Du complexe agro-industriel et de ses conséquences sur le monde paysan

« Notre PIB prend en compte, dans ses calculs, la pollution de l’air, la publicité pour le tabac et les courses des ambulances qui ramassent les blessés sur nos routes. Il comptabilise les systèmes de sécurité que nous installons pour protéger nos habitations et le coût des prisons où nous enfermons ceux qui réussissent à les forcer. Il intègre la destruction de nos forêts de séquoias ainsi que leur remplacement par un urbanisme tentaculaire et chaotique. Il comprend la production du napalm, des armes nucléaires et des voitures blindées de la police destinées à réprimer des émeutes dans nos villes. Il comptabilise la fabrication du fusil Whitman et du couteau Speck, ainsi que les programmes de télévision qui glorifient la violence dans le but de vendre les jouets correspondants à nos enfants.

En revanche, le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaité de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou l’intégrité de nos représentants. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. Il ne dit rien de notre sens de la compassion ou du dévouement envers notre pays. En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue. »

Robert Kennedy, Université du Kansas, 18 mars 1968.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en France, l’heure est à la reconstruction et à la montée en puissance de l’appareil de production industriel. La petite paysannerie est sommée d’en finir avec ses méthodes ancestrales et les traditions perpétuées depuis des millénaires. Une nouvelle manière de cultiver et de produire est inaugurée par les pouvoirs publics. Son mot d’ordre sonne comme un mantra : « L’innovation ! » (1). Dès cette époque, l’administration française va chercher (déjà) à adapter le pays aux exigences de la nouvelle Grande Guerre économique mondiale qui se profile à l’horizon.

Avec le plan Marshall et l’arrivée des tracteurs, c’est l’âpreté du travail agricole d’autrefois qui disparaît : le temps de labeur dans les champs est divisé par quatre, bouleversant ainsi de façon irrémédiable le rapport des paysans à la terre. C’est tout un imaginaire réclamant du temps, de la patience et de l’expérience qui se voit balayé par des directives saturées d’un vocabulaire nouveau : rendement, production, productivité, retour sur investissement, etc. La rationalité économique du capitalisme commence à imposer ses normes et ses règles implacables (2). Une véritable colonisation des esprits entame son parcours meurtrier,  déployant ses effets sur l’ensemble d’un monde sommé de s’adapter ou bien de disparaître.

Installation d’un imaginaire du progrès technique et règne du productivisme

En 1962, se met en place sur le territoire européen une « politique agricole commune » (PAC) (3) : à cette époque, les agriculteurs français encensent les décisions du gouvernement, sans réaliser encore que leur situation allait être à ce point conditionnée par des décisions prises loin de chez eux, à Bruxelles. Sous l’effet d’une croissance spectaculaire des rendements, les stocks de produits agricoles ne cessent de croître. Les agriculteurs européens sont mis en concurrence les uns avec les autres, les obligeant à toujours plus s’endetter pour acquérir le superbe « dernier tracteur » ou la « dernière technologie » (4) qui vont leur permettre d’effectuer un meilleur labour ainsi que l’achat de tonnes d’engrais chimiques aux fins d’optimiser encore d’avantage les récoltes.

Mais en produisant toujours plus et toujours plus vite, on en vient à produire trop : très logiquement, le problème des surplus agricoles n’a pas d’autre effet que celui de la baisse des prix payés aux producteurs. Le productivisme déchaîné montre rapidement ses limites. Un nouveau monde se dessine : sous l’effet des Trente Glorieuses et de ses prolongements civilisationnels, nous partageons à présent tous la même culture urbaine. La campagne a perdu sa dominante agricole tandis que la ville se dilue dans le périurbain. Cette recherche du confort consumériste affecte gravement le champ culturel. Dans un article daté du 24 juin 1974, Pasolini définit la culture d’une nation comme ce qui s’enracine précisément dans le vécu et dans l’existence des hommes (5). Selon Lewis Mumford, théoricien de l’urbanisme américain, on forme « un peuple unifié, homogène, standardisé, composé d’individus conformes au prototype métropolitain et habitué à consommer exclusivement les marchandises que leur fournissent les maîtres de l’appareil, dans le meilleur intérêt d’une économie en perpétuelle expansion » (6). Qu’en est-il aujourd’hui ?

