me fait frissonner délicieusement. J’ai le coeur qui bat comme un collégien qui a fait le mur. Tandis que j’attendais que tout le monde soit endormi, j’écoutais les coups de mon coeur, il me semblait qu’ils résonnaient dans tout le bâtiment de la Quarantaine, jusque dans le sol, qu’ils se mêlaient à la vibration régulière qui marque le passage du temps. Depuis le débarquement, ma montre s’est arrêtée. Sans doute l’eau de mer, le sable noir, ou le talc qui affleure, qui vole dans les rafales de vent. Maintenant, j’ai une autre mesure du temps, qui est le va-et-vient des marées, le passage des oiseaux, les changements dans le ciel et dans la lagune, les battements de mon coeur. »

J. M. G. Le Clézio, La Quarantaine, Paris, Gallimard, 1995.

Les citoyens d’Occident semblent découvrir aujourd’hui « une vérité qui dérange » (1) : la Chine est devenue l’usine de production de plus de 80% des principes actifs utilisés par l’industrie pharmaceutique dans le monde. On apprend par exemple que l’Empire du milieu produit 97% des matières premières et des substances chimiques nécessaires à la production des antibiotiques génériques consommés aux États-Unis, pourtant adversaire géopolitique déclaré.

Depuis longtemps, sous l’emprise de l’idéologie du « marché global », nous sommes habitués à ce que les firmes transnationales entourent leurs chaînes de production d’un voile de mystère. Mais les très graves tensions qui aujourd’hui affectent les approvisionnements en médicaments vitaux, poussent nos gouvernants pris en défaut à réclamer des comptes plus précis.

Le nouveau mot d’ordre en Occident : rapatrier les lignes de production vitales

En France, cela fait déjà plus de dix ans que l’Académie nationale de Pharmacie alerte sur la perte de souveraineté engendrée par une dépendance excessive à la Chine et à l’Inde (2). Bruno Bonnemain, membre de l’Institution, explique que dès 2011, l’Académie s’est mobilisée auprès des autorités de santé : « Pour 86% des hôpitaux en Europe, la question des pénuries est devenue un sujet de préoccupation quotidien. Les principales classes impactées sont […] les anti-infectieux et les anticancéreux, suivi de près par des médicaments d’urgence-réanimation, médicaments de cardiologie et les anesthésiques » (3).

Il s’agit d’une vulnérabilité stratégique à hauts-risques : à ces carences s’ajoutent de nombreux problèmes tels que les mises à l’arrêt d’usines pour des raisons climatiques, environnementales, techniques ou sociales. Sans parler des scandales liés à la qualité des médicaments comme celui de l’Héparine, un fluidifiant sanguin importé de Chine, qui a provoqué la mort de 81 personnes aux États-Unis (4).

Années 1990 : le Grand Basculement

Dans les années 1980, l’Europe conserve encore une industrie pharmaceutique puissante. Quelques 80% des principes actifs sont fabriqués sur le territoire européen. Trente ans plus tard, les chiffres sont inversés. Le Grand Basculement a commencé dans les années 1990, puis s’est accéléré au début des années 2000 lorsque les firmes transnationales ont décidé de délocaliser massivement, pour des raisons de coût de main-d’oeuvre et de règles environnementales jugées trop contraignantes.

A l’heure de la globalisation, qualifiée avec gourmandise par les adorateurs du Divin Marché de « win-win », le secteur pharmaceutique rompt avec le schéma industriel Continuer la lecture

La démocratie libérale est-elle menacée par la crise des classes moyennes ?

« Les révolutions n’ont pas établi une ère de liberté : elles ont allumé de nouveaux désirs dans le coeur des hommes sans fournir les moyens de les satisfaire ».

Alexander Herzen (1812-1870), De l’autre rive

Peut-on affirmer qu’une classe moyenne, structurée autour de ses valeurs, puisse encore être la garante de l’ordre démocratique ?

Elle est partout. Aux États-Unis d’Amérique, son désarroi face aux ravages de la mondialisation a été à l’origine, en 2016, de l’élection de Donald Trump. Elle s’est revêtue de  « Gilets Jaunes » les samedis après-midi à Paris, Bordeaux, Toulouse et ailleurs pour manifester sa colère.

La classe moyenne se donne à voir comme la nouvelle internationale de la mondialisation, sa classe nombreuse : une classe malheureuse qui pense que les promesses ne peuvent plus être tenues. Mais comment peut-on définir le concept de « classe moyenne », tant son univers, comme aimait le dire Pascal, est « une sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part » ? 

