Le « storytelling management » : une machine à formater les esprits

« Les mots peuvent être comme de minuscules doses d’arsenic : on les avale sans y prendre garde, ils semblent ne faire aucun effet, et voilà qu’après quelque temps, l’effet toxique se fait sentir. »

Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIReich [1947], Paris, Albin Michel, coll. « Agora », 1996.

Depuis qu’elle existe, l’humanité a su cultiver l’art de raconter des histoires ; une narration qui, au fil des siècles, n’a cessé de se perfectionner. Depuis les années 1990, aux États-Unis puis en Europe, cet art a été investi par les techniques du marketing et de la communication aux fins d’installer un discours de légitimation du capitalisme devenu triomphant après la chute du mur de Berlin. Son nom ? « storytelling » (1).

Celui-ci s’est transformé en arme sémantique aux mains des « gourous » du marketing, du management et de la communication d’entreprise. La mission du storytelling est de formater les esprits des salariés, des consommateurs et des citoyens pour les « motiver » dans une communion fraternelle qui célèbre Les Très Riches Heures du Libéralisme Économique (2).

Qui détient le pouvoir dans nos sociétés démocratiques ? Qui détermine nos choix et infléchit nos croyances ? S’il n’existe pas de réponse simple à ces questions, une action politique qui se veut efficace doit pourtant s’inscrire dans un imaginaire du pouvoir et une cartographie des rapports de force qui structurent la société.

La démocratie libérale postule que le pouvoir émane des citoyens eux-mêmes. Cette puissance de la multitude consiste en des « flux de désirs et de croyances » qui circulent entre les individus. On peut alors dire que les institutions politiques sont des structures de captation, d’alignement et de canalisation de ces flux. Ainsi, la monnaie n’a de valeur pour moi que parce que je crois que les autres croient qu’elle possède la valeur en question.

D’où l’importance du storytelling et du contrôle des médias qui deviennent alors machines de propagande. Cette haine de la pensée, le philologue allemand Victor Klemperer (1881-1960) va la dévoiler dans un des plus importants ouvrages du XXsiècle : LTI, la langue du IIIe Reich.

Lingua Tertii Imperii : la langue du IIIe Reich

Il nous faut revisiter les concepts philosophiques et sociologiques qui conduisent à l’illusion démocratique : nos régimes politico-médiatiques ont convergé au cours du XXe siècle vers la fabrique de populations structurées par des appareils de communication Continuer la lecture

La réalité politique et sociale selon Friedrich Hayek

Connu pour avoir obtenu le prix de la Banque de Suède en sciences économiques (1974), Friedrich Hayek (1899-1992) a souvent été classé comme «ultra-libéral» par ses adversaires. Nous souhaitons, dans cet article, aborder une autre dimension de son oeuvre. Hayek est un auteur majeur de la science politique : en tant que juriste et penseur du droit, il a réfléchit à l’articulation entre l’ordre spontané de la société et l’ordre organisé de l’État. A ce titre, il distingue le droit de la législation.

Le droit, en tant que règle de conduite, a existé dès les débuts des sociétés humaines. Ensuite, est apparue la législation. Le droit est donc antérieur à la législation : aucune société ne peut exister sans droit, c’est-à-dire sans règles communes partagées.

En revanche, les sociétés peuvent exister sans législation : c’est le cas notamment des associations spontanées comme des liens interpersonnels, qu’ils soient familiaux ou amicaux.

Pour Hayek, le droit renvoie à la loi naturelle et la législation, à la loi positive. Il récuse les théories du contrat social et du positivisme juridique. L’idée d’ordre spontané est ce qui se cache derrière l’image de la main invisible. Dans la philosophie de l’histoire de Kant ou de Hegel, celle-ci apparaît comme une laïcisation de la providence, une métamorphose de la théodicée. Idée à laquelle va mettre fin Darwin qui va nous montrer comment, avec la théorie de l’évolution, nous pouvons faire l’économie de la finalité.

Comme aime à le rappeler Hayek avec bien d’autres, l’ordre spontané est le résultat de l’action humaine et non celui d’un dessein humain (1).

Un des plus remarquables traits distinctifs de la pensée de Hayek, c’est la place primordiale qu’il accorde à l’idée d’ordre : cette notion revêt Continuer la lecture

Les Conférences Macy : pour une approche globale de l’individu et de la société. Partie I

Après avoir abordés la question des origines de la cybernétique, nous allons à présent pénétrer au coeur de la Matrice : les Conférences Macy.

2. Les Conférences Macy

Les Conférences Macy, organisées à New-York par la Fondation Josiah Macy Jr à l’hôtel Beekman, 575 Park Avenue, à l’initiative du neurologue Warren McCulloch, réunirent à intervalles réguliers de 1942 à 1953, un groupe interdisciplinaire de mathématiciens, logiciens, anthropologues, psychologues et économistes qui s’étaient donnés pour objectif d’édifier une science du fonctionnement de l’esprit.

Le thème de la première conférence organisée en 1942 est l’inhibition cérébrale. Un certain nombre de scientifiques ont déjà remarqués l’existence d’analogies entre des procédés mécaniques ou présents dans la nature et les organismes vivants. N’y aurait-il pas des processus de régulation similaires, des causalités circulaires entre une machine à vapeur et le taux de concentration du sucre dans le sang, la pression osmotique, la température du corps ou encore le système nerveux ?

Des réflexions sur ces sujets sont déjà en cours, notamment au sein du célèbre Massachusetts Institute of Technology, le M.I.T.

Sont présents, entre autres, à cette conférence : le neuropsychiatre et mathématicien Warren McCulloch, le neurophysiologiste Arturo Rosenblueth, le couple d’anthropologues Gregory Bateson et Margaret Mead, le psychologue Lawrence Franck, le psychanalyste Lawrence Kubie, le psychiatre spécialiste de l’hypnose Milton Erickson, le mathématicien Norbert Wiener, l’informaticien Julian Bigelow, les physiciens John von Neumann et Heinz von Foerster.

Les participants marquent un fort intérêt pour les mécanismes de « causalité circulaire » qu’ils étudient dans leurs disciplines respectives. Continuer la lecture

Le projet cybernétique : une dimension de la postmodernité

S’intéresser à la cybernétique, c’est essayer de comprendre un paradigme fondé sur une toute nouvelle conception de l’humain et de la société en rupture avec l’héritage humaniste de la modernité.

C’est vrai que la remise en cause de l’humanisme n’est pas le seul fait de la cybernétique. La philosophie à travers Nietzsche, Heidegger, sans oublier Freud, s’est livrée à la critique de la représentation moderne du sujet, soulignant les illusions et les contradictions de la notion d’autonomie subjective.

La cybernétique a pour ambition de rendre le monde plus rationnel par le contrôle et la gestion informationnels. Un monde peuplé de créatures hybrides, les cyborgs étant censés faire reculer chaque jour un peu plus les limites imposées par notre nature.

L’efficacité remplace la légitimité. La gestion remplace le politique, les décisions étant aujourd’hui prises sur des bases informationnelles. Continuer la lecture