Pourquoi les sociétés modernes éliminent-elles leurs paysans ?

La question paysanne est un analyseur de la modernité, de ses impensés anthropologiques et de ses logiques de domination. C’est également un formidable révélateur des impasses de plus en plus évidentes dans lesquelles nous nous débattons, à l’image du problème écologique, qu’il soit proche ou bien planétaire (7).

Lorsqu’aujourd’hui on évoque le monde agricole, c’est souvent pour en relever les dysfonctionnements : les agriculteurs sont responsables de la pollution chimique, de la maltraitance animale, de la prolifération des algues vertes en Bretagne, etc. Sans oublier de souligner les transferts faramineux qui sont organisés sous forme de subventions. Pourtant, ne serait-il pas plus judicieux de pointer les politiques nationales qui ont choisi de bâtir une politique agricole et alimentaire uniquement guidée par les impératifs de compétitivité sur les marchés internationaux, le tout sous contrôle du FMI et de la Banque mondiale ?

Comprendre que même l’agriculture la plus industrialisée et rationalisée possible ne pourra jamais concurrencer les prix toujours plus bas des productions venues du Brésil et d’autres pays émergents ne nous semble pourtant pas hors de portée. Et que dire de nos modes de production et de stockage qui dégradent la qualité des aliments, de leur transformation excessive et des circuits de distribution qui s’étirent toujours plus loin ?

Deux mondes se font face : d’un côté, un milliard d’individus se trouvent en état de sous-alimentation, et de l’autre, des centaines de millions d’individus sont en état d’obésité sévère. Il est très hypocrite de faire croire que les problèmes d’alimentation dans nos pays occidentaux pourraient se résoudre très facilement par une sorte de réingéniérie des individus, en leur inculquant les fameuses « bonnes habitudes alimentaires » (cinq fruits et légumes par jour, consommation des produits laitiers, etc.). Comment ne pas reconnaître que les problèmes alimentaires que les pays rencontrent (malnutrition, obésité) sont tributaires des comportements de certaines firmes transnationales de l’agroalimentaire qui ne sont regardantes ni sur la qualité de leur production, ni sur le respect des diverses législations aux fins d’assurer de lucratifs retours sur investissements (8) ?

En même temps que les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30 % de l’alimentation disponible (9), les pays pauvres vendent leurs meilleures terres aux pays développés ou aux émergents. Ce sont aujourd’hui près de 50 millions d’hectares de terres cédées, dont 30 millions en Afrique, qui sont destinés non pas à l’agriculture vivrière pour les populations locales, mais à alimenter de grandes cultures destinées aux agrocarburants ou à la chimie verte qui profiteront exclusivement aux pays riches (9). En réalité, le marché agricole mondial est entre les mains d’une dizaine de sociétés transcontinentales (10).

Contrairement au modèle uniformisateur de la société urbaine, industrielle puis de services, dont la mondialisation néolibérale accélère l’installation aux quatre coins de la planète, le paysan (et non l’agriculteur) est devenu l’antithèse parfaite de la modernité, véritable bouc-émissaire au sens de René Girard. Celui qui, pour de multiples raisons individuelles ou collective, résiste à « la marmite d’alchimiste du capital » qu’évoquait Karl Marx et dans laquelle nous sommes toutes et tous, de façon contrainte ou volontaire, de plus en plus immergés. Il ne faut jamais l’oublier : le sacrifice des paysans, c’est celui de tous les autres…. ou presque !

Comment remettre en cause l’hégémonie du complexe agro-industriel et enrayer sa logique productiviste ? Il est urgent d’échapper à notre enfermement dans les niches d’un marché alimentaire réservé aux classes aisées et de reprendre entièrement la terre aux machines (11).

