La France : une nation colonisée par la technocratie

La managérialisation de l’État est aujourd’hui chose largement accomplie. On peut décrire le macronisme comme une extension de l’idéologie managériale à la politique, celle-ci se caractérisant par la volonté de réinterpréter la Ve République dans le sens de l’efficacité et du résultat. C’est en cela que le macronisme est « en même temps » de gauche et de droite, puisque sa seule ambition est de produire du résultat alors que son prédécesseur cherchait avant tout le compromis.

Comme dans les entreprises, la vie politique est à présent soumise aux contraintes de temps, d’efficacité et de précarité. On peut citer, à titre d’exemple, la déclaration du Président de la République faite aux députés lors du Congrès à Versailles le 3 juillet 2017 : un plan social était prévu puisque un tiers d’entre eux n’auraient pas de circonscription en 2022.

Cette volonté de mettre un terme à toute illusion de carrière sous administration macronienne a été reportée du fait de l’agitation médiatique que nous avons connu à l’été 2018.

Le macronisme traduit la volonté de réduire la place de l’État dans la vie sociale au profit des entreprises et des marchés. Les relations du nouveau pouvoir avec la Haute fonction publique est très différente de la conception incarnée par le Général de Gaulle qui, non seulement respectait l’autonomie des Grands Corps de l’Etat, mais en plus, ne voyait aucune difficulté à travailler indifféremment avec des fonctionnaires gaullistes, MRP, ou même SFIO.

Emmanuel Macron a déclaré vouloir politiser les sommets de l’Etat pour ne pas avoir à combattre l’inertie, voire l’hostilité des responsables ministériels. La réforme de l’Etat semble passer par l’importation et l’appropriation des pratiques et de l’esprit du management, avec comme promesse à la clef, une plus grande rationalité et une meilleure efficience.

Le management, au sens moderne que l’on donne à ce terme, est à l’origine américain. Il est importé en France dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte local de remise en cause profonde des institutions économiques et sociales d’avant-guerre.

L’État et les institutions publiques sont alors les éléments moteurs du processus de transfert. C’est la sphère publique qui, a l’époque, va moderniser le secteur privé, en particulier, en lui imposant la révolution managériale (1).

C’est à partir des années 1980 qu’on a commencé à considérer la gestion des affaires publiques comme généralement inefficace, proposant comme contre-modèle le secteur privé supposé plus performant. L’utilisation dans la sphère publique d’outils de management et la contagion de l’imaginaire libéral au sein du politique a été puissamment relayé par des institutions transnationales telles le FMI ou des espaces supranationaux comme l’Union européenne. La doctrine du New Public Management et son succès intégral illustre parfaitement bien la nouvelle conception de l’intérêt général.

Cette évolution est à associer au projet néolibéral qui pose comme hypothèse la supériorité de la sphère privée et de ses logiques de marché à base de management participatif. D’où la volonté pour la nouvelle majorité de transplanter les logiques entrepreneuriales dans la sphère publique, en vue d’injecter dans cette dernière rationalité et efficacité (2).

Le récit auquel nous somme soumis consiste à mettre en scène une équation simpliste : le privé est management, rationnel et efficace ; le public est politique, irrationnel et inefficace.

La religion de l’efficacité a envahi l’ensemble des institutions sociales. L’hôpital, l’armée, la police, l’Eglise… toutes sont mises en demeure de faire plus avec moins et de rationaliser leurs effectifs. L’école peut, par exemple, inculquer elle-même cet impératif d’efficacité aux enfants lorsque l’apprentissage est découpé en séquences courtes, visant à produire des résultats rapides et mesurables.

Les familles sont elles aussi soumises à l’impératif de productivité. Il y a vingt ans déjà, une sociologue américaine observait que « le temps familial est en train de succomber au culte de l’efficacité précédemment associé à l’univers du travail » (3). Découpée en créneaux thématiques et en « projets de vie » individuels, la famille se présente de plus en plus comme un assemblage d’activités codifiées devant produire des résultats prédéterminés. Sherry Turkle cite ces propos d’une Américaine âgée de 36 ans :  » Quand je passe de mon calendrier à mon annuaire, puis de mes e-mails à mes textos, je me sens comme un maître de l’univers : tout est si efficace. Je suis une machine à maximiser » (4).

La logique managériale qu’imposait autrefois la hiérarchie des entreprises, beaucoup s’y assujettissent désormais eux-mêmes. Parfois même pour leur plus grand plaisir.

Dans le champ politique, cette managérialisation de l’ensemble des activités humaines a conduit à remettre en cause la légitimité juridique et le référentiel de justice, au profit du principe d’efficacité. L’exemple de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF) du 1er août 2001 permet de caractériser cette rupture de paradigme : l’action de l’Etat est désormais soumis à une méthodologie managériale qui consiste à remplacer les politiques par des « stratégies » déclinées en « objectifs opérationnels » évalués au moyen « d’indicateurs chiffrés de performance » (5).

Le nouveau monde qui nous est promis est celui de la technocratie européenne, des discordes partisanes, des austérités mises en oeuvre par tous les gouvernements précédents. Le triomphe du modèle néolibéral. Au nom de l’économisme, du productivisme, du libéralisme à l’anglo-saxonne, le pouvoir macronien est l’opérateur le plus fervent de cet imaginaire.