Selon un rapport publié le mardi 4 décembre 2018 par l’OCDE (1), la fiscalité en France est en constante augmentation : 43,4% du PIB en 2000, 46,2% en 2017. Une véritable performance qui permet à la France de prendre la tête, en matière de prélèvements fiscaux, des 34 pays les plus aisés.

Les classes moyennes ont été laminées par la mondialisation

Le ton est donné ! Leur niveau de vie, dans les 36 pays membres de l’Organisation parfois surnommée « le club des riches », tend à stagner, voire à diminuer. A la lecture de ce rapport, on constate un double phénomène : un creusement des inégalités et un enrichissement des plus aisés. Les classes moyennes doivent faire face à une augmentation du coût de la vie – qu’il s’agisse de logement, d’éducation ou de santé qui progressent plus vite que l’inflation – ainsi qu’à une insécurité croissante de l’emploi Continuer la lecture

Les habits neufs du protectionnisme

Men walkin’ long the railroad tracks                                                                                        Goin’ someplace there’s no goin’ back                                                                                  Highway patrol choppers comin’ up over the ridge                                                                  Hot soup on a campfire under the bridge                                                                                Schelter line stretchin’ round the corner                                                                                  Welcome to the new world order                                                                                            Families sleepin’ in their cars in the southwest                                                                        No home, no job, no peace, no rest

Bruce Springsteen                                                                                                            The Ghost of Tom Joad, 1995 (1).

La mondialisation, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, a enfanté des logiques de résistance dont le protectionnisme est l’une des manifestations les plus éclatantes.

Pour les défenseurs du libre-échange, la perception du monde en termes de guerre économique, met en péril la mondialisation libérale, voire même l’ordre politique démocratique. En revanche, pour les tenants de la guerre économique, protectionnisme et mondialisation sont loin de s’exclure.

Le multilatéralisme établi après la Seconde Guerre mondiale avait pour objectif de prévenir les guerres commerciales. La création de l’Organisation mondiale du commerce en 1995 et son mécanisme de règlement des différends ont renforcé ce multilatéralisme. Aujourd’hui, le président américain Donald Trump, multiplie les mesures protectionnistes et cherche à réduire l’OMC à l’impuissance.

La géopolitique a d’abord exercé ses contraintes principalement au niveau des États : ceux-ci, au moins dans l’hémisphère occidental, semblent être entrés dans une crise qui menace leur existence. Aujourd’hui, la géopolitique révèle des logiques continentales : la Mer contre la Terre, c’est aujourd’hui les États-Unis d’Amérique contre le « reste du monde », et d’abord, contre le bloc continental européen.

De toutes les notions propres à la géopolitique, l’une des plus incontestable est sans nul doute l’opposition de la Mer et de la Terre. Si la Terre est le lieu des territoires différenciés, des distinctions tranchées entre la paix et la guerre, les combattants et les non-combattants, l’action politique et le commerce, la Mer est une étendue uniforme, la négation des différences, des limites et des frontières (2).

Comme hier celle de l’Angleterre, l’hégémonie américaine repose sur la domination mondiale des mers, prolongée par la domination de l’air. N’ayant pas de centre, la Mer ne connaît que des flux ; c’est par là qu’elle s’apparente à la globalisation postmoderne.

Le monde actuel est un monde « liquide », qui tend à abolir tout ce qui est « terrestre », stable, solide, constant et différencié. Le commerce lui-même, comme la logique du capital, est lui aussi fait de flux. L’uniformité que représente la globalisation et le commerce relèvent de la logique « maritime » : ce n’est pas un hasard si le capitalisme s’apparente avant tout à la piraterie (3).

A. La puissance maritime : leçon de géopolitique anglo-saxonne.

Alors que la tradition géopolitique allemande se concentre sur la puissance continentale, les Anglais et les Américains soulignent le caractère déterminant de la puissance maritime dans la quête de la domination mondiale.

La réflexion de l’amiral américain Alfred Mahan (1840-1914), stratège de la mer, va théoriser le concept de Sea Power : la maîtrise des mers (4).

A la fin du XIX ème siècle, les États-Unis sont devenus une grande puissance industrielle Continuer la lecture

L’essence du capitalisme : la guerre économique permanente

« Le capitalisme est dans son principe un état de guerre permanente, une lutte perpétuelle qui ne peut jamais avoir de fin. » (1).