Sortir de la fonction-support assignée au secteur agricole

Ce sont les politiques françaises et européennes, agricoles mais pas seulement, qui dessinent les réalités agricoles et alimentaires. On peut dégager deux objectifs principaux : d’une part, paix sociale et bonne marche des affaires oblige, elles visent à procurer une alimentation « bon marché », accessible aux nombreuses populations précarisées par les politiques de dérégulation économique et sociale, mises en œuvre par l’État lui-même et ses gouvernements successifs depuis les années 1980, et d’autre part, maintenir le secteur agricole dans la fonction-support qui est la sienne depuis l’après-guerre, c’est-à-dire comme débouché pour un ensemble d’industries qu’il s’agit de soutenir : l’industrie du machinisme agricole, de la chimie, et plus récemment, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des nanotechnologies. C’est à l’aune de ces objectifs qu’il nous faut comprendre les éléments de langage déployés par le storytelling de la gouvernance européenne : « transition écologique », « agriculture biologique », « souveraineté alimentaire », etc.

Aujourd’hui, l’industrialisation agricole prend un virage transhumaniste : la promesse d’une agriculture « managée » par l’intelligence artificielle (cybernétique) à travers les robots, les drones et les capteurs. L’élevage moderne, c’est un élevage sans éleveurs et sans bétail, avec les fameux ersatz de viande dite « cellulaire » (12). Nous assistons ici au parachèvement du processus d’industrialisation : les paysans ne sont pas délivrés du travail, mais éliminés !

La nouvelle servitude paysanne, c’est l’obligation pour les agriculteurs d’entrer dans ce que l’on peut appeler : « l’engrenage capitaliste », mécanique implacable induite par une mécanisation à forte intensité. Toutes ces machines, nécessaires pour rester « compétitifs », ont un coût. Les pouvoirs publics encouragent l’investissement en matériel agricole en mobilisant une large panoplies d’aides ou de dispositifs fiscaux comme le suramortissement. Les paysans sont poussés à s’endetter toujours plus, à remplacer leur matériel plus fréquemment. Cette course en avant implique une spécialisation des exploitations agricoles et conditionne l’ensemble du processus de production

Un tracteur puissant induit de plus grands champs : il faut abattre les haies et remembrer les parcelles. Et des champs plus grands appellent naturellement la monoculture, ce qui démultiplie les risques phytosanitaires et réclame l’emploi de pesticides. L’exemple de l’élevage laitier est à cet égard frappant : l’achat d’un robot de traite modifie en profondeur la forme et le sens du travail. S’il libère de l’astreinte à la traite, il implique un autre type de servitude ; celle de veiller nuit et jour au bon fonctionnement du robot. La détresse des paysans est le produit de cette propagande dégradante (le toujours plus), de la perte de sens d’un métier de plus en plus déconnecté de sa finalité alimentaire, et des conditions économiques intenables dans lesquelles il s’exerce.

Début 2019, Michel Houellebecq publie Sérotonine. Le livre est écrit à la première personne ; il raconte l’histoire de Florent-Claude Labrouste, quarante-six ans, ingénieur agronome. Il a travaillé pour de grands groupes agricoles et agroalimentaires. Selon le narrateur, la suppression des quotas laitiers a plongé des milliers d’éleveurs français dans la misère, les réduisant à la faillite. La puissante agro-industrie dont « je connais parfaitement les dérives » pèse aussi dans leur sort, tout comme « la situation insupportable que la grande distribution fait peser sur les producteurs ». L’ingénieur agronome s’en prend aussi à Monsanto pour qui il a travaillé quelques années plus tôt : « mes supérieurs au sein de la firme étaient tout simplement des menteurs pathologiques », « la vérité était qu’on ne savait rien, ou à peu près rien, sur les conséquences à long terme des manipulations génétiques végétales ». Pourtant, là n’est pas le problème principal. Le conseiller agricole poursuit sa méditation : « Les semenciers, les producteurs d’engrais et de pesticides jouaient par leur existence même sur le plan agricole, un risque destructeur et létal. » Et plus loin encore : « Cette agriculture intensive […], basée sur des exploitations gigantesques et sur la maximisation du rendement à l’hectare, cette agro-industrie entièrement basée sur l’exportation, sur la séparation de l’agriculture et de l’élevage, était à mes yeux l’exact contraire de ce qu’il fallait faire si l’on voulait aboutir à un développement durable ».