La nouvelle structure de pouvoir repose à présent sur un triangle : une autorité « jupitérienne » adossée aux institutions de la Ve République, de jeunes hommes et jeunes femmes ambitieux, mais inconnus, qui doivent tout à leur mentor avec lequel ils partagent la vision d’un Etat fort, mais hybride, intégralement mis au service des marchés (cette nouvelle population connaît avec précision la technocratie étatique comme les milieux d’affaires et les réseaux) et enfin, un système de gestion des populations et des comportements par le numérique. La démocratie est devenue soluble dans les algorithmes.

Notre époque connaît un désistement du politique au profit du marché. Selon la pensée de Hayek, voire le vieux rêve des physiocrates, ce n’est plus au politique de gouverner, mais au marché de réguler. La mondialisation a amplifié le phénomène en désacralisant notre monde. Mais transformer la Nation en start-up, les Préfets en « entrepreneurs de l’Etat », comme le veut le Président de la République, risque d’amplifier ce désir de spiritualité prophétisé par André Malraux.

Le numérique peut devenir un danger pour la Démocratie s’il se substitue à la parole, dans un monde où on serait « seuls, ensemble », connectés mais non reliés. Le numérique peut être un amplificateur des espaces démocratiques s’il favorise les rencontres incarnées, concrètes, matérielles et charnelles. Sans quoi, le politique disparaîtra au profit d’une administration cybernétique des populations.

Ainsi prospère le nihilisme contemporain, facteur de décivilisation. Une société technocratique qui ne veut plus savoir qui elle est ni d’où elle vient, qui n’a ni fierté ni mémoire est condamnée à se diluer dans le Grand Marché Global.

Nous avons jusqu’ici eu la crise. Ensuite, nous aurons le chaos.

  1. James Burnham, L’ère des organisateurs, Paris, Calman-Lévy, 1969.
  2. Le 24 mai 2018, au forum VivaTech de Paris, Emmanuel Macron a promis la réussite et l’enrichissement rapide aux plus « talentueux ». La rupture numérique accrédite l’idée d’un passé périmé : elle valorise l’hyper-individualisme au détriment du collectif. Elle proclame la fin du travail salarié.
  3. A. R. Hochschild, The Time Blind : When Work Becomes Home and Home Becomes Work, New York, Metropolitan Books, 1997, p. 51.
  4. Sherry Turkle, Alone Together : Why We Expect More From Technology and Less From Each Other, New York, Basic books, 2011, p. 165.
  5. Voir  » La démarche de performance : stratégie, objectifs, indicateurs. Guide méthodologique pour l’application de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001″, juin 2004, rédigé conjointement par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie, la Cour des comptes, le Comité interministériel d’audit des programmes, la Commission des finances du Sénat ainsi que la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Un « Forum de la performance » a été lancé par le ministère du budget en 2010 pour « permettre aux citoyens de juger par eux-mêmes de la performance de l’Etat ». Voir www. performance-publique.budget.gouv.fr.

Le discours managérial : une construction au service d’individus fictifs

Le discours managérial peut s’analyser comme un tissu de fictions dont il convient d’étudier les liens et l’architecture. C’est Jeremy Bentham (1748-1832) qui, le premier, a identifié la finalité de l’utilisation de fictions dans le champ politique et juridique : les « ruling few », c’est-à-dire la minorité des gouvernants, situaient les lois dans une sphère supposée échapper à l’activité humaine : mais il s’agissait en réalité de s’assurer un contrôle sur la population et de diffuser des croyances au sein de celle-ci afin de légitimer et de protéger de la critique un système social, économique et juridique, qui ne profitait qu’à une part minime de la population.

C’est ainsi que le discours managérial a pour ambition d’assurer un fonctionnement pérenne de toute organisation, cherchant à masquer les véritables intérêts en jeu en permettant l’auto-légitimation de l’autorité qui fabrique ces discours.

Cela lui assure de détenir le monopole de la production de normes dans l’organisation, rôle généralement dévolu à la Direction de la communication, tandis que le Top management se consacre à tenter d’imaginer le futur dans lequel il serait souhaitable de vivre. Un futur forcément radieux avec d’abondants « returns »

Autrement dit, il s’agit de créer un espace, un temps ou plus précisément, une ontologie et une métaphysique qui soient en capacité de générer des normes dont l’autorité est auto-légitimée et qui ne peut donc, à ce titre, faire l’objet d’une quelconque discussion ou délibération.

C’est le fameux TINA de Margaret Thatcher : There Is No Alternative

Un exemple de cette construction fictive est celle de la figure du leader.

Aujourd’hui, le leader est présenté comme un individu capable de donner du sens, de la cohérence et de la sécurité car il posséderait une capacité spécifique qui est celle de proposer une vision du monde susceptible de simplifier la complexité (Edgar Morin).

Contrairement à Max Weber (1864-1920) qui distinguait plusieurs types d’autorité (1), le management a pour ambition de créer une histoire selon laquelle le leader incarne la figure contemporaine du héros dont l’histoire est constamment en construction.

Continuer la lecture