Sans cesse le marché organise les flux : des marchandises, des capitaux et des hommes. Le marché broie les existences en célébrant le culte de l’égoïsme (2): c’est la complainte du néolibéralisme qui, en permanence, remet en cause les hommes dans leurs existences. Il fait planer un doute sournois et perpétuel sur leur utilité en organisant la mise en concurrence des subordonnés.

Selon Joseph Schumpeter, le capitalisme est cette puissante dynamique animée par l’idée de « destruction créatrice ». Une idéologie qui fait régner la terreur d’abord sur les salariés et qui s’est depuis étendue à tous les champs de l’existence.

Si le développement de la culture peut se définir comme le combat de l’espèce humaine pour la vie, ce combat se heurte au constat déjà opéré au XVIème siècle par le philosophe anglais Thomas Hobbes : « L’homme est un loup pour l’homme ». L’agressivité, ce trait indestructible de la nature humaine, menace constamment toute société civilisée : si nous nous construisons par la rencontre de l’autre comme « modèle », celui-ci a également dès le départ fonction d’« objet et d’adversaire ».

Les besoins sont infinis et l’obsolescence programmée des marchandises, leur mise au rebut systématique et accélérée, est un moyen de perpétuer l’incertitude dans laquelle baignent les pauvres gens. La société leur accorde un léger surplus par rapport à la stricte satisfaction de leurs besoins alimentaires : ils peuvent donc « essayer de vivre ».

Essayer de vivre…

Une telle vie deviendrait inadmissible s’il n’y avait le leurre de la nouveauté. C’est pourquoi il faut sans cesse « innover ». L’entrepreneur, écrivait Schumpeter, est l’homme capable d’innovation (3).

Mais ne nous y trompons pas : lorsque l’on parle d’innovation, il s’agit en réalité de démoder des objets Continuer la lecture

Le protectionnisme : une réponse aux excès du libre-échange ?

« C’était un élevage énorme, plus de trois cent mille poules, qui exportait ses oeufs jusqu’au Canada et en Arabie Saoudite (…) Dans des hangars éclairés en hauteur par de puissants halogènes, des milliers de poules tentaient de survivre, serrées à se toucher (…) Elles étaient déplumées, décharnées, leur épiderme irrité et infesté de poux rouges, elles vivaient au milieu des cadavres en décomposition de leurs congénères, passaient chaque seconde de leur brève existence – au maximum un an – à caqueter de terreur (…) C’était la première chose qui vous frappait, ce caquètement incessant, ce regard de panique permanent que les poules vous jetaient, ce regard de panique et d’incompréhension, elles ne demandaient aucune pitié elles en auraient été incapables mais elles ne comprenaient pas, elles ne comprenaient pas les conditions dans lesquelles elles étaient appelées à vivre. »

Michel HOUELLEBECQ                                                                                       Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 166

Pour un régime qui se veut libéral et pluraliste, il existe une exigence centrale : celui du contrôle démocratique des peuples sur leur avenir.

Or, le quasi-unanimisme de la classe politique en faveur du libre-échange devient véritablement indécent au regard de l’exigence de ce qui doit être dans un contexte démocratique. Le rapport de la classe politique au libre-échange relève de la croyance et de l’incantation : le libre-échange n’est plus un principe d’économie politique, mais un dogme qu’il nous faut accepter dans son entièreté. Il n’y a pas d’alternative !

Pour le néolibéralisme, le libre-échange n’est plus un moyen d’améliorer l’existence des peuples, mais une finalité, un projet « en soi » auquel ces derniers doivent se soumettre.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les nations du monde entier se sont réunies à La Havane pour signer une charte qui aurait pu jeter les bases du système économique mondial (1). La charte de La Havane, qui plaçait l’être humain avant le commerce, est morte suite au refus du Congrès américain de la ratifier. Lui succéda, en 1948, l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce : le GATT. L’objectif était d’établir la libre circulation des marchandises à l’échelle mondiale en fixant comme horizon la disparition des droits de douane.

La charte de La Havane proposait une voie entre libéralisme et interventionnisme, espace pour lequel il ne semble pas y avoir de place aujourd’hui. Pour bien comprendre l’intérêt d’une « troisième voie » médiane, il faut se souvenir qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale le Royaume-Uni et les États-Unis ne se sont tournés vers une politique de libre-échange qu’après une longue période de protectionnisme : ce qui leur a permis de développe Continuer la lecture