Avec Sérotonine, Michel Houellebecq signe sans doute le grand roman de la fin de ce qu’un Alain Minc a pu appeler : « la mondialisation heureuse ». Il nous donne à voir la peinture glaçante d’un monde paysan en perdition, la fin d’un patrimoine humain venu du fonds des âges, sacrifié sur l’autel du cash-flow :

« Ce qui se passe en ce moment avec l’agriculture en France, c’est un énorme plan social, le plus grand plan social à l’oeuvre à l’heure actuelle, mais c’est un plan secret, invisible, où les gens disparaissant individuellement, dans leur coin, sans jamais donner matière à un sujet pour BFM » (13).

  1. L’innovation, telle que définie par l’OCDE en 2005 (Cf., Oslo Manual. Guidelines for collecting and interpreting innovation data, OECD, Eurostat publication, 2005), correspond à l’adoption d’un produit nouveau ou significativement amélioré, d’un process nouveau, d’une nouvelle méthode de marketing ou une nouvelle méthode d’organisation.
  2. D’une agriculture de subsistance dont on vendait le superflu, on passe à son exact contraire : la subsistance du paysan dépendra dorénavant du superflu, c’est-à-dire de sa capacité à produire plus que ne l’exigent ses besoins.
  3. Crée par le traité de Rome en 1957, la politique agricole commune (PAC) a pour objectif d’accroître la productivité de l’agriculture, de stabiliser les marchés, de garantir la sécurité des approvisionnements et d’assurer des prix raisonnables aux consommateurs. Parallèlement à ces objectifs, la PAC est également encadrée par des principes qui lui sont propres : unicité du marché, solidarité financière et préférence communautaire. Cf., Daniele Bianchi, La politique agricole commune (PAC) : précis de droit agricole européen, Bruxelles, Bruylant, 2012, pp. 62-80.
  4. Si l’on veut comprendre ce processus, il suffit de regarder le site John Deere France. On nous explique avec force conviction la façon d’améliorer encore les rendements, en « activant la connectivité JDLink »… Ou comment rendre les paysans encore plus addicts à la cybernétique.
  5. Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires, Paris, Flammarion, 2009. L’auteur de Théorème (1968) examine la consommation de masse qui conduit à une déshumanisation de la société et à la destruction de l’identité italienne.
  6. Lewis Mumford, La cité à travers l’histoire, Paris, Agone, 2011. Il s’agit ici de la critique d’une organisation économique qui sacrifie le progrès de l’humanité au perfectionnement des machines. L’auteur revient au souci du bien public, à la recherche d’un équilibre écologique et à la coopération sociale comme base de notre milieu de vie.
  7. Le lundi 9 août 2021, le GIEC a rendu public le premier volet de son sixième rapport. La tonalité est très alarmiste face à un réchauffement bien plus rapide que ce qui avait été anticipé.
  8. Cf., « Le scandale alimentaire, scénario à répétition du secteur agroalimentaire et de la grande distribution », in Le Monde, 11 août 2017. Du lait aux salmonelles en passant par les lasagnes à la viande de cheval, les crises sanitaires, aux conséquences plus ou moins dramatiques, illustrent les complexités du circuit alimentaire telles que le néolibéralisme l’a définit.
  9. Cf., OCDE, Biocarburants pour les transports : politiques et possibilités, Synthèse, Paris, 2007.
  10. Foued Cheriet, Pasquale Lubello, « Concentration des grandes firmes et nouvelle division multinationale du travail : la révolution du système agroalimentaire mondial », in Systèmes agroalimentaires en transition, Éditions Quæ, collection Upadte Sciences & Technologies, 2017, pp. 115-158.
  11. L’Atelier Paysan, Reprendre la terre aux machines. Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire, Paris, Le Seuil, 2021.
  12. Cf., Éric Muraille, « La viande cultivée en laboratoire pose plus de problèmes qu’elle n’en résout », in The Conversation, 2 juillet 2021. La viande « cultivée », ou viande in vitro, aussi nommée clean meat (viande propre) par ses partisans, est une viande produite en laboratoire à l’aide de techniques de bio-engénierie. C’est en 2013 que Mark Post, professeur à l’université de Maastricht, a présenté le premier burger de viande cultivée. Depuis, l’utopie d’une consommation de viande sans exploitation animale, issue d’une « agriculture cellulaire », a fait de nombreux adeptes chez les défenseurs des animaux, mais aussi dans l’industrie agroalimentaire.
  13. Michel Houellebecq, Sérotonine, Paris, Flammarion, 2019, p. 248.

 

Au nom de la terre : la destruction de la paysannerie par l’agrobusiness

« Car nous entrons dans une ère où, face aux planifications de l’homme, la nature décidera et mettra des limites. »

Pierre Rabhi

Nous sommes à la fin des années 1970. Le jeune Pierre Jarjeau (Guillaume Canet), rentre d’un stage dans une ferme du Wyoming pour retrouver Claire, sa fiancée, et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l’exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et de ses enfants, il sombre peu à peu (1).

Construit comme une saga familiale, et d’après la propre histoire du réalisateur, ce film magnifique porte un regard humain sur l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

On prend un crédit, et puis un autre. Cela ne s’arrête jamais

C’est un cri d’alarme que lance le réalisateur Édouard Bergeon, un véritable appel au secours. En France, un paysan se suicide tous les deux jours. Les images sont saisissantes : au loin, un homme s’avance. En bottes de caoutchouc, il marche au milieu d’un champ fraîchement labouré. Il titube dans la glaise, il a l’air perdu dans l’immensité.

Pierre s’est lancé dans l’élevage intensif de poulets. Avant, sa spécialité, c’était le chevreau. La coopérative lui fournit les poussins et la nourriture. Le père ( Rufus, muré dans une douleur muette, casquette vissée sur la tête et chemise boutonnée jusqu’au cou) est d’une autre génération. Il regarde ce remue-ménage avec beaucoup de réserves. Il hausse les épaules devant le triste spectacle de cette volaille qui ne connaît pas la lumière du jour (2).

Entre les deux hommes, l’incompréhension devient totale. Le conflit gronde, ils en viennent presque aux mains. Les dettes s’accumulent et le banquier finit par exiger son dû. La faillite approche. Un incendie ravage l’installation. C’est la goutte d’eau. Pierre sombre. Il coule à pic. Il ne voit pas comment résister à ce désastre.

Le héros meurt à petit feu, le médecin le bourre de médicaments

Pierre essaie de survivre, mais la honte le submerge. C’est maintenant l’entendement qui lui fait défaut : tout devient flou, tout se brouille autour de lui. Des vertiges le laissent sur le flanc. Il en veut à la terre entière, il s’attaque aux siens. L’incompréhension se lit sur le visage de ses enfants. La détresse consume son épouse de l’intérieur.

En cachette, elle retourne sur la plage où ils avaient été si heureux. Pierre riait dans les vagues en éclaboussant ses enfants. Aujourd’hui, il reste tout le temps au lit, se remet à fumer, ne se lave plus, boit du mauvais vin dans des verres en pyrex. Il agit comme un autre. La dépression n’est pas un vain mot. Pourtant, il a connu la tendresse. Un séjour en clinique s’impose. La pharmacie fera peut-être des miracles.

Au nom de la terre est d’autant plus poignant que le réalisateur Édouard Bergeon y raconte l’histoire de son propre père. Guillaume Canet lui rend sa dignité perdue. Il s’effrite au ralenti, lutte contre la tragédie. Telle est la triste condition des agriculteurs en 2019. Ce constat, d’une rare sobriété, nous bouleverse ; un cauchemar qui nous met en colère face au délabrement de notre civilisation. Un cri du coeur, dans un silence de mort.

Voyage au bout de l’enfer

Comment en sommes-nous arrivés là ? La crise du monde agricole vient du fait que ce qu’il produit constitue systématiquement la variable d’ajustement des accords mondiaux de libre-échange (3). Si les secteurs de production sophistiqués profitent à plein du libre-échange (luxe, aéronautique, etc), la production agricole, elle, est exposée à ce qui se fait de pire au Brésil ou au Canada : de la viande produite avec un cahier des charges largement différent du nôtre. Dans ce cas, pourquoi lutter contre le glyphosate et le poulet aux hormones chez nous alors qu’une grande partie de nos importations seront produites avec ce type de procédés via le CETA ?

Une des causes principales du désespoir des paysans tient au surendettement auquel nombre d’entre eux sont assujettis. Il existe un seuil où il devient impossible de rembourser sa dette. Les paysans portent en eux un profond sens de l’honneur et un sentiment de culpabilité à l’endroit de la ferme que leurs parents leur ont souvent transmis. Il leur est insupportable d’échouer là où leurs ancêtres ont réussi (4). Ils ont bien du mal à comprendre qu’ils ne sont en rien responsables de la situation, que les raisons de leur échec leurs sont bien étrangères. Des innocents sacrifiés sur l’autel du néolibéralisme.

« En milieu rural, rares sont les gens qui ne connaissent pas de près ou de loin un cas de suicide. »

Claire Ruault, Professeur de sociologie à l’IRC de Montpellier

  1. Pour comprendre comment la modernité capitaliste s’est employée à liquider les paysans, en les transformant bon gré mal gré en agriculteurs productivistes ou en les reconvertissant vers d’autres milieux socio-professionnels, voir Pierre Bitoun, Le Sacrifice des paysans. Une catastrophe sociale et anthropologique, Paris, Éditions de l’Échappée, 2016.
  2. On se souvient de Michel Houellebecq (Sérotonine, 2019) et de la façon dont, page 166, il rend compte des ravages de la mondialisation dans le monde agricole. Voir notre article du 22 juillet 2019.
  3. Cf., Jean Ziegler, L’Empire de la honte, Paris, Fayard, 2005
  4. Walden Bello, La Fabrique de la famine. Les paysans face à la mondialisation, Paris, Carnets Nord, 2012

L’Agriculture Paysanne : un enjeu politique au service de l’émancipation des hommes

« Chacun a le droit de comprendre pleinement la nature du système dont il fait partie comme producteur, consommateur, et surtout comme l’un des milliards d’habitants de la planète. Il a le droit de savoir qui tire les bénéfices de son travail, qui tire les bénéfices de ce qu’il achète et vend, et la façon dont cela enrichit ou dégrade l’héritage planétaire. »

Déclaration de Cocoyoc (Mexique, État de Morelos), 23 octobre 1974 (1).

Lorsque les systèmes alimentaires des pays occidentaux rendent possible le gaspillage de près de 30% de l’alimentation disponible (2), les pays du sud vendent leurs meilleures terres aux firmes transnationales.

Comment interpréter cette marchandisation du foncier au sein du capitalisme mondialisé ? Et comment concilier d’une part l’idéologie du marché et de l’investissement libre, et d’autre part, la réduction de la pauvreté qui passe par un soutien aux agricultures familiales ? L’appel de la Banque mondiale, de la FAO et de la Cnuced à investir de manière plus « responsable » ne suffit manifestement pas (3).

Depuis plus de vingt ans, on assiste à un envol des investissements internationaux dans le foncier agricole. Ce phénomène témoigne d’une mutation profonde de la mondialisation, qui interpelle le politique sur plusieurs registres. La terre, par le truchement des investissements étrangers, est devenue un facteur de production pouvant faire l’objet d’une forme de délocalisation.

En s’intéressant aux motivations des opérateurs, nous pouvons dégager trois grandes explications pour caractériser cette « marchandisation » du foncier :

  • D’où vient cette demande pour les terres cultivables ?

De façon générale, la croissance de ces dernières décennies a plutôt été fondée sur l’économie immatérielle, la connaissance et la finance. La crise de 2008 a constitué une véritable rupture. D’abord, l’explosion de la bulle financière a conduit les investisseurs à diversifier leurs placements et à investir dans des domaines plus sûrs et plus rentables (4). Ensuite, l’agriculture a pu être présentée comme une des solutions pour résoudre l’équation pétrolière ( on pense ici aux agrocarburants comme l’éthanol ). Enfin, les économies dites      « émergentes » ont finies par émerger, consolidant leur puissance industrielle et bousculant la hiérarchie des nations. Ce processus s’est accompagné d’une forte demande de produits agricoles pour répondre aux besoins de populations qui s’accroissent et s’urbanisent toujours plus (5).

  • Quelle est l’origine des investisseurs, et quels sont les pays-cibles ?

Le rapport analytique de la Land Matrix II (6), montre qu’à l’échelle de la planète, ce sont 26,7 millions d’hectares de terre agricoles qui sont passées dans les mains d’investisseurs étrangers. Le rapport fournit des informations précises sur l’identité des acheteurs de terres agricoles, les régions concernées dans le monde Continuer la